Un dossier : « Sortir des cases : Bandes dessinées et non-fiction » (non-fiction.fr)

DavodeauLe site non-fiction.fr propose un intéressant dossier sur la bande dessinée : « Sortir des cases : Bandes dessinées et non-fiction« . Ce dossier (coordonné par Antoine Tricot) vise à une réflexion qui touche directement les objectifs du laboratoire junior Sciences Dessinées : « longtemps la bande dessinée a été mise sur la touche du réel. Perméable au monde qui l’entourait, elle ne l’évoquait pourtant que derrière les masques déformants de la fiction. Des études, aujourd’hui nombreuses, l’ont révélé, comme par exemple le travail sur les traces de la collaboration dans L’Étoile mystérieuse d’Hergé par Pascal Ory ou ceux sur l’apparition sous-jacente des traumatismes familiaux du même Hergé dans l’univers de Tintin par Serge Tisseron. Il a pourtant fallu attendre le développement d’un long et lent processus de légitimation culturelle pour que la bande dessinée ose prendre à bras le corps le monde réel sans avoir recourt au truchement de la fiction » (Antoine TRICOT, 2013, « Dossier – Sortir des cases : Bandes dessinées et non-fiction« , introduction au dossier, non-fiction, 27 septembre 2013).

L’imaginaire et le réel ne sont pas deux phénomènes disctincts l’un de l’autre, comme évoluant dans des « mondes » séparés : ils se nourrissent l’un de l’autre, s’enrichissent mutuellement, et permettre de comprendre l’autre. Plusieurs points dans ce dossier intéressent directement les travaux du laboratoire junior Sciences Dessinées :

  • la bande dessinée de reportage et le thème de la violence dans la bande dessinée (la prochaine journée d’études du laboratoire portera sur ce second thème, le 6 novembre : plus d’informations dans les prochains jours sur ce carnet),
  • l’auteur et le « moi » dans la bande dessinée (une prochaine journée d’études, en avril 2014 portera sur cette question),
  • les liens entre bande dessinée et histoire (nous aurons une journée d’études sur le Moyen-Âge dans la bande dessinée),
  • ou encore la question du corps et du genre dans la bande dessinée (le corps sera au coeur de la programmation du colloque de la fin de notre cycle de journées d’études).

Par-delà ces journées d’études à venir, plusieurs points peuvent se dégager de la lecture de ce dossier, avec en tout premier lieu l’annonce de la « création d’un pôle « bande dessinée » qui fera paraître régulièrement un certain nombre d’articles sur l’actualité de la bande dessinée de non fiction et autres ouvrages graphiques » (Antoine TRICOT, 2013, « Dossier – Sortir des cases : Bandes dessinées et non-fiction« , introduction au dossier, non-fiction, 27 septembre 2013) :

  • la difficile légitimation de la bande dessinée dans le cadre de la recherche universitaire : L’entretien de Pascal Ory confronte la légitimation culturelle de la bande dessinée et sa légitimation universitaire. Cette dernière commence dans les années 1970, quand quelques chercheurs vont investir ce champ, notamment en histoire et en études littéraires. Si aujourd’hui de nombreux colloques ont eu lieu (notamment pour questionner les liens Histoire et Bande dessinée ou Guerre et Bande dessinée), restent des champs peu explorés. « Aujourd’hui encore la bande dessinée est loin d’ê^t^re accueillie sereinement dans toutes les universités françaises« , « mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a jamais eu de relation entre l’université et la bande dessinée » (Pascal ORY, 2013, « Bande dessinée : Histoire en cours« , entretien mené par Antoine TRICOT, non-fiction, 27 septembre 2013). Pascal Ory illustre son propos à travers l’exemple de l’histoire : « la bande dessinée est un objet de l’intelligence historique parmi d’autres. Quand je dis ceci c’est à deux titres. D’une part, la bande dessinée peut aider, comme genre, à exposer certains raisonnements historiques. D’autre part, c’est un objet historique légitime au même titre que la cuisine ou la coiffure – au passage moins de gens s’intéressent à la coiffure qu’à la bande dessinée » (Pascal ORY, op. cit.). Ce type de questionnements se pose également dans une perspective multidisciplinaire : l’un des objectifs du laboratoire junior Sciences Dessinées est de discuter, voire de proposer, des méthodologies pour raisonner ensemble (des sciences dites « dures » à la littérature, en passant par l’histoire, la géographie, la sociologie, la philosophie, la linguistique…) à partir de la bande dessinée, et d’apprendre à coproduire des savoirs.
  • la bande dessinée entre imaginaire et réel : Le dossier propose, en lien direct avec la ligne éditoriale de non-fiction, de questionner les bandes dessinées de « non fiction ». La bande dessinée de reportage, que l’on peut entrevoir comme un type de documentaire dessiné, est au coeur de la réflexion : Benjamin Caraco propose ainsi un décryptage des liens intimes entre journalisme et bande dessinée. immédiatement, des noms emblématiques, tels que celui de Joe Sacco, apparaissent à l’esprit. « Difficile de dissocier le reportage en bande dessinée de la figure de l’américain Joe Sacco. (…) Il finit par se lancer dans la synthèse de ses deux professions, rencontrant un succès certain avec ses ouvrages sur la Palestine ou le conflit yougoslave » (Benjamin CARACO, 2013, « Reportage(s) : Intimité du journalisme et de la bande dessinée« , non-fiction, 27 septembre 2013). Mais ses liens intimes sont plus anciens : Benjamin Caraco commence ainsi son article en rappelant que Tintin est, dans la bande dessinée d’Hergé, lui-même journaliste (au Petit Vingtième), tout comme son « concurrent », Spirou (au journal éponyme). Son article questionne et confronte ce que la bande dessinée fait au reportage et ce que le reportage fait à la bande dessinée. Une telle approche ouvre des pistes de réflexion plus larges : ce que la bande dessinée fait à la recherche et ce que la recherche fait à la bande dessinée (ce fut l’un des points-clefs de notre première journée d’études « Vulgariser par les bulles » : voir le compte-rendu d’Irène Le Roy Ladurie).
  • la question du « moi » en bande dessinée : L’exploration de la bande dessinée comme « documentaire dessiné » où le dessin traduit la réalité telle que perçue par la subjectivité de son auteur est également au coeur de l’entretien avec Etienne Davodeau, auteur de bandes dessinées telles que Rural ! ou Les Mauvaises Gens. Le dessin « est une manière de faire apparaître cette médiation permanente. L’autoreprésentation, et dieu sait que je n’aime pas me dessiner pourtant, est aussi une façon de souligner que je ne raconte, que ce que j’ai vu dans des domaines que je ne connais pas du tout, comme le vin, l’agriculture ou le syndicalisme. Mon « je » est une précaution. Je ne prétends pas montrer la vérité et moi-même j’apprends en faisant. C’est pour ça que je – non pas l’auteur cette fois-ci, mais le personnage de bande dessinée – suis sans arrêt dans le champ à poser des questions au vigneron, à l’agriculteur etc. C’est ma façon d’être honnête avec le lecteur » (Etienne DAVODEAU, 2013, « Dialoguer avec le réel« , entretien mené par Antoine TRICOT, non-fiction, 27 septembre 2013). La question de l’auteur en bande dessinée (voir également le dossier « Représenter l’auteur de bandes dessinées« , Comicalités, sous la direction de Benoît BERTHOU, et notamment l’article de Catherine MAO, 2013, « L’artiste de bande dessinée et son miroir : l’autoportrait détourné« , Comicalités, 28 septembre 2013). Cette question traverse également l’article de Chloé Dagiral qui questionne l’écriture de l’intime dans la bande dessinée (Chloé DAGIRAL, 2013, « Fertilité de l’ « écriture de soi » en bande dessinée contemporaine« , non-fiction, 27 septembre 2013).
  • la guerre et la violence, motifs pour penser les liens sciences/bande dessinée : Dans le dossier de non-fiction, on peut noter une très forte présence des thèmes de la guerre et de la violence (armée, politique, sociale). Plusieurs recensions croisées de bandes dessinées discutent ainsi du conflit israélo-palestinien (Jérôme SÉGAL, 2013, « Un flot de bulles venues du Moyen-Orient« , recension croisée de K.O. à Tel AvivGaza 1956 : En marge de l’histoireComment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) et Jérusalem. Portrait de famillenon-fiction, 27 septembre 2013), des syndromes post-traumatiques des militaires (Sébastien VAUMORON, 2013, « Vétérans d’Irak et d’ailleurs« , recension des ouvrages USA, Uriel, Samuel, Andrew de Will Argunas et Revenants de Maël et Marc Crépon, non-fiction, 27 septembre 2013) ou encore du conflit politique (William FOIX, 2013, « La fin de la Diêmocratie« , recension de l’ouvrage Une si jolie petite guerre de Marceline Truong, non-fiction, 27 septembre 2013). A noter que parmi les autres recensions de bandes dessinées déjà publiées sur le site non-fiction, la guerre  (« Mémoire et oubli en ex-Yougoslavie« ) et les violences – politique (« Le CA ou sociale (« Bidonvilles de Nanterre, quand l’image réconcilie l’histoire et la mémoire« ) – sont déjà des thèmes majeurs.

 

SOMMAIRE DU DOSSIER :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12/03/2014

    […] recension de ce dossier : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Un dossier : « Sortir des cases : Bandes dessinées et non-fiction » (non-fiction.fr) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 10 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *