Série Aya de Yopougon (4) : La représentation de la rue

Suite de la série Aya de Yopougon, avec un billet consacré à la rue comme objet géographique, tel que représenté dans la bande dessinée. Après avoir abordé la question des espaces domestiques pour montrer qu’ils ne sont pas tout à fait des espaces privés (au regard non de l’appartenance juridique, mais des pratiques spatiales et sociales), il s’agit ici d’appréhender la rue dans le quartier de Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980 (voir le billet apportant quelques éléments de contextualisation) pour discuter des pratiques spatiales des habitants. La très forte présence de la rue est soulignée dès les couvertures des premiers tomes (cette série de billets s’appuie sur les 3 premiers tomes de la bande dessinée). Par cette approche par la rue, la bande dessinée montre que « c’est bien l’échelle moyenne du quartier ou du sous-quartier qui tend à devenir le véritable espace de vie et de référence du citadin » (Janin, Pierre, 2001, « Une géographie sociale de la rue africaine (Bouaké, Côte d’Ivoire)« , Politique africaine, n°82, n°2/2001, p. 177).

 

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planche40_Vignette2

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40.

 

La rue, espace de rencontres et de sociabilisation
au coeur des pratiques spatiales, sociales
et politiques dans la ville africaine

 

Dans cette bande dessinée, la rue est très présente : c’est certainement l’espace le plus représenté, aux côtés de l’espace domestique. Si elle sert au récit, cette présence reflète avant tout le poids de la rue comme espace de vie et comme espace de sociabilisation dans les villes africaines. « La rue a longtemps occupé une fonction déterminante dans la fabrique de l’urbanité. Incarnant la césure entre la sphère publique et les multiples univers privés, elle assure traditionnellement la mise en relation des lieux, des fonctions, des groupes sociaux » (Antoine Fleury, 2004, « La rue : un objet géographique ?« , Tracés, n°5, p. 33). Dans la ville africaine, la rue comme espace public devient un véritable espace de rencontres et de sociabilisation : « pour de nombreux observateurs contemporains, la rue en Afrique apparaît moins comme un lieu de passage et de circulation que comme un espace investi au quotidien par un ensemble d’activités sociales, économiques, politiques et religieuses qui n’auraient pas trouvé place ailleurs » (Laurent Fouchard, 2006-2007, « Les rues de Lagos : espaces disputés/espaces partagés« , Flux, n°66-67, n°4/2006-1/2007, p. 62). La bande dessinée Aya de Yopougon dessine une géographie sociale de la rue africaine : cet espace est investi par la vie quotidienne des habitants de Yopougon : par le prisme des personnages, cette bande dessinée nous plonge dans une représentation (et non une présentation, la bande dessinée restant un matériau subjectif qui nous donne à voir la manière dont son/ses auteur(s) se représente(nt) des réalités spatiales) des territoires du quotidien d’habitants de Yopougon, dont les pratiques spatiales assez diversifiées montrent différentes manières d’habiter le quartier.

Tout d’abord, la bande dessinée montre la rue comme espace public où l’individu s’expose au regard des autres : la rue contraste avec l’espace domestique où se jouent certains drames familiaux. Dans la rue, les apparences reprennent, les querelles de famille restent de l’ordre de l’espace domestique (c’est-à-dire des territoires de l’intimité). Une mise en scène quotidienne se joue dans la rue : c’est l’un des points qu’aborde le récit de la bande dessinée, qui narre notamment le rôle des femmes, tout autant par le personnage d’Aya, jeune fille « atypique » qui désire devenir médecin et échapper ainsi aux « séries C : Coiffure, Couture et Chasse au mari » (tome 1, planche 18) que par les autres femmes, célibataires ou épouses, soumises ou libérées. Yopougon n’est pas seulement l’espace-scène de ces transformations sociales en cours dans la société ivoirienne de la fin des années 1970 : ce quartier en est un personnage, dans la mesure où, par l’accès à une certaine modernisation notamment, il participe de ces évolutions.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 57.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 57.

 

De plus, la bande dessinée nous donne à voir la rue comme espace de l’informel (à ne pas confondre avec « illicite »). Parce qu’elle est espace de passage et de circulation d’une part, et espace de rencontres et de sociabilisation d’autre part, la rue africaine est souvent présentée « comme étant par excellence un lieu d’urbanité – entendue ici dans le sens que lui donne F. Choay (1994), c’est-à-dire comme étant l’articulation de la morphologie urbaine et d’une certaine forme de convivialité » (Steck, Jean-Fabien, 2006-2007, « La rue africaine, territoire de l’informel ?« , Flux, n°66-67, n°4/2006-1/2007, p. 73).

« Le développement des petites activités commerciales et artisanales appartenant à ce que l’on a pris coutume d’appeler l’informel s’accompagne le plus souvent d’une importante occupation de la rue, sous diverses formes ambulantes et sédentaires, temporaires et permanentes. Cette présence en fait aujourd’hui un élément incontournable de la description des paysages urbains, notamment dans les villes africaines au point que certains auteurs y voient un « marqueur culturel urbain » » (Steck, Jean-Fabien, 2006-2007, « La rue africaine, territoire de l’informel ?« , Flux, n°66-67, n°4/2006-1/2007, p. 73).

Le géographe Jean-Fabien Steck (qui a consacré sa thèse de doctorat en géographie aux Territoires de l’informel : les petites activités de rue, le politique et la ville à Abidjan) a écrit plusieurs articles proposant de décryptant la réalité de l’informel dans la production de l’urbain et de l’urbanité. Il note notamment « combien la rue représente pour les activités de l’informel à la fois une ressource entrepreneuriale, que l’on peut décrire en suivant les stratégies de commerçants et artisans à la recherche d’espaces marchands « ouverts », et une opportunité foncière. Cette première approche, qui est au principe même de la visibilité des activités informelles de rue, ne doit évidemment pas conduire à évacuer la dimension circulatoire: elle est pour ces activités vitale, permettant la circulation des consommateurs, des marchandises et même des commerçants eux-mêmes, colporteurs ou non. Densité de la présence informelle dans les rues et conditions de bonne circulation semblent toutefois plus souvent contradictoires que complémentaires: l’encombrement caractéristique du paysage des quartiers où les activités informelles sont nombreuses et dynamiques en est une bonne illustration. Outre l’identification des différents conflits d’usage qui dans ce contexte peuvent alors émerger, dépassant d’ailleurs amplement la seule question circulatoire, c’est à l’étude de leur difficile gestion et régulation qu’il faudra in fine se consacrer en tentant de chercher à comprendre, de façon transversale, à quoi renvoie, dans ce contexte particulier, la notion d’« espace public ». » (Steck, Jean-Fabien, 2006-2007, « La rue africaine, territoire de l’informel ?« , Flux, n°66-67, n°4/2006-1/2007, p. 74).

Les territoires de l’informel apparaissent par le biais de plusieurs personnages : que ce soit Adjoua, une amie d’Aya, que l’on voit dans les tomes 2 et 3 vendre des claclos (« petites boulettes de banane plantin mûres, mélangées avec la farine, des oignons, du sel, un peu de piment ou pas, que l’on frit« , lexique, tome 2) ou par les personnages que l’on entraperçoit dans les déplacements des personnages, la bande dessinée Aya de Yopougon montre la rue comme l’espace de très nombreuses activités informelles. Une partie du commerce, notamment alimentaire, se déroule dans la rue. La rue est avant tout présentée comme un espace de vie, un espace de rencontres et un espace de sociabilisation, et pas seulement comme un espace de circulation.

Les lieux de l’informel à Abidjan, esquisse de typologie par quartier et par activité

Les lieux de l’informel à Abidjan, esquisse de typologie par quartier et par activité
Source : Steck, Jean-Fabien, 2006-2007, « La rue africaine, territoire de l’informel ?« , Flux, n°66-67, n°4/2006-1/2007, p. 75.

 

La rue est également un espace approprié par les habitants. La rue comme espace de sociabilisation est avant tout la rue du quartier, celle dans laquelle les enfants jouent, grandissent et qui reste un espace de rencontres et un espace de vie à l’âge adulte. La bande dessinée Aya de Yopougon montre, par le déplacement d’Aya et de Bintou dans le tome 2 à Koumassi (une autre commune abidjanaise), combien celles-ci sont des inconnues dans une rue d’un autre quartier que le leur. Pourtant, la rue reste accueillante, et reste cet espace de sociabilisation, où le dialogue est facilité, et où on aperçoit d’autres pratiques spatiales de la rue que celle d’un seul espace de circulation. « Bien qu’ouverte au plus grand nombre, la rue n’est en général pas pratiquée de la même manière par tous » (Antoine Fleury, 2004, « La rue : un objet géographique ?« , Tracés, n°5, p. 37). La bande dessinée Aya de Yopougon peut être une excellente introduction pour découvrir d’autres pratiques spatiales de la rue que les pratiques qui lui sont associées en France (où, à part des rues hautement symboliques, elle est généralement un espace de circulation en premier lieu) et pour appréhender le poids de ces pratiques dans la construction d’un habiter.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006, Aya de Yopougon, tome 2, planche 94.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006,
Aya de Yopougon, tome 2, planche 94.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006,Aya de Yopougon, tome 2, planche 95.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006,
Aya de Yopougon, tome 2, planche 95.

 

Enfin, pour qui aurait lu des travaux portant sur les crises ivoiriennes (crise économique et crises politiques depuis les années 1990-2000), l’absence d’un critère d’identité et d’identification de « l’Autre » dans cet espace public va frapper à la lecture de cette bande dessinée. Comme précisée plus haut, cette bande dessinée n’est pas seulement située dans l’espace, elle l’est aussi dans le temps. Point d’ « ivoirité » dans Aya de Yopougon. Si les prénoms constituent des « repères » identitaires (Aya et Adjoua sont, par exemple, des prénoms akan), la bande dessinée met en scène une Côte d’ivoire qui n’est pas encore soumise aux discours sur l’ivoirisation de l’emploi (voir notamment : Fromageot, Audrey, 2006, « Agriculture et conflits en Côte d’Ivoire : terroirs maraîchers, territoires disputés« , Géoconfluences, dossier « Afrique subsaharienne : territoires et conflits », 15 janvier 2006) et sur l’ivoirité (notamment dans le processus électoral : voir notamment Bouquet, Christian, 2007, « La crise ivoirienne par les cartes« , Géoconfluences, dossier « Afrique subsaharienne : territoires et conflits », 4 juin 2007). Un autre repère de l’identité des personnages est visible par leur rapport au village : pour des enterrements, des fêtes de famille ou différentes décisions familiales, les personnages se rendent dans leur village d’origine, ce qui témoigne de la très forte proportion de la population ivoirienne dans la ville nouvelle de Yopougon, construite pour accueillir les néo-citadins (le « miracle ivoirien » ayant produit un très fort exode rural, principalement en direction de la métropole ivoirienne, Abidjan). Par ce rapport au village, la bande dessinée situe les personnages et leur identité : ce sont des Ivoiriens (et non des « étrangers », c’est-à-dire des migrants venus s’installer en Côte d’Ivoire, attirés par le « miracle ivoirien » qui fait d’Abidjan une importante centralité migratoire ouest-africaine dans les années 1970/1980). Néanmoins, la bande dessinée Aya de Yopougon, parce qu’elle est fortement située dans le temps et dans l’espace (le quartier de Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980), se fait le témoin (certes subjectif, le regard étant celui de Marguerite Abouet et de ses souvenirs) d’une période où la rue n’est pas l’espace des dérives politiques et de la tentation ethnonationaliste qui émergera dans les années 1990. La rue, dans Aya de Yopougon, s’offre à une population ivoirienne, qui, par son appropriation, lui donne une fonction assez différente de celle que nous entendons généralement en France, en la détournant en partie de sa fonction de circulation.

 

==> Comme les précédents, ce billet ne prétend pas à l’exhaustivité, mais pose quelques éléments de réflexion sur l’apport d’une oeuvre dans la réflexion en sciences humaines et sociales, tout particulièrement dans ce cas en études urbaines. La rue, au croisement entre géographie urbaine, sociale et culturelle et sociologie urbaine et politique, n’est pas seulement un espace-scène dans Aya de Yopougon : elle n’est pas un espace-décor, mais bien plus un espace-enjeu, dans la mesure où, par ses particularismes, elle « formate » l’habiter des personnages que la bande dessinée nous donne à suivre.

 

Pour aller plus loin : 

Géographie de la rue :

 

La rue en Côte d’Ivoire :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17/02/2014

    […] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (4) : La représentation de la rue », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 août […]

  2. 18/06/2014

    […] également à travers l’horizon des rues, “espace le plus représenté aux côtés de l’espace domestique”, que l’on peut […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *