Série Aya de Yopougon (3) : La représentation des espaces domestiques

Aya_de_YopougonAprès un billet introductif et un billet apportant quelques éléments de contextualisation (de manière non exhaustive) dans l’espace et dans le temps, voici le premier billet réellement consacré à une lecture géographique de la bande dessinée Aya de Yopougon. Pour inaugurer cette série, ce billet se penche sur les espaces domestiques et les territoires de l’intimité/intime. Ou tout du moins s’agit-il avant tout de questionner cette représentation des espaces domestiques comme un témoignage sur un habiter qui met en scène des pratiques particulières des territoires du quotidien : les espaces domestiques tels que représentés dans cette bande dessinée sont-ils des territoires de l’intimité tels que les conçoivent le premier public de cette bande dessinée (on tiendra compte ici du public français, dans la mesure où la bande dessinée a initialement été publiée en France) ? C’est parce que ces espaces sont particulièrement présents dans Aya de Yopougon que cette série de billets (qui s’appuie toujours sur les trois premiers tomes de la bande dessinée) se devait de s’attarder sur les espaces domestiques.

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planche15_Vignette1

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 15.

Cette prégnance de l’espace domestique dans cette bande dessinée n’est pas sans rappeler celle des albums pour enfants : tout comme l’espace scolaire, la maison est très fortement représentée dans la littérature de jeunesse, tout particulièrement dans les albums illustrés (Frouillou, Leila, 2011, « Les albums pour enfants et les géographies de l’enfance. l’exemple des représentations de la maison« , Carnets de géographes, n°5, rubrique Carnets de lectures ; Meunier, Christophe, 2012, « La géographie des espaces domestiques dans les albums pour enfants« , Cafés géographiques, rubrique Vox geographi). Cette représentation des espaces domestiques a souvent pour objectif non seulement de situer le récit, mais aussi de constituer un espace de référence pour l’apprentissage de l’enfant. « La maison comme entité occupe donc une place importante dans l’imaginaire spatial et affectif des enfants » (Frouillou, Leila, 2011, « Les albums pour enfants et les géographies de l’enfance. l’exemple des représentations de la maison« , Carnets de géographes, n°5, rubrique Carnets de lectures).

Dans la bande dessinée Aya de Yopougon, l’objectif des auteurs n’est, bien évidemment, pas le même. Mais on peut tout de même rapprocher sur très forte représentation des espaces domestiques à sa forte présence dans les albums pour enfants : ces espaces ne sont pas seulement des espaces-scènes, des repères qui permettent de situer le récit. Ils participent, tout comme l’identité du quartier (qui sera abordée dans le prochain billet de cette série), du récit : c’est parce qu’ils ont une fonction sociale très importante que certaines scènes s’y déroulent. Ainsi, les espaces domestiques dans cette bande dessinée permettent à la fois au lecteur de se situer dans le temps et dans l’espace (voir le billet introductif), mais aussi lui permettent de parfaire sa connaissance de l’habiter dans Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980.

Les espaces domestiques ne sont pas seulement un habitat : ils « formatent » l’habiter, polarisent les pratiques spatiales et participent aux actions en permettant aux personnages d’agir, selon leur rôle et leur éventuelle transgression face à ce rôle, au coeur du foyer familial. « L’espace domestique dans la ville africaine est le reflet d’une culture urbaine où règne la précarité et où les héritages autochtones cohabitent avec la modernité » (Durang, Xavier, 2001, « L’espace domestique dans la ville africaine. L’exemple du quartier musulman de Yaoundé« , Annales de géographie, vol. 110, n°620, p. 364). Voici quelques pistes de réflexion sur l’apport de cette bande dessinée comme matériau pour comprendre la géographie des espaces domestiques dans le quartier de Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980.

 

Les espaces domestiques à Yopougon
à la fin des années 1970/début des années 1980 :

Un espace-temps révélateur
des transformations
abidjanaises

 

Les espaces domestiques, tels que représentés dans la bande dessinée Aya de Yopougon, donnent à voir à la fois les spatialités de familles abidjanaises dans un espace-temps particulier (celui du « miracle ivoirien » dans un quartier à très forte identité) et une « géographie des âges » (pour reprendre la formule du géographe Paul Claval dans Géographie culturelle) qui permet de montrer comment les Yopougonnais pratiquent différemment leurs territoires du quotidien en fonction de leur âge. Les espaces domestiques peuvent être, en fonction des individus, des espaces de jeux (pour les enfants de bas âge qui y passent une très grande partie de leur temps – les enfants plus grands partageant leur temps entre l’espace domestique et la rue), des espaces d’enfermement (pour certaines jeunes filles, très surveillées par leur père, qui leur interdisent des sorties nocturnes : par le personnage d’Adjoua, une amie d’Aya, la bande dessinée montre également les contournements de ces « normes spatiales »), des espaces de privation (pour Albert, le frère d’Adjoua, dont on découvre progressivement qu’il ne peut être lui-même dans cet espace, et se trouve enfermé dans le rôle qu’on attend du fils aîné) ou des espaces-refuges.

Cette géographie des âges peut également émerger de la confrontation de deux bandes dessinées de Marguerite Abouet : Aya de Yopougon qui met en scène les spatialités des adultes et Akissi qui met en scène les spatialités des enfants, toutes deux situées dans le temps et dans l’espace à Yopougon dans la fin des années 1970/début des années 1980 (dans Akissi, bande dessinée pour la jeunesse, Marguerite Abouet met en scène sa propre enfance à Yopougon). Les deux bandes dessinées ne se croisent pas par leurs personnages (si dans Aya de Yopougon, la petite soeur d’Aya s’appelle également Akissi, ce ne sont pas les mêmes petites filles, Akissi, dans la bande dessinée éponyme, n’ayant qu’une grande soeur de 4 ans de plus qu’elle, qui ne pourrait être Aya). Pourtant, les deux bandes dessinées entretiennent un lien très fort : celle d’un espace-temps à très forte identité, qui représente pour l’auteur le territoire de son enfance. C’est donc un rapport très intime qu’entretient la scénariste avec cet espace-temps.

Pour revenir à la question des espaces domestiques dans Aya de Yopougon, une première approche permet, par le prisme de la bande dessinée, d’entrer dans l’espace domestique d’Aya et de sa famille. La première planche du premier tome montre un poste de télévision. Progressivement, la vue s’élargit, et Aya présente tour à tour les membres de sa famille. Cette présentation permet de mettre en scène la place centrale de la télévision dans la pièce centrale de la maison : le salon qui polarise, dans toute la bande dessinée, les espaces de la famille. C’est dans le salon que les membres de la famille se réunissent pour des moments de partage aussi différents que prendre décisions familiales, regarder la télévision, répondre au téléphone, lire le journal… Les actions que nous montrent la bande dessinée dans le salon font de cette pièce un espace de partages pour la famille, mais aussi un espace de partages entre la famille et ses invités. La très forte présence de cette pièce dans Aya de Yopougon témoigne de son rôle dans l’espace domestique et dans la vie quotidienne de la famille.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 1.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 1.

 

Les intrusions dans le salon sont l’objet, dans le récit de la bande dessinée Aya de Yopougon, de nombreuses scènes, mêlant l’humour et la description de drames familiaux , mais aussi la description de profonds changements sociétaux qui parfois entrent en conflit avec d’autres conceptions de la vie urbaine tout comme de la société ivoirienne en général. Le lecteur se trouve confronté à une autre conception de l’espace domestique que la sienne (la bande dessinée Aya de Yopougon, initialement publiée en France aux éditions Gallimard, a été traduite en 16 langues en 2013), qui renvoie aux questionnements de la géographie de l’espace domestique dans la ville africaine.

« L’espace domestique renvoie, dans les sociétés occidentales, à l’idée d’une intimité très prégnante (privacy chez les anglo-saxons) et d’une appropriation individuelle de l’espace. Cette attitude de repli sur soi existe-t-elle dans les quartiers populeux de la ville africaine ? Le surpeuplement des maisons, la permanence des obligations communautaires, la confusion entre l’espace du travail et l’espace domestique véhiculent de fait une autre conception du chez soi, beaucoup plus ouverte sur l’espace public. Les modes d’appropriation physique, le choix des meubles ou de la décoration, sont l’expression de logiques communautaire et sociale où la soumission au regard extérieur est primordiale » (Durang, Xavier, 2001, « L’espace domestique dans la ville africaine. L’exemple du quartier musulman de Yaoundé« , Annales de géographie, vol. 110, n°620, p. 365).

L’espace domestique n’est donc pas un espace totalement privé. La porte ne fait que partiellement fonction de seuil, séparant le dehors et le dedans, mais ne séparant pas tout à fait les territoires de l’intime de l’espace public. La bande dessinée montre bien cette fonction de la porte, qui n’est pas fermée à clef, laissant aux voisins la possibilité d’entrer sans une autorisation formelle. Dans cette perspective, l’habiter qui est représenté dans la bande dessinée Aya de Yopougon met en scène des pratiques de l’espace domestique assez contrastées avec celles du « premier » public (entendons ici celui qui a été ciblé par l’éditeur lors de la parution de la première édition du premier tome, à savoir le public français). L’espace domestique n’est pas un territoire-sanctuaire totalement approprié par les membres de la famille, qui mettent, par la porte et surtout par sa fermeture, de la distance entre l’espace public et l’espace privé. On ne définit pas ici « espace public » et « espace privé » par des critères juridiques relevant des droits fonciers, mais par rapport aux perceptions et aux (non-)appropriations par les habitants de ces espaces.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006, Aya de Yopougon, tome 2, planche 25.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006, Aya de Yopougon, tome 2, planche 25.

 

Ces pistes de réflexion sur Aya de Yopougon comme matériau pour étudier les espaces domestiques à Abidjan permettent de comprendre combien cette bande dessinée ne s’appuie pas sur les réalités spatiales comme des espaces-scènes (des espaces qui ne serviraient alors que de « décor », que de fond visuel), mais comme des éléments urbains qui participent aux actions et réactions des personnages. L’approche par les paysages urbains (mettant en scène les habitations comme des éléments de ce « décor » urbain) ne serait pas suffisante pour appréhender la richesse de cette bande dessinée comme témoignage subjectif sur un habiter spécifique situé dans le temps et dans l’espace. Davantage que les éléments du mobilier, ce sont les manières dont les personnages s’approprient ou non les espaces domestiques de leurs voisins, qui renseignent le lecteur sur le degré de proximité et/ou le statut social de chacun dans la vie quotidienne. Aya et ses amies pénètrent aisément dans les chambres des unes et des autres, tandis que Félicité, la bonne de la famille d’Aya, ne pénètre que dans les chambres de cette famille. 

En effet, les chambres sont, elles aussi, représentées : la bande dessinée montrent que l’accès aux chambres se fait à partir du salon. Les chambres des parents, contrairement à celles des enfants, ne sont pas représentées dans les trois premiers volumes de la bande dessinée. Par la chambre, Aya de Yopougon nous montre un espace de surpeuplement, dès les premières planches du tome 1, avec la chambre d’Adjoua, partagée avec ses frères, soeurs et cousins. Si dans les planches 4 et 5, on aperçoit Adjoua se préparer dans sa chambre, qui paraît alors vide, et peut apparaître comme un territoire de l’intime consacré à la jeune femme, cette impression est très vite démentie : les planches 13, 14 et 15 montrent en effet la même chambre, la nuit. Hyacinte, le père d’Adjoua et ami d’Ignace (le père d’Aya), vient « compter ses enfants », que l’on découvre tous dormant dans la même pièce.

« Hé, faut pas que j’oublie d’aller compter mes enfants.
On ne sait jamais.
Un pied… Deux pieds… Ça fait une personne… Un pied… Deux pieds… Deux personnes… Un pied…
Donc, j’ai dit six là, plus deux en haut, plus…
Neuf ! Donc six pour moi, mes deux nièces et mon vaurien de neveu.
Ils sont tous là.
 » (Aya de Yopougon, tome 1, planches 13 et 14).

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 4.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 4.

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planche14

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005,
Aya de Yopougon, tome 1, planche 14.

Par la bande dessinée, on aperçoit quelques-unes des problématiques démographiques dans la métropole ivoirienne dans la fin des années 1970/début des années 1980. Si la bande dessinée n’a pas pour objectif d’être un cours de géographie urbaine ou de démographie, la représentation des espaces domestiques permet au lecteur de découvrir (partiellement et subjectivement) les dynamiques démographiques et leurs conséquences sur l’habitat et l’habiter. Il faut tenir compte des particularités de l’espace yopougonnais (et ne pas généraliser cet habiter à l’ensemble d’Abidjan) : Philippe Antoine et Claude Herry notent ainsi, en analysant les évolutions démographiques d’Abidjan entre 1955 et 1978, que « le Nord et l’Ouest sont des quartiers d’accueil de jeunes ménages ivoiriens, d’où une forte proportions d’enfants de moins de 5 ans, le creux plus marqué de 5 à 15 ans, et la surreprésentation des femmes adultes » (Antoine, Philippe et Claude Herry, 1983, « La population d’Abidjan dans ses murs. Dynamique urbaine et évolution des structures démographiques entre 1955 et 1978 », cahiers ORSTOM, série Sciences Humaines, vol. 19, n°4/1983, p. 382). Dans la ville coloniale (première période d’extension de l’agglomération abidjanaise : 1912-1950 – la seconde phase notée par les auteurs étant celle de la ville portuaire 1950-1970, et la troisième phase celle du nouveau périmètre 1970-1981, dans lequel se situe Yopougon), ces équilibres démographiques seraient notablement différents. L’habitat et les catégories socioprofessionnelles des habitants seuls ne suffiraient pas à expliquer cette pratique de l’habitat, tel que scénarisé dans Aya de Yopougon. Le quartier a non seulement une très forte identité (voir le prochain billet de cette série), mais aussi une place particulière dans l’histoire de l’urbanisation de la ville. La bande dessinée, située dans le temps et dans l’espace, plonge le lecteur à la rencontre d’un habitat caractérisé par les profondes transformations urbaines et sociales d’Abidjan dans cette période de « miracle ivoirien ».

Néanmoins, les représentations de la chambre des enfants dans les différentes familles permettent la mise en scène des différentes catégories sociospatiales dans le quartier, et par les espaces domestiques, le lecteur découvre partiellement les manières inégales dont la société abidjanaise est affectée par ce développement économique. Une seconde approche consiste donc à confronter les différents espaces domestiques que nous donnent à voir la bande dessinée. Ceux de la famille d’Aya mettent en scène l’espace domestique d’une famille qui a accédé à la « classe moyenne ». Si une classe moyenne émerge dans les années 1960-1970 en Côte d’Ivoire, le quartier de Yopougon est l’espace de vie tant d’une partie de cette classe moyenne qu’une partie des classes dites « populaires ». Le foyer de la famille d’Aya représente un habitat pour la classe moyenne (son père est cadre à la Solibra, une fabrique de bière, et sa mère est « assistante de direction chez Singer et guérisseuse à ses heure ») : on accède à la maison par une petite cour intérieure, et l’espace domestique est partagé par les 5 membres de la famille (le père Ignace, la mère Fanta, Aya, son petit frère Fofana et sa petite soeur Akissi) et Félicité, la bonne, qui n’est pas présentée dans le premier portrait familial (3 premières planches du premier tome). Dans ce foyer, le salon est assez vaste et les meubles nombreux (tome 1, planche 50). Cet espace domestique contraste avec d’autres, tels que le foyer de la famille de Mamadou, dont le salon (tome 2, planche 25) est davantage dépouillé, les meubles sont moins riches et moins nombreux. Comme espace domestique qui ne peut être totalement considéré comme un espace privé au sens d’une coupure très nette entre l’espace public et les territoires de l’intime, le salon participe de la place des familles dans la société ivoirienne, et tout particulièrement dans la vie de quartier. Ils « situent » chaque famille dans son poids social dans le voisinage.

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planche50_Vignette1

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 50.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006, Aya de Yopougon, tome 2, planche 25.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2006, Aya de Yopougon, tome 2, planche 25.

Une troisième approche consiste à prendre en compte combien cette bande dessinée est située dans le temps et dans l’espace. Les espaces domestiques que nous donnent à voir la bande dessinée sont ceux du quartier de Yopougon, sorte de « ville nouvelle » fortement planifiée (voir le billet proposant quelques éléments de contextualisation). Les espaces domestiques auraient été très différents si la bande dessinée prenaient place dans un autre quartier abidjanais. En effet, d’autres quartiers d’Abidjan connaissent une implantation bien plus accrue des habitats précaires, tout particulièrement à Port-Bouët, Koumassi et Attécoubé.

« Très tôt donc, Abidjan se trouva dans l’incapacité de fournir des logements aux flots de migrants que ses fonctions administratives, ses chantiers et son industrie embryonnaire attirèrent. Pour les migrants acculés par la crise du logement, une solution existe : sur les terres du nord de la ville, c’est l’investissement des espaces vides, avec l’aide des propriétaires Ebrié. Au sud, dans les marécages ou sur le littoral sablonneux, vides d’hommes, on n’en réfère à aucune autorité pour s’installer au voisinage des chantiers, des établissements manufacturiers ou des entrepôts. L’espace abidjanais est ainsi truffé de campements et de vastes quartiers précaires, tous illégaux, plus ou moins salubres, renfermant en 1973 près de 30 % de la population urbaine contre 21,7 % en 1963. Vridi canal, Zoé Bruno, etc., sont quelques survivances de ces nombreux établissements illégaux précaires » (Aloko-N’Guessan, Jérôme et Rémi N’Dahoule-Ya, 2010, « La planification urbaine à l’épreuve des pratiques résidentielles dans la métropole ivoirienne », dans Aloko-N’Guessan, Jérôme, Amadou Diallo et Kokou Henri Motcho, 2010, Villes et organisation de l’espace en Afrique, Karthala, collection Maîtrise de l’espace et développement, Paris, p. 68).

Si Yopougon est affecté par ce processus d’urbanisation informelle, ce n’est pas le quartier d’Abidjan qui  a connu la densification de l’habitat précaire la plus accrue. Au contraire, l’existence même d’une très forte planification dans la production de cette périphérie abidjanaise avait pour objectif de pallier à cette surdensification dans certains quartiers abidjanais. « Ainsi Yopougon, malgré sa proximité, devait peser sur l’évolution d’Abidjan et corriger certains déséquilibres de structure pénalisant pour la métropole : en particulier l’opposition entre la localisation des emplois dits « modernes », les seuls à avoir été considérés comme potentiellement porteurs de développement, au sud de la lagune, et la localisation des extensions résidentielles au nord. Yopougon devait certes permettre d’absorber la croissance démographique abidjanaise, avec Abobo et Cocody-Riviera, mais elle devait en plus offrir à ses résidents des emplois in situ » (Steck, Jean-Fabien, 2008, “Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien“, Autrepart, n°47, n°3/2008, p. 231).

Ainsi, l’espace-cour est aussi très présent dans la bande dessinée. Il révèle là une particularité yopougonnaise. Si les quartiers populaires plus anciens d’Abidjan se caractérisent par un habitat sur cours (voir notamment Tratnjek, Bénédicte, 2010, « Carte postale d’un habitat sur cour (Abidjan)« , Cafés géographiques, rubrique Cartes postales du monde, 23 juin 2010 et les références bibliographiques proposées en fin d’article), Yopougon est un quartier de construction récente (années 1960) qui traduit la volonté d’abandonner le puits collectif au coeur de la cour collective, pour laisser place à un habitat plus « moderne » (on ne discutera pas ici de l’aspect subjectif de cette notion, en constatant uniquement que les critères de la modernité voulue dans la planification de cette périphérie urbaine dépendait, évidemment, de critères subjectifs de ce qui fait modernité).  Yopougon peut être considérée comme une « sorte de « ville nouvelle » essentiellement consacrée aux couches moyennes de la population abidjanaise » (Keita, Sarangbé, 1983, « Deux cours et un immeuble. Témoignage de vingt femmes d’Abidjan sur leur vie quotidienne », Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines, vol. 19, n°4/1983, p. 530). Cette vaste périphérie abidjanaise est à la fois le produit du « miracle ivoirien » (elle se développe après l’indépendance, comme marqueur spatial de l’attractivité et de la croissance de la métropole ivoirienne) et le reflet de ce « miracle ivoirien » (par sa morphologie comme par son paysage, elle est la traduction spatiale d’une volonté d’entrer dans la « modernité » – selon les critères de l’époque bien évidemment). Dès lors, le « traditionnel » (tout comme pour la « modernisation », on maintiendra les guillemets pour désigner ce qui est perçu comme « traditionnel », tant ces deux notions dépendent de construits sociaux qui ne reposent pas sur des critères objectifs) habitat sur cour n’a pas sa place dans cette périphérie, et laisse place à des immeubles et des maisons (qui ont leur cour, mais ne sont pas un habitat collectif où la cour est un espace privé partagé entre plusieurs familles, polarisé par le puits central). Si l’abandon de l’espace-cour (comme espace de sociabilisation et de grandes solidarités, notamment pour les nouveaux arrivants à Abidjan) a parfois été vécu comme une difficulté, l’habitat plus moderne de Yopougon « d’un standing de logement incontestablement supérieur » (Keita, Sarangbé, 1983, « Deux cours et un immeuble. Témoignage de vingt femmes d’Abidjan sur leur vie quotidienne », Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines, vol. 19, n°4/1983, p. 532). Cet accès, dans le quartier de Yopougon par rapport à des quartiers plus anciennement bâtis d’Abidjan, à des éléments du confort moderne se traduisent par une nouvelle utilisation de la cour. Si la bande dessinée avait été située dans un autre quartier, tel que Treichville, l’habitat sur cour aurait participé d’une autre représentation de l’habiter urbain. Ici, Yopougon n’est pas seulement un espace-décor : le quartier, par son identité et ses particularités, participe du récit. La cour reste peu présente dans la bande dessinée (bien moins que l’intérieur de l’espace domestique ou la rue). La cour est tout d’abord présentée comme l’espace des enfants (caractéristique que l’on retrouverait également dans l’habitat sur cour), tout particulièrement comme l’espace de jeu privilégié de la petite enfances (on voit notamment les petits frères et soeurs d’Aya – peu présents en tant que personnages – jouer dans la cour, le plus souvent sous la surveillance de Félicité, la jeune fille recueillie par les parents d’Aya). C’est aussi un espace de passage pour les adultes, qui marque un seuil entre la rue comme espace public et l’intérieur de l’espace domestique comme espace privé. Enfin, la cour est représentée comme un espace féminin : on n’y voit régulièrement les femmes s’affairer (pour étendre le linge, surveiller les enfants ou nettoyer la cour). En effet, la différence entre les pratiques spatiales des hommes et des femmes, dans l’espace domestique comme dans l’espace public, est un point central de la dimension géographique de cette bande dessinée.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 14.

 

Au fur et à mesure qu’avance le récit, d’autres espaces domestiques sont présentés au lecteur : très rapidement, on aperçoit le quartier de Cocody par les espaces de vie de la famille Sissoko, dont le père, Bonaventure, est le patron d’Ignace, le père d’Aya (mais on gardera cet aspect pour un prochain billet dans cette série sur les représentations des inégalités sociospatiales dans la ville), ou encore, à partir de la fin du tome 2, par la découverte du quartier de Koumassi, lorsque Aya et Bintou partent à la recherche de Grégoire (personnage dont les spatialités seront, elles aussi, évoquées dans le billet sur les inégalités sociospatiales). Mais plus que les espaces domestiques, ces personnages seront abordés par l’espace public et le paysage urbain. Il est à noter que la bande dessinée représente principalement un type d’habitat (dont on peut se douter que c’est celui qui marquait le micro-quartier de l’enfance de Marguerite Abouet à Yopougon, puisqu’il est également très présent dans son autre bande dessinée sur ce quartier, Akissi). Si la cour est présente dans la bande dessinée et est représentée comme un espace semi-public, semi-privé, elle n’est pas caractéristique dans Aya de Yopougon de l’habitat sur cours, c’est-à-dire d’un habitat qui repose sur une cour commune. Pourtant, la « ville des cours » représente au début des années 1960 tout comme à la fin des années 1980 l’habitat de plus de 7 Abidjanais sur 10 (Antoine, Philippe, Alain Dubresson et Annie Manou-Savina, 1987, Abidjan « côté cours », Karthala/ORSTOM, collection Hommes et sociétés, Paris, 277 p.). La représentation des espaces domestiques dans Aya de Yopougon est donc fortement ancrée dans l’histoire de l’urbanisation de cette périphérie planifiée (ainsi, plus de 50 % de l’habitat à Yopougon en 1979 ont été réalisés par des sociétés immobilières, alors que ce type d’habitat est minoritaire dans les autres quartiers : Antoin, Philippe et al., 1987, op. cit., pp. 125-142) et dans la très forte identité de ce quartier (voir le billet suivant dans cette série). En tant que matériau, cette bande dessinée rappelle, si nécessaire, la pertinence de penser en procédant à des changements d’échelles, qui ne néglige pas le local, voire le micro-local, pour appréhender pleinement les réalités spatiales. Pour ne donner qu’un exemple : par le personnage de Jeanne (la secrétaire d’Ignace), le lecteur découvre rapidement un tout autre type d’habitat dans Abidjan (bien que la bande dessinée ne situe pas cet espace domestique que Jeanne va occuper temporairement) : un « entrer-coucher » (c’est-à-dire un studio). Les immeubles sont présents à Abidjan au moment où se situe le récit (surtout des petits immeubles locatifs où sont loués les fameux « entrer-coucher »), y compris à Yopougon, mais sont peu représentés dans la bande dessinée. C’est bien à l’échelle du micro-local que se joue le récit, dans un espace-temps qui, loin d’être un espace-scène, « formate » les réalités spatiales de tous les personnages.

Aya_de_Yopougon_Tome3_Planche27

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007,
Aya de Yopougon, tome 3, planche 27.

 

-> Dans la bande dessinée Aya de Yopougon, l’espace domestique est représenté comme un espace de partage, à la fois pour la famille (la chambre des nombreux enfants, l’accueil de membres de la famille tels qu’un cousin…) et pour les habitants du quartier (l’espace-cour et le salon pouvant être perçus comme des seuils entre la rue et les territoires de la famille). Ce que Xavier Durang écrit à propos du quartier de la Briqueterie à Yaoundé trouve, dans Aya de Yopougon, un très fort écho : « la conception de l’espace domestique se distingue de la notion d’espace privé pour des raisons qui tiennent à la fois du surpeuplement, de la permanence des obligations communautaires et de la confusion de l’espace domestique et de l’espace de travail » (Xavier Durang, 2001, « L’espace domestique dans la ville africaine. L’exemple du quartier musulman de Yaoundé« , Annales de Géographie, vol. 110, n°620, p. 364).

Dans la mesure où, dans toute société, « le foyer est le lieu privilégié d’institutions sociales essentielles : le couple et la famille » (Staszak, Jean-François, « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur« , Annales de Géographie, vol. 110, n°620, pp. 340), cette bande dessinée offre une représentation subjective de la place de cet espace dans les pratiques spatiales, mais aussi, par le dessin des différentes pièces, de son agencement spatial. Ce n’est pas seulement une représentation subjective de l’habitat, mais surtout des manières dont les personnages (en fonction de leur rôle, de leur âge, de leur sexe…) pratiquent et s’approprient l’habitat qui est ainsi mis en scène dans la bande dessinée Aya de Yopougon.

 

 

Pour aller plus loin :

Géographie des espaces domestiques :

 

A propos de l’habitat à Abidjan :

  • Haeringer, Philippe (dir.), 1983, « Abidjan au coin de la rue », Cahiers ORSTOM, série Sciences Humaines, vol. 19, n°4/1983.
  • Antoine, Philippe, Alain Dubresson et Annie Manou-Savina, 1987, Abidjan « côté cours », Karthala/ORSTOM, collection Hommes et sociétés, Paris, 277 p. 

 

La représentation des espaces domestiques dans les albums pour enfants :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 17/02/2014

    […] ivoirien »[27]). La bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace : la rue, les territoires de la fête ou encore les espaces domestiques qui nous sont donnés à voir […]

  2. 29/04/2016

    […] Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (3) : La représentation des espaces domestiques», carnet de recherches Sciences Dessinées, 23 juillet 2013, en ligne : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *