Série Aya de Yopougon (1) : introduction pour une géographie d’un quartier abidjanais dans les années 1970-1980 à travers une bande dessinée

aya-de-yopougonLa sortie de l’adaptation cinématographique de la bande dessinée Aya de Yougopon ce mercredi 17 juillet 2013 est l’occasion de questionner la géographie et la sociologie urbaines telles qu’elles sont représentées dans cette bande dessinée à grand succès. Aya de Yopougon se situe dans à la fin des années 1970/début des années 1980 dans le quartier de Yopougon (célèbre à la fois comme espace de la fête abidjanaise, mais aussi pour le rôle que ce quartier a tenu dans les violences post-électorales fin 2010/début 2011).

Cette bande dessinée est située dans le temps et dans l’espace : les années 1970 sont celles du « miracle ivoirien » et de l’émergence, notamment à Abidjan qui polarise les activités et le peuplement ivoiriens, d’une classe moyenne. Dans le temps, l’histoire se situe donc dans une période de prospérité économique à l’échelle de la Côte d’Ivoire. Dans l’espace, elle se situe à l’échelle du quartier : c’est par le prisme des territoires du quotidien d’Aya, jeune femme de 19 ans, que Marguerite Abouet propose de faire découvrir la ville dans laquelle elle a grandi. Cette échelle est déjà un repère pour le lecteur : la bande dessinée propose une géographie intime et subjective d’Abidjan. Le choix du quartier dans lequel se déroule l’histoire n’est pas neutre, lui non plus. Yopougon est non seulement un quartier à forte identité (notamment pour ses célèbres « maquis », des restaurants populaires en plein air, qui ont un très important rôle dans la sociabilisation et la rencontre), mais aussi un quartier en pleine évolution dans les années 1970. C’est enfin un quartier qui est un haut-lieu du « miracle ivoirien », que dépeint la bande dessinée en montrant les contrastes derrière le développement économique.

Cette série de billets s’appuye sur les 3 premiers tomes de la bande dessinée Aya de Yopougon et se propose d’interroger cette BD comme représentation de la ville, de l’habiter urbain, de la vie de quartier et de la société ivoirienne. Il ne prétend nullement à l’exhaustivité : non seulement de nombreuses réalités spatiales représentées dans la bande dessinée (le village, puis dans les tomes suivants les territoires de l’immigration, pour ne donner que deux exemples particulièrement emblématiques) ne sont pas ici abordées, mais aussi les points soulevés proposent avant tout une introduction à une approche géographique de cette bande dessinée, notamment autour de la question « Ville et Bande dessinée » (le laboratoire junior Sciences dessinées prépare, pour septembre une journée d’études à ce propos : de plus amples informations en août sur ce carnet).

 

Billets à suivre :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/04/2016

    […] Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (1) : introduction pour une géographie d’un quartier abidjanais dans les …», carnet de recherches Sciences Dessinées, 22 juillet 2013, en ligne : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *