Un livre : La Grande Guerre dans la bande dessinée

Plusieurs pistes de réflexion sont ouvertes par l’ouvrage La Grande Guerre dans la bande dessinée (de 1914 à aujourd’hui) : la représentation de l’histoire dans la bande dessinée, la représentation de la guerre dans la BD, l’histoire de la représentation de l’histoire dans la BD, l’enjeu de mémoire dans la BD, l’éducation à la mémoire par la BD, le pouvoir d’évocation de la bande dessinée, la bande dessinée dans l’histoire de la propagande, la territorialisation nationale des représentations de l’histoire dans la BD, la représentation des espaces de la guerre dans la bande dessinée…

C’est sur ce dernier point que s’attarde ce compte-rendu de lecture. Ce compte rendu de lecture a été publié sur le site des Cafés géographiques (que nous remercions d’avoir accepté de republier le compte-rendu sur ce carnet) et propose quelques pistes de réflexion autour de la représentation des espaces de la guerre dans la bande dessinée : il ne s’agit pas d’un compte rendu exhaustif (notamment autour de l’intérêt qu’offre cet ouvrage sur les liens entre Histoire et Bande dessinée, l’ouvrage mettant en exergue la représentation de la Grande Guerre dans différents genres de bandes dessinées, et pas seulement dans les bandes dessinées historiques), mais d’une lecture géographique autour de d’un ouvrage sur l’histoire de la Grande Guerre dans la bande dessinée.

 

La_Grande_Guerre_dans_la_Bande_Dessinee_1Vincent Marie et l’Historial de la Grande Guerre (dir.), La Grande Guerre dans la bande dessinée (de 1914 à aujourd’hui), Historial de la Grande Guerre, Péronne, 2009, 112 p.

Voilà un ouvrage qui intéressera d’emblée historiens, professeurs et passionnés : comment la bande dessinée complète et poursuit les « milliers de témoignages qu’ont laissés les soldats des pays belligérants au travers de leurs souvenirs ou leurs correspondances » (p. 9) ? Mais ces représentations subjectives de la Première Guerre mondiale, à travers ces récits dessinés que des historiens décryptent, dans cet ouvrage de l’Historial de la Grande Guerre, donnent aussi à voir des espaces de vie, des territoires vécus, des (im)mobilités des combattants et des civils. Si l’ouvrage ne place pas l’approche spatiale au cœur de son propos, celles-ci restent très présentes pour qui s’intéresse aux spatialités de la Grande Guerre. Bien évidemment, Jacques Tardi est « l’invité d’honneur » de cet ouvrage : « entre fiction et histoire, la construction d’un imaginaire de la Grande Guerre chez Jacques Tardi » (p. 41) montre non seulement le souci du dessinateur de représenter ce conflit au prisme d’une solide documentation, mais aussi combien cette intention de faire connaître la réalité de la guerre par la fiction devient une mise en scène des espaces de vie des combattants. (Im)mobilités dans cette guerre de tranchées, entre immobilisme défensif (dans des territoires de l’attente et de l’angoisse) et offensives militaires aussi sanglantes qu’inutiles (dans des territoires de la violence et de la barbarie). Mais également immersion au cœur des tranchées, dans les territoires du quotidien de soldats : dormir, manger, échanger des nouvelles ou troquer des cigarettes sur ce front.

La_Grande_Guerre_dans_la_Bande_Dessinee_2

Jacques Tardi, Vivement l’armistice, 2008.
Présenté dans La Grande Guerre en bande dessinée (p. 52).

Mais l’intérêt du géographe n’est pas dans cet ouvrage, stimuléé uniquement par les chapitres analysant la représentation des territoires de la guerre et des espaces de vie des combattants et civils. Les images de bandes dessinées produites pendant la Première Guerre mondiale sont elles-mêmes analysées en détail, entre construction de héros et de valeurs nationaux, et propagande produisant un ennemi « naturel ». Interroger de telles représentations amène le géographe à s’intéresser aux lieux de production et aux lieux de diffusion d’une telle utilisation de la bande dessinée. Bécassine et Les Pieds Nickelés découvrent ainsi les champs de bataille, et sont les parfaits exemples d’un tournant dans l’histoire de la propagande : « pour la première fois […], l’image supplante le texte : affiches, cartes postales, photos de presse et caricatures partent en guerre » (p. 31). Dans ce contexte, la bande dessinée n’est pas en reste, et devient elle aussi un lieu politique pendant la guerre, et un lieu de mémoire dans l’après-guerre. La bande dessinée comme vecteur de propagande, mémoire et contestation antimilitariste sont des thèmes largement abordés dans cet ouvrage : les processus de diffusion sont donc un des points sur lequel reviennent les auteurs des différents chapitres.

La_Grande_Guerre_dans_la_Bande_Dessinee_3

Caumery et J.-P. Pinchon, Bécassine chez les Alliés, 1917
Présenté dans La Grande guerre dans la bande dessinée (p. 35).

Autre manière d’aborder cet ouvrage par l’approche spatiale : la comparaison de la production nationale de bandes dessinées. Au prisme des chapitres consacrés à la bande dessinée allemande et des comics étatsuniens, ce sont des manières différentes de se représenter les territoires de la guerre qui sont interrogées. Au final, si cet ouvrage a été conçu avec une approche historique claire, il stimule l’intérêt de tout passionné de géographie qui ne manquera pas d’y voir les nombreuses problématiques spatiales qu’il soulève. Parce que la bande dessinée ne donne pas seulement à voir de l’Histoire, mais aussi de la Géographie.

A noter que cet ouvrage a été publié à l’occasion de l’exposition « Mobilisation générale ! 14-18 dans la bande dessinée » présentée en 2009 à l’Historial de la Grande Guerre (Péronne).

 

Source original du compte-rendu : Tratnjek, Bénédicte, 2010, « La Grande Guerre dans la bande dessinée (de 1914 à aujourd’hui) (Vincent Marie, Historial de la Grande Guerre, dir.) », Cafés géographiques, rubrique Des livres, 22 juin 2010, en ligne : http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=1960

 

Pour citer ce compte-rendu : Merci de prendre en compte la source d’origine.

 

Sommaire de l’ouvrage :

  • « Mythologies iconographiques de la Grande Guerre en bande dessinée » (Alain Chante et Vincent Marie)
  • « Images de guerre, guerre d’images. Les représentations de la Grande Guerre dans Bécassine et Les Pieds Nickelés » (Laurence van Ypersele)
  • « Entre fiction et Histoire : la construction d’un imaginaire de la Grande Guerre chez Jacques Tardi » (Vincent Tardi)
  • « Le Coeur des Batailles : une mémoire à l’oeuvre » (Catherine Barruel et Pierre-Yves Carlot)
  • « De l’enjeu de victoire des illustrés de 1914-1918 à l’enjeu de mémoire des bandes dessinées contemporaines : évolution de l’image de l’ennemi » (Luc Révillon)
  • « La Grande Guerre dans la bande dessinée allemande : l’embarras du silence » (Michael Hein)
  • « Quand les comics montent au front ! Evocations et représentations de la Grande Guerre à travers la bande dessinée anglo-saxonne (1914-2008) » (Joël Mak dit Mack)

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *