Série “Nairobi en bande dessinée” : les paysages de la richesse à Nairobi (3e billet)

Troisième billet de la série “Nairobi en bande dessinée” autour de l’utilisation de la bande dessinée de reportage La vie des autres à Nairobi de Patrick Chappatte dans l’enseignement de la géographie.

 

2. Nairobi « face visible » : espace-vitrine et paysages de cartes postales

Se représentant dans son hôtel, au bord de la piscine, en train de lire le Lonely Planet (planche 6), Patrick Chappatte rappelle pourquoi, malgré la réputation de ville la plus dangereuse d’Afrique, Nairobi attire des touristes en grand nombre : Nairobi n’est pas un espace attractif pour le tourisme, mais un espace de transit vers la savane où se rendent de nombreux touristes venus au Kenya pour un safari. Dès lors, le centre-ville de Nairobi est représenté à la fois un espace-vitrine pour touristes (par la présence du Lonely Planetet les allusions régulières au safari, par lesquelles se terminent la BD de reportage) marqué par des hôtels de luxe et un espace de travail pour les cadres (« les costumes-cravates », planche 5) marqué par de grands immeubles modernes. La première découverte de Patrick Chappatte avec cette ville correspond bien aux paysages de cartes postales qui sont vendus dans les guides touristiques. Le quartier des affaires est représenté sur une planche interactive (planche 5), le lecteur se déplaçant avec la narration de Patrick Chappatte, dans la planche étalée de gauche à droite. Le paysage urbain est ici donné à voir comme une carte postale, par un procédé qui n’est pas sans rappeler les vues panoramiques photographiques souvent utilisées pour photographier les « grands espaces » et les « beaux paysages », dans leur usage artistique comme dans leur usage courant. Un tel panorama rappelle les guides touristiques, les photographies vendues pour attirer les investisseurs : dans cette perspective, le quartier d’affaires de Nairobi est représenté comme un espace-vitrine. Avec Patrick Chappatte, le lecteur découvre ainsi ce que les étrangers perçoivent en arrivant à Nairobi.

 

Le quartier d’affaires de Nairobi, un espace-vitrine de la richesse dans la ville-capitale du Kenya
Après la page de couverture, premier aperçu de Nairobi que propose Patrick Chappatte.
Source : Patrick Chappatte, 2010, La vie des autres, à Nairobi, BD de reportage publiée dans Le Temps, 5 mars 2010, extrait de la planche 5.

 

L’imaginaire touristique autour du Kenya est peu urbain. Les photographies de Yann Arthus-Bertrand représentent bien comment le toponyme Kenya interpelle notre imaginaire spatial : derrière le tourisme de safari, le Kenya est vendu comme un espace de la « nature naturelle », sans que l’homme ne soit présent, ou de manière très ponctuelle. Cette présence est souvent davantage associée, dans cet imaginaire touristique, à une intégration de l’homme à la « nature naturelle » (l’homme qui s’adapterait à des paysages « naturels » pour vivre), alors même que de nombreux de ces paysages sont produits par le travail de l’homme (tels que les champs de thé). Mais c’est l’esthétique du « beau paysage » d’une part, et la présence d’une « nature sauvage » autour des animaux et des espaces protégés d’autre qui priment dans notre imaginaire spatial dès lors que l’on convoque le toponyme Kenya. Le géographe Denis Retaillé parle de « fantasme de la nature préservée jusqu’à l’homme »[1] : « les décalages sont sources de fantasmes, c’est ce que je retiens et les fantasmes sont aux origines des stéréotypes. Ce sont eux qui dominent tous les comptes-rendus, en deux catégories : les stéréotypes de l’authenticité de l’Afrique nature ; les stéréotypes de l’universalité dans l’Afrique sous-développée. Les deux sont probablement aussi inappropriés mais il est bien difficile de se doter d’une tierce posture, d’adopter une position nouvelle, trop originale des deux points de vue »[2].

 

De telles représentations touristiques et imaginaires permettent de questionner le poids de l’urbain et de l’urbanisation au Kenya. Loin des idées reçues et de l’imagerie de cartes postales, le Kenya est un pays où la croissance urbaine est particulièrement importante. « La densification du semis urbain s’accompagne surtout d’un gonflement du nombre des villes, des grosses et moyennes villes (classes de + 100 000 habitants et entre 100 000-20 000 habitants) dont le nombre a été multiplié par 4 en 10 ans. La classe des petites villes (entre 20 000 et 2 000 habitants) stagne, alors que la base de la pyramide urbaine (la classe des villes de moins de 2 000 habitants) augmente considérablement »[3]. « Corrélativement, la population urbaine s’agglomère surtout dans les grosses et moyennes villes. Malgré l’augmentation du nombre de très petites villes (< 2 000 habitants), la part des villes de moins de 20 000 habitants dans la population diminue »[4].

 

Autre représentation qui traverse l’imaginaire touristique : seul le toponyme de Nairobi semble être rattaché à l’urbain kenyan. Pourtant, Nairobi, si elle est la principale ville kenyane dont le développement a été favorisée par son site et sa situation (une ville coloniale qui constituait un carrefour commercial sur l’un des axes de transports majeurs en Afrique de l’Est), n’en est pas, pour autant, aujourd’hui une ville macrocéphale au sein du semis urbain kenyan. « La part de la ville de Nairobi dans la population urbaine diminue nettement au cours de la dernière période, puisque de plus du tiers en 1990, elle passe à tout juste le cinquième au dernier recensement [en 2000] » [5]. Le poids de Nairobi ne se mesure plus tant par la part de la population résidante, mais bien davantage par le poids économique et politique de la ville-capitale dans l’organisation spatiale du Kenya. C’est ce qui transparaît dans notre imaginaire spatial : à part Nairobi, peu de toponymes urbains kenyans sont généralement connus. La bande dessinée de reportage de Patrick Chappatte prend acte de notre imaginaire spatial, en présentant Nairobi comme « la capitale économique de l’Afrique de l’Est » (planche 5) et en nommant le pays seulement dans la planche 13 (il est question des « locaux » dans la planche 7), par un texte en petite lettre qui rappelle que la maison dessinée est une « maison kenyane » (planche 13). Les mentions au tourisme de safari (dès la planche 6) suffisent à situer le reportage dessiné. C’est davantage par ces références à l’imaginaire touristique que par la réalité du fait urbain au Kenya que le lecteur prend des repères géographiques dans cette BD.

 

Les espaces urbains sont donc représentés que par le biais de la ville-capitale, ce qui traduit aussi notre représentation des espaces d’Afrique subsaharienne : à l’exception notable de l’Afrique du Sud, peu de villes en dehors des villes-capitales sont connues dans notre imaginaire spatial pour cette région du monde (et encore, pas toutes les capitales). Il faut dire que l’imagerie d’une Afrique rurale reste bien ancrée dans l’imaginaire collectif : appréhender la BD de reportage de Patrick Chappatte en cours de géographie peut être une introduction à l’urbanisation de l’Afrique, en reprenant des faits structurants et en déconstruisant des idées reçues : l’ancienneté de l’urbanisation en Afrique subsaharienne avant la colonisation, la forte croissance urbaine qui n’affecte pas que les villes-capitales ou les agglomérations macrocéphales – souvent même la croissance urbaine est aujourd’hui bien plus dynamique[6] dans les petites et moyennes villes que dans les grands centres urbains, comme c’est notamment le cas en Afrique de l’Est, et notamment au Kenya. La réalité de la ville en Afrique subsaharienne est souvent méconnue ou mal-connue, et l’appréhension d’une telle réalité spatiale ne peut être mise en questions que par la seule question des contrastes socioéconomiques et sociospatiaux, dans la mesure où la ville elle-même comme réalité spatiale doit être contextualiser dans le temps et dans l’espace.

 

La densification du semis urbain au Kenya n’est pas le propos de la bande dessinée de reportage de Patrick Chappatte, mais celle-ci, en focalisant sur la ville-capitale, peut amener à s’interroger sur la réalité spatiale des autres villes kenyanes : percevrait-on la même « violence des contrastes géographiques »[7] ? Est-ce la macrocéphalie, la densité et/ou l’étalement de la ville-capitale qui produisent de tels contrastes ? La ville-capitale est bien, par le prisme de la bande dessinée, un espace-scène qui permet de dénoncer l’inégale répartition de la richesse à Nairobi en particulier, et peut-être plus généralement dans les très grandes villes (quelles qu’elles soient), du fait de la très grande proximité spatiale entre paysages de la richesse et paysages de la pauvreté. Cela interroge notamment la manière dont les très grandes villes dans le monde se donnent à voir aux touristes (le journaliste pouvant ici être entendu comme faisant un déplacement qui relève du tourisme d’affaires). Le regard du journaliste, à son arrivée dans la ville de Nairobi, est celui d’un touriste “ordinaire” qui parcourt une ville qu’on lui donne à voir par le biais (déformant donc) des parcours touristiques.

 

Ainsi, les espaces des riches sont représentés, dans la BD de reportage de Patrick Chappatte, à travers la présence des expatriés principalement. Si ceux-ci ne sont pas les seuls à constituer les classes aisées dans la ville de Nairobi, les rencontres de Patrick Chappatte lors de son reportage l’amènent à mettre en avant leur présence. Plusieurs types d’espaces des classes aisées sont donnés à voir :

  • les espaces de travail dans le quartier d’affaires comme paysage-vitrine du dynamisme économique,
  • les espaces domestiques par le prisme de leur sécurisation et de leur personnel,
  • les espaces de détente tels que des piscines (planche 6), le golf (planche 17) et les clubs (planche 17),
  • les espaces commerciaux (planche 16),
  • les écoles élitistes (planche 15),

 

La première représentation des espaces réservés aux élites (classes aisées kenyanes et expatriés) dans la BD de reportage de Patrick Chappatte est celle des territoires de l’enfance pour ces élites (planches 14 et 15). La planche 14 montre le témoignage de Fabienne, « une Suissesse, 15 années d’Afrique » représentée devant une maison où le lecteur aperçoit un panier de basketball au sein d’un jardin aménagé et doté d’un mobilier de jardin. Cette maison ne laisse pas transparaître un luxe ostentatoire, mais plutôt un espace domestique très semblable à beaucoup d’autres dans les pays dits du « Nord ». Apparaît ici une maison et son jardin tels que l’on se représente les espaces domestiques des classes moyennes du périurbain dans les pays développés. Le personnage de Fabienne déclare : « Regardez la qualité de vie qu’on a ici ! Les enfants sont gâtés ». Par le personnage de Fabienne, Patrick Chappatte introduit dans sa bande dessinée les différents espaces des expatriés à Nairobi. La planche suivante insiste davantage sur les espaces de l’élite locale et des expatriés, par le biais des espaces scolaires qui leur sont réservés, comme l’indique le prix de cette « scolarité impeccable (14 à 17 000 dollars par année) » (planche 15). L’International School of Kenya, que choisit Patrick Chappatte pour nous parler de cette enfance « gâtée » (planche 14), est un campus luxueux réservé à l’élite. Patrick Chappatte représente la piscine luxueuse dans un plan similaire que celui d’une des photographies présentées sur le site Internet de l’International School of Kenya. Les photographies que l’on y retrouve appuient davantage encore l’aspect luxueux (notamment par la végétation et l’architecture), la mondialité telle qu’elle s’enseigne (ou du moins telle qu’elle est vendue comme enseignement) de l’école et l’enclavement par l’espace de cette école (protégée de l’extérieur). Mais, ici, la planche de Patrick Chappatte évoque le luxe et l’ostentatoire par le texte qui met en avant le coût élitiste d’une telle scolarité.

L’International School of Kenya, une école élitiste
Source : Patrick Chappatte, 2010, La vie des autres, à Nairobi, BD de reportage publiée dans Le Temps, 5 mars 2010, planche 15.

 

 

Après l’école luxueuse, Patrick Chappatte représente le Village Market. Les espaces commerciaux dédiés aux classes aisées à Nairobi ont été au cœur de l’actualité en septembre 2013, du fait de « l’attaque meurtrière suivie d’une longue prise d’otages par un commando somalien dans le centre commercial de Westgate (Westgate Shopping Mall) à Nairobi, la capitale du Kenya, du 21 au 24 septembre 2013 (plusieurs dizaines de morts par arme à feu, plusieurs centaines de blessés) »[8]. Les centres commerciaux dans la ville de Nairobi sont à la fois des espaces de consommation et des espaces de sociabilisation. Pour la géographe Catherine Fournet-Guérin, « le centre commercial, le mallen anglais, c’est tout d’abord un vrai lieu de sociabilité dans une grande ville comme Nairboi qui compte quelque trois millions d’habitants. On y vient pour flâner, piur y faire des courses, pour se promener en famille ou entre amis, pour y fixer un rendez-vous d’affaires dans l’un des cafés ou restaurants »[9]. Patrick Chappate représente l’un de ces centres commerciaux, le Village Market (planche 16) : cette case permet de questionner la mondialisation[10] des centres commerciaux. « Les mallsd’Afrique, tout particulièrement des pays les plus développés d’Afrique, comme le Kenya, ressemblent en tous points à ceux d’Europe ou d’Amérique du Nord »[11]. La confrontation de la BD de reportage de Patrick Chappatte (planche 15) et de photographies du Village Market amène, dans un premier temps, à décrire le paysage dessiné par la présence du centre commercial : tant dans les matériaux, les formes urbanistiques que la végétation, la mondialisation se lit à travers l’uniformisation ces « lieux génériques »[12].

 

Si la bande dessinée de reportage de Patrick Chappatte (dont ce n’est pas le propos) ne permet pas au lecteur de pénétrer à l’intérieur de ce mall, il est possible de poursuivre la réflexion sur la standardisation des centres commerciaux à l’échelle du monde, en explorant le site internet du Village Market et celui d’un centre commercial à proximité des espaces de vie des élèves (La Part-Dieu à Lyon, Les Halles à Paris, etc.). D’une part, on constate une très grande similitude dans la marchandisation par les espaces virtuels : le centre commercial Village Marketoffre de nombreux commerces et services qui participent de cette uniformisation des mallsdans le monde : services financiers, magasins de mode, restaurants, magasins d’informatique/électronique/technologie, mobiliers et meubles, parfurmerie, bagagerie et maroquinerie, etc. D’autre part, la mondialisation peut aussi se lire dans la présence de marques internationalisées : services bancaires (Barclay), magasins de modes et accessoires (Bata), électronique/technologie/informatique (Nokia).

Le « Village Market » à Nairobi
Source : Patrick Chappatte, 2010, La vie des autres, à Nairobi, BD de reportage publiée dans Le Temps, 5 mars 2010, planche 16.

 

 

Néanmoins, la représentation dessinée proposée par Patrick Chappatte présente quelques limites ici, qui permettent de faire discuter les élèves sur les apports et les limites de tout témoignage (dessiné ou non). Le reportage (dessiné ou non) ne rapporte que ce que son auteur a vu, selon la durée et le thème de son reportage, mais aussi en fonction de ses propres filtres de représentation. L’esprit critique permet de confronter une bande dessinée de reportage (en tant que représentation de l’espace) et l’ensemble des réalités spatiales telles qu’elles ont pu échappé à l’œil du BD-reporter. La géographe Catherine Fournet-Guérin explique le décalage entre la représentation médiatique de ces centres commerciaux au Kenya et les pratiques spatiales qu’ils produisent réellement : « si la presse internationale a souvent repris l’idée d’une centre[13] fréquenté par les élites locales et par les expatriés, sa clientèle est plus large socialement. Ces lieux attirent non seulement les citadins les plus aisés, mais aussi des gens des classes moyennes »[14]. En tant qu’espace de consommation, le malln’est pas exclusivement destiné aux élites kenyanes, mais, au contraire, il est « un symbole de l’accession à la société de consommation »[15] pour une part non négligeable de la population de Nairobi. Représenté au sein d’une série de planches qui présentent les espaces consacrés aux élites kenyanes et aux expatriés, le Village Marketapparaît, dans la BD de reportage de Patrick Chappatte, comme un de ces espaces exclusivement réservés aux classes aisées. Il ne s’agit pas du cœur de son investigation dans la ville de Nairobi : ce qu’il retranscrit ici est son reportage, c’est-à-dire sa propre rencontre avec les réalités spatiales. Le décalage est ainsi important entre une représentation médiatique par la bande dessinée, et les réalités spatiales que décrit Catherine Fournet-Guérin qui appréhende le mallcomme « un haut lieu de la sociabilité et de la modernité urbaines »[16] au Kenya.

 

Plus généralement, on peut noter sur l’ensemble de la bande dessinée de reportage La vie des autres, à Nairobi, que le sujet des bidonvillois est représenté par la violence des contrastes socioéconomiques entre les élites (locales et expatriées) et les habitants des bidonvilles. L’émergence de la classe moyenne est totalement éclipsée dans cette BD de reportage. Pourtant, le géographe Bernard Calas note pour l’Encyclopædia Universalisque « par rapport aux villes d’Afrique tropicale, Nairobi se singularise d’abord socialement par la présence d’une classe moyenne relativement étoffée »[17]. Ce particularisme local n’est pas abordé par Patrick Chappatte, dont la BD est consacrée à la dernière partie de cette phrase de Bernard Calas : « Nairobi se singularise […] par […] la violence des contrastes géographiques »[18]. C’est pourquoi, un autre aspect du mall comme dispositif spatial échappe au regard du BD-reporter. Non seulement, le centre commercial n’est pas un espace de consommation destiné aux seules élites (les classes moyennes étant nombreuses à s’y rendre pour leurs achats), mais aussi Catherine Fournet-Guérin note qu’on y rencontre « fréquemment, des voisins modestes qui n’y effectuent pas d’achat mais qui s’y promènent »[19]. Ainsi, le mall, à défaut d’être un espace de consommation, est aussi un espace récréatif pour les populations les plus pauvres à Nairobi, qui le pratiquent ainsi par effet de proximité.

 

Ici, une autre représentation est tenace et tend à mal appréhender les réalités urbaines en Afrique subsaharienne : les ségrégations sociospatiales dans les espaces résidentiels ne sont pas (à l’exception de l’Afrique du Sud) le résultat d’un urbanisme dualiste (c’est-à-dire d’une politique volontaire de séparation), mais d’une installation de populations dans les espaces vacants des centres-villes ou dans les espaces périphériques dans le cas de villes ne pouvant faire face à cette arrivée. L’usage courant utilise les termes « bidonvilles », « slums », « favelas » et « taudis » comme des synonymes, mais chaque terme a un usage précis. Les bidonvilles sont des « zones de construction spontanée [qui] sont en fait très diverses, et mettent à profit les espaces disponibles et les opportunités du site : vacance d’immeubles, terrains vagues. Les bidonvilles et favelas s’installent dans les espaces non viables pour l’urbanisation, à flanc de colline à Rio, à proximité des pistes des aéroports (à Mumbai, en Inde), dans les cimetières (au Caire). Les constructions spontanées occupent une très large part des lointaines périphéries. Les populations s’installent également dans les immeubles résidentiels désaffectés du centre-ville colonial (conventillos en Argentine, cortiços au Brésil, cours à Dakar et Abidjan) »[20]. Les bidonvilles s’installent donc dans deux types d’espaces : les espaces périphériques (mais pas de manière exclusive) et les espaces vacants dans les centralités urbaines.

 

C’est particulièrement vrai dans les villes d’Afrique subsaharienne où les deux types d’espaces sont utilisés : « l’habitat spontané profite des interstices et des zones de faiblesse de la ville. Il occupe souvent des endroits où la gravité des nuisances et les difficultés de construction déprécient les prix, sous les viaducs des autoroutes de Lagos, dans les marécages de Port Harcourt, dans les cimetières du Caire, en bordure de l’aéroport de Kano, dans les terrains en pente de Yaoundé ou dans les zones inondables de Lubumbashi »[21]. Les bidonvilles ne sont donc pas seulement des espaces périphériques, mais une grande partie d’entre eux, à l’étendue variable, se trouvent à proximité immédiate des quartiers des classes moyennes et aisées (puisque le bidonville n’est pas le produit d’une politique volontaire de ségrégation sociospatiale). Marc-Antoine Pérouse de Montclos ajoute ainsi que dans les villes d’Afrique subsaharienne « la mobilité réduite des pauvre relativement au coût des transports explique aussi l’établissement de bidonvilles en plein dans la cité alors que la logique économique du marché foncier voudrait que les populations les plus défavorisées s’installent loin du centre, là où le prix de la terre est très bas. Les chômeurs préfèrent rester près des centres-villes pour y trouver plus facilement du travail »[22]. C’est pourquoi, la représentation dessinée du centre commercial Village Market et sa disposition dans la bande dessinée (c’est-à-dire telle qu’elle est « glissée » dans les planches qui abordent les espaces dédiés aux élites locales et aux expatriés) sert davantage le discours médiatique que dénonce Catherine Fournet-Guérin, qui présente les centres commerciaux à Nairobi comme des « temples » de la consommation pour les élites, comme des espaces réservés aux classes aisées et aux expatriés.

 

Enfin, dernière planche à représenter les espaces de l’élite, la planche n°17 évoque à la fois le golf royal (un sport réservé aux élites du fait du coût pour accéder à ses terrains) et le Muthaiga, le « club feutré » (planche n°17) d’un autre golf de Nairobi. La ville en compte une dizaine, qui dessinent des espaces de nature dédiés aux élites. Ce que la BD de reportage ne montre pas (et qui pourtant est particulièrement intéressant d’un point de vue géographique) est la proximité entre ces territoires dédiés aux élites et les territoires du quotidien d’une grande partie des bidonvillois. Au contraire, en prenant le parti de narrer l’histoire par la traversée quotidienne de Bruno qui travaille à Lavingston et vit à Kibera, deux quartiers fortement éloignés l’un de l’autre, il n’aborde qu’une partie de la réalité spatiale des bidonvilles dans Nairobi, en enquêtant sur l’un de ceux qui se trouvent les plus éloignés de la ville-centre et des territoires de l’élite. La représentation des espaces réservés aux élites locales et aux expatriés montre bien la séparation entre ces deux « mondes » (planche 2). Mais cette séparation ne se fait pas seulement par la distance euclidienne, comme pourrait l’amener à penser la lecture de cette BD de reportage qui choisit de montrer deux quartiers éloignés par celle-ci.

Golf et club élitiste à Nairobi

Source : Patrick Chappatte, 2010, La vie des autres, à Nairobi, BD de reportage publiée dans Le Temps, 5 mars 2010, planche 17.

 

 

Le cas des terrains de golf est particulièrement évocateur de cette distanciation produite par une séparation dans la proximité – ce que ne montre pas la bande dessinée de reportage de Patrick Chappatte, qui pose, case après case, ces deux territoires urbains comme séparés : le lecteur ne les perçoit pas comme des espaces pouvant être voisins dans la ville. Ainsi, le Golf Course est situé au Nord du bidonville de Kibera, et n’est séparé de ce dernier, dans sa délimitation sud, que par la voie de chemin de fer pour une partie, voire par le propre dispositif de délimitation du golf. Alors que la BD de reportage de Patrick Chappatte s’ouvre par la vue d’un enfant surplombant Kibera au-dessus de la ligne de chemin de fer (planche 20), on ne voit pas, avec lui, le paysage qui se trouve derrière : si Patrick Chappatte dessine le bidonville de Kibera par l’étendue du paysage de bidonville, on ne peut se retourner avec l’enfant vers le golf qui dessine, quant à lui, un paysage du luxe dans la ville. Pourtant, cette frontière sociale s’ancre dans le paysage, et permet de discuter, par la dimension sensible de l’espace, de distance dans la proximité. Nairobi ne sépare pas toujours les différentes classes sociales par la distance euclidienne, mais davantage par une mise à distance dans les pratiques spatiales, les conditions d’accès à la ville luxueuse (notamment en termes de mobilités urbaines et d’accès aux modes de transport), les fermetures de l’espace (par des dispositifs spatiaux tels que les murs et les enclosures), etc.

 

Il est donc nécessaire de confronter la BD de reportage de Patrick Chappatte à une carte topographique de Nairobi, tout particulièrement dans le cas du bidonville de Kibera[23], d’une part pour le situer dans la ville, d’autre part pour discuter de ce qui fait distance[24]. Pour le géographe Jacques Lévy, « la distance, ce n’est pas l’objet d’une mise au point préalable, c’est l’enjeu même de la géographie ou, plus généralement, des sciences qui s’intéressent à la dimension spatiale du social. La notion de distance se situe au cœur de toute conception de l’espace »[25]. Les géographes dénoncent généralement la trop grande évidence de la distance qui en a longtemps fait un objet géographique trop peu questionné, alors qu’elle est au cœur de toute expérience spatiale. « Le concept de distance ne peut être réduit à la simple relation géométrique entre deux ensembles de points (lieux, hommes,…). Remarque classique puisqu’au terme de distance est souvent ajouté un qualificatif : distance métrique ou standard (longueur géométrique séparant deux points), distance-temps (intervalle de durée entre deux points), distance écologique (distance considérée comme nécessaire pour répondre aux besoins écologiques d’une société). Bien d’autres qualificatifs pourraient être choisis, tant les significations possibles sont variées »[26]. La confrontation de la BD de reportage de Patrick Chappatte et de documents variés (notamment des cartes et des photographies) permet de questionner ici plusieurs types de relations à la distance.

 

Les différents sens de distance peuvent être mobilisés au prisme de la BD de reportage de Patrick Chappatte : dans un premier temps, par le parcours de Bruno, la confrontation à une carte topographique de Nairobi permet de fixer, dans l’esprit de l’élève, les impacts de la distance euclidienne. Dans un premier temps, la distance ici questionner « permet de définir les situations des objets les uns par rapport aux autres (position relative) »[27]. Dans un deuxième temps, il s’agit de confronter l’élève à la question de la distance-temps, en revenant sur la planche n°2 (où l’on voit Bruno à pied traverser la ville tout comme d’autres habitants dans la partie gauche de la case, tandis que l’on repère la circulation automobile dans la partie droite de la case). Dès lors qu’elle est confrontée à l’espace social, la distance-temps permet aux élèves de questionner les modalités de transports dans la production d’une injustice spatiale dans l’accès à la ville.

 

La BD de reportage de Patrick Chappatte explore donc les territoires du quotidien des « autres », en définissant les « autres » par la « violence des contrastes géographiques » dont parle le géographe Bernard Calas[28]. Pour les plus pauvres, les « autres » sont les élites, et tout particulièrement la partie des expatriés qui appartiennent à l’élite (« autres » tant par leur appartenance sociale que par leur appartenance identitaire). Pour les élites, les « autres » sont les plus pauvres, ceux dont les territoires du quotidien seront abordés dans le prochain billet de cette série.

 

 

—————————————————–

[1] Denis Retaillé, 1998, « Fantasmes et parcours africains », L’Information géographique, vol. 62, n°2/1998, pp. 51-65, citation p. 51.

[2] Denis Retaillé, 1998, « Fantasmes et parcours africains », L’Information géographique, vol. 62, n°2/1998, pp. 51-65, citation p. 54.

[3] Bernard Calas, 2007, « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale », Cahiers d’Outre-Mer, n°237, pp. 3-22.

[4] Bernard Calas, 2007, « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale », Cahiers d’Outre-Mer, n°237, pp. 3-22.

[5] Bernard Calas, 2007, « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale », Cahiers d’Outre-Mer, n°237, pp. 3-22.

[6] « Cet accroissement de la population urbaine a d’abord concerné les capitales, accentuant la concentration urbaine voire la macrocéphalie, longtemps considérée comme caractéristique des Pays en Voie de Développement (PVD). Cependant, les termes de cette évolution ont changé. En effet, si entre 1960 et 1990, les capitales (Dar es Salaam, Nairobi et Kampala principalement) ont connu des croissances de l’ordre de 10 % par an ; depuis cette dernière date, la croissance des principales villes ralentit alors que celle des petites et moyennes villes prend le relais. Ce glissement contribue à la diffusion urbaine et à la densification du semis urbain. L’urbanisation des hommes induit celle des espaces. Celle-ci s’opère de deux manières principales : par la promotion de bourgs ruraux au rang de villes, avec des statuts variables, et par le gonflement démographique des petites et moyennes villes déjà existantes. La vigueur des évolutions actuelles diminue donc le poids relatif des principales villes dans la population urbaine et atténue la macrocéphalie. L’urbanistion des hommes s’accompagne donc désormais d’une urbanisation des espaces ; celle-ci ne se limite plus à l’étalement urbain autour de la capitale mais touche l’ensemble de la construction nationale. La transition urbaine s’accompagne donc d’une recomposition du semis urbain » (Bernard Calas, 2007, « Dynamiques métropolitaines d’Afrique orientale », Cahiers d’Outre-Mer, n°237, pp. 3-22).

[7] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.

[8] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[9] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[10] À propos de la mondialisation au Kenya, on note ici l’utilisation d’une photographie d’un Massaï debout devant un troupeau (on devine donc qu’il s’agit d’un espace rural kenyan) avec un téléphone cellulaire qui illustre la couverture de la Documentation photographiqueconsacrée à « L’Afrique dans la mondialisation » (Sylvie Brunel, 2005, n°8048).

[11] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[12] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[13] Catherine Fournet-Guérin aborde ici le cas précis du Westgate Shopping Mall, mais on pourrait étendre ce constat aux autres mallsde Nairobi, et plus généralement de l’Afrique subsaharienne.

[14] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[15] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[16] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[17] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.

[18] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.

[19] Catherine Fournet-Guérin, 2013, « Westagte Shopping Mall à Nairobi, Kenya : une attaque contre un lieu emblématique d’une Afrique mondialisée », Diploweb, 6 octobre 2013.

[20] Renaud Le Goix, 2005, Villes et mondialisation : le défi majeur du XXIesiècle, Ellipses, collection CQFD, Paris, p. 137.

[21] Marc-Antoine Pérouse de Montclos, 2002, Villes et violence en Afrique noire, IRD/Karthala, collection Hommes & Sociétés, Paris, p. 183.

[22] Marc-Antoine Pérouse de Montclos, 2002, Villes et violence en Afrique noire, IRD/Karthala, collection Hommes & Sociétés, Paris, p. 183.

[23] Parmi les outils utilisables en ligne :

[24] À propos de la notion de distance en géographie, on peut se reporter à un numéro de revue qui regroupe de nombreux géographes autour de cette notion et qui a l’avantage d’être disponible en ligne : « La distance, objet géographique », Atala, n°12, 2009, 286 p. Se reporter également à la bibliographie proposée dans chacun des articles.

[25] Jacques Lévy, 2009, « Entre contact et écart. La distance au cœur de la réflexion sur l’espace des sociétés », Atala, n°12, p. 175.

[26] Antoine Bailly, 1985, « Distances et espaces : vingt ans de géographie des représentations », L’Espace géographique, vol. 14, n°3/1985, p. 201.

[27] Denise Pumain, 2004, « Distance », Hypergéo, 7 mai 2004. Voir également : Denise Pumain, 2009, « Essai sur la distance et l’espace géographique », Atala, n°12, pp. 33-49.

[28] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.