Série “Nairobi en bande dessinée” : la ville, les frontières urbaines et l’injustice spatiale (billet introductif)

La bande dessinée au service de l’enseignement de la géographie, la géographie au service de l’enseignement de l’histoire des Arts

Réflexion autour de la bande dessinée de reportage : Patrick Chappatte, 2010, La vie des autres, à Nairobi, bande dessinée de reportage publiée dans Le Temps, 5 mars 2010, 43 planches, en ligne : http://www.bdreportage.com/la-vie-des-autres-a-nairobi/

 

Timidement, des planches de bandes dessinées s’immiscent dans les manuels scolaires de géographie[1] (après avoir régulièrement investi des publications comme la Documentation photographique[2] et les sites académiques[3]). La BD de reportage y tient une bonne place : Etienne Davodeau pour étudier un conflit d’aménagement autour de la construction d’une autoroute (Rural ! Chronique d’une collision politique, Delcourt, 2001, à propos de la construction de l’A87, autoroute qui relie La Roche-sur-Yon et Angers)[4], Joe Sacco[5] pour aborder le conflit israélo-palestinien (Palestine : une nation occupée, Vertige Graphic, 1996 ; Palestine : dans la bande de Gaza, Vertige Graphic, 1996) ou la guerre de Bosnie-Herzégovine (The fixer : une histoire de Sarajevo, Rackham, 2005 ; Derniers jours de guerre. Bosnie 1995-1996(recueil réunissant deux bandes dessinées : Šoba et Noël avec Karadžić), Rackham, 2006 ; Goražde, 2 tomes, Rackham, 2001), Emmanuel Guibert pour analyser la guerre d’Afghanistan (Le Photographe, avec Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier, 3 tomes, Dupuy, 2003-2004-2006) ou encore Guy Delisle pour évoquer la production d’une ville-capitale nord-coréenne par un urbanisme autoritaire (Pyongyang, L’Association, 2003 ; Chroniques birmanes, Delcourt, 2007 ; Chroniques de Jérusalem, Delcourt, 2011), etc. sont autant d’exemples qui traversent de plus en plus les manuels scolaires. La bande dessinée de reportage peut à la fois être un outil pour l’enseignement de la géographie, et un outil de réflexion sur les géographies intimes et subjectives de parcours de vie.

 

L’exemple de la BD de reportage de Patrick Chappatte sur Nairobi, la ville-capitale kenyane, publiée dans Le Temps le 5 mars 2010 permet de questionner les liens entre géographie scolaire et bande dessinée : comment appréhender la bande dessinée dans l’enseignement de la géographie ? En quoi la bande dessinée, qui est une représentation de l’espace (qu’il s’agisse d’une BD de reportage ou d’une BD de fiction), est-elle un discours sur l’organisation de l’espace des sociétés ? Comment appréhender en classe les espaces dessinés dans la bande dessinée pour évoquer des grands thèmes de la géographie scolaire ?

 

Ici, on s’appuiera sur cette représentation d’un espace urbain et de son habiter dans le contexte d’un pays dit « du Sud ». Ou plus précisément sur les habiters dans des espaces urbains fortement différenciés qui constituent une métropole africaine. Le pluriel (tant pour les habiters que pour les espaces urbains) est à la fois l’enjeu de cette BD de reportage et celui de l’utilisation qui peut en être faite en classe. Beaucoup de thèmes présents dans les programmes scolaires en géographie sont soulevés par cette bande dessinée. Par son dessin et les textes qui l’accompagne, Patrick Chappatte aborde les vulnérabilités urbaines et les injustices spatiales. Cette géographie subjective peut se lire à travers les cases et les pages : la bande dessinée est à la fois un espace d’expression, un espace agencé (par l’organisation de la case, de la planche et de l’ensemble des planches) et une représentation de l’espace et des paysages tels que perçus et retranscrits par les auteurs de BD. En cela, la bande dessinée est à la fois un outil de réflexion sur la question de la représentation de l’espace et la perception de cette représentation, un outil pédagogique dans la transmission des savoirs géographiques[6], et un Art qui mérite d’être appréhender à part entière pour penser ce que « représenter l’espace » signifie.

 

La vie des autres à Nairobi présente plusieurs avantages pour être appréhendée en classe de géographie : tout d’abord, cette BD de reportage est disponible en ligne[7], et le nombre de planches est assez restreint. L’enseignant peut donc la faire lire aisément à toute une classe, sans question de coût et de lassitude des élèves face à une lecture trop dense. De plus, le reportage dessiné est publié dans un média francophone (le quotidien suisse Le Temps) dans sa version gratuite en ligne : cette BD de reportage a donc été lue par un public large[8] et peut permettre de discuter l’habiter dans une ville du Sud, la géographie des inégalités, les différents types de ségrégations urbaines (choisies/subies), les mobilités spatiales, les représentations de l’espace, etc. qui sont autant de thèmes qui traversent non seulement la géographie scolaire et la géographie universitaire, mais aussi sont des enjeux sociaux et politiques majeurs dans nos sociétés. A propos de la culture scolaire en géographie, le géographe Pascal Clerc écrivait un 2002 Le monde dans la classe[9] : on postule ici que le Monde est représenté dans la bande dessinée et que celle-ci peut être mobilisée pour amener le Monde dans la classe, pour rendre le Monde intelligible aux élèves. La bande dessinée, en tant qu’art séquentiel[10]qui oblige le lecteur à faire l’exercice de comprendre les ellipses entre les deux cases au cours de sa lecture, est certainement un medium favorable pour questionner les ellipses de tout reportage, de ses prismes (et donc des « ellipses » du reportage par rapport à la complexité des réalités spatiales observées par la BD de reportage) et de sa subjectivité.

 

 

 

La BD de reportage, représenter l’espace par le dessin et le texte : quelques points de contextualisation

« L’effet de réel » n’est pas une présentation de l’espace réel, une représentation de l’espace. Si la photographie peut donner l’image d’une technique qui permet de capter l’espace réel, il n’en reste pas moins qu’elle est le produit de choix subjectifs : le photographe cadre son cliché, l’éditeur choisit parmi les clichés ceux qu’il publie. Autant d’étapes qui font de la photographie une représentation de l’espace. La bande dessinée de reportage (que l’on peut considérer comme la descendante du dessin de témoignage), quant à elle, assume cette subjectivité : le dessin est un filtre de représentation (tout comme le cadrage du photographe) qui apparaît au lecteur d’une bande dessinée. La subjectivité est montrée par le dessin. De plus, les textes qui accompagnent (ou non) le dessin apportent de nombreux éléments de contextualisation et de documentation (parfois par le biais d’un paratexte[11]important). Ces derniers peuvent apparaître de différentes manières dans la case et la planche. Par exemple, Gani Jakupi dans La dernière image. Une traversée du Kosovo de l’après-guerre, fait par exemple le choix de ne pas faire parler ces personnages – y compris lui-même en tant que personnage – par des bulles pour ne pas « trahir » les propos qui ont été tenus. Aucune bulle dans cette BD de reportage : l’auteur montre ce qu’il a vu par le dessin et rappelle que les textes sont des restitutions de ses souvenirs et de ses notes par la voix off. Gani Jakupi est donc présent à trois niveaux dans cette BD de reportage : en tant qu’auteur, en tant que narrateur (par la voix off), en tant que personnage (par le dessin). Plus généralement, l’auteur se représente lui-même en train d’avoir des conversations avec ses « personnages ». On peut parler ici de personnages, pas seulement parce qu’ils sont dessinés et appartiennent à la bande dessinée : là encore, il s’agit d’une représentation, telle que l’auteur a perçu les personnes qu’il a rencontrées et, plus encore, telle qu’il a envie de les retranscrire. Leur physionomie ne recherche pas nécessairement l’exactitude, mais l’impression. C’est aussi dans cette perspective que, par son regard singulier, l’auteur d’une BD de reportage dessine une géographie intime et subjective.

 

Joe Sacco (dont le premier tome Palestineest paru en 1993 aux Etats-Unis), considéré comme le « créateur du genre tel qu’il s’impose aujourd’hui »[12] (bien que la question de la paternité de ce genre soit ouverte au débat[13]), vient lui-même du journalisme : s’il s’intéresse très tôt à la bande dessinée, il sera d’abord reporter de guerre (d’où ces premières BD qui prennent scène dans les territoires palestiniens et en Bosnie-Herzégovine dans les années 1990), il a l’expérience du reportage journalistique bien avant celle du reportage dessiné. D’autres auront un parcours différents : Etienne Davodeau est dessinateur et scénariste de bandes dessinées, et certaines de ses BD (Rural ! Chronique d’une collision politique, Delcourt, 2001 ; Les Mauvaises Gens, Delcourt, 2005 ; Les Ignorants, Futuropolis, 2011) sont des reportages dessinés : considérant que « la bande dessinée est un outil formidable pour raconter le réel »[14], Etienne Davodeau part de son métier (auteur de bandes dessinées) pour faire des reportages, tandis que Joe Sacco part dans ses premières BD de son métier (reporter) pour faire des bandes dessinées. Dans tous les cas, l’expérimentation du terrain (il ne s’agit pas de bandes dessinées fortement documentées, mais bien de BD s’appuyant sur un reportage réalisé par l’auteur, c’est-à-dire de BD qui s’inscrivent dans une démarche journalistique pour témoigner de ce que l’auteur a vu et entendu). « Le terme « reportage » n’est pas neutre, il est directement emprunté au journalisme. Les liens entre la bande dessinée et le journalisme sont anciens, mais il a fallu attendre les années 1990 pour voir émerger un courant réaliste reprenant clairement cet exercice journalistique »[15]. Nommée comics journalismou graphic journalismaux Etats-Unis, la bande dessinée de reportage peut aussi être appelée reportage en bande dessinée ou reportage dessiné en France. Dès les années 1960-1970, des auteurs de bandes dessinées comme Will Eisner vont renouveler la bande dessinée et proposer des esquisses de ce qui deviendra la BD de reportage (considérée comme un genre nouveau à partir des années 1990). Mais les liens entre journalisme et bande dessinée sont bien plus anciens puisque les premières bandes dessinées étatsuniennes, notamment celles de Windsor McCay[16] et son célèbre Little Nemo in Slumberland, seront publiées dans des grands quotidiens. Mais il ne s’agit pas encore d’un « BD-journalisme ». De même, la figure du reporter est très présente dans la bande dessinée (comme en témoignent les incontournables personnages que sont Tintin – que l’on ne voit jamais écrire d’article, mais qui « mouille sacrément la chemise dans ses enquêtes »[17] – ou Spirou). Progressivement, un autre « cap » va être franchi, et la bande dessinée va devenir non seulement le support de la transmission de reportages, mais bien plus encore, par « l’acte de montrer plutôt que dire »[18], le support de création d’une nouvelle manière de manière de raconter le réel tout en assumant la subjectivité du reportage.

 

Quelles sont les grandes caractéristiques de ce genre émergent (alors même que son nom est encore soumis à discussion : reportage dessiné, BD de reportage, reportage en bande dessinée) ? Sans faire de ce billet une discussion sur ce genre, on peut noter un consensus sur plusieurs caractéristiques de la bande dessinée de reportage[19] :

  • Elle traite d’un sujet d’actualité, de société ou historique, c’est-à-dire qu’elle propose un récit factuel fondé sur un reportage mené par son/ses auteur(s).
  • Elle se différence du dessin de presse par son inscription dans une autre temporalité : le temps du reportage et le temps de la production de la bande dessinée font que la BD de reportage n’est pas une publication de réaction immédiate à une actualité brûlante : Patrick de Saint-Exupéry explique ainsi que « la durée de travail d’un reportage va de huit mois à un an»[20].
  • La représentation de l’auteur lui-même est souvent partie prenante de la BD de reportage : ce procédé est utilisé tant par Joe Sacco, Etienne Davodeau, Patrick Chappatte, Patrick de Saint-Exupéry… qui construisent leurs BD de reportage par « l’intimité entre l’auteur, le sujet et le lecteur dans l’acte d’interprétation du récit»[21].
  • Par rapport à un reportage avec des dessins ou des croquis, au photojournalisme et au dessin de presse, la BD de reportage possède les caractéristiques de toute bande dessinée : « ses images ne fonctionnent jamais seules et ne concentrent pas toute l’histoire en un moment fugace»[22], et, par rapport au cinéma ou au documentaire, la BD de reportage se caractérise par « la fragmentation des images où le lecteur ‘observe les parties mais perçoit la totalité » et participe donc à la création de l’histoire »[23] ainsi que par « l’espace, le hiatus entre les images, où le lecteur fait mentalement avancer le récit »[24].

 

Patrick Chappatte vient du dessin de presse : avant de publier des bandes dessinées de reportage, il a publié de nombreux dessins de presse tout particulièrement pour Le Temps(en français) et The International Herald Tribunequi deviendra The International New York Time (en anglais). Après avoir publié plusieurs recueils de ses dessins de presse (en français et en anglais, le premier, Faites-nous rire !, datant de 1989), il se lance avec Barrigue, Burki et Pierre Reymond dans la bande dessinée avec Les bas-fonds de la corbeille. Quatre années au sein de la TSR (Editions du fou du roi, 1993), album qui réunit plusieurs histoires courtes, sans grand succès. A partir du milieu des années 1990, tout en continuant à publier ses dessins de presse, Patrick Chappatte publie (notamment pour Le Temps) des bandes dessinées de reportage pour la presse. Son lien avec la presse (et la commande qui en découle, à savoir des BD de formats courts, produites dans une temporalité plus restreinte que pour d’autres auteurs qui ont pour métier principal d’être auteurs de BD) reste très fort, puisque son métier principal reste celui de dessinateur de presse, et, avant de constituer des albums (recueils de plusieurs BD de reportages courtes), ses BD de reportage sont publiées dans la presse.

 

Ces précisions n’ont certainement pas pour but de présenter le CV de Patrick Chappatte ou même de proposer un historique du reportage en bande dessinée[25], mais de rappeler qu’une bande dessinée de reportage représente le regard subjectif et singulier d’un auteur : tant la bande dessinée que le reportage sont des filtres de représentation, par lesquels l’auteur donne à voir non pas les réalités spatiales, mais ce qu’il en a vu. Même s’il tend vers l’objectivité, l’auteur d’un reportage ne retransmet pas ce qu’il n’a pas vu sur le terrain, et selon le temps laissé pour produire le reportage (quelque soit son support) ou par des choix personnels (comme le fait de ne rencontrer que certains acteurs et pas d’autres) et éditoriaux (des contraintes en nombre de caractères ou de pages par exemple), il ne représente qu’une vision restreinte (dans l’espace et le temps) des réalités spatiales. Regard singulier parce qu’un reportage est produit par un individu ou un groupe restreint. Regard subjectif parce qu’il ne s’agit pas d’une recherche qui s’inscrit dans un temps très long. Regard intime enfin, parce que l’auteur ne va à la rencontre que d’une partie des réalités spatiales et des acteurs de la situation. Dans cette perspective, il ne faut pas donner à la BD de reportage un rôle qu’elle ne peut avoir, et la confronter à d’autres sources (voir le corpus documentaire[26], à paraître dans le dernier billet, monté pour appuyer cette réflexion et pensé pour apporter des documents utilisables en classe – pour alléger ce billet, fort long, il a été choisi de ne pas introduire ces documents dans le texte lui-même, mais il fait partie intégrante de ce billet) pour contextualiser le reportage dessiné et le questionner pour ce qu’il transmet, à savoir une géographie subjective et singulière.

 

 

Nairobi : une étude de cas en géographie

Le choix de Nairobi comme espace-scène d’une BD de reportage à étudier en classe d’histoire-géographie peut aussi permettre des liens transdisciplinaires : avec l’Histoire des arts en premier lieu, ou avec les arts plastiques/arts appliqués. En effet, c’est à Nairobi qu’est créé le premier festival de bande dessinée africaine, créé en 1985[27]. L’occasion de questionner la géographie de la production de la bande dessinée, qui ne se limite pas à ses trois pôles principaux que sont le couple Belgique/France (la bande dessinée en Allemagne ou en Argentine étant particulièrement prolifique, pour ne citer que quelques exemples), les Etats-Unis pour les comics ou le Japon pour les manga (là encore, la bande dessinée en Asie ne se restreint pas à l’archipel nippon, comme le montrent les manhwa coréens et les manqua chinois). Cette géographie est, de plus, en pleine évolution avec l’émergence d’une bande dessinée africaine de plus en plus dynamique, par exemple.

 

Nairobi est également l’espace-scène d’autres bandes dessinées de fiction[28], telles que la récente série Les Munroede Christian Perrissin et Boro Pavlovic, dont le tome 3 (sur une série de 4 tomes) est centré sur le bidonville de Kibera. MSF (Médecins sans frontières) a également produit une bande dessinée de reportage en ligne, Out of Somalia, réalisée par Andrea Caprez et Christoph Schuler sur le camp de réfugiés de Dagahaley, l’un des camps qui constituent l’ensemble souvent nommé « camp de Dadaab » (l’ensemble constituant le plus grand camp de réfugiés au monde[29]), à proximité de la frontière avec la Somalie. La BD rapportant le reportage des deux auteurs allemands, des scènes de Nairobi, notamment dans le quartier d’Eastleigh, montre l’inégale répartition des richesses dans la ville comme dans le pays, et l’emprise spatiale de la pauvreté.

 

De plus, de nombreux sièges des instances des Nations unies en Afrique (tels que celui de l’UN-Habitat et de l’UNEP[30]) se trouvent dans la ville de Nairobi, qui accueille de nombreuses conférences internationales[31]. La localisation du siège de l’UN-Habitat (Programme des Nations unies pour les établissements humains) dans une ville souffrant de graves problèmes de logements fait de Nairobi un espace-scène de l’activité des instances internationales (Nairobi est souvent surnommée « UN-Land ») et de nombreuses organisations humanitaires[32]. « Un-Land » accueille ainsi de très nombreux expatriés, ce qui « formate » les représentations des journalistes qui peuvent se rendre à Nairobi, du fait de leur propre expérience de terrain : le chercheur ou le journaliste, même dans sa recherche d’objectivité et de scientificité, est confronté à son propre terrain, à sa propre expérimentation, et ce qu’il restitue est à la fois le produit d’une intellectualisation objective et de son expérience subjective. Représenter l’espace du terrain n’est donc pas un acte neutre.

 

Enfin, Nairobi est une étude de cas souvent mobilisée dans les programmes scolaires[33], tout particulièrement autour du quartier de Kibera (un immense bidonville). De plus, Nairobi apparaît dans toutes les cartes représentant les bidonvilles dans le monde, voire les « mégabidonvilles » (voir le corpus documentaire à paraître dans le dernier billet). Nairobi est ainsi associée, par ce double imaginaire (la culture scolaire en géographie et la prolifération de cartes), dans notre imaginaire spatial, aux questions de la pauvreté, du mal-développement et des risques, ainsi qu’aux contrastes sociospatiaux dans la ville comme dispositif spatial de l’injustice spatiale.

 

C’est ainsi que nous nous proposons de questionner la BD de reportage de Patrick Chappatte au prisme d’une citation du géographe Bernard Calas (que l’on reprendra régulièrement dans ce billet pour la confronter à la bande dessinée de reportage La vie des autres, à Nairobi) : « Par rapport aux villes d’Afrique tropicale, Nairobi se singularise d’abord socialement par la présence d’une classe moyenne relativement étoffée et morphologiquement par la relative fréquence des immeubles à étages et la violence des contrastes géographiques »[34].

 

Une telle représentation de la ville d’Afrique noire comme caractérisée par la « violence des contrastes géographiques »[35] traverse notre imaginaire collectif, que ce soit par les représentations médiatiques ou même par les manuels scolaires : « contrastes, fragmentation, ségrégation sont les notions privilégiées de nos manuels scolaires, mais le plus souvent dans une forme extrêmement simplifiée, contenue dans l’éternelle photographie du paysage juxtaposant le centre d’affaires et le bidonville. Sans remettre en question les réalités, mais en essayant de dépasser les stéréotypes, il convient de montrer une réalité de la ville africaine beaucoup plus complexe, que nos élèves, du collège au lycée, sont tout à fait capables d’appréhender. Il est alors nécessaire de changer d’échelle et de se placer du côté des acteurs, soit faire une « géographie par le bas » »[36]. C’est dans cette perspective pédagogique que l’on appréhendera la BD de reportage comme un « outil » s’inscrivant dans l’étude de la ville africaine, par le prisme de l’exemple de Nairobi, à la fois dans une perspective d’appréhender les pratiques et les problèmes urbains, mais aussi dans une approche tendant à questionner l’esprit critique des élèves et à les aider à comprendre ce qu’est un reportage (quelque soit le support).

 

 

SOMMAIRE DE LA SÉRIE DE BILLETS À PARAÎTRE :

La ville, les frontières urbaines et l’injustice spatiale (billet introductif)

I/ Voyage dessiné à Nairobi : la BD de reportage, une géographie subjective

  1. L’étalement urbain et les mobilités éprouvantes : l’histoire de Bruno et de ses déplacements quotidiens, à la rencontre de la violence des contrastes
  2. Nairobi « face visible » : espace-vitrine et paysages de cartes postales
  3. Nairobi « face cachée » : les bidonvilles, paysages de la pauvreté

II/ Habiter Nairobi : les personnages de la bande dessinée et leurs spatialités

  1. L’enfermement choisi et les enclosures urbaines : l’insécurité urbaine, une géographie de la peur qui structure les spatialités quotidiennes
  2. La jeunesse de Nairobi : habiter les bidonvilles, entre les espaces de l’insécurité, les espaces de l’oisiveté et la créativité urbaine

  3. Patrick Chappatte : les espaces du journalisme

III/ Propositions de séquences/séances didactiques et corpus documentaire choisi

 

——————————–

[1] Voir la page : « Géographie, cartographie et Bande dessinée », Sciences Dessinées, carnet de recherche du Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[2] Avec, par exemple, des planches de Jean-Philippe Stassen sur le génocide du Rwanda dans « L’Afrique dans la mondialisation » (Sylvie Brunel, 2005, n°8048) ou d’Étienne Davodeau dans « Géographie des conflits » (Béatrice Giblin, 2012, n°8086).

[3] Voir la page : « BD et enseignement (2) : propositions pédagogiques en ligne », Sciences Dessinées, carnet de recherche du Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[4] A ce propos, voir le texte de l’intervention de Véronique Servat : « Quand la BD rencontre la géographie scolaire : risques et environnement en BD. Regards singuliers sur les risques et les ruralités » lors de la journée d’étude Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinéeorganisée par le Laboratoire junior Sciences Dessinées le 17 avril 2014. Voir également les enregistrements audiode la matinée de cette journée d’études.

[5] Sont indiquées ici les dates de parution en France et les éditeurs français.

[6] Voir notamment : Vincent Marie, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée », Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013, en ligne : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article523

[7] Cette bande dessinée a été reproduite dans l’ouvrage de Patrick Chappatte BD Reporter. Du Printemps arabe aux coulisses de l’Elysée(Diffuses, 2011), ce qui a supposé une organisation des cases et des planches différentes. On se tiendra ici à la version en ligne, non seulement pour son accès gratuit, mais aussi parce qu’il s’agit de la première mouture et de la première publication de cette BD de reportage. De plus, elle nous semble ici plus fidèle à l’hybridité de cet auteur, qui est avant tout dessinateur de presse (ces reportages s’inscrivent donc dans la temporalité d’un journaliste, parfois avec un temps restreint sur le terrain, là où d’autres auteurs de BD de reportage produisent leur récit sur des années).

[8] Aucune indication sur le site du Tempsne permet de chiffrer le nombre de visites ou de visiteurs ou le temps de visite. Néanmoins, Le Tempsest l’un des journaux dont la version en ligne est la plus consultée, et la publication de nombreuses BD de reportage de Patrick Chappatte en ligne par ce journal (14 à ce jour) permet de postuler qu’un large lectorat a été concerné par cette bande dessinée.

[9] Pascal Clerc, 2002, La culture scolaire en géographie. Le monde dans la classe, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

[10] Voir notamment :

  • Will Eisner, 1985, Comics and Sequential Art(traduit en français sous le titre : La bande dessinée, art séquentiel), Vertige Graphic.
  • Thierry Groensteen, 2012, « Séquence», Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, novembre 2012.

[11] A ce propos, voir notamment :

  • David Turgeon, 2008, « Paratexte et bande dessinée», du9, l’autre bande dessinée, avril 2008.
  • Benoît Mitaine, 2013, « Paratexte», Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, novembre 2013.

[12] Séverine Bourdieu, 2012, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », Contextes, n°11, paragraphe 2.

[13] Pour Julien Orselli et Philippe Sohet, « l’Américain Shel Silverstein restera sans doute le premier auteur à avoir réalisé des reportages dessinés en séquences, comme envoyé spécial du magazine Playboysur divers continents dans les années 1950. En France, les premières tentatives furent publiées dans les pages d’Hara-Kiriou de Charlie Hebdo, au cours des années 1960-70 et Cabu en demeure l’exemple le plus connu » (Julien Orselli et Philippe Sochet, 2005, « Reportage d’images / Images du reportage », Image & Narrative, n°11). Mais, d’un auteur à l’autre, tous conviennent que la BD de reportage telle qu’elle existe désormais et tend à devenir un genre à part entière prend son ampleur dans les années 1990, et doit son renouveau à Joe Sacco : « c’est à l’Américain Joe Sacco, journaliste de profession avant d’être dessinateur, que l’on doit le premier « récit d’actualité au long cours en bande dessinée » (Vincent Bernière, 2003, « Le reportage dessiné. Petit reporter et envoyés spéciaux », Bang !, n°1, pp. 38-55, citation p. 40). Il publie dès 1992 les premières moutures de son album Palestine » (Julien Orselli et Philippe Sochet, op. cit.).

[14] Etienne Davodeau, 2001, Rural ! Chronique d’une collision politique, Delcourt, 4epage de couverture.

[15] Aurélien Le Foulgoc, 2009, « La BD de reportage : le cas Davodeau », Hermès, n°54, pp. 83-90, citation p. 83.

[16] Windsor McCay a longtemps, notamment aux Etats-Unis, été considéré comme le créateur de la bande dessinée. Mais la « querelle de la paternité », si elle fait encore débat, semble désormais moins vive, et de nombreux auteurs attribuent désormais la paternité de la bande dessinée à Rodolphe Töpffer(voir notamment : Thierry Groensteen, 2014, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, collection Réflexions faites, Bruxelles, 320 p.). S’il est difficile de donner une date anniversaire à la création de la bande dessinée, il n’en reste pas moins que les liens entre journalisme et bande dessinée sont très anciens et remontent aux premières années de la bande dessinée.

[17] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[18] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[19] Voir la bibliographie « La BD de reportage » réalisée pour le carnet de recherches du Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[20] Masa, 2013, « Qu’est-ce que la BD apporte au reportage ? », Première, 13 novembre 2013.

[21] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[22] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[23] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[24] Jean-Michel Boissier et Hervé Lavergne, 2005, « Le BD reportage et ses maîtres », Médias, n°7.

[25] On renvoie aux travaux bien plus complets à ce propos signalés dans la bibliographie « La BD de reportage » réalisée pour le carnet de recherches du Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[26] Les cartes, graphiques, images satellites, documents, textes et tableaux auxquels ce texte renvoie sont à retrouver dans ce corpus documentaire, à paraître dans le dernier billet de cette série.

[27] D’après Christophe Cassiau-Haurie, 2013, Dictionnaire de la bande dessinée d’Afrique francophone, L’Harmattan/Africultures, Paris, p. 127 ; Christophe Cassiau-Haurie et Christophe Meunier, 2010, Cinquante années de bandes dessinées en Afrique francophone, L’Harmattan, Paris, p. 80.

[28] Voir la sélection « BD portant sur le Kenya »et la sélection « BD portant sur Nairobi » que l’on trouve sur l’excellent site L@BD (voir également les archives de ce site).

Voir également la sélection « Afrique Noire » du site BDthèque (qui proposent de nombreuses sélections thématiquesfort utiles).

[29] Voir notamment : Luc Cambrézy, 2006, « Les camps de réfugiés du Kenya : des territoires sous contrôle », Géoconfluences, dossier Afrique subsaharienne : territoires et conflits, 15 janvier 2006.

[30] Voir le site de The United Nations Office at Nairobi. Voir également la cartede localisation des bureaux des Nations unies à Nairobi.

[31] Telles que la Conférence des Nations unies sur la désertification (à l’origine de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification), la 12eConférence des Nations unies sur les changements climatiques en 2008, le Forum ministériel mondial de l’Environnement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement en 2013, etc.

[32] Slate titre ainsi un de ses articles : « Nairobi, capitale de l’humanitaire » (Slate Afrique, 24 mai 2012).

[33] Parmi les propositions/compléments pédagogiques disponibles en ligne, on a trouvé (sans prétendre à l’exhaustivité) :

[34] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.

[35] Bernard Calas, « Nairobi », Encyclopædia Universalis.

[36] Brigitte Manoukian et Frédérique Platania, 2011, « Être citadin dans une grande ville d’Afrique noire : entre représentations et réalités », Actes des 10eRencontres de la Dur@nce, en ligne : http://www.ac-aix-marseille.fr/pedagogie/upload/docs/application/pdf/2011-08/bma036_citadin.pdf


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.