Tintin et la mer : représenter l’espace maritime dans la bande dessinée

historia-tintin-et-la-merLes hors-séries concernant l’œuvre majeure d’Hergé, les aventures de Tintin, sont très nombreux : parmi les derniers en date, « Tintin et la mer » (Historia et Ouest France, HS n°1, septembre 2014, 130 p.*) explore les mers et océans, un espace très prégnant dans l’univers de Tintin et du capitaine Haddock. En 2007, un coffret de DVD était déjà consacré à l’espace maritime comme espace-scène majeur dans la série des Tintin (Tintin et la mer, 3 DVD + 1 Livret collector de 60 p. + 1 DVD Bonus, Thalassa spécial, 2007). Plusieurs expositions autour de ce même thème ont déjà eu lieu, (comme par exemple en 2004 à Greenwich). Enfin, une collection de mini-formats comprenant des extraits de certains albums dans les années 1980 met en avant le fort lien de Tintin et de la mer par des titres comme Tintin en Méditerranée ou Tintin en Mer Rouge).

Les mers et les océans sont parfois un espace-scène au cœur de l’intrigue (Coke en stockLe Trésor de Rackham le Rouge), parfois un espace-support permettant la circulation des personnages (L’île noireTintin en Amérique). Les couvertures des albums sont déjà autant d’indices précieux sur le rôle des espaces maritimes dans l’album : le voyage et l’enquête de Tintin se déroulent sous la mer dans Le Trésor de Rackham le Rouge, le naufrage est au cœur de Coke en stock, la mer permet à Tintin d’atteindre L’île noire.

Plusieurs thèmes de la maritimité [1] traversent les albums d’Hergé : la navigation (représentée par le capitaine Haddock, bien que celui-ci sera un capitaine dépourvu de bateau et rapidement ancré dans son rôle de châtelain très terrien) et les navires dans toute leur diversité (yachts, paquebots, navires marchands, etc.), la plongée et les sous-marins, les « gens de la mer » [2] et leurs habitudes (symbolisées par l’alcoolisme du capitaine Haddock, mais qui se reflètent aussi dans les superstitions des marins), les ports comme espaces-escales des marins, etc.

Les mers et océans ont été au cœur de nombreuses représentations artistiques [3], de la littérature (avec Jules Verne, Victor Hugo, Jules Michelet, Pierre Loti, Edgar Allan Poe et Herman Melville, et tant d’autres) à la musique (avec notamment La Mer de Claude Debussy) en passant par la peinture (notamment sur le thème de la vague, par Courbet, Turner, Monet ou Hokusai). La bande dessinée ne pouvait ignorer cet espace représenté entre « terreur et fascination« . C’est dans la perspective de la représentation des espaces maritimes, qui fait apparaître un espace mouvant, complexe et multidimensionnel chez Hergé, que ce billet rendra compte, par une approche géographique (et donc partielle et partiale, qui ne reflète qu’une partie du contenu), de quelques réflexions nées de la lecture ce hors-série consacré à « Tintin et la mer » (il ne s’agit pas d’un compte-rendu à proprement parler).

Tintin_et_la_Mer_Sommaire1

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Tintin_et_la_Mer_Sommaire2

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Tintin_et_la_Mer_Sommaire3

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.Les trois pages du sommaire du hors-série « Tintin et la mer »
Source : Ouest-France.

 

Les mers et océans, espace d’aventures : la fabrique du héros par l’espace inhospitalier

Ce hors-série s’inscrit dans une longue collection proposée par le magazine Historia (consacrés à Tintin, mais aussi à Blake et Mortimer, ou encore Lucky Luke), mais s’en démarque rien qu’à sa couverture : alors que la majorité de ces hors-séries a une couverture de bords rouges, celui-ci se repère immédiatement dans une bibliothèque ou sur les étals d’une librairie par ses bords de couverture d’un bleu foncé. Pas de bleu azur ou de bleu clair évoquant l’imaginaire touristique des mers et océans, rappelant l’imagerie carte postale véhiculée par les agences de tourisme ou les croisiéristes. Chez Hergé, la mer n’est un espace de repos pour son héros, mais un espace de dangers et d’aventures, un espace par lequel le voyage et le reportage vont amener Tintin dans de multitudes péripéties. Les mers et océans représentés par Hergé dans la série des Aventures de Tintin sont avant tout des espaces qui produisent l’aventure, un espace-scène sans lequel dangers et rebondissements ne pourraient parvenir, bien loin de l’imagerie touristique.

L’Océan comme espace touristique est surtout évoqué, dans la série des Tintin, par le biais de personnages peu recommandables : la mer comme espace de loisirs pour les riches est ainsi représentée par le biais des croisières organisées à bord du Shéhérazade (dans Coke en stock), paquebot de luxe appartenant au milliardaire Di Gorgonzola (en réalité Rastapopoulos) où les convives sont réunis pour un bal costumés. Si depuis la réalisation des albums de Tintin, le tourisme de croisières marines/maritimes s’est fortement démocratisé (mais reste tout de même accessible qu’à une petite partie de la population des pays riches), la représentation donnée à voir par Hergé dans coke en stock (19e album, 1958) traduit bien la réalité sociale et économique de ce tourisme dans son contexte historique : la haute-mer [4] comme espace de tourisme n’est alors réservée qu’aux plus riches.

L’espace maritime participe donc de la mondialité du héros qui parcourt et s’approprie le Monde dans son ensemble.

« Quadrillant la planète, investissant l’espace urbain, empruntant tous les moyens de transport possibles, l’aventurier-reporter va voir et revient : il circule librement dans un monde fluide, qui lui est ouvert. Il contourne tous les obstacles à la circulation concrète des hommes : les régions les plus inhospitalières (le désert, les glaces arctiques, l’Himalaya) lui sont aussi accessibles que les pays les plus fermés (le Çatung ou le Touboutt-Chan de Spirou répondant au San Theodoros ou à la Bordure de Tintin). Les obstacles et les frontières se trouvent ainsi littéralement balayés, par la convergence d’une logique narrative qui fait du monde un immense spectacle offert au regard du journaliste occidental, et d’une logique visuelle qui, par l’unité et la lisibilité du trait, « lisse » la variété des paysages et l’exotisme des destinations. Aussi à l’aise sous tous les climats, dans tous les pays et avec toutes les langues, le héros explore le monde pour le compte du lecteur et lui en ramène les images – reportages ou conférences.

Cette fluidité s’étend à des espaces plus inattendus : ainsi Tintin et Spirou se déplacent avec la même facilité sous l’eau ou dans l’espace que sur terre ou dans les airs, assistés par les trouvailles des inventeurs qui les secondent (le sous-marin de Tournesol annonçant les scaphandres de Pacôme de Champignac, et le bolide du professeur Stratos anticipant la fusée lunaire). Les distances et les milieux disparaissent devant ces explorateurs que l’espace n’affecte pas : ce sont eux, au contraire, qui affectent l’espace, y dessinent leurs cheminement, en contractent les dimensions, et en offrent finalement les compte-rendus en image à leurs lecteurs, représentés dans les récits eux-mêmes par les lecteurs de leurs reportages et les auditeurs de leurs conférences. » [5]

C’est parce que les mers et océans sont des espaces difficilement accessibles, des espaces du dépassement de soi (comme l’Himalaya dans Tintin au Tibet par exemple) que Tintin se « doit » de les parcourir : parce qu’il est un aventurier-reporter, il ne peut s’accomplir qu’en parcourant l’ensemble de la terre, surtout par ces espaces inhospitaliers (la très haute montagne, le désert, l’Océan) ou rendus inaccessibles (pour des raisons politiques principalement). L’espace maritime est, en premier lieu, l’espace de l’accomplissement pour le héros.

Hergé oppose volontiers ses personnages par l’espace maritime : aux terriens que sont les Dupond et Dupont, entre mal de mer et peur, et même Tintin et le professeur Tournesol, à un capitaine Haddock qui semble retrouver vie dans cette planche parue pour l’anniversaire de l’hebdomadaire Le Petit Vingtième (supplément du journal belge Le Vingtième Siècle) où était prépubliées Les Aventures de Tintin. Au milieu de la tempête, le marin semble trouver son accomplissement, mais aussi ses mauvais travers (« c’est Leblanc qui est à la barre« ). L’espace inhospitalier est ici représenté par la tempête, un thème fort des représentations picturales de l’Océan [6].

"Tintin et la mer", Historia, HS n°1, 2014, p. 11.

« Pour l’anniversaire de l’hebdomadaire en 1953, Hergé file la métaphore maritime« .
Source : « Tintin et la mer », Historia, HS n°1, 2014, p. 11.
Image trouvée sur le site 2ememain.be

 

Les mers et océans, espace de fascination

« L’appel du large » : le numéro commence par cette introduction (pp. 10-19) qui rappelle combien les espaces maritimes peuvent fasciner l’homme, qui pourtant ne peut s’ancrer dans cet espace changeant et mouvant. « Prendre la mer et embarquer dans l’aventure. Avec Haddock comme capitaine au long cours » (p. 10). Dans la série des Tintin, la mer est tout d’abord un espace d’aventures, un espace-scène formidable pour déployer les voyages, les rêveries mais aussi les dangers auxquels le jeune reporter se retrouve confronté d’album en album.

Malgré la déchéance du capitaine Haddock lors de sa rencontre avec Tintin, l’image du marin qui se ressaisit et devient rapidement non seulement l’acolyte incontournable du héros mais aussi un châtelain respectable devient l’une des figures-clefs de la série Tintin. Le capitaine Haddock ne peut être résumé au côté comique de son personnage : il est aussi particulièrement sympathique, dans ses gaffes et ses jurons, aux lecteurs. Dans cette perspective, Le Crabe aux Pinces d’Or (9e album, 1941 en noir et blanc, 1943 en couleur) constitue un tournant dans la série. Pas seulement par l’arrivée du capitaine Haddock, personnage-clef de la suite des aventures du jeune reporter, mais aussi parce que l’album confronte le héros à deux espaces inhospitaliers (le désert du Sahara et l’Océan global), souvent perçus dans l’imaginaire français comme des espaces inhospitaliers que l’homme ne peut réellement s’approprier, mais peut traverser dès lors qu’il se dépasse. Ce sont, en quelque sorte, des espaces perçus comme des espaces privilégiés de l’aventure, qui ont donné naissance à de nombreux récits épiques. Les associant, le géographe Michel Roux en parlent comme des « espaces de la nostalgie » [7], c’est-à-dire comme des espaces inhospitaliers où seuls les héros peuvent s’aventurer et conquérir, qui traversent l’imaginaire et le désir d’aventures. Le désert de sable et le fleuve-océan sont analysés par Michel Roux comme des espaces dont l’évocation est, malgré la rationalité qu’apporte l’appropriation du Monde, « toujours fortement investie au plan émotif, affectif et idéologique, y compris dans les manuels scolaires » [8], des espaces de rêves, des espaces où le héros a la « volonté affichée de rompre avec les contraintes collectives et technologiques de la civilisation pour retrouver une autonomie perdue, en revenant aux origines » [9]. De cette fascination, naît « le mythe d’un espace unique » [10] pour parler des mers et des océans.

Les mers et océans, espace de dangers

En effet, si la mer fascine parce que l’homme ne peut la traverser qu’en se dépassant (soit physiquement comme pour les courses au large, soit par la technique comme pour les paquebots et les yachts – les progrès techniques concernant tant les embarcations elles-mêmes que la connaissance de la mer qui permet au navigateur de contourner ses dangers), c’est aussi parce qu’elle est un espace de dangers. Ces dangers proviennent tant de la mer comme espace de circulation, que dans la mer comme espace habité. Ainsi, Hergé met en scène des personnages nés de la mer, qui sont aussi dangereux que la mer elle-même.

La piraterie n’est pas représentée, dans Tintin, par sa version moderne, mais dans sa dimension historique, qui contribue à renforcer le mythe de la mer comme un « espace de la nostalgie ». En effet, l’imagerie des corsaires et des pirates (loin de la menace qu’ils représentent en ce début du XXIe siècle) du XVIIe siècle est empreinte, dans l’imaginaire contemporain, de fantasmes et de romantisme. La figure de ces pirates « historiques » est, par ailleurs, un thème récurrent dans la « BD de mer » : De Capes et de Crocs (Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, 1995-2014, Delcourt) pour la BD franco-belge, One Piece (Eiichirō Oda, 1997-en cours, Glénat pour la France) pour le manga japonais en sont deux exemples emblématiques parmi tant d’autres. Dans Tintin, cette piraterie « historique » est représentée comme un danger pour l’ancêtre du capitaine Haddock, le chevalier de Hadoque « qui a vécu sous le règne de Louis XIV » (Le Secret de la Licorne), qui combattit contre le pirate Rackham le Rouge. En deux albums (Le Secret de la Licorne, 11e album, 1943 et Le Trésor de Rackham le Rouge, 12e album, 1944), Tintin et le capitaine Haddock se confrontent tout à la fois à l’histoire maritime (par le biais de François de Hadoque) et à l’exploration maritime moderne (par le biais de leur chasse au trésor).

"Tintin et la mer", Historia, HS n°1, 2014, pp. 84-85. Double planche publiée sur le site Cols bleus.

« Tintin et la mer », Historia, HS n°1, 2014, pp. 84-85.
Double planche publiée sur le site Cols bleus.

 

Les mers et océans, espace de circulation : les voyages de Tintin

Les voyages de Tintin font des mers et des océans tout à la fois des espaces de navigation (et l’on croise de nombreux types de navires, de cargos, de yachts, d’embarcations de fortune) et des espaces de la connaissance : le voyage ne peut s’établir sans une connaissance et une maîtrise des mers et océans. Cette maîtrise peut être technique, et, dans cette perspective, Tintin en Amérique (3e album, 1932 en noir et blanc, 1946 en couleur) est une fidèle représentation de la croisière maritime comme mode de transport du temps de la réalisation de cet album. Loin de la croisière maritime comme loisirs qui symbolise les vacances sur la mer, la croisière des années 1930 est un moyen de traverser, avant l’avènement de l’avion comme mode de transport, les mers et océans pour relier les espaces terrestres. L’album Tintin en Amérique commence à Chicago : le lecteur ne sait pas comment Tintin est arrivé aux États-Unis. Mais ce même album se termine par une planche qui représente Tintin acclamé par la foule dans les rues de la ville étasunienne (qui témoigne ainsi de « sa reconnaissance à Tintin le reporter, ainsi qu’à son fidèle compagnon Milou, vainqueurs des bandits de Chicago« ), et qui « après une série de réceptions, […] s’embarque pour l’Europe« . Les 4 dernières vignettes (qui occupe la moitié de la planche dans l’édition couleur) montrent ainsi Tintin montant à bord d’un paquebot, regardant au loin la ville s’éloigner, puis, la dernière vignette montre le paquebot en haute mer, qui semble emmener Tintin vers d’autres aventures. Dans cette perspective, Tintin en Amérique se fait aujourd’hui le témoin d’une croisière maritime comme mode de transport (et non pas comme une forme de vacances) qui « allait contribuer à réduire l’écart entre l’Europe et le nouveau monde » [11]. Le paquebot n’est pas aménagé pour le loisir, mais comme moyen de transport.

Histoire_de_la_Croisière_1

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Étapes marquantes de l'évolution de la croisière dans le temps Source : Grenier, Alain A., 2008, "Le tourisme de croisière", Téoros, vol. 27, n°2/2008, pp. 36-48.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.Étapes marquantes de l’évolution de la croisière dans le temps
Source : Grenier, Alain A., 2008, « Le tourisme de croisière« , Téoros, vol. 27, n°2/2008, pp. 38-39.

 

Trois parties du hors-série « Tintin et la mer » rendent compte de la diversité des navires dans Les Aventures de Tintin : « Paquebots. Luxe, calme et volupté » (pp. 36-43), « Yacht. Bateau de roi, roi des bateaux » (pp. 44- 51) et « Les cargos. Au temps des colonies » (pp. 52-59), chaque partie témoignant d’un usage différent de l’Océan global comme espace de circulations : moyen de transport de passagers (paquebot), espace mobile de loisirs (yacht) et mode de transport de marchandises (cargos). Cette diversité témoigne non seulement d’un espace aux circulations multiples et diversifiées, mais aussi d’un usage qui se massifie dans le XXe siècle dont Hergé se fait l’observateur par la biais de son héros. Si plusieurs ouvrages ou magazines ont pu être consacrés aux personnages de Tintin dans l’histoire, ce hors-série montre la série comme un témoin de l’histoire maritime, et tout particulièrement par les différents types de navigation.

Les paquebots sont donc « des villes flottantes [qui] rivalisent d’innovations » (« Tintin et la mer », op. cit., p. 37), et la série des Tintin se fait témoin non seulement d’innovations techniques, mais aussi d’une géographie micro-locale en donnant au lecteur l’occasion de suivre Tintin dans les couloirs du paquebot, dans des cabines (notamment sur le Ville de Lyon dans L’Oreille Cassée) ou encore sur le pont (avec de nombreuses vignettes montrant des passagers assis sur des transats, comme par exemple dans Les Cigares du Pharaon). Gilles Fumey et Christian Grataloup publient, dans L’Atlas Global [12], une carte des voyages de Tintin (suivie, dans une autre double page, d’une carte sur les voyages de Corto Maltese) qui permet de réfléchir à l’inscription de Tintin dans l’espace et dans le temps : si le navire de croisière (comme mode de transport) marque les premiers albums de Tintin (dans les années 1930-1940), celui va transformer sa manière de se déplacer au gré des évolutions techniques et des innovations commerciales de son temps, pour progressivement prendre l’avion. Le mythique paquebot transatlantique Normandie laissera place à d’autres voyages, qui font de Tintin non seulement un observateur de son temps (par son rôle de journaliste, bien qu’on le voit peu dans ce rôle), mais aussi un humain vivant dans son temps.

Les voyages de Tintin Source : Gilles Fumey et Christian Grataloup (dir.), 2015, L'Atlas Global, Les Arènes. Carte publiée sur le site des Echos.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir.Les voyages de Tintin
Source : Gilles Fumey et Christian Grataloup (dir.), 2015, L’Atlas Global, Les Arènes.
Carte publiée sur le site des Echos.

 

Pourtant, le bateau reste intimement associé à Tintin, ne serait-ce que par la présence du capitaine Haddock (qui n’a certes de capitaine que le titre dans la majorité des albums). De plus, le bateau reste un moyen de transport pour des zones peu accessibles (l’Aurore et le Peary, les navires polaires concurrents, dans L’Étoile mystérieuse) ou pour des commerces peu légaux qu’il s’agit de cacher (depuis le Karaboudjan, devenu le Djebel Amilah, dans Le Crabe d’Or jusqu’au Ramona dans Coke en stock). A travers le personnage de Rastapopoulos, Tintin croise de nombreux navires devenus des espaces mobiles de l’antimonde, cette “partie du monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable” [13]. Malgré la révolution aérienne, les navires traversent les albums, et la représentation des mers et des océans dans l’œuvre d’Hergé est un exemple de l’ambiguïté de notre perception pour les espaces maritimes, entre terreur et fascination.

 

——————————–

* Toutes les images extraites des Aventures de Tintin publiées ici sont celles du magazine « Tintin et la mer », publiées dans des journaux/sites en lien avec la promotion du hors-série. Aucune image n’a été scannée et la source est mentionnée.

[1] « Apparue au début des années 1990, la notion de maritimité désigne les façons de s’approprier la mer : les relations professionnelles, culturelles, récréatives, sportives entre les sociétés et la mer. Ces relations incluent bien sûr les représentations collectives, les préférences, les perceptions dont les groupes sociaux sont porteurs : les images que les populations se font de ces milieux, les idées des ressources qu’ils peuvent offrir ou des plaisirs qu’ils peuvent procurer, et les savoir-faire et techniques qui permettent de s’y insérer, de les exploiter ou d’en jouir. La maritimité varie selon les époques, les idéologies, l’évolution des technologies, les mentalités. La maritimité passe aussi par la mémoire collective et le patrimoine hérité » (« Maritimité« , Géoconfluences, rubrique « Vocabulaire et notions générales », septembre 2014).

[2] On reprend ici l’expression « gens de la mer » comme clin d’œil à l’ouvrage du géographe Jean Rieucau : Les gens de la mer. Sète en Languedoc (L’Harmattan, Paris, 1990, 302 p.) et à son article « Océan et continent, deux espaces vécus en mutation chez les gens de la mer » (Annales de géographie, 1989, vol. 98, n°549, pp. 516-537).

[3] À ce propos, voir l’exposition virtuelle de la BnF La mer. Terreur et fascination, et tout particulièrement la rubrique « Mer et création« .

[4] On entendra la « haute-mer » au sens de la géographe Camille Parrain (Parrain, Camille, 2012, « La haute mer : un espace aux frontières de la recherche géographique« , EchoGéo, n°19, janvier/mars 2012), c’est-à-dire l’espace maritime défini par l’immensité et la distance à la côte et qui confronte l’homme à la perception d’un horizon qui n’est que maritime.

[5] Gerbier, Laurent, 2012, « La conquête de l’espace (touristes, héros volants et globe-trotters« , Neuvième Art 2.0, rubrique « Voyageurs immobiles : le thème du voyage dans les bandes dessinées », août 2012.

[6] Voir « La représentation des tempêtes« , dans l’exposition virtuelle de la BnF La mer. Terreur et fascination.

[7] Roux, Michel, 1999, Géographie et complexité. Les espaces de la nostalgie, L’Harmattan, collection Ouverture philosophique, Paris, 335 p.

[8] Roux, op. cit., p. 14.

[9] Roux, op. cit., p. 17.

[10] Roux, Michel, 1997, L’imaginaire marin des Français. Mythe et géographie de la mer, L’Harmattan, collection Maritimes, Paris, p. 117.

[11] Grenier, Alain A., 2008, « Le tourisme de croisière« , Téoros, vol. 27, n°2/2008, pp. 36-48, p. 38.

[12] Gilles Fumey et Christian Grataloup (dir.), 2015, L’Atlas Global, Les Arènes.

[13] Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, 1992, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, La Documentation française, Paris, p. 35.
A ce propos, voir notre billet « Série Ethnicity 01 (3) : Les “zones blanches” : les banlieues des bannis, espaces de violence« .


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/08/2017

    […] Elle reste encore largement l’apanage des espaces spécialisés (magazines, ou forums et sites). Le jeu vidéo est encore vu par beaucoup comme un simple divertissement. Pour paraphraser Olivier Mauco, consultant et créateur, dans Let’s Play, documentaire passionnant d’Arte, il n’existe pas encore un « écosystème » suffisamment structuré pour faire entrer le jeu vidéo dans la sphère sociale et culturelle. Si les jeux sur l'immigration connaissent un succès d'estime, voire, parfois, un succès commercial (1,8 million d’exemplaires de Papers, please vendus à ce jour), il est encore très difficile de mesurer leur portée dans la société. Néanmoins, ponctuellement des jeux vidéo font la une car ils cristallisent des débats politiques ou des tensions sous-jacentes dans la société. Tintin et la mer : représenter l’espace maritime dans la bande dessinée. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *