La planche du 9 avril : Revenants (Maël, Olivier Morel)

Le 9 avril 2003, en plein coeur de la « bataille de Bagdad » qui conduira à la chute du régime de Saddam Hussein et à la prise de pouvoir par les Etats-Unis en Irak, la statue de Saddam Hussein au Square Firdos est démantelée, symbole fort de la guerre et du changement de pouvoir. Cette statue est, en effet, un haut-lieu du pouvoir dans la ville, et son démantèlement est une matérialisation dans l’espace de la chute du pouvoir de Saddam Hussein. Pour l’armée étatsunienne et la coalition qu’elle conduit en Irak, c’est aussi le début de ce qui sera nommé « le bourbier irakien ». De ce « bourbier », reviendront des dizaines de milliers de soldats, marqués à jamais par le syndrome post-traumatique auquel Olivier Morel consacrera un film-documentaire : L’Ame en sang [1] en 2011. Pour ces soldat(e)s, le début de ce bourbier irakien après ce démantèlement de la statue de Saddam Hussein au Square Firdos le 9 avril 2003 marquera aussi le début de leur bourbier plus personnel. Suite à ce film-documentaire qui donne la parole à 6 vétérans marqués à jamais par cette guerre, Olivier Morel au scénario et Maël au dessin vont raconter, en bande dessinée, non pas le contenu du documentaire, mais son making-of. La bande dessinée Revenants (Futuropolis, 2013) revient sur la rencontre d’Olivier Morel avec les vétérans qu’il filmera dans L’Ame en sang, leurs conversations « off », et le poids du fantôme du bourbier irakien dans leur impossible retour à la « normalité » de leur vie quotidienne aux Etats-Unis [2].

Maël et Olivier Morel, 2013, Revenants, Futuropolis.

Maël et Olivier Morel, 2013, Revenants, Futuropolis.

Présentation de la bande dessinée par Futuropolis :

Olivier Morel a réalisé un documentaire, L’Âme en sang, qui donne la parole à six vétérans — des fantômes hantés par des fantômes —, qui portent l’insupportable de ce qu’ils ont vécu : vu et fait en Irak. Ce film poignant, utile, diffusé sur Arte en 2011, et dans de nombreux festivals aux États-Unis et en Europe, rappelle que le nombre de suicides de vétérans est aujourd’hui supérieur à celui des soldats tués sur le sol irakien. Ils sont 70 000 vétérans aux USA, dont 22 mettent fin à leur vie chaque jour. Mai 2010, le tournage est fini et Morel est frustré car il n’a pas pu tout mettre : le passé, l’inconscient, l’imagination, le rêve, les projections psychotiques…, ne peuvent pas faire partie de la dramaturgie documentaire. Un ami commun le met en relation avec Maël. Après avec vu son film et ses carnets de repérages, Maël, tout à la fois enthousiaste et plein d’incertitudes et d’interrogations quant à la responsabilité qu’il endosse, décide de faire une bande dessinée. Cet album n’est pas le livre du film. Il raconte l’histoire du film. C’est-à-dire pourquoi Olivier Morel a décidé de le faire et comment il a travaillé. Il montre ce lien particulier, délicat et intime, qui unit le réalisateur aux vétérans qu’il filme. La méthode narrative choisie par Maël, tout en délicatesse allusive, refusant toute intrusion voyeuriste, est à la mesure de son engagement. Son dessin très représentatif du réel, ne laisse de place ni à l’improvisation, ni aux « accidents » du trait, il est un outil pour faire passer le vécu.

Présentation de la planche :

Maël a fait le choix, dans son dessin, de montrer, par le jeu de couleurs, l’impossible retour de ces soldats revenus du bourbier irakien. En noir et blanc, les espaces « ordinaires » du quotidien « ordinaire » : l’espace tel que le voient Olivier Morel et l’entourage amical et familial de ces soldats. Eux aussi voient parfois leurs territoire du quotidien ainsi : les images en noir et blanc symbolisent leur retour, les moments où leur esprit parvient à être en phase avec leur retour dans cette « normalité », loin des espaces de la guerre irakienne. Mais cette bande dessinée n’est pas monochrome : au noir et blanc vient se surimposer les dégradés de rouge : à des milliers de kilomètres des espaces de cette vie « ordinaire », les souvenirs de la guerre en Irak, marqués par le rouge du sang (choix de couleur qui évoque tout à la fois la violence de la guerre et le titre du film-documentaire d’Olivier Morel : L’Ame en sang), reviennent, s’ajoutent dans l’esprit de ces vétérans à leurs territoires du quotidien, viennent s’entremêler dans leur quotidienneté. La guerre qui se déroule à des milliers de kilomètres d’eux est toujours présente dans leur quotidien, elle revient par vagues de souvenirs. Le rouge se surimpose toujours un peu plus. Il n’est pas qu’un souvenir « en plus », « à côté », évoqué par le biais d’un conversation. Le dessin de Maël montre avec force combien ces vétérans sont à la fois ici (aux Etats-Unis, dans leurs espaces domestiques, auprès de leur famille) et là-bas (en Irak, dans les espaces de la guerre, auprès des combattants et de la population civile victimes de cette guerre). Progressivement, le lecteur découvre combien le rouge est plus présent, pour ces « âmes en sang », que le noir et blanc. Les territoires du quotidien ne sont finalement pas ceux qu’ils perçoivent, leur regard est embué par ce flot de souvenirs plus prégnant que le retour à la « norme ». Ce mal invisible que l’on nomme syndrome post-traumatique est rendu parfaitement visible et compréhensible par ce jeu de couleurs, deux monochromes pour deux réalités, qui ne sont pas censées être vécues en même temps, mais qui sont pourtant totalement entremêlées pour ces vétérans qui ne sont plus là-bas et ne sont pas tout à fait ici, qui ne rentrent plus comme ils étaient avant, ne peuvent reprendre leur vie telle qu’ils l’avaient laissée. La bande dessinée de Maël (dont on retrouve les superbes planches qui ont déjà marqué la série Notre Mère la Guerre scénarisée par Kris) et Olivier Morel, qui raconte donc l’histoire du film-documentaire (et non le film-documentaire lui-même) L’Ame en sang, montre bien comment la bande dessinée peut transmettre avec force les émotions des autres.

——————————

[1] A ce propos, voir le site du film-documentaire : http://www3.nd.edu/~omorel/enter_fr.html ; et un entretien d’Olivier Morel pour Telerama en 2012 : http://television.telerama.fr/television/olivier-morel-realisateur-de-l-ame-en-sang-ce-film-aurait-pu-s-intituler-l-inavouable,88357.php

[2] Voir également : Vaumoron, Sébastien, 2013, « Vétérans d’Irak et d’ailleurs« , Non fiction, dossier « Sortir des cases : bandes dessinées et non-fiction », 27 septembre 2013, en ligne : http://www.nonfiction.fr/article-6722-veterans_dirak_et_dailleurs.htm


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *