Journée d’études Enseignement et Bande dessinée: compte-rendu

Enseignement_BandeDessinee - smallEnseignement_BandeDessineeLe 16 juin dernier s’est tenue la journée d’études du laboratoire junior Sciences Dessinées traitant de la BD comme objet et outil d’enseignement. Comme pour chacune des journées, et même si l’ordre avait été inversé cette fois-ci, la thématique a été abordée en deux temps : tout d’abord un entretien avec Olivier Jouvray, suivi de quatre communications scientifiques – de Martine Marzloff, Mathilde Riot, Nicolas Rouvière et Joël Mack dit Mack. Si l’ensemble des participants constataient que la BD était encore trop perçue comme un art à part, un peu suspect, ils étaient tout de même d’accord pour mettre l’accent sur la place qu’elle prend désormais dans les habitudes de lecture, ce qui va de pair avec des usages diversifiés dans le contexte scolaire.

 

 

Entretien avec Olivier Jouvray, mené par Isabelle Guillaume et Aymeric Landot

L’entretien avec Olivier Jouvray, scénariste, autour de BD à destination de la jeunesse et enseignant à l’école Emile Cohl, a permis de revenir sur les principales interrogations que suscite le couple BD et pédagogie. Pour lui, le scénariste ne peut pas faire abstraction du public pour lequel il écrit lors de son travail de création. Il a en tête le lecteur enfant lors qu’il travaille sur Lincoln : le scénariste peut s’autoriser certaines transgressions mais il ne faut pas oublier que rien ne prévient le futur lecteur d’éventuelles scènes choquantes ou inadaptées qu’il pourrait rencontrer. Cela pose la question de la distinction entre la BD jeunesse et la BD pour adulte. Seules les extrémités sont vraiment identifiables. Les albums pour la petite enfance répondent à des objectifs précis, à une volonté d’éveil. Dans la BD pour adulte, il s’agit plutôt d’une transgression forte, les histoires bousculent les règles morales et traitent de thématiques qui nécessitent du vécu. Entre les deux, les catégories sont floues, il y a donc inévitablement, et tout à la fois, une éducation à la lecture de BD, de même qu’un jeu autour de la transgression de la part du lecteur. Olivier Jouvray insiste ainsi sur le fait que la BD est toujours une éducation, pour le lecteur, pour le scénariste et pour les personnages. Le scénariste se documente avant d’écrire, le processus de création artistique s’accompagne d’une part d’apprentissage. Les personnages que l’on met en place dans un scénario suivent le même processus : le lecteur les découvre, puis s’ensuivent un événement déclencheur et des péripéties. A l’issue du parcours, le personnage principal a acquis une sagesse supplémentaire. Le scénariste et le lecteur suivent ce même parcours. Ce sur point, ses expériences d’enseignant et de scénariste se répondent. Il définit le travail artistique comme celui de transmettre de l’information, avec de l’émotion, et de réduire les zones d’incompréhension de la société, ce qui correspond également au travail de l’enseignant. La série Kia Ora joue sur ces définitions. Elle pose également la question du discours moralisateur tenu par le personnage principal : en tant que scénariste, Olivier Jouvray essaie d’être responsable de ce qu’il dit. Il donne une psychologie, une énergie à ses personnages puis les lance au contact d’autres êtres humains. Ces interactions sont productrices de valeurs, de morales, de conflits. Il tente de trouver un schéma social des environnements d’une époque. Il préfère toutefois le terme de valeur à celui de morale : au contact des autres, les personnages trouvent des solutions pour vivre ensemble, c’est plus pragmatique que philosophique. Il y a néanmoins pour lui une éthique de l’apprentissage au cœur de son travail. Dans cette perspective, la BD peut être un outil intéressant en classe selon lui. Etudier le graphisme d’une case ou utiliser la BD comme support d’un détour culturel pour un chapitre précis peut être fructueux. Il ne faut toutefois pas forcer l’usage de la BD : ce sont les œuvres elles-mêmes qui indiquent leur pertinence sur tel ou tel thème. La BD elle-même nécessite enfin, pour Olivier Jouvray, un apprentissage. C’est un art séquentiel. Les images ne peuvent pas être isolées l’une de l’autre, ce sont des images fixes qui suggèrent du mouvement. On fabrique ce qui se passe entre deux cases. Cela correspond à une alchimie complexe qui nécessite un apprentissage. Il lui semble donc important de mettre les enfants au contact d’albums de BD, sans tomber dans le travers qui serait la constitution d’une seule méthode d’apprentissage de la lecture de la BD. Elle demande à ce que chacun se forge son propre parcours à partir d’outils préalablement acquis.

 

Martine Marzloff – De l’œuvre littéraire à la bande dessinée : les partis-pris de l’adaptation

Martine Marzloff reprend la discussion autour de l’utilisation de la BD en classe et s’intéresse au cas précis des œuvres littéraires dites classiques adaptées en BD. Elle interroge le processus de réécriture et l’utilisation faite de ces adaptations en étudiant tout d’abord les contraintes puis les partis pris des dessinateurs pour articuler dimension artistique et pédagogique. Pour elle, les BD reprenant des textes littéraires n’opèrent pas simplement un transfert de contenu d’un média à un autre. Elles participent d’une démarche artistique. Cependant, ces albums doivent se plier aux contraintes qui pèsent sur la BD à destination de la jeunesse. Ces contraintes sont notamment législatives. Elle rappelle les conditions de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse qui vise à moraliser la BD jeunesse , ainsi que la loi du 19 mai 2011 qui sert de cadre de référence [ ?]. Ces textes ont des effets concrets comme, par exemple, une incitation à la prudence envers les ouvrages de BD et manga adressée par le rectorat de Limoges par circulaire aux professeurs documentalistes. Une autre série de contraintes est institutionnelle. L’usage de la BD en classe est en effet conditionné à son utilité pédagogique. Cela suppose, dans le premier cycle, que la BD produite en cours satisfasse à l’un des objectifs du socle commun de connaissances et de compétences, dont la maîtrise de la langue française et de la culture humaniste. Dans ce contexte, les œuvres de langue français deviennent essentiellement des outils d’apprentissage de la langue. L’enseignement se trouve ainsi cloisonné par degré, par cycle, par discipline et guidé par les manuels. La BD est un objet d’enseignement mais il est difficile à placer dans un cadre disciplinaire. Il pourrait être placé dans l’histoire de l’art mais, de fait, il est plus utilisé dans le cadre de la littérature. C’est donc essentiellement en cours de français que sont abordées les adaptations littéraires en BD. Pour les réaliser, les auteurs ont dû faire des choix. Martine Marzloff détaille l’exemple du Roman de de Renart. Il existe différentes éditions du manuscrit et se pose la question de l’utilisation de la langue du moyen-âge. Présentant plusieurs extraits d’albums, Martine Marzloff montre différents partis pris en fonction des auteurs. Les passages violents du récit médiéval font également l’objet de traitements différenciés en vue de la lecture de l’album par des enfants. L’ensemble de ces ouvrages ne doivent pas être présentés en classe comme des simplifications de l’œuvre première mais bien comme des réécritures qui nécessitent d’opérer des va-et-vient entre différents supports. L’albm Julia et Roem d’Enki Bilal est un deuxième exemple : une véritable recréation de l’œuvre de Shakespeare Roméo et Juliette est à l’œuvre dans l’adaptation. Pour Martine Marzloff, ces exemples d’adaptations en BD suggèrent qu’il faut donner en cours des œuvres littéraires adaptées en BD parce qu’elles exigent une collaboration du lecteur et non pas parce qu’elles pourraient être des simplifications de l’œuvre première.

 

Mathilde Riot – La BD dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur

Changeant de niveau d’enseignement étudié, Mathilde Riot propose d’étudier la BD et l’enseignement supérieur, pour montrer également la richesse de ce support. Elle organise son propos en deux temps : une première partie expose des pistes pour l’exploitation de la bd en bibliothèque dans l’enseignement supérieur. Une seconde partie revient sur une enquête menée dans les bibliothèques universitaires de France. Dans les bibliothèques de façon générale, la question de la légitimité artisitique de la BD est désormais obsolète. Des animations culturelles et des expositions sont organisées autour de la BD. C’est le média le plus emprunté dans les bibliothèques publiques. Cette place reste encore à créer dans les bibliothèques universitaires. Trois aspects peuvent être mis en avant. Tout d’abord, depuis 1991, le Ministère de l’éducation nationale a mis en place la mission lecture étudiante pour créer des espaces de lectures non universitaires et non professionnelles dans les structures d’enseignement supérieur. Dans ces fonds, la BD a toute sa place. Une deuxième piste serait d’intégrer la BD aux ressources universitaires. Cela peut être le cas pour la BD pédagogique. On peut notamment penser à Logicomix ou la collection Carnets de patients. Ce sont souvent des ouvrages de vulgarisation, rarement technique ou spécialisé mais ce sont le type d’ouvrage le plus emprunté. Font partie de ce même groupe les albums sources d’études. 162 thèses ont été réalisées sur la BD dans toutes les disciplines. La BD peut également être utilisée par des professeurs, comme Ph. Delisle à Lyon 3. La BD devient révélatrice d’une époque, d’une culture. Un troisième cas particulier entre dans cet ensemble : la BD comme outil de communication utilisé par la bibliothèque, notamment pour son Guide du lecteur. Une troisième perspective peut être identifiée : la BD sert de média et peut trouver sa place dans les fonds presse. Au nom des diversités des journalismes, la revue XXI ou la Revue Dessinée auraient leur place dans les bibliothèques universitaires. L’enquête réalisée par Mathilde Riot montre que la BD reste pour l’instant très discrète dans les bibliothèques universitaires. Le questionnaire sur les usages de la BD adressé aux bibliothèques montre que la BD reste majoritairement un divertissement. Aucune bibliothèque n’intègre de BD dans le fonds actualité ou presse. La BD devient ressources mais surtout dans les bibliothèques IUFM. Elle peut être une source universitaire mais n’est pas rangée dans le fonds de la discipline concernée. L’enquête a fait remonter un manque d’outils pour les bibliothécaires, un flou sur la gestion des fonds. L’enquête auprès des étudiants montre que la plupart ne savaient pas s’il y avait des BD dans leur bibliothèque universitaire. Interrogés sur la place de la BD dans ces espaces, 10% ont déclaré que la BD ne devait pas intégrer les bibliothèques universitaires. 37% estiment que la BD a sa place au sein des ressources universitaire. Mathilde Riot a été surprise par la taille des fonds de BD dans les bibliothèques universitaires. Elle conclut toutefois que cet art reste perçu comme un divertissement. Ces fonds demanderaient une clarification sur la politique de gestion et une meilleure communication.

 

Nicolas Rouvière – Produire des planches pour apprendre à lire la BD: quelques dispositifs et leurs effets dans les classes de cycle 3

Les deux dernières interventions opèrent un retour dans la salle de classe et Nicolas Rouvière commence par présenter des outils pour introduire la BD à la fin du niveau primaire. Son objectif n’est plus de donner des albums à lire aux enfants mais de montrer à quel point la conception d’une BD en classe peut être riche d’enseignement. Il insiste sur l’importance didactique d’une entrée par la production. Si l’on parvient à dépasser le coût en temps et en investissement technique, la BD constitue pour une chance de modifier le rapport à l’écrit et de révéler des compétences narratives. Nous ne pouvons pas revenir ici sur l’ensemble des dispositifs pédagogiques présentés par Nicolas Rouvière au cours de son intervention et faisons le choix de détailler ceux concernant l’écriture par les élèves d’un synopsis et son découpage. Le passage du synopsis au scénario est ce qui peut poser le plus de difficulté. Certains élèves sont compétents pour le récit mais moins pour le scénario parce qu’il suppose de pré-visualiser le récit, et inversement pour d’autres élèves. Il faut en outre permettre à l’enseignant d’alléger le dispositif de production de planche pour éviter d’enclencher une activité lourde à gérer. Nicolas Rouvière propose donc un dispositif d’écriture post-it. Il s’agit de mettre en place une écriture debout, avec des post-it, sur des feuilles A3 faisant déjà apparaître les cases, une fois la trame du récit établie. On joue sur une équivalence tacite : un post-it correspond à une case. Mais chaque post-it est provisoire, on peut le déplacer. Des post-it de couleurs différences devront être utilisés. A chaque couleur correspond un rôle : indiquer l’action, le texte et les éléments figuratifs. Les différents post-it se superposent les uns aux autres pour que se créer progressivement le scénario. Il est possible de désinhiber les élèves en leur montrant des planches de scénario qui prouvent que la création est un processus progressif à toutes les échelles. Chaque étape de la constitution d’une planche de BD est rendue visible par les post-it, de plus, leur côté provisoire permet de rassurer les élèves. Nicolas Rouvière insiste sur le fait que la production de planches post-it est directement évaluable dans la discipline du français. La BD peut également faire l’objet d’autres activités pour d’autres compétences. Les élèves peuvent avoir à compléter des planches à trous, à enchaîner et articuler des vignettes du point de vue du sens, ou à découper un récit existant. Des supports interactifs existent également. Des planches de BD sont précadrées. Il suffit de faire glisser des éléments depuis des menus déroulants (personnages, décors, bulles). Nicolas Rouvière met en avant les atouts de ces exercices. Chacun des objectifs peut être travaillé pour lui-même. Ces activités construisent des savoirs littéraires. La compétence principale développée est le recul réflexif sur les stratégies narratives qui pourra être réinvesti dans l’approche des textes littéraires.

 

Joël Mack dit Mack – L’étude d’un « objet culturel » dans le secondaire: le super-héros, entre uchronie politique et mythologie contemporaine

La présentation qui accompagnait l’intervention de Joël Mack dit Mack est disponible ici.

Joël Mack dit Mack propose également de revenir sur l’utilisation des comics en cours, dans le secondaire cette fois-ci et notamment en cours d’histoire. Les comics de super-héros existent à présent depuis 76 ans et le poids de l’histoire événementielle dans leurs récits est indéniable. Plutôt que de montrer en cours une vignette, il conseille de rentrer davantage dans l’économie de ces albums pour montrer davantage. Nous retiendrons ici deux exemples marquants d’utilisation possible des comics. Comparer les comics des années 1960 et 1970 à ceux publiés après 2003 permet de mettre en avant l’évolution concomitante du contexte international et des caractères des super-héros. Les comics véhiculent au départ une vision assez manichéenne du monde. Si l’on prend l’exemple dans aventures de Captain America, on constate qu’il ne doit affronter que des « super-méchants » (Hitler ou Mussolini par exemple). L’après-2001 voit apparaître des super-héros beaucoup moins manichéens et plus névrosés. La série Ultimates reprend ainsi des histoires des années 1940 pour les remettre au goût du jour. Le 11 septembre a également engendré des productions spécifiques dans les comics : les auteurs ont dû traiter la question de l’absence des super-héros ce jour-là. Une relecture va donner lieu à plusieurs numéros dans lesquels on explique que les héros ne sont plus les super-héros, qui ont failli, mais les pompiers. A l’issue du traitement de ce thème jusqu’à l’épuisement, les super-héros sont revenus dans une relecture plus compliquée. En classe, il est possible de demander aux élèves de réaliser deux frises chronologiques. La première ferait figurer les événements des relations internationales de 1945 à nos jours. La deuxième, immédiatement en dessous, listerait l’apparition des super-héros. Apparaît un lien quasiment constant entre les deux. Une autre caractéristique des comics, en plus d’être ancré dans l’histoire événementielle, a été leur production d’une culture mondiale et globalisée. Dès 1938, les comics américains s’exportent, sont traduits, on fait appel à des dessinateurs qui ne sont pas américains pour créer des personnages en plus. Dans un magazine serbe, apparaît en 1939 Zigoma : il est le pendant de The Phantom, super-héros sans l’être mais personnage masqué et redresseur de torts. En 1992, apparaît un personnage issu de la mythologie croate. On assiste à une exportation ainsi qu’à une transportation. Ces réinterprétations peuvent également faire l’objet d’un travail en classe. En conclusion, Joël Mack dit Mack insiste toutefois sur la difficulté à entrer dans ces univers et à les transcrire scolairement. Pour lui, il faut éviter de prendre uniquement une couverture en guise d’illustration et choisir d’aborder les comics par l’histoire culturelle. Il existe également un risque d’être confronté à une classe qui ne saisit pas cette culture. L’utilisation de la BD en cours nécessite, en outre, un travail important en amont pour qu’elle ne soit pas cantonnée à un rôle illustratif ou ludique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *