Une exposition : Les mondes de Gotlib (Musée d’art et d’histoire du Judaïsme)

Gotlib-afficheDu 12 mars au 27 juillet 2014 se tient une exposition, intitulée Les mondes de Gotlib, au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Le lieu de l’exposition peut surprendre quand on sait l’athée iconoclaste qu’est Gotlib. Dès les premiers panneaux, ses origines juives, pas forcément connues de tous, sont rappelées et détaillées. Ses parents, Ervin Gotlieb, peintre en bâtiment, et Régine Berman, couturière, sont tous deux issus de l’immigration juive hongroise, arrivée en France dans les années 1920. Son père, engagé volontaire dans l’armée française en 1939, est arrêté par la police française en 1942, puis assassiné à Buchenwald en 1945. Le petit Marcel, né en 1934,  passe la guerre en Eure-et-Loir, confié par sa mère à des paysans catholiques qui le cachent, lui et sa sœur. La double planche intitulée « Chanson aigre-douce », dessinée par Gotlib en 1969, et présentée ici, relate cette expérience d’enfant caché avec un ton qui correspond tout à fait au titre de l’histoire. Une vidéo nous permet d’entendre Laurent Natrella, de la Comédie Française, interpréter cette  chanson aigre-douce devant Gotlib, lorsque ce dernier reçut le prix Beurheim pour les Arts en 2013.

Les-mondes-de-Gotlib-exposition

L’exposition présente ensuite les débuts de Gotlib à partir de 1952. En tant que lettreur, Gotlib dessine dès 1954 les titres pour Le Journal de Mickey. L’exposition montre l’immense admiration que voue Gotlib à Brassens, puis présente les tâtonnements de Marcel Gottlieb, à la recherche d’un pseudonyme. Ce n’est qu’en 1962 qu’il adopte définitivement le pseudonyme que nous lui connaissons aujourd’hui, après avoir signé ses planches du nom de MarGot, Garmo ou MarClau (quand il travaillait avec sa femme, Claude Liégeois). Il entre à Vaillant cette même année et crée les personnages de la série « Nanar, Jujube et Piette », auxquels il adjoint à partir de juillet 1964 un chien qui ne rit jamais : Gai-Luron. Le style du dessin est alors encore très raide, le sens du mouvement encore limité.

En 1965 débute pour Gotlib l’aventure Pilote, grâce à Goscinny, qui partage avec lui son admiration pour le journal satirique américain Mad. Les deux compères s’inspirent de l’humour neuf développé dans ce journal, marqué par le pastiche et la parodie, pour créer les « Dingodossiers ». Mais au bout de 110 épisodes, fin 1967, Goscinny décide d’arrêter ce projet, trop pris par Astérix ; Lucky Luke et Iznogoud. Gotlib conçoit alors sa propre rubrique : la « Rubrique-à-brac », qui a pour sujet principal le monde de l’enfance et leur rapport aux adultes. Europe 1 demande alors à Gotlib d’écrire des émissions pour la radio. Ce dernier enregistre 13 numéros de l’émission « Le feu de camp du dimanche matin », qu’il anime conjointement avec Fred, Gébé et Goscinny. C’est dans le cadre de cette émission qu’il invente le commissaire Bougret (interprété par Gébé) et son fidèle adjoint l’inspecteur Charolles (qu’il interprète lui-même).

Goscinny (texte), Gotlib (dessin) Les Dingodossiers : les idées Extrait de la planche 52 parue dans Pilote no 350, 7 juillet 1966 Les Dingodossiers, tome 3 (p. 49) © Dargaud / © Marcel Gotlib

Goscinny (texte), Gotlib (dessin)
Les Dingodossiers : les idées
Extrait de la planche 52 parue dans Pilote n° 350, 7 juillet 1966
Les Dingodossiers, tome 3 (p. 49)
© Dargaud / © Marcel Gotlib

En 1972, Gotlib et Brétécher rejoignent Mandryka pour publier L’Écho des savanes. Durant deux ans, les trois auteurs gèrent seuls le magazine, refusant toute censure et abordant tous les sujets, même, et surtout, les plus osés, ce que Goscinny ne comprend pas. Plusieurs lettres entre les deux auteurs sont exposées et montre très bien l’évolution de leurs relations, jusqu’à la rupture. La dernière lettre, rédigée par Gotlib en 1973, se finit sur ces mots : « Et je suis infiniment emmerdé de ne plus vous satisfaire et de vous donner l’impression de vous trahir ». En 1975, Gotlib arrête de participer à L’Écho des savanes et fonde avec Alexis Fluide Glacial, magazine d’Umour et de Bandessinées. Rédacteur en chef, Gotlib s’entoure de Solé, Forest, Binet, Edika, Fred, Franquin, Brétécher, Pétillon, Goossens, Masse, … Il traduit également de nombreux humoristes anglo-saxons, notamment ceux publiés dans Mad. Enfin, il invente pour cette revue de nouveaux héros, comme Hamster Jovial, Pervers Pépère et Superdupont.

La seconde partie de l’exposition est consacrée à une approche thématique de l’œuvre de Gotlib. Une analyse intéressante du travail de Gotlib sur le lettrage est ainsi proposée, montrant comment il explore la forme de ses lettres, qui doivent faire sens. Le travail de Gotlib sur les cases est également décortiqué, notamment à partir de la planche fameuse tirée de la « Rubrique-à-brac » et présentant une girafe dont le cou se tord sur plusieurs cases. Gotlib est l’un des premiers à rompre avec la linéarité classique des segments de la narration, jouant avec les cadres, les bulles, les verticales ou la perspective. Aucun brouillon ou esquisse ne nous est présenté, et seules les planches définitives nous donnent à voir son travail. On notera néanmoins la présence de quelques pages d’un cahier de notes reprenant des bribes de scénario et des recherches d’ordre langagier. Un atelier proposant aux enfants de dessiner à la manière de Gotlib est extrêmement ludique et instructif.

Une partie de l’exposition est consacrée au thème central du pastiche et de la parodie. De l’histoire de France aux fables de La Fontane, en passant par la parodie de la science (que nous avions longuement développée dans notre exposition Sciences et bande dessinée en mai/juin 2013), nombreux sont les thèmes détournés par Gotlib, qui détourne de nombreux lieux communs. La peinture classique est l’un des thèmes les plus détournés par Gotlib, qui reconnaît être peu touché par ce type de peinture. Pour lui plaire, un tableau doit absolument raconter une histoire, ce qui n’est pas que trop peu souvent le cas à ses yeux. Il s’amuse par ailleurs à parodier la science-fiction et ridiculise avec plaisir les super-héros et les épopées spatiales, comme dans l’Écho des Savanes, en 1974, où il dessine 13 pages d’une fantaisie scabreuse intitulée « La sage du Patineur d’Argent ». Pour Alexis, il scénarise le Cinémastock, pastiche des tics du cinéma. Mais son rapport au cinéma est en réalité plus complexe que cela, puisqu’il a non seulement scénarisé un film de P. Leconte en 1975, Les vécés étaient fermés de l’intérieur, mais aussi qu’il s’est beaucoup inspiré des techniques cinématographiques pour dessiner sous tous les angles, alternant plans larges et serrés, plongées et contre-plongées, suivant un découpage virtuose. Le monde pastiché et parodié par Gotlib a eu une postérité importante, influençant de nombreux artistes, jusqu’en dehors du monde du neuvième art.

Héritier de l’humour juif et anglo-saxon, Gotlib a un sens profond de l’(auto)dérision, s’inspirant des Marx Brothers ou des Monty Python par exemple. Le vertige de l’absurde cache en fait une vision tragique du monde derrière le rire, et l’exposition montre très bien comment les personnages de Gotlib échouent à maîtriser la réalité, ce qui crée le comique en même temps que le désespoir.

Enfin, la dernière partie de l’exposition s’intéresse au Gotlib libertaire et à sa relation avec les censeurs, choqués par sa période « zizi-pipi-caca » (la formule est de lui-même !) et ses dessins scabreux et frénétiques, en réaction à la morale austère et hypocrite de la France d’avant mai 68. Le personnage de Superdupont, qu’il crée en 1972, chauvin à outrance, est ainsi le symbole d’une France repliée sur elle-même, et Gotlib se moque ouvertement du jargon pétainiste, quand il parle par exemple du « gang de l’Anti-France ». Certains sujets suscitent néanmoins son indignation, ainsi, lorsque Pilote publie en 1973 un numéro « Spécial Hitler », il déclare : « Parler d’Hitler en faisant de l’esprit est pour moi inadmissible. […] Dans l’absolu, le sujet a été traité d’une façon telle que le Führer apparaissait sous un jour futile. Or on ne fait pas ’de l’esprit’ sur Hitler : on l’écrase ! Par l’humour, si l’on veut, mais on l’écrabouille ! ». En 1989, cependant, lorsque Charles Pasqua, ministre de l’intérieur, fait interdire l’album de Vuillemin et Gourio Hitler = SS, Gotlib prend la défense de l’album, affirmant qu’il faut pouvoir traiter de tout librement, mais soulignant néanmoins que les auteurs auraient pu tenir compte de la douleur des personnes victimes de la Shoah.

Cette exposition, qui présente près de 300 documents, dont pas moins de 150 dessins originaux, exposés pour la première fois, est d’une grande richesse. On regrettera peut-être que les planches ne soient pas suffisamment commentées, mais l’ensemble est clair et cohérent. L’accent mis sur la judaïté de Gotlib est logique dans un tel musée, mais peut parfois sembler gratuit : quel intérêt par exemple de donner les dates de sa bar mitsvah ? Néanmoins les deux parties chronologiques et thématiques se complètent à merveille et plusieurs projections de documentaires ou des rencontres organisées au musée donnent un aspect encore plus vivant à cette très belle exposition.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *