Masques, identité et bande dessinée : Entretien avec Lewis Trondheim

Lewis Trondheim était l’invité du grand entretien de notre journée d’études Masques, identité et bande dessinée (20 mai 2014, ENS de Lyon). Malheureusement, suite à un problème technique, seule une partie de l’entretien a été enregistrée (2 heures environ sur 2h30 d’entretien). Mais nous vous proposons ici un compte-rendu des temps forts de cet entretien. Celui-ci est assez « libre » et propose de nombreux ajouts (notamment des éléments de contextualisation de l’œuvre de Lewis Trondheim) et ne reprend pas strictement le fil de l’entretien. Un entretien à l’image de la bande dessinée de Lewis Trondheim, « artiste quelque peu contradictoire [qui] aime bien surprendre, et aller là où on ne l’attend pas, et surtout là où il ne s’attend pas lui-même » [1], qui a aussi aimé surprendre, amusé l’auditoire, provoqué parfois, passionné toujours. « Mais Lewis Trondheim reste difficile à cerner » [2], mais qui a répondu pendant trois heures à nos questions et à celle de l’auditoire, et a accepté de livrer son regard sur son travail. Ensemble, nous avons pu partiellement lever le masque de l’avatar de Lewis Trondheim pour découvrir l’auteur de bande dessinée. Celui qui affirmait dans un entretien pour Le Monde : « ma froideur n’est qu’un masque » [3] a montré à l’auditoire qu’il savait parler avec humour et mise en scène de ses faiblesses et de ses qualités d’auteur de bande dessinée qui signe, en 25 ans de carrière, environ 150 albums.

 

« L’œuvre de Lewis Trondheim repose sur un matrice autobiographique, un univers mental mi-vécu mi-fantasmé qui sert de code représentatif à ses récits. La matrice fonctionne comme un ensemble de contraintes susceptible d’être amplifié par l’ajout de contraintes formelles. L’emploi de personnages récurrents mais aux identités changeantes d’un album à l’autre montre que Trondheim privilégie dans ses récits les relations interpersonnelles entre des personnages constituant autant de facettes autobiographiques. En simplifiant le dessin et les situations, Trondheim creuse des aspects peu explorés de la bande dessinée, démontrant ainsi qu’il est possible de penser en images » [4].

  

Note : Dans ce compte-rendu, les citations entre guillemets sans italique ne renvoyant à aucune note de fin de texte sont des phrases de Lewis Trondheim reprises telles qu’elles.

 

 

Contrainte et/ou liberté en bande dessinée

Les bandes dessinées de Lewis Trondheim sont marquées par des contraintes qu’ils s’imposent dans le scénario comme dans le dessin. Lewis Trondheim est un des fondateurs de l’Oubapo [5] (l’Ouvroir de bande dessinée potentielle, constitué en 1992, qui crée des bandes dessinées sous contrainte artistique volontaire). C’est également l’un des précurseurs [6] de cette utilisation de la contrainte en bande dessinée (avant que l’Oubapo n’existe). Récemment, c’est lui qui a proposé la contrainte de l’édition 2014 [7] des 24 heures de la bande dessinée (dont il est l’initiateur). Le grand entretien de la journée d’études Masques, identités et bande dessinée a donc commencé par cette particularité du travail de Lewis Trondheim, c’est-à-dire le rapport entre la contrainte et la liberté : s’imposer des contraintes en bande dessinée produit-il de la liberté ? 

Lewis Trondheim a commencé à faire de la bande dessinée « parce que j’ai découvert qu’on pouvait faire de la BD sans savoir bien dessiner ». Lewis Trondheim, qui voulait surtout être scénariste de bande dessinée, s’est imposé des contraintes pour améliorer son dessin. Une des premières contraintes qu’il s’est imposé fut l’itération comique, c’est-à-dire la répétition d’images. Ainsi, Lewis Trondheim s’est posé la contrainte de réaliser 500 pages en improvisation pour améliorer son dessin. Et d’autres contraintes par la suite : pour La mouche [8], il s’est imposé de faire une bande dessinée totalement muette pour s’améliorer en dessin, pour ne pas faire reposer toute sa bande dessinée sur les textes, « mais aussi par jeu ». Pour Lewis Trondheim, dans la création, « trop de liberté tue la liberté » [9]. La contrainte peut ainsi aider la création : il avoue une « peur devant un chant indéfini ». Lapinot est ainsi né de sa toute première contrainte qu’il s’était imposé, ses fameuses 500 pages en improvisation. Lorsqu’il eut réalisé 423 pages, il s’est dit : « ça y est, je me suis amélioré », et a posé ces planches de côté. Et, un jour, ses amis de L’Association ont découvert ces planches posées de côté. Et c’est ainsi que la série Lapinot est née ! Dans ses bandes dessinées, Lewis Trondheim explique qu’il ne cherche pas à proposer une réflexion sur la bande dessinée, mais davantage l’envie de proposer aux lecteurs « un voyage de la première à la dernière case ».

Lewis Trondheim, 1995, La mouche, © Le Seuil.

Lewis Trondheim, 1995, La mouche, © Le Seuil.

 

 

Travailler en collaboration

Alors que les deux derniers albums clôturant la série des Donjon de Lewis Trondheim et Joann Sfar sont parus en avril 2014, on ne peut qu’évoquer une autre caractéristique de Lewis Trondheim : le travail en collaboration. Auteur des plus prolifiques (environ 150 albums), il est à la fois l’auteur qui compte le plus grand nombre de collaborations avec des auteurs différents en France, co-fondateur de l’Oubapo, co-fondateur de L’Association, co-fondateur du SNAC-BD (Syndicat des Auteurs de Bande Dessinée). S’il n’a pas « la langue dans sa poche » et est connu pour son fort caractère, il est aussi celui qui a travaillé, en France, avec le plus grand nombre de co-auteurs. « Gamin, j’étais maladivement timide jusqu’à très tard. Aujourd’hui, avoir une réputation et l’œil du tigre, c’est un moyen d’avoir un mur entre les autres et moi ». Vis-à-vis de la représentation de lui-même dans la bande dessinée, Lewis Trondheim précise qu’« il ne faut pas prendre au pied de la lettre tout ce qui se passe dans mes bandes dessinées. Dans Les petits riens, on pourrait croire que je suis toujours en vacances ! ».

Pour Lewis Trondheim, la bande dessinée est le « seul art narratif où l’on peut travailler avec des personnes si différentes les unes des autres ». Il confronte cette liberté aux romanciers (qui travaillent seuls) et au cinéma (où chacun a son rôle dans la réalisation d’un film). « En bande dessinée, on a la chance (et la malchance) de travailler ensemble ». Produit d’une collaboration étonnante et stimulante : L’Atelier mastodonte est évoqué. Cette autofiction a été réalisée par plusieurs auteurs qui racontent leur vie d’atelier. Chacun fait sa page à la suite de la page d’un autre auteur. Pour Lewis Trondheim, l’expérience a été « ludique et amusante ». « Voir la page de l’autre, ça fait faire des choses auxquelles on n’aurait pas pensé avant ».

Bien évidemment, parmi les collaborations marquantes de Lewis Trondheim, impossible de ne pas évoquer la série Donjon. Celle-ci est née d’une volonté de Joann Sfar de travailler avec Lewis Trondheim qui raconte que son ami lui envoyait tous les mois des idées « que je rejetais » jusqu’à ce que Joann Sfar lui propose le projet des Donjon. Lewis Trondheim lui a d’abord proposé d’intégrer cette idée à sa série Lapinot, mais Joann Sfar a refusé parce qu’il voyait en Lapinot « un moralisateur de droite ». C’est donc une nouvelle série qui est née, tout d’abord avec deux premiers albums. Puis, Joann Sfar a eu l’idée d’une série parallèle proposant de projeter l’univers de Donjon dans le futur, mais les deux auteurs étaient débordés, l’un comme l’autre, à ce moment-là, et Lewis Trondheim ne pensait pas un tel projet faisable à ce moment-là. Pourtant, Joann Sfar a insisté, s’est mis au travail et a envoyé à Lewis Trondheim un fax de 10 pages trois jours après avoir lancé l’idée en disant à Lewis Trondheim « j’ai fait quand même ». Puis Lewis Trondheim a lancé la blague : « et si on faisait l’univers dans le passé ! ». Et la deuxième série parallèle est née. « Tout s’est enchaîné ».

Source : Joann Sfar, Lewis Trondheim et Mazan, "La fin du donjon", Donjon Crépuscule, Delcourt, mars 2014.

Source : Joann Sfar, Lewis Trondheim et Mazan, « La fin du donjon », Donjon Crépuscule, tome 111, Delcourt, mars 2014.

Lewis Trondheim explique que beaucoup de lecteurs lui demandent comment ils doivent lire la série Donjon : par ordre de parution, par ordre chronologique proposé par l’univers, par auteurs ? Pour Lewis Trondheim, ce qui est important n’est pas l’ordre de lecture, mais « le dessin animalier qui permettait une cohérence d’ensemble ». L’idée était de proposer une bande dessinée « d’heroic fantasy avec un dessin minimaliste et animalier ». Mais dès lors, Lewis Trondheim explique que Joann Sfar et lui allaient proposer une BD « très loin des attentes des fans d’heroic fantasy, et en même temps très loin de celles de l’Association, où ce genre était détesté. On se privait des deux publics, et pourtant ça fonctionnait ! ».

Quel scénariste est Lewis Trondheim avec ses dessinateurs ? « J’écris mes bandes dessinées en BD, avec des crayonnés rapides, des patates à la place des personnages ». A l’exception de deux d’entre eux (Stéphane Oiry sur Maggy Garrison et Matthieu Bonhomme sur Texas Cowboys), les dessinateurs qui ont travaillé avec Lewis Trondheim, « préfèrent voir mon crayonné, même si je leur propose le choix entre le crayonné et le texte tapé ». Mais Lewis Trondheim ne commence jamais par scénariser par un texte tapé : celui-ci est fait après un crayonné. « Je ne peux pas faire de la bande dessinée autrement que par le crayonné ». Lewis Trondheim a également travaillé comme dessinateur avec trois scénaristes : Jean-Luc Coudray (Nous sommes tous morts), Appollo (qui lui a proposé l’histoire de l’Île Bourbon 1730) et pour une collaboration sur sa série Lapinot pour laquelle il a « retravaillé pas mal de choses sur le scénario aussi » et n’a pas seulement fait le dessin.

 

 

Un dessin très reconnaissable : Lewis Trondheim, l’animalier et le minimalisme, un « graphisme radical » ?

Amusé d’être questionné sur ce point, Lewis Trondheim ne se reconnaît pas dans le « radicalisme graphique » qu’on a pu lui attribuer (comme en a témoigné son rire). Il précise bien d’où il part : « je ne sais pas dessiner à la base, ce n’est pas une volonté, il n’y a pas de principe pop-art derrière ! Je voulais être scénariste, je voulais surtout raconter des histoires. Je me suis retrouvé dessinateur malgré moi ». Lewis Trondheim évoque à de multiples reprises combien le scénario est au cœur de son travail d’auteur, et est ce qu’il recherche en premier lieu : « je suis le scénariste qui a travaillé avec le plus de dessinateurs en France ». Il ne revendique pas un « activisme » particulier, un choix artistique revendiqué, mais insiste sur ses propres capacités à dessiner : « je me suis fait à mon dessin, je m’en sors bien de là où je suis venu. Je fais beaucoup d’efforts, beaucoup de dessins pour m’améliorer, pour agrandir ma bibliothèque mentale graphique ».

Concernant le dessin animalier, Lewis Trondheim précise que ses lectures de l’enfance, et notamment Carl Barks (Picsou). Mais l’animalier n’est pas mobilisé pour des productions pour la jeunesse chez Lewis Trondheim qui a la « volonté de faire ça [en référence à Carl Barks] avec des histoires d’adulte. « Ma BD animalière est plus humaine, ils ont des caractères humains ».

Quelles autres influences dans la bande dessinée ? « Je lis encore de la BD, mais de moins en moins. Je deviens de plus en plus difficile ». Au moment de cet entretien, Lewis Trondheim nous dit lire Lastman qu’il apprécie pour son « énergie, premier degré, intelligence, là où j’ai toujours tendance à mettre du second degré ». Plus jeune, il lisait beaucoup de science-fiction et de fantastique. Mais surtout, Lewis Trondheim rapporte ses lectures à son travail d’auteurs, en se comparant à une « éponge » : « je ne lis pas de romans et peu de BD quand je scénarise, parce que je suis une éponge. Et surtout, comme je travaille en improvisation, je serais trop imprégné de ce que je viens de lire. De la même façon que je n’écoute pas de musique quand je produis ». Il faut rappeler la méthode de travail de Lewis Trondheim, « toujours en improvisation sur plusieurs albums à la fois : quand je suis coincé sur un album, je passe à un autre ».

 

 

Lewis Trondheim et ses personnages : dérouter le lecteur ?

Lewis Trondheim fait remarquer que, pendant longtemps, ses lecteurs ne semblaient pas gêner par le fait que Lapinot prenne successivement, d’un album à l’autre, un autre rôle. « La plupart de mes personnages, je les prends comme des acteurs. Lapinot a sa vie quotidienne, ses copains, mais peut aussi être un acteur dans un western ou dans un rôle de cape et d’épée ». C’est plus tardivement, après une succession d’albums, que des lecteurs ont commencé à dire à Lewis Trondheim qu’il prenait ses personnages pour des acteurs dans ses bandes dessinées. Dans la série Lapinot, « la mise en abîme est telle que l’on ne sait plus si Lapinot est dans un rôle ou dans sa vie réelle ». Lewis Trondheim dit jouer parfois du flou et ne pas vouloir démonter ses personnages en maintenant du flou.

Source : Lewis Trondheim, "Mildiou", Les formidables aventures de Lapinot, 1994, Seuil.

Source : Lewis Trondheim, « Mildiou », Les formidables aventures de Lapinot, tome 3, 1994, Seuil.

Questionné sur la mise à mort de Lapinot (qui a non seulement surpris mais aussi a laissé un sentiment de « frustration » chez les lecteurs puisque la mort du personnage principal terminait la série), Lewis Trondheim précise que « ce qui importe, c’est l’histoire, bien plus que les personnages ». Or, il voulait faire un album sur la mort. Au départ, la mort ne devait pas toucher Lapinot, mais « la mort, ce n’est pas toujours les autres ». Et pour Lewis Trondheim, impossible de parler correctement de la mort comme thème majeur de l’histoire en l’évoquant par un autre personnage. Pour parler de la mort, il lui a semblé important, voire nécessaire, de le faire par le prisme de celle de son personnage principal. « C’était un moyen aussi de ne pas être enfermé toute ma vie dans le même personnage, dans le même album, dans les mêmes types de systèmes graphiques ». Plus tard dans l’entretien, Lewis Trondheim évoquera à nouveau le fait qu’« un héros peut coincer [son auteur], avec l’éditeur comme avec le lecteur », en évoquant sa « peur de faire une mauvaise bande dessinée sans s’en rendre compte ».

Lewis Trondheim souligne l’importance de la cohérence de chaque récit, qu’il recherche dans son travail. « Je suis très attaché à la cohérence. Souvent je pars d’un truc idiot ou impossible, mais pour que ce soit crédible, il faut que tout autour soit logique, pour faire passer au lecteur ce qui est illogique, ce qui est proposé au départ ».

 

 

La BD et les genres littéraires : transformer les codes ?

Bien évidemment, quand on pense au travail de Lewis Trondheim, on l’associe immédiatement à un genre : l’autobiographie. Il s’est lancé dans l’autobiographie en BD « parce que c’est un genre qui m’intéresse à la base ». C’est aussi avec beaucoup d’humour que Lewis Trondheim présente cette partie de son travail : « en 1992-1994, plutôt que payer une thérapie, j’ai fait payer les lecteurs pour acheter ma thérapie ». Si on associe Lewis Trondheim à l’autobiographie en BD, c’est parce que son travail a été particulièrement fécond [10] concernant ce genre (voir le paragraphe suivant).

« La bande dessinée est un art tout récent, que l’on peut dater de Töpffer. Mais il reste encore plein de choses à déchiffrer ». Lewis Trondheim dit avoir envie de « retravailler le western, un vieux cadenas, en le déstructurant ». Avant de se lancer dans Texas Cowboys, il a vu Pulp Fiction. Mais surtout Lewis Trondheim dit ne pas aimer les systématiques. Maggy Harrison est un polar. Ralph Hazane est « un travail sur lequel je sais qu’il faudra 5 à 10 albums pour que le lecteur accroche et comprenne ce que je veux faire ». Il explique vouloir, dans cette série, « prendre le contrepied des effets de mode s’appuyant sur le buzz et la vitesse » et vouloir « proposer la densité du travail du moine copiste ».

Au final, impossible d’enfermer le travail de Lewis Trondheim dans un genre. Et c’est peut-être ce qui ressort de l’entretien : Lewis Trondheim s’amuse à désarçonner l’auditoire, l’emmène dans quelques petites provocations (de gentilles piques à l’égard de son ami Joann Sfar) et lui montre son amusement dans la liberté qu’il s’octroie et dont il use avec beaucoup de malice tout au long de l’entretien. « J’aime l’idée que mon rôle d’auteur peut être un rôle d’amuseur ».

C’est pour cela que Lewis Trondheim affirme ne pas vouloir faire de sujets de bande dessinée engagés politiquement. Questionné sur la BD de reportage, Lewis Trondheim rappelle qu’il en publie en tant qu’éditeur, mais pas en tant qu’auteur. Pour ce genre particulier, Lewis Trondheim trouve que le rendu peut être assez inégal : « il faut que ce soit bien fait, qu’il y ait un auteur de bande dessinée ». Parfois, certaines sont « trop journalistiques », avec trop de textes par rapport au dessin, voire s’éloignant trop de ce qui fait la bande dessinée, pour Lewis Trondheim. « La bande dessinée se caractérise par le travail que le lecteur doit faire pour aller d’une case à l’autre ». Il n’est pas tenté par ce genre, pour lui-même : « j’ai peur de moi-même par rapport à cet exercice, peur de me mettre beaucoup en scène avec dérision, pas vraiment envie de ce que donnerait, dans cet exercice, mon second degré. Mais, en même temps, je ne me sens pas dans le premier degré que cela impose ». De même, Lewis Trondheim dit être « sceptique avec l’art conceptuel », et plus encore avec la « financiarisation de l’art ».

 

 

Lewis Trondheim, l’autobiographie en BD et le masque

Pour Lewis Trondheim, « c’est difficile de lâcher l’autobiographie. C’est un piège car le sujet, on l’a tous les jours, tout le temps. La sincérité, les tripes ne suffisent pas ». En 2001, Lewis Trondheim fait ses Carnets de bord (pour Lewis Trondheim, « Sfar s’est mis à faire ses carnets en voyant les miens »). Puis, il va se lancer dans Les petits riens, qui sont des « histoires autobiographiques en une page, avec pour contrainte l’aquarelle ». Lewis Trondheim décrit Les petits riens comme « un projet qui se tiendra vraiment sur la longueur. Ca fait déjà 8 ans que je le fais. Projet qui se tiendra jusqu’à l’anéantissement de l’auteur ». A propos d’Approximativement [11], Lewis Trondheim précise qu’il est important pour lui de se permettre de ne se moquer que de lui-même. Il met aussi en avant une pudeur nécessaire (il ne faut pas aller au-delà d’une certaine narration), et le masque qu’il faut porter (l’animalier permet une prise de distance dans l’autobiographie). « Je n’ai été reconnu que deux fois dans la rue, et ça fait ça depuis vingt ans. Mais ce n’est pas un besoin, je suis ravi d’être incognito pour faire mes courses ».  Lewis Trondheim appréhende également le masque comme un apport pour lui-même : « il faut savoir jusqu’où on se dupe soi-même. Avec le temps, j’ai appris à me comprendre et à m’aimer un minimum ».

Source : Lewis Trondheim, Approximativement, 1995, Cornélius

Source : Lewis Trondheim, Approximativement, 1995, Cornélius.

Le masque est aussi posé par l’emploi d’un pseudo : « L pour mon prénom (Laurent), et Lewis calligraphiquement c’est beau ». Trondheim fait référence à la ville éponyme. Lewis Trondheim a-t-il d’autres pseudos ? Est-il celui qui se cache derrière Frantico ? Dans l’entretien, Lewis Trondheim donne autant de signes qu’il est Frantico, que de signes infirmant cette idée. Le mystère et le jeu sont maintenus, bien qu’il affirme assez fermement ne pas être Frantico. « Mais ce n’est pas moi. Mais si ça avait été moi, j’aurais été fier de le faire ».

 

 

La BD, un métier ?

Par-delà la question des genres, Lewis Trondheim explique : « j’adore la bande dessinée et toutes les formes de la BD. Il y a plein de choses à faire, dans tous les formats, j’ai envie de tout essayer ». « Plus qu’un jeu, je vois la bande dessinée comme une écriture ». Lewis Trondheim a commencé à faire de la BD par « besoin et envie d’écrire en bande dessinée ». Puis s’est opéré un « glissement, parce que c’est devenu un métier. J’essaie de gagner ma vie au maximum en dehors de la vie dans mon métier (illustration, publicité, livres de jeunesse, etc.) pour avoir le luxe de faire les bandes dessinées par plaisir, par envie, pas pour gagner ma vie ». Lewis Trondheim insiste sur ce luxe et sa chance (selon ses termes) : « j’écris pour mon plaisir, pour le plaisir de mon premier lecteur, c’est-à-dire moi. J’essaie de ne pas faire plaisir au lecteur : parce que si on lui demande, il veut la même chose [que ce que l’auteur a fait précédemment], mais un peu différent. Par contre, il est important pour moi de ne pas prendre le lecteur pour un idiot, d’être lisible dans la bulle, et d’être compréhensible dans la case ».

Questionné sur le métier d’auteur de bandes dessinées tel qu’il le perçoit, Lewis Trondheim explique que « c’est faire oublier au lecteur qu’il est en train de lire. Je veux lui faire oublier qu’il est actif, qu’il est en train de faire l’exercice de lire de la BD. D’où la volonté de ne pas faire des jeux sur la bande dessinée elle-même, parce que ça ferait sortir le lecteur de son hypnose, et moi ça ne m’intéresse pas ».

Interrogé sur l’âge de la retraite ou plutôt sur le métier d’auteur comme un métier sans retraite [12], Lewis Trondheim dit qu’il est « rare dans la bande dessinée de faire des choses bien quand on est âgé. Un des rares qui a su le faire, c’est Moebius, parce qu’il a cette double identité Giraud / Moebius ».  Il dit chercher, dans sa bande dessinée, à toujours proposer quelque chose de nouveau, à éviter le travail de répétition d’un album à l’autre. « Je préfère arrêter avant de faire des choses très mauvaises ». Lewis Trondheim évoque le fait qu’il a interrogé Gotlib pour savoir pourquoi il s’est arrêté. « Il était dans la parodie, l’outrance, n’a jamais trouvé le moyen de basculer dans quelque chose de plus réaliste, de moins dans la dérision, et donc il a préféré arrêté ». Lewis Trondheim souligne que, pour lui, la nouvelle génération est « moins coincée avec un seul éditeur, et plus libre pour les pseudos aussi ». Un moyen pour dépasser les impasses d’un enfermement dans un type de bandes dessinées notamment.

 

 

La BDthèque idéale de Lewis Trondheim

Quelles sont les trois bandes dessinées que Lewis Trondheim recommanderaient à un adulte à qui il aimerait/devrait faire découvrir la bande dessinée ? Une question qui ne laisse que peu de temps à Lewis Trondheim de réfléchir à sa propre sélection. Pour l’occasion, il choisit ainsi :

  • Le Petit cirque de Fred (1973) : « un choc quand je l’ai lu enfant, puis un choc quand je l’ai relu, puis à nouveau quand je l’ai re-re-re-relu adulte »,
  • Le jeune Albert d’Yves Chaland (1985), pour « sa force scénaristique »,
  • Bravo les Brothers de Franquin (1965), parce que « la comédie est vraiment sous-estimée, un bijou d’humour ».

Et Lewis Trondheim ajoute à la liste le journal de Spirou (dans lequel a été initialement publié Bravo les Brothers par exemple), dont il souligne l’importance : 70 à 80 000 lecteurs, c’est important pour la bande dessinée, pour qu’une partie devienne de futurs lecteurs ». D’où son rapprochement avec Le journal de Spirou.

 


[1] Loïc Massaïa, 2009, « Lewis Trondheim. Entretien minimaliste », du9, l’autre bande dessinée, entretien avec Lewis Trondheim, octobre 2009.

[2] Loïc Massaïa, 2009, « Lewis Trondheim. Entretien minimaliste », du9, l’autre bande dessinée, entretien avec Lewis Trondheim, octobre 2009.

[3] Frédéric Potet, 2014, « Lewis Trondheim, génie grognon de la BD », Le Monde, 27 février 2014.

[4] A ce propos : Laurent Gerbier et Didier Ottaviani, 2001, « Approximativement (Lewis Trondheim et ses doubles) », Image & Narrative, n°2, septembre 2001.

[5] Voir le dossier « L’Oubapo » proposé par la revue Neuvième art 2.0 :

[6] Pour Jean-Christophe Menu, la genèse de l’Oubapo « remonte précisément à la rencontre avec Thierry Groensteen et Lewis Trondheim, en 1987, au colloque de Cerisy, soit cinq ans avant la création officielle de l’Oubapo » (Jean-Pierre Mercier, 2004, « Confidences oubapiennes », entretien avec Jean-Christophe Menu, Étienne Lécroat, François Ayroles, Killoffer et Gilles Ciment, Neuvième art 2.0, avril 2004).

[7] La contrainte de l’édition 2014 des 24 heures de la bande dessinée : « réaliser un récit en bande dessinée à partir de 90 photos, choisies, pour l’occasion sur l’instagram de Boulet)

[8] A propos de la représentation de la mouche dans la bande dessinée, voir : Antoine Sausverd, 2011, « La mouche vue par Busch, Rabier et Trondheim », blog Töpfferiana, 4 mars 2011.

[9] A ce propos, voir aussi l’entretien de Lewis Trondheim : Frédéric Potet, 2014, « Lewis Trondheim, génie grognon de la BD », Le Monde, 27 février 2014.

[10] Voir notamment : David Turgeon, 2008, « Trondheim auto-biographique(s) », du9, l’autre bande dessinée, février 2008.

[11] A ce propos : Laurent Gerbier et Didier Ottaviani, 2001, « Approximativement (Lewis Trondheim et ses doubles) », Image & Narrative, n°2, septembre 2001.

[12] A noter que ce grand entretien a eu lieu avant le projet du RAAP d’augmenter les cotisations sur les revenus des auteurs pour financer leur retraite complémentaire obligatoire à compter de janvier 2016 (voir également la lettre ouverte à la ministre suite à cette annonce, signée pour sa première version par 748 auteurs), et la médiatisation de la précarité des auteurs de bande dessinée (et plus généralement des auteurs de livres).


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/07/2014

    […] Masques, identité et bande dessinée : Entretien avec Lewis Trondheim | SciencesDessinées […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *