Héro-ïne-s : regards universitaires sur le genre dans la bande dessinée

Planche de Bannister pour l'exposition Héro-ïne-s.

Planche de Bannister pour l’exposition Héro-ïne-s.

Dans le cadre de l’exposition Héro-ïne-s : H/F dans la BD réalisée par Jean-Christophe Deveney et le Lyon BD Festival, les membres du Laboratoire junior Sciences Dessinées ont été sollicités pour réaliser un dossier « Regards universitaires » publié sur le tumblr de l’exposition (voir les planches et le dossier). En proposant d’inverser le regard (et si les héros de nos bandes dessinées étaient des femmes ?) ou de questionner le rôle de la femme dans la bande dessinée (la Schtroumpfette, trop sexy ?), cette exposition revient sur la représentation du genre dans la bande dessinée, en la prenant à revers. Le dossier revient sur les planches réalisées par Boulet, Olivier Jouvray, Anne-Claire Jouvray, Jean-Christophe Deveney, B-gnet, et tant d’autres auteurs qui ont accepté de jouer le jeu. Pour Hélène Becquelin, « Coco Maltese voyage seule et s’en tire très bien« . Les héros-ïne-s des comics et des mangas ne sont pas oublié-e-s : Son Goku devient une femme, et les super-héros Marvel deviennent des super-héroïnes Marv-Elles. Si l’on parle de personnages de bandes dessinées, immédiatement viennent à l’esprit un florilège de héros masculins : Tintin, Astérix, Spirou, Corto Maltese, Bob Morane, Lucky Luke, Pif, Gai-Luron, Achille Talon, Gaston Lagaffe, Lapinot, Alix, Calvin et Hobbes, Little Nemo, Bruce Wayne/Batman, Peter Parker/Spiderman, Son Goku, Naruto, etc. « Force est de constater, en effet, que dans la foule des personnages de BD, les héroïnes sont rares » (présentation de l’exposition Héro-ïne-s) : Bécassine, Adèle Blanc-Sec et Mafalda font figure d’exception. Mais que nous apprennent ces détournements par des auteurs de bande dessinée des héros de la BD ? C’est l’objet de ce dossier qui accompagne l’exposition : poser un regard sur le regard des auteurs de bandes dessinées, « bousculés » par cette exposition leur demandant de réaliser des planches inversant les rapports homme/femme dans la bande dessinée.

Planche de Ludivine Stock pour l'exposition Héro-ïne-s

Planche de Ludivine Stock pour l’exposition Héro-ïne-s.

 

Sommaire du dossier :

  1. Être une femme, est-ce trop sexy ? (Vanina Mozziconacci)
  2. Les femmes invisibles (Isabelle Guillaume)
  3. Pas frais, mon scénario ?? (Isabelle Guillaume)
  4. Seccotine et son sécateur (Isolde Lecostey)
  5. Mettez-vous à leur place ! (Isabelle Guillaume)
  6. Marin, Marine (Aymeric Landot)
  7. La femme et la bande dessinée d’humour (Isolde Lecostey)
  8. La case girly (Vanina Mozziconacci)
  9. Dis-moi ce que tu lis… (Vanina Mozziconacci & Isabelle Guillaume)
  10. Les femmes dans Batman (Aymeric Landot)
  11. Tyrannies du réalisme (Isabelle Guillaume)
  12. Héroïnes parodiques (Isolde Lecostey)
  13. Méchantes filles ! (Aymeric Landot)
  14. Pas de chichis ! (Aymeric Landot)
Planche d'Hélène Becquelin pour l'exposition Héro-ïne-s. Planche de Bannister pour l'exposition Héro-ïne-s.

Planche d’Hélène Becquelin pour l’exposition Héro-ïne-s.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *