Un livre : Histoire et bande dessinée (Joël Mak dit Mack)

Histoire_BandeDessinee_Enseignement_DidactiqueRecensé : Joël Mak dit Mack, 2006, Histoire et bande dessinée. Séquences Lycée professionnel, CRDP de l’académie de Grenoble, collection Séquences lycée professionnel, Grenoble, 197 p.

 

Joël Mak dit Mack, l’un des invités de notre prochaine journée d’études Enseignement et bande dessinée (16 juin 2014), a publié en 2006 un ouvrage proposant des séquences pédagogiques pour l’enseignement de l’histoire en lycée professionnel : Histoire et bande dessinée explorant diverses bandes dessinées (Tintin au pays des Soviets de Hergé, Louis la Guigne de Frank Giroud et Jean-Paul Dethorey, Palestine de Joe Sacco, Mardi 11 septembre de Henrik Rehr, Captain America, etc.). Si de nombreux ouvrages ont pu décrypter les liens entre histoire et bande dessinée, cet ouvrage propose des usages didactiques concrets, en présentant cinq séquences (constituées chacune de 2 ou 3 séances). Ce projet didactique, s’il s’adresse en premier lieu aux classes de lycée professionnel, intéresse de nombreuses classes (le chapitre sur la guerre de Bosnie-Herzégovine et le 11 septembre 2001 est en lien avec le chapitre « Nouvelles conflictualités » des classes de première générale, par exemple). Les bandes dessinées utilisées sont autant des bandes dessinées historiques que des bandes dessinées de reportage (avec Joe Sacco, considéré comme le « père » de la BD de reportage actuelle), des comics, etc. permettant de discuter de la représentation de histoire en BD par-delà les seules bandes dessinées dites historiques.

Recourir à la bande dessinée en classe d’histoire ne permet pas seulement de mobiliser un outil suscitant un intérêt chez les élèves, mais permet avant tout (notamment en lien avec l’enseignement de l’histoire des Arts, mais aussi avec le programme d’ECJS dans l’éducation au poids des images) de mobiliser une pédagogie de l’image et de « favoriser le développement de la pensée critique et l’enseignement de la démarche historique » (Luc Guay et Dominic Charrette, 2009, « La bande dessinée : un outil didactique pour enseigner l’histoire« , Traces, vol. 47, n°2/2009, p. 3). Comme le précise Nicolas Rouvière (également l’un des invités notre prochaine journée d’études Enseignement et bande dessinée), « la réflexion est alors de savoir comment éviter une instrumentalisation trop réductrice du médium » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013). Pour Joël mal dit Mack, « la bande dessinée n’est pas uniquement un loisir ludique et futile, c’est aussi un objet culturel, connoté et inscrit dans une logique de production et de société de masse qu’il faut être à même de saisir au-delà des apparences » (p. 16).

A ce propos, Joël Mak dit Mack introduit son ouvrage par trois chapitres sur les « Enjeux didactiques » (pp. 13-18), « La bande dessinée : un document historique » (pp. 19-27) et « Une image contextualisée » (pp. 29-35). Pour s’approprier la bande dessinée en cours d’histoire (et ne pas la réduire en une « jolie image » qui viendrait illustrer un discours sans en utiliser le contenu), Joël Mak dit Mack propose dans un premier temps d’évoquer « l’illusion de l’histoire dans la bande dessinée » (p. 19) en décryptant ce qui se cache derrière l’idée de « bande historique ». Dans un premier temps, il propose un petit historique de la représentation de l’histoire dans la bande dessinée. Il faut davantage parler, pour les premières BD, de « bandes dessinées d’inspiration historique », l’histoire étant davantage mise au service des histoires que l’inverse :

« Il faudra attendre 1937 pour découvrir la première bande dessinée d’inspiration historique. Ce sont alors les débuts de Prince Vaillant de Harold Foster. Née en 1937, poursuivie jusqu’en 1970 par son créateur, la série a été prolongée jusqu’à aujourd’hui. Ce personnage, qui évolue au milieu d’un Moyen Âge de convention [voir aussi notre journée d’études Moyen Âge et bande dessinée du 12 juin 2014], inspiré des chevaliers de la Table Ronde, a cette particularité, rare dans la bande dessinée, de vieillir au fil des aventures, de se marier, d’avoir des enfants qui peu à peu poursuivent bon an, mal an ses exploits. Harold Foster entreprit une véritable recherche historique sur les costumes, les décors et paysages de l’époque, mais plus dans le goût du détail qu’avec la volonté d’éviter les erreurs et anachronismes qui ne manquent pas » (pp. 19-20).

Harold Foster, 1957, Prince Vaillant, Hachette.

Harold Foster, 1957, Prince Vaillant, Hachette.

Peu de personnages vont évoluer dans des bandes dessinées d’inspiration historique, mais le personnage d’Alix de Jacques Martin, « créé en 1948 dans la revue Tintin » (p. 20) va marquer un tournant : « pour la première fois, une époque révolue du passé humain est recomposée en images avec un souci évident du détail et du réalisme » (p. 20). Autre « rupture » : la parution des Passagers du vent de François Bourgeon qui « amena une véritable révolution dans la bande dessinée d’aventure » (p. 21), notamment par « le soin méticuleux apporté aux détails dans les voilures, les vergures et les ponts des navires, par exemple » mais aussi par « l’apparition d’un personnage principal féminin » (p. 21). De nombreux futurs enseignants allaient être marqués par ces lectures, par de telles planches qui se sont inscrites dans leur imaginaire. « Mais la tentation d’illustrer l’histoire enseignée par de belles images ne risquait-elle pas de déboucher sur une solution de facilité ? » (p. 22).

Jacques Martin, 1957, Alix l'intrépide, Lombard.

Jacques Martin, 1957, Alix l’intrépide, Lombard.

François Bourgeon, 1979, Les Passagers du Vent, "La fille sous la dunette", tome 1, Glénat.

François Bourgeon, 1979, Les Passagers du Vent, « La fille sous la dunette », tome 1, Glénat.

Mais cette recherche du réalisme et la minutieuse reconstitution des lieux, des paysages et des objets quotidiens ne doivent pas faire oublier combien « une bande dessinée écrite en 1990 ou en 2000 à propos de la Seconde Guerre mondiale, quelle que soit la pertinence de la documentation utilisée ou des témoignages mis en scène, reste avant tout un récit fictif inscrit dans le contexte du XXe siècle et pas un document historique de l’époque étudiée. En somme c’est la version BD de ce que l’on appelle le roman historique » (p. 21). Ainsi Joël Mak dit Mack rappelle le rôle de l’enseignant pour montrer ce qui relève de l’Histoire, et ce qui relève des histoires dans la bande dessinée. Il s’agit alors de « faire oeuvre d’historien à travers la bande dessinée » (p. 21). Les planches utilisées en classe doivent non seulement être replacées dans l’album et la série d’albums concernés, mais aussi dans le contexte de production de la bande dessinée. « Il faut aussi se demander ce qui a poussé l’auteur a abordé ces questionnements et le contexte socio-historique dans lequel il a produit ses albums » (pp. 22-23). Par exemple, « Alix naît après tout dans l’après-guerre français et sa vision du barbare gaulois ou germanique, prêt à se civiliser au contact des légions romaines, fleure bon les manuels scolaires de la Troisième République encore en vigueur à l’époque » (p. 23).

Les séries qui s’étalent dans le temps sont souvent l’occasion d’étudier les évolutions de l’historiographie et de l’histoire scolaire telle qu’elles produisent des représentations de l’Histoire : « il suffit de comparer deux albums réalisés à près de trente ans d’intervalle. Ainsi Le sphinx d’or, paru en 1949 chez Casterman, présente entre autres la reddition du chef averse Vercingétorix dans une vision plutôt favorable au « colonisateur » romain qui, en échange de la liberté perdue, offre aux Gaulois rien de moins que la civilisation ! Tandis que l’album au titre éponyme, publié en 1984, propose une vision plus nuancée, ni pro-romaine, ni complètement gauloise, mais renvoyant les deux peuples face à l’absurdité de la guerre. Entre temps, la décolonisation et la fin de la guerre froide sont passées par là, tandis que les idéologies laissent place à un discours humaniste moins politisé et partisan » (p. 23). Comprendre le contexte de l’époque de création, tant d’un point de vue politique et idéologique, que d’un point de vue éditorial – par exemple, replacer le poids de la Comics Code Authority dans la production de comics, les contraintes éditoriales des magazines de pré-publication dans le cas des mangas, ou encore savoir que « Pif Gadget a fait en effet parti de l’ensemble des éditions Vaillant qui appartenaient au Parti communiste français » (p. 23) – est loin d’être anecdotique pour étudier une oeuvre en classe d’histoire. « Ce qui fait souvent l’aspect historique de ces bandes dessinées, ce n’est pas seulement qu’elles parlent d’histoire, c’est que vingt ou trente ans plus tard, la manière dont elles ont raconté les choses, l’époque qui les a vu naitre fait désormais partie de l’histoire. C’est plus vraisemblablement cette dimension-là qu’il faudrait développer en classe » (p. 23).

Comment la bande dessinée peut-elle être un document historique ? Nicolas Rouvière explique que « la bande dessinée peut véritablement acquérir le statut de document historique, pour témoigner de l’imaginaire collectif dans laquelle elle s’inscrit. C’est ainsi que Thierry Crépin fait étudier en classe de lycée les représentations antisémites et racistes qui émaillent les histoires de certains illustrés pour la jeunesse, sous l’Occupation. Joël Mak dit Mack distingue, quant à lui, plusieurs axes d’étude, selon qu’il s’agit d’analyser le point de vue qui s’exprime dans toute oeuvre de fiction (par exemple les comics de super-héros), ou de démêler la part d’objectivité de l’investigation journalistique, dans les récits subjectifs de la BD-reportage. Il apparaît alors que la bande dessinée constitue un formidable « document-problème » pour impulser chez les élèves un recul métacognitif, une réflexion au second degré sur le statut de document historique » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013). C’est tout le projet de la première séance pédagogique proposée par Joël Mak dit Mack dans son ouvrage Histoire et bande dessinée.

Deux perspectives sont proposées dans les chapitres introductifs : d’une part, l’étude d’une bande dessinée en particulier permet d’analyser la BD comme « objet de propagande et témoin de son temps » (p. 24), ce qu’il expose à travers les exemples de Tintin reporter au Petit Vingtième et des super-héros des comics états-uniens. Pour le premier cas, Joël mal dit Mack rappelle que « Tintin est un enfant du XXe siècle dont les exploits sont en prise directe avec des événements qui ont bien eu lieu » (p. 24). Quant aux super-héros des comics états-uniens, « à première vue ces personnages, typiquement américains, de Superman à Iron man, en passant par Batman, Human Torch, sans oublier Captain America, ne sont pas à proprement parler des figures historiques mais davantage des archétypes fantasmatiques d’une Amérique sublimée » (p. 25), dont les aventures vont évoluer avec la société états-unienne et la politique extérieure des Etats-Unis.

D’autre part, l’étude d’un corpus de bandes dessinées permet de confronter l’évolution des représentations de l’Histoire, et la manière dont l’historiographie et les imaginaires collectifs évoluent. Joël Mak dit Mack prend l’exemple de l’évolution de la représentation de la Seconde Guerre mondiale dans les comics. De la bande dessinée comme propagande à la représentation de la guerre comme absurdité dans la BD, « c’est tout un pan des mentalités américaines et de leur passé qui se dévoile à nous et pourrait servir de point de réflexion sur le poids de la guerre dans la culture occidentale par exemple » (p. 27). Par-delà l’exemple des comics, « la bande dessinée de guerre peut servir de document historique en présentant les planches étudiées dans le contexte de l’époque qui les produit et à travers le décryptage de messages culturels qui les composent : le nazisme comme mal ultime, la guerre en tant qu’abomination, le courage du combat pour la liberté face à l’ignominie des idéologies » (p. 27).

Mais le seul contexte historique et géopolitique de l’époque de production des bandes dessinées ne suffit pas à les contextualiser et à les appréhender en faisant « oeuvre d’historien » (p. 21) : « il nous faut d’abord réinvestir quelques notions théoriques sur le neuvième art et être très précis sur les définitions si l’on veut saisir toutes les nuances utiles dans le cadre de la séquence proposée » (p. 27). Dans cette perspective, Joël Mak dit Mack propose quelques pistes de contextualisation sur le rapport texte/image, sur « l’art invisible » (notamment en recourant aux travaux de Scott McCloud) pour « dépasser le débat de l’idée d’une frontière intangible existant dans la bande dessinée entre l’écrit et l’image » (p. 33), et sur le cas particulier des romans graphiques. « La bande dessinée est un mode d’expression tellement à part qu’il résiste à toute tentative d’être réduit à de simples schémas théoriques. Elle est tout à la fois ce qu’en ont pensé des générations de théoriciens, souvent concepteurs eux-mêmes, et plus encore, dans ce qui est difficile à dire, à saisir même » (p. 33).

Scott McCloud, 1999, L'art invisible : comprendre la bande dessinée, Vertige Graphic.

Scott McCloud, 1999, L’art invisible : comprendre la bande dessinée, Vertige Graphic.

Ces éléments introductifs posés, Joël Mak dit Mack propose aux enseignants cinq séquences pédagogiques :

  • Les images de BD sont-elles des documents historiques ?
  • Tintin petit reporter : un document historique
  • Etudier une bande dessinée historique : Louis la Guigne
  • Lire des reportages et des romans graphiques
  • Héros, super-héros et propagande

MarinesLa première séquence peut être considérée comme une séquence introductive pour toute utilisation de la bande dessinée en classe d’histoire. Elle permet, par-delà le cas particulier de la BD, de « s’interroger sur le rôle du document, en particulier dans la construction de l’histoire » (p. 39). 2 séances sont proposées :
1/ Qu’est-ce qu’un document historique ? (2 heures),
2/ Evaluation (1 heure).
Proposée par Joël Mak dit Mack comme un fil conducteur pour l’utilisation de la BD en classe d’histoire tout au long de l’année scolaire, il s’agit de proposer aux élèves des outils pour réfléchir à ce qui fait un document historique et comment l’appréhender avec un esprit critique (quel que soit le type de « document-problème » utilisé), en s’appuyant sur la confrontation entre cinq documents : une photographie, trois planches de différentes bandes dessinées, et des images de jeux vidéo. L’étude de cas porte sur la Seconde Guerre mondiale, mais les documents-problèmes confrontent à la fois différentes périodes de production (pendant/après la guerre) et différents types d’images (photographie, bandes dessinées, jeux vidéo).

Tintin_au_pays_des_SovietsLa seconde séquence s’appuie sur l’un des héros de BD les plus célèbres : Tintin. 3 séances sont proposées :
1/ Tintin au pays des Soviets (utiliser des planches de BD comme source d’histoire – 1 heure 30),
2/ Confronter différentes sources (1 heure 30),
3/ Evaluation (1 heure).
Deux albums servent de support à l’ensemble de la séquence : Tintin au pays des Soviets (pour le travail en classe) et Le lotus bleu (pour l’évaluation). Il s’agit ici d’étudier en classe la représentation de l’Histoire dans une histoire fictive.

La troisième séquence propose d’ « Etudier une bande dessinée historique : Louis la Guigne » de Frank Giroud et Jean-Paul Dethorey. Contrairement à la précédente séquence, il s’agit cette fois d’étudier la BD historique comme courant et d’en analyser avec les élèves un exemple par le prisme d’albums qui « appartiennent à ce que l’on appelle la bande dessinée historique, sans constituer cependant des documents historiques proprement dits, dans la mesure où ils ne datent pas de l’époque présentée au cours des treize aventures du personnage » (p. 85). L’idée de reconstitution de l’Histoire en bande dessinée reste très présente dans cette séquence découpée en 3 séances :
1/ Louis la Guigne (identifier des références historiques dans une bande dessinée – 2 heures),
2/ et 3/ Comparer un album et des documents historiques (1 heure 30 + 1 heure 30 + 1 heure pour la synthèse).

Frank Giroud, Jean-Paul Dethorey et Julie Carle, 1993, Louis la Guigne, tome 12 "Les parias", Glénat, planche 3.

Frank Giroud, Jean-Paul Dethorey et Julie Carle, 1993, Louis la Guigne, tome 12 « Les parias », Glénat, planche 3.

La quatrième séquence propose de « Lire des reportages et des romans graphiques ». Ici, l’époque évoquée dans la bande dessinée est la même que celle de la production de la bande dessinée. « Il ne s’agit donc pas ici de continuer dans la veine des bandes dessinées populaires de fiction des années 60, qui construisent une représentation culturelle très spécifique de la Seconde Guerre mondiale. Bien au contraire, notre choix s’est porté sur un genre nouveau qui se rapproche du témoignage et de l’enquête et peut donc convenir davantage en tant que document utile à l’histoire : le reportage graphique » (p. 103). 3 séances sont proposées :
1/ Récits de guerre dans l’ex-Yougoslavie (autour d’un corpus composé de Fables de Bosnie de Tomaz Lavric, Fax de Sarajevo de Joe Kubert et Soba de Joe Sacco, 1 heure 30),
2/ Palestine de Joe Sacco (1 heure 30),
3/ Mardi 11 septembre de Henrik Rehr (2 heures) (à ce propos, voir notamment Joël Mak dit Mack, 2009, « Enseigner le 11 septembre en classe : méthodologie, enjeux et pratiques de l’Histoire« , Cahiers pédagogiques, n°471 ; Gabriel Gaudette, 2010, « Un silence significatif : fonctions et absence du silence dans les bandes dessinées du 11 septembre« , site LMP – Lower Manhattan Project, 8 août 2010).

Joe Sacco, 2000, Soba, Rackham.

Joe Sacco, 2006, Derniers jours de guerre. Bosnie 1995-1996, recueil contenant Soba et Noël avec Karadzic, Rackham.

Captain_AmericaLa dernière séquence s’intéresse plus précisément « aux personnages de ces histoires, le plus souvent des héros, voire des super-héros. Ils participent en effet pleinement à la construction d’une histoire qui, bien qu’inscrite dans le temps et à prendre au sérieux, est aussi parallèle et fantasmeé » (p. 141). Le recours aux comics a pour objectif de « réfléchir à la manière dont se véhiculent dans la culture populaire, non seulement les références à l’histoire immédiate, par exemple concernant la position de la France sur l’Irak et le ressenti américain, mais aussi le poids du passé dans l’imaginaire collectif, à propos plus particulièrement  de la Seconde Guerre mondiale » (p. 143) (à ce propos, voir notamment : Joël Mak dit Mack, 2008, « Amazing Spiderman 36« , site LMP – Lower Manhattan Project, 24 mai 2008 ; Joël Mak dit Mack, 2005, « 1938-2005, culture populaire et uchronie politique : les super-héros dans l’histoire contemporaine américaine », Gavroche. Revue d’histoire populaire, n°144, pp. 12-16). 4 séquences sont proposées à l’enseignant :
1/ Images ludiques ou objets de propagande ? (1 heure),
2/ Comics et histoire américaine contemporaine (2 heures),
3/ Entre chronologies fictive et réelle (1 heure),
4/ Inventer un super-héros (3 heures).

L’ensemble de ces séquences montre à la fois la grande diversité de la bande dessinée, et celle de la manière dont l’Histoire peut être représentée en BD. De ces diversités, découlent des difficultés pour l’enseignement qui veut utiliser la BD en classe d’histoire : elle ne doit en rien devenir un support-prétexte au divertissement, et Joël Mak dit Mack, dans cet ouvrage, propose des « recettes » aux enseignants qui souhaitent faire de la bande dessinée un véritable « document-problème » (pour reprendre l’expression employée par Nicolas Rouvière). « Recettes » parce que Joël Mak dit Mack propose des séquences pédagogiques contraires, pointant les objectifs de chaque séance, apportant des fiches élèves, des évaluations et les éléments de corrigés, donnant des documents complémentaires (tels que des fiches auteurs qui permettent à l’enseignant de re-situer une oeuvre dans un contexte éditorial), décrivant le déroulement précis de chaque séance, etc. L’intérêt pour l’enseignant s’en trouve donc démultiplié, puisque cela lui permet d’approfondir ses connaissances sur la représentation de l’histoire dans la bande dessinée, et ce par différentes BD, différentes manières de penser l’Histoire en BD, différents supports utiles en cours.

L’ouvrage repose également sur l’idée d’une progression à mener toute l’année, pour ne pas faire de la BD un support anecdotique, mais dans l’esprit d’une éducation à l’histoire des Arts d’une part, et au pouvoir des images d’autres part. « La plus grande difficulté, il me semble, à utiliser la bande dessinée en histoire-géographie et en français réside dans le fait même qu’elle est en apparence un support bien connu par les élèves qui n’en maîtrisent les codes qu’en partie seulement. Or, son incroyable familiarité incite les jeunes, en classe, à n’y voir de prime abord qu’une forme de récréation. Ils sont d’autant plus surpris lorsqu’ils découvrent la rigueur des exercices proposés. Cependant la force qui se dégage d’une telle démarche résulte aussi du contraste existant entre la dimension ludique de la BD et sa capacité à emmagasiner les signes socioculturels de la civilisation dont elle est issue. Observer les cases, les planches comme des documents susceptibles de nous renseigner sur l’histoire d’une période récente – pas plus de deux siècles -, c’est faire de la bande dessinée un véritable « objet » historique que l’on étudie en tant que tel. Passé le cap de la surprise à voir des images de BD étudiés en histoire, les élèves n’ont aucun mal à en tirer souvent seuls de très nombreuses informations » (p. 175).

Voir également nos deux sélections biblio/sitographiques thématiques :
-> BD et enseignement (1) : bibliographie
-> BD et enseignement (2) : propositions pédagogiques en ligne

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *