Une émission : « La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994 (Patrick de St-Exupéry & Hippolyte) » (Un autre jour est possible, France Culture)

A propos de l’émission : « Patrick de St-Exupéry & Hippolyte : BD« , Un autre jour est possible, France Culture, 4 avril 1994, émission animée par Tewfik Hakem, avec pour invités Patrick de St-Exupéry et Hippolyte.

Patrick de St-Exupéry et Hippolyte, 2014, La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994, Les Arènes.

Patrick de St-Exupéry et Hippolyte, 2014, La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994, Les Arènes.

 

Ce billet est un compte-rendu partiel de l’émission (disponible à la ré-écoute sur le site de France Culture) qui s’appuie principalement sur ce qui a trait à la bande dessinée. Il a été rédigé à partir des propos des auteurs (et non comme une retranscription).

 

La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994 :
témoigner d’un génocide par la bande dessinée

A l’occasion de la journée spéciale « Rwanda », la première partie de l’émission est consacrée à la bande dessinée de Patrick de St-Exupéry et d’Hippolyte (qui est notamment auteur de L’Afrique de papa, Des Bulles dans l’Océan, 2010), La fantaisie des dieux. Rwanda 1994 (Les Arènes, 2014). Dans un premier temps, l’animateur Tewfik Hakem lance l’écoute d’un court reportage sur le Rwanda d’avant-génocide. Patrick de St-Exupéry (rédacteur en chef de la revue XXI) est arrivé mi-mai 1994 au Rwanda avec trois autres journalistes. Sur cette expérience de reporter de guerre, Patrick de St-Exupéry avait déjà rédigé un ouvrage (paru aux éditions Les Arènes en 2004 sous le titre L’Inavouable : La France au Rwanda, puis en 2009 dans une édition revue et augmentée sous le titre Complices de l’inavouable : La France au Rwanda). Alors que les commémorations du 20e anniversaire du début du génocide au Rwanda ont été particulièrement polémiques quant au rôle de l’Etat français (à la fois pour son intervention au Rwanda en 1994 et pour sa non-participation aux cérémonies), Patrick de St-Exupéry revient avec une nouvelle publication sur le Rwanda, cette fois par une bande dessinée jonchée de photographies, qu’il a réalisée avec le dessinateur Hippolyte.

A la veille de ces commémorations, Patrick St-Exupéry et Hippolyte sont partis à la rencontres des survivants et des témoins du génocide, et publient ensemble en mars 2014 la bande dessinée La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994. La BD mêle le récit de ce voyage-reportage aux souvenirs de Patrick St-Exupéry lors de son reportage au Rwanda en 1994. Patrick de S-Exupéry explique que le dessinateur Hippolyte et lui en tant que scénariste se sont posés trois défis pour cette BD : « le premier, […] c’est de ne pas tomber dans la représentation facile. C’est tout le problème d’une extermination, d’un génocide : c’est que nous sommes attirés naturellement vers la violence [i]. Or, la violence n’est absolument pas symptomatique de la réalité d’un génocide. La réalité symptomatique d’un génocide, c’est le silence. Ils ont tous été tués, ils ont été tus. Il n’y a plus de mots, il n’y a plus rien, il n’y a que le silence, le bruit du vent et le feuillage des arbres. C’est ça, un génocide. Et c’était ça qu’il fallait essayer de faire ressentir, de faire comprendre. La marque du génocide, c’est juste celle-ci. Le silence. ». Un questionnement et un parti-pris que l’on retrouve également dans de nombreux témoignages photographiques sur le génocide au Rwanda, notamment par la représentation photographique de la nature telle qu’elle dessine des paysages mémoriels, en se réappropriant les territoires du désastre [ii].

Patrick de St-Exupéry et Hippolyte, 2014, La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994, Les Arènes.

Patrick de St-Exupéry et Hippolyte, 2014,
La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994, Les Arènes.

« Le deuxième défi était de raconter une histoire où chaque mot, chaque scène, tout es exact, à la virgule près, aussi bien dans le dessin que dans les mots. Le troisième défi, c’était la position de narration, aussi bien celle d’Hippolyte que la mienne, c’est-à-dire que nous devions être présents dans la bande dessinée, et en même temps nous devions parvenir à totalement pour redonner de la voix à ceux qui ont disparu ». Concernant la représentation dessinée, Hippolyte précise que son expérience est différente de celle de Patrick de St-Exupéry, puisqu’il a découvert le Rwanda pour faire cette bande dessinée : « avant de partir au Rwanda, j’avais une idée un peu toute faite de ce que pouvait être le Rwanda dans le contexte d’un génocide, et c’était important qu’on puisse se rendre sur place pour voir de quoi il retournait. Et la réalité était toute autre, c’est un pays qui est magnifique comme vous l’avez dit, dans lequel il fait beau, où tout est cultivé, tout est verdoyant. Et du coup, c’est vrai que le génocide dans ce cadre-là prend une toute autre ampleur. Et du coup, moi, j’ai fait un travail de journaliste comme a pu le faire Patrick à l’époque en utilisant le dessin et en essayant de restituer cette vérité-là au plus près ». Cette bande dessinée est donc une double rencontre paysagère : celle du lecteur avec les territoires de la mémoire qui se dessinent sur un fond de silence, mais aussi celle du dessinateur parti avec un reporter de guerre qui avait couvert les événements au Rwanda en 1994.

La bande dessinée croise également deux temporalités, deux reportages : celui que Patrick de St-Exupéry et Hippolyte ont mené ensemble près de 20 ans après le génocide au Rwanda, et celui qu’avait mené Patrick de St-Exupéry en tant que reporter de guerre en 1994. Hippolyte explique s’être appuyé sur la base documentaire qu’avait élaboré et gardé Patrick de St-Exupéry. Les BD de reportage sont un travail où la recherche documentaire est particulièrement importante, et ne s’appuient pas seulement sur le « terrain ». En cela, on pourrait les qualifier de « recherche dessinée ». De même, lors de notre journée d’études du 6 novembre 2013 sur Violence et bande dessinée, Kris, notamment scénariste de Notre mère la guerre, nous avait expliqué lors du grand entretien l’importance de ce travail de recherche documentaire dans une BD de fiction qui s’appuie sur un contexte historique véridique [iii]. Les paysages du désastre et de la mémoire sont représentés dans ce que Tewfik Hakem (l’animateur de l’émission Un autre jour est possible) nomme une « bande dessinée de témoignages ». Amené à confronter ses deux types de narration (ouvrage et bande dessinée) pour représenter et témoigner du génocide au Rwanda, Patrick de St-Exupéry insiste sur les différences entre écriture d’un ouvrage et fabrication d’une bande dessinée pour transmettre un reportage : « vous ne changez pas l’Histoire, elle s’est produite, ça s’est passé. Donc, il n’y a aucun changement. Simplement, vous êtes dans deux mondes différents, deux appréhensions complètement différentes. La bande dessinée, et c’est une de ses forces, vous oblige à être “à l’os”, vous oblige à enlever beaucoup de choses pour rester “à l’os”, vous oblige à une précision, une efficacité absolues. Vous n’avez aucun choix que d’être dans le plus court, et en même temps le plus équilibré. C’est-à-dire que vous ne pouvez pas rajouter une phrase, et puis une périphrase, et puis une périphrase, et puis une périphrase. Vous ne pouvez pas repréciser derrière. Chaque dessin, chaque mot, chaque détail est pesé, mûri, réfléchi. Et l’ensemble, et c’est là le défi, doit être extrêmement accessible, sans jamais céder, jamais, à la moindre simplification ».

Hippolyte insiste sur l’importance du terrain pour le dessinateur, en donnant l’exemple des branches qui craquent sous ses pas et dont le bruit raisonne jusqu’à la colline d’en face : tous les ouvrages et toute la documentation qu’il a pu consulter avant de se rendre au Rwanda n’auraient pu lui permettre d’appréhender ainsi le poids du silence et du bruit pour les Rwandais qui tentaient en 1994 d’échapper aux acteurs des exactions en se réfugiant dans les collines. Celles-ci pourraient de prime abord, par leur verdure et leur végétation, être des espaces-refuges dans cette fuite pour la survie : mais, par son expérience de terrain, Hippolyte souligne là qu’il ne faut pas s’arrêter à ce que l’on croit être la réalité spatiale, et arpenter ces collines lui a appris à leur percevoir et les représenter autrement.

Enfin, Tewfik Hakem questionne les deux auteurs sur le contraste entre le besoin d’images de la violence qui s’est ressenti dans de nombreux reportages journalistes d’une part, et la représentation que Patrick de St-Exupéry et Hippolyte ont choisi de proposer dans leur bande dessinée. Pour Patrick de St-Exupéry, cette surabondance de la représentation de l’épidémie de choléra dans les camps de réfugiés de guerre par des « images choc » « a même plus que caché [le véritable événement], elle l’a enterré ». Le témoignage de Patrick de St-Exupéry ouvre ici le questionnement du poids des images médiatiques face à l’émotion, voire à la quête effrénée de sensationnel. Questionnement qui est très présent dans la BD de reportage [iv], qui doit représenter le reportage. Pour Patrick de St-Exupéry, le choix des auteurs de bande dessinée face à ce qu’ils sélectionnent dans la représentation de ce qu’ils ont vu « repose sur un principe : la goutte d’eau qui raconte la mer ».

 

Pour aller plus loin : une sélection de bandes dessinées sur le génocide au Rwanda
Cette liste a été construite à partir de la sélection proposée par le site BDthèque. Elle est proposée par ordre de parution.

  • Congo Bill, Scott Cunningham et Zezelj, Mosquito, 2000.
  • Déogratias, Jean-Philippe Stassen, Dupuis, 2000.
  • Pawa, Jean-Philippe Stassen, Delcourt, 2002.
  • Les Enfants, Jean-Philippe Stassen, 2004.
  • Rwanda 1994, Cécile Grenier, Ralph, Pat Masioni, Drugstore, 2005.
  • Tugire Ubumwe – Unissons-nous !, Rupert Bazambanza, Programme de sensibilisation sur le génocide rwandais / Nations unies, 2011 (lire en ligne en anglais et obtenir des exemplaires imprimés)
  • Turquoise, Frédéric Debomy et Olivier Bramanti, Les cahiers dessinés, 2012.
  • La Fantaisie des Dieux. Rwanda 1994, Patrick de Saint-Exupéry et Hippolyte, Les Arènes, 2014.
BD_Rwanda

Source : Laurent Melikian, 2014, « Le génocide rwandais raconté en bande dessinée »,
blog Les petits miquets, 6 avril 2014.

 

Le génocide au Rwanda vu par la bande dessinée : quelques ressources en ligne

 

Sur la bande dessinée au Rwanda :

 


[i] A ce propos, voir nos billets « violence », et notamment ceux publiés autour de notre journée d’études du 6 novembre 2013 : Violence et bande dessinée, avec pour invité du grand entretien Kris. Les podcasts de cette journée d’études seront prochainement mis en ligne sur notre site (à écouter notamment l’introduction d’Aymeric Landot : « L’hyperviolence, un concept pertinent pour évoquer la violence dans la BD ? »).

[ii] A ce propos, voir notamment : Nathan Réra, 2014, « Paysages du désastre, territoires de la mémoire. Photographier la nature au Rwanda », Etudes photographiques, n°31.

[iii] A ce propos, on pourra également visionner la vidéo de la table-ronde entre Fabien Nury, Jul, Kris, Maël et Pascal Ory lors des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2013 sur « Pourquoi la BD est-elle “partie en guerre” ? ».

[iv] A ce propos, voir notamment :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/08/2016

    […] sur la responsabilité de la France (et ben , t’as un peu honte, après ça …). Une transcription d’une émission avec les deux auteurs par une revue en ligne (sciences dessinées…et sa bibliographie BD sur le Rwanda. Interview sur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *