Une émission : « Les superhéros à l’épreuve du temps » (Un autre jour est possible, France Culture)

La semaine dernière, Un autre jour est possible (France Culture) a proposé une série de 4 émissions : les super-héros des comics étatsuniens vont-ils survivre à l’épreuve du temps ? Cette série d’émissions était proposée à l’occasion de deux expositions consacrées aux super-héros : L’Art des super-héros Marvel au Musée d’Art Ludique (22 mars – 31 août 2014, Paris) Super-héros : l’art d’Alex Ross au Mona Bismarck American Center 5 mars – 15 juin 2014, Paris). Cette présentation des émissions ne reprend que quelques points abordés par les intervenants (chacune des émissions est disponible à la ré-écoute en ligne). Elles ont pour leitmotiv un questionnement sur le bel avenir (ou non) des super-héros du XXe siècle au XXIe siècle. La présentation des super-héros (Superman dans le premier épisode, Batman dans le second, la concurrence DC Comics/Marvel dans le troisième, et Marvel dans le quatrième.

L’occasion ici de rappeler que la place importante de la bande dessinée à la radio (voir notre sitographie « Ressources audio », pour l’instant assez sommaire mais qui sera régulièrement alimentée et augmentée). Si deux des émissions proposent une seconde partie qui n’est pas en lien avec la bande dessinée (l’émission Un autre jour est possible étant divisée en deux parties : l’une consacrée à la série de la semaine, l’autre à un/des invité(s) autour d’une actualité telle qu’une exposition, une publication, un film…), il a été choisi ici de rendre compte également, pour deux émissions, de la seconde partie (qui devient une première partie pour la dernière émission, à l’occasion d’une journée spéciale « Rwanda » sur France Culture), dans la mesure où elles abordent des actualités bédéistiques : les actuelles expositions consacrées à Marvel à Paris (directement en lien avec la série sur les super-héros), et le Festival BD à Bastia.

Source : site Comics Sanctuary.

Source : site Comics Sanctuary.

 

Les superhéros à l’épreuve du temps (1/4)
/ Exposition Marvel

 

« Les superhéros à l’épreuve du temps (1/4) / Exposition Marvel« , Un autre jour est possible, France Culture, animée par Tewfik Hakem, avec pour invités Pascal Pinteau, Jean-Jacques Launier et Danièle Berger Fortier.

 

Superman, le héros de la lumière

Le premier épisode était consacré à Superman, le « héros lumière », personnage pour lequel Umberto Eco écrivait que « c’est le héros positif qui doit incarner, au-delà de toute limite, les exigences de puissance que le citadin ordinaire nourrit sans pouvoir les satisfaire » [i]. Pascal Pinteau (auteur de l’ouvrage Effets spéciaux. Un siècle d’histoires, Minerva, 2003) est revenu dans un premier temps sur la création en 1934 et la difficile acceptation de Superman (le personnage créé par Jerry Siegel et Joe Shuster) dans le monde de l’édition de bandes dessinées. Une fois Superman devenu « un héros quasi invulnérable » dans l’esprit de ses créateurs (qui « avaient imaginé d’en faire un super-méchant doté de pouvoirs diaboliques ») et accepté dans la société National Comics (qui deviendra DC Comics), ce personnage « symbole des immigrants venus aux Etats-Unis pour trouver une nouvelle patrie, puisque Siegel et Shuster ont imaginé que Superman était venu de la planète Krypton ». De cette « allégorie à l’Europe en guerre » (Superman a été sauvé par son père, savant qui avait prévu la destruction de Krypton et envoyé son fils sur Terre à bord une fusée-berceau pour le protéger de l’apocalypse), Pascal Pinteau attire l’attention sur les couleurs de ce super-héros qui « se drape vraiment dans le bleu et dans le rouge de la bannière étoilée ». Le choix des couleurs n’est pas innocent pour ce super-héros qui « symbolise le rêve américain. C’est un immigré donc – il est venu de Krypton –, il trouve refuge en Amérique lorsqu’il est enfant comme des millions d’enfants arrivés avec leur famille et laisse derrière un monde détruit comme les immigrants contraints d’abandonner leur pays ravagé par les guerres, tout en se coupant de la culture et des souvenirs de sa terre natale ». Superman est donc bien, au moment de sa création, un héros « de son temps » : « devenu adulte, il se fond dans le mode de vie des Etats-Unis ». Pascal Pinteau est interrogé, par la suite, sur « la vie américaine de Superman » : c’est l’occasion de revenir sur la question de l’habiter aux Etats-Unis. Superman est, enfant, recueilli par un couple de fermiers, Martha et Jonathan Kent, dans la petite ville de Smallville. Son enfance sera marquée par un habiter rural (ses pouvoirs ne se développeront qu’à l’adolescence – Pascal Pinteau fait allusion au personnage de Superboy, qui, dans ses premières apparitions, est une version junior de Superman lorsque ce dernier fait son « apprentissage » de super-héros et apprend à maîtriser ses pouvoirs), tandis qu’il deviendra un protecteur et un justicier encapé dans la grande ville de Metropolis. Les deux toponymes, imaginaires, représentent le contraste entre deux manières de vivre l’espace aux Etats-Unis : un habiter rural pendant l’enfance/adolescence de Clark Kent, et un habiter urbain à l’âge adulte. Pour Pascal Pinteau, Superman « est un personnage qui a répondu à une demande inconsciente : il est à la fois doux, calme, gentil sous son visage de Clark Kent, c’est donc « monsieur tout le monde », le fait qu’il se plie et qu’il se conforme à ce que la société attend de lui ; et en même temps une espèce de force brute et déchaînée, une force naturelle qui est celle de sa véritable nature de super-héros ». Pour Pascal Pinteau, cette dualité représente l’ambiguïté de l’adolescence. Cette émission aborde également les questions du costume (avec la disparition du fameux slip rouge de Superman et sa signification dans les années 1930 quand Superman est créé), des nombreuses adaptations en cartoons, en séries télévisées, au cinéma [ii]. L’entretien avec Pascal Pinteau se termine par l’évocation du toponyme « Metropolis » (« c’est un terme américain qui signifie une grande capitale culturelle tout simplement, et c’est un terme générique tout comme Smallville, la petite ville rurale des parents adoptifs de Superman ») et sur le bel avenir de Superman au XXe siècle.

 

Pour aller plus loin : quelques ressources en ligne

 

 

Deux expositions Marvel à Paris (2014)

La seconde partie de l’émission est un entretien avec Jean-Jacques Launier (directeur du Musée d’Art Ludique et commissaire de l’exposition L’Art des super-héros Marvel) et Danièle Berger Fortier (directrice des programmes et des expositions au Centre Mona Bismarck). Interrogé sur l’avenir des super-héros dans le XXIe siècle (le leitmotiv de ces émissions), Jean-Jacques Launier pense que « les super-héros sont vraiment […] dans notre mythologie contemporaine, et […] ils sont porteurs de valeurs, d’images aussi puisqu’ils ont influencé beaucoup d’artistes contemporains, ils sont un petit peu l’équivalent des Dieux de la mythologie grecque, l’équivalent des chevaliers de la Table-ronde, et de leurs pouvoirs, le pouvoir de retirer cette fameuse épée. Enfin, je pense qu’on a toujours eu besoin de contes et légendes, de valeurs, de références », ce qui peut ancrer dans le temps long les super-héros, tout comme Arthur et les chevaliers de la Table-ronde restent aujourd’hui des personnages mythiques qui parlent à nos sociétés. Pour Umberto Eco, « une image symbolique qui présente un intérêt tout particulier est celle de Superman. C’est une constante de l’imagination populaire qu’un héros soit doué de pouvoirs supérieurs à ceux de l’humain commun, d’Hercule à Siegfried, de Roland à Pantagruel et jusqu’à Peter Pan » [iii]. Tout comme Pascal Pinteau plus tôt dans l’émission, Jean-Jacques Launier croit à l’avenir des super-héros par-delà le XXe siècle. « Les super-héros sont arrivés en période de crise à chaque fois, que ce soit Superman en 29 qui annonce la guerre, que ce soit Captain America pendant les années 40 ou que ce soit dans les années 60 l’ensemble des super-héros imaginés par Stan Lee ». Danièle Berger Fortier est interrogée sur la seconde exposition en cours, Super-héros : l’art d’Alex Ross, et sur Alex Ross, « illustrateur américain contemporain » que Danièle Berger Fortier qualifie de dessinateur de comics « le plus talentueux » et comme le peintre des personnages de comics (puisque beaucoup de ses œuvres sont des « portraits en gouache » pour celui qui ne fait pas vraiment beaucoup de planches, mais bien plus souvent des couvertures pour les comics). Lui aussi est associé à l’univers Marvel, puisque juste après ses études, dans les années 1990, il travaille pour cet important éditeur de comics. C’est aussi un regard décalé que propose Alex Ross : « il se pose la question : et si les super-héros existent aujourd’hui dans notre monde, à quoi ils ressemblent ? Il essaie de créer des portraits hyperréalistes ». Il a, par exemple, peint Superman retraité (Danièle Berger Fortier évoque ainsi les relations parfois difficiles d’Alex Ross avec DC Comics et Marvel). Egalement questionnée sur l’avenir des super-héros de comics dans le XXIe siècle, Danièle Berger Fortier insiste sur l’importance de ces super-héros dans l’enfance, celle du XXIe siècle étant autant fascinée par ces personnages que celle du XXe siècle l’a été.

exposition-art-super-heros-art-ludique

exposition_Marvel_Alex_Ross

 

 

Les superhéros à l’épreuve du temps (2/4)

 

« Les superhéros à l’épreuve du temps (2/4)« , Un autre jour est possible, France Culture, 1e avril 2014, émission animée par Tewfik Hakem, avec pour invité Pascal Pinteau.

 

Batman, le héros sombre

Dans le deuxième épisode, Pascal Pinteau est interrogé sur Batman, « le héros sombre et torturé » tel que le présente Tewfik Hakem (l’animateur de l’émission Un autre jour est possible). Pascal Pinteau définit Superman comme « un être rayonnant » et Batman comme « un être fondamentalement pessimiste et qui doute de l’humanité » : Superman et Batman représentent donc « les deux visages de l’action du justicier dans le monde des super-héros ». En premier lieu, Pascal Pinteau revient sur la genèse de ce personnage de comics : « Batman est né un peu dans l’ombre de Superman, puisque Superman apparaît en 1938, en juin 1938, dans le magazine Action Comics, et aussitôt remporte un succès absolument fabuleux. Donc ce succès est tel que l’éditeur DC Comics cherche d’autres justiciers, tout aussi insolites. Bob Kane, qui est un auteur et un dessinateur, a l’idée de leur présenter un personnage – qu’il a conçu avec un autre scénariste et dessinateur qui s’appelle Bill Finger – qui est un héros, et c’est ça le coup de génie, qui a l’allure d’un méchant. Ce qu’on a un peu oublié, puisqu’on est maintenant bien habitué à l’allure de Batman, mais Batman a eu l’allure d’un méchant diabolique : il a des ailes de chauve-souris, il a une cagoule noire, il a cette cape menaçante dans laquelle il se drape telle un vampire, tel Dracula ». Plus loin, Pascal Pinteau rappelle que « Batman a également une autre énorme différence avec Superman », et même avec tous les autres super-héros de comics qui ont eu du succès dans les années suivantes, « c’est qu’il n’a aucun pouvoir. En fait, Batman que l’on classe parmi les super-héros est juste un athlète qui est devenu une sorte de surhomme, mais uniquement en s’entraînant pendant des heures, en devenant un détective égal de Sherlock Holmes, en cultivant son intelligence, son sens de l’observation, son esprit de déduction ». Pascal Pinteau pointe tout de même un point commun : « il y a toujours un drame fondateur, et celui de Batman c’est l’assassinat de ses parents quand il est enfant ». On pourrait ajouter également que les villes – Metropolis pour Superman, Gotham City pour Batman – dans lesquelles vivent nos deux super-héros « concurrents » (Pascal Pinteau explique plus tard dans l’émission que cette concurrence est relative, Batman ayant toujours existé « en parallèle » de Superman) pourchassent la criminalité dans des villes profondément différentes : si Superman est le « héros de lumière » et Batman « le héros sombre », leurs villes respectives sont elles aussi la « ville lumière » (pour Metropolis) et la « ville sombre ». Ces villes génèrent leurs propres super-héros [iv]. « Dans la première partie de sa carrière, Batman est surtout un super-héros local. Il vit dans cette ville de Gotham City – Gotham, terme anglais qui signifie la haute ville, des gens de la haute bourgeoisie, etc. – et, donc, au départ, il s’attaque à des bandits, à des cambrioleurs, à des gens qui fabriquent de la fausse monnaie, à des escrocs, à des espions nazis évidemment – puisque la Seconde Guerre mondiale arrive et le thème des espions nazis est constamment traité par la bande dessinée à cette époque ». Passée cette première période de la « carrière » de Batman, Pascal Pinteau explique que « la marque de fabrique de Batman, ce sont les méchants délirants », dont le Joker et le Pingouin sont des exemples emblématiques. Après une évocation du tandem Batman/Robin, Pascal Pinteau décrit les différentes transpositions de ce comics au cinéma, en séries télévisées et en dessins animés, mais aussi en produits dérivés (avec des succès phénoménaux dans l’industrie du jouet).

 

Pour aller plus loin : quelques ressources en ligne

 

 

 

Les superhéros à l’épreuve du temps (3/4)

« Les superhéros à l’épreuve du temps (3/4)« ,  Un autre jour est possible, France Culture, 2 avril 2014, émission animée par Tewfik Hakem, avec pour invité Pascal Pinteau.

 

La concurrence DC Comics / Marvel

Le troisième épisode de cette émission interroge la concurrence entre les studios de comics, la « guerre » entre DC Comics (Superman, Batman, Wonder Woman, Flash…) et Marvel Comics (Spiderman, X-Men, Les Quatre Fantastiques, Hulk, Thor, Captain America, Iron Man, Daredevil…). Cette émission est l’occasion d’un petit historique de cette concurrence entre les deux maisons d’éditions qui les poussent l’une l’autre à faire évoluer leurs personnages et à en créer de nouveau. Le contexte de concurrence économique est donc directement lié à la créativité de ces deux maisons d’éditions, et l’historique proposé dans cette émission est une bonne introduction pour ceux qui ne connaîtraient pas le poids de ces deux « ténors » éditoriaux du monde des comics. Pour Pascal Pinteau, les super-héros imaginés chez Marvel dans les années 1960 « avaient plus de faiblesses et avaient un rapport au quotidien, à la vie quotidienne, à la vie vraiment banale de « monsieur tout le monde » beaucoup plus fort que Superman et Batman qui étaient un peu des dieux éloignés du commun des mortels ». « Marvel dynamite les codes des super-héros dans les années 60. C’est le scénariste Stan Lee qui a l’idée de reprendre les grands codes qui ont été créés à la fin des années 30 par Superman et par Batman, et qui va mettre les soucis du super-héros à la portée de l’homme de la rue ». La concurrence entre DC Comics et Marvel est l’occasion pour Pascal Pinteau d’aborder les équipes de super-héros : La Ligue des justiciers du côté de DC Comics qui reprend dans des aventures communes les principaux personnages de la maison d’édition, et Les Quatre Fantastiques (qui sont créés comme une bande dès le départ) du côté de Marvel qui sont « révolutionnaires » pour Pascal Pinteau, parce que « ce sont des personnages qui n’ont pas d’identité secrète. C’est tout de même un grand coup du théâtre dans le monde des super-héros qui est toujours cagoulé, qui utilise toujours des pseudonymes, des alias ». Dans les années 1960, la concurrence entre DC Comics et Marvel est au profit du second qui « triomphe d’autant plus que, après cette excellente initiative des Quatre Fantastiques qui redistribuent les règles du genre, le deuxième super-héros qui est apparaît est Spiderman ». Mais, dans les années 1970, DC Comics riposte : « Superman se modernise, […] on sent qu’il y a une plus grande conscience sociale chez lui. […] Batman, lui, est de plus en plus sombre, et donc sa modernité consiste aussi à se battre contre les gens qui fournissent de la drogue à la jeunesse ». Les deux super-héros de DC Comics s’ancrent dans les problèmes sociétaux de leur époque, chacun avec leur personnalité et leurs caractéristiques : Superman résout des problèmes de manque d’eau dans les villes, Batman « frôle les limites de la censure dans des histoires qui abordent les problèmes d’addiction, notamment à la drogue ». Autre « terrain » pour cette concurrence : Hollywood. La télévision (séries télévisées et dessins animés) et le cinéma (notamment avec les films de Tim Burton) vont, dans un premier temps (dans les années 1960-1970), consacrer DC Comics (tout particulièrement ses deux super-héros emblématiques que sont Superman et Batman). Sur le point de déposer son bilan après de gros déboires financiers, Marvel « prend sa revanche » suite à l’échec du film Batman et Robin. La société d’éditions Marvel est rachetée par le fabriquant des jouets produits dérivés des séries Marvel, et c’est ce fabriquant qui va lancer tous les films Marvel qui feront le succès hollywoodien de ces super-héros.

DCComics_Marvel

Source : site Mate ce film.

 

 

Les superhéros à l’épreuve du temps (4/4) /
Festival BD Bastia

 

« Les superhéros à l’épreuve du temps (4/4) / Festival BD Bastia« ,  Un autre jour est possible, France Culture, 3 avril 2014, émission animée par Tewfik Hakem, avec pour invités Pascal Pinteau, Dominique Mattei et Fred Bernard. 

 

Marvel : de l’outsider au poids-lourds des comics

Le quatrième épisode est consacré à Marvel, qualifié d’outsider des comics. Si Marvel est surtout connu du grand public pour ses super-héros qui apparaissent dans les années 1960, cette maison d’édition est lancée dès les années 1940, à l’ombre de DC Comics. Son premier super-héros emblématique apparaît pourtant dès 1941 : Captain America s’ancre dans son temps, puisque les Etats-Unis sont confrontés à une entrée en guerre qu’ils ne désirent pas. Ce super-héros, « créé par la guerre », « créé pour symboliser l’héroïsme de tous les soldats puisque c’est un super-soldat », devient une icône pour les Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, mais « va prendre un petit coup de vieux après la guerre, et on va voir les ventes décliner ». La publication de Captain America va donc être stoppée par Marvel, jusqu’à ce que Stan Lee – devenu entre temps éditeur au sein de Marvel – ne le reprenne (avec d’autres personnages délaissés par Marvel, tels que La Torche humaine qui reviendra dans Les Quatre Fantastiques). « En novembre 1961, Stan Lee qui a enfin carte blanche, puisqu’il a prouvé par le succès des titres qu’il a mis en vente que ses intuitions étaient bonnes, met ses idées en pratique pour créer une nouvelle génération de justiciers. Alors que Superman et Batman ignorent les problèmes matériels, Stan Lee imagine des surhommes accablés de déboires sentimentaux, financiers, ou essuient des problèmes irritants de la vie quotidienne. Il s’inspire aussi des BD romantiques destinées à un auditoire féminin, et ça c’était très important, et place toujours de vraies histoires d’amour au cœur des aventures de ses personnages pour attirer aussi le public des lectrices, et pas seulement celui des lecteurs ». Ainsi, la série des Quatre Fantastiques posent la question de la famille, de ses disputes et de son amour. N’ayant pas d’identité secrète, « bien connus des médias, les Quatre Fantastiques subissent les assauts des paparazzis, des articles ravageurs des journaux à scandale, et connaissent donc tous les méfaits de la célébrité, exactement comme les idoles rock des années sixties ». Pascal Pinteau pointe également une innovation éditoriale, avec l’ajout dès le n°3 des Quatre Fantastiques de la page du courrier des lecteurs. Spiderman est un exemple emblématique de ces super-héros rattrapés par leurs problèmes du quotidien. Pascal Pinteau explique que le personnage d’Iron Man est un pari que Stan Lee s’est fait à lui-même : créer un personnage qui attire peu, au départ, la sympathie du lecteur, qu’il veut rendre progressivement plus humain en le faisant évoluer. Les X-Mens sont « les reflets de tous les tourments de la jeunesse », mais aussi de l’appartenance à une minorité (sexuelle, politique, etc.). Pour Pascal Pinteau, les super-héros Marvel sont des personnages « pétris d’humanité, pétris de défauts, qui sont nos défauts, qui reflètent nos aspirations, qui vivent les mêmes problèmes que nous et qui sont donc, par définition, constamment, réactualisés ». Pour Pascal Pinteau, les comics de Marvel « ont toujours été à l’avant-garde de combats, à l’avant-garde de l’expression, des tournants de tous les lecteurs, de tous les âges, de tous les gens ». Stan Lee a par exemple choisi de provoquer la censure dans une aventure de Spiderman, « en montrant le personnage se piquant, se faisant une piqûre d’héroïne pour mieux lutter, pour mieux dénoncer les ravages de la drogue ».

 

 

Le Festival BD de Bastia : un parti-pris original

La seconde partie de cette émission est consacrée au 21e Festival de BD et d’illustration à Bastia. Dominique Mattei (directrice du Centre Culturel Una Volta de Bastia) est amenée à expliquer les spécificités de ce festival que Tewfik Hakem présente comme « un festival très à part », comme « un festival où l’on met en vedette les auteurs mais pas les éditeurs, on parle d’art mais pas de marché, on vient rencontrer et discuter avec les auteurs de bande dessinée et les dessinateurs mais sans passer par les dédicaces », comme « un festival d’auteurs ». Pour Dominique Mattei, « c’est un festival qui n’est pas un festival », l’idée était de « créer un espace qui est résolument ancré du côté de la création des auteurs d’une part ; et d’autre part du côté de l’originalité des graphismes de la bande dessinée et de l’illustration, de leur parenté, des passerelles qui peuvent exister ; et enfin un espace où entre le public et les auteurs il y ait de véritables rencontres instituées, c’est-à-dire des temps de débats, des temps où l’on discute avec un seul auteur ou avec un groupe d’auteurs autour d’une thématique ». Pas de dédicaces, pas de stands d’éditeurs à proprement parler, une grande librairie qui ne vend que les bandes dessinées des auteurs invités à Bastia. « L’idée c’est que le public ait quatre jours de totale liberté culturelle pour découvrir l’univers d’un auteur ». Autre invité : Fred Bernard, connu pour ses livres pour la jeunesse (réalisés en tandem avec François Roca) et ses bandes dessinées (La Tendresse des crocodiles, L’ivresse du poulpe, Lily Love Peacock, Little odyssée, La Patience du tigre…), à la rencontre de ce que propose le Festival BD de Bastia qui est destiné autant à la bande dessinée qu’à l’illustration.


[i] Umberto Eco, 1976, « Le mythe de Superman », Communications, n°24, p. 24.

[ii] A ce propos, voir notamment :

– Pascal Pinteau, 2014, « La saga des films de super-héros méconnus : THE SHADOW de Russell Mulcahy », site Effets-speciaux.info, 1er avril 2014.

– Pascal Pinteau, 2014, « L’univers des super-héros sur le petit et le grand écran », site Effets-speciaux.info, 12 mars 2014.

[iii] Umberto Eco, 1976, « Le mythe de Superman », Communications, n°24, p. 24.

[iv] A ce propos, voir : Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 23/04/2015

    […] Museclio. CAPTAIN AMERICA. Un héros faussement subversif au cœur de la mondialisation culturelle. Une émission : “Les superhéros à l’épreuve du temps” (Un autre jour est possible, France C…) 3e-HDA : Captain America et la propagande américaine durant la Guerre Froide. 3e-HDA : Captain […]

  2. 15/06/2015

    […] des Super-Héros dans les années 1930. La naissance des Super-Héros dans les années 1930. Une émission : “Les superhéros à l’épreuve du temps” (Un autre jour est possible, France C…) La semaine dernière, Un autre jour est possible (France Culture) a proposé une série de 4 […]

  3. 30/06/2015

    […] super héro garçon Masque super héro fille. La naissance des Super-Héros dans les années 1930. Une émission : “Les superhéros à l’épreuve du temps” (Un autre jour est possible, France C…) La semaine dernière, Un autre jour est possible (France Culture) a proposé une série de 4 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *