La représentation de la nature dans les mangas (3) : La végétation et l’arbre dans la ville japonaise dessinée : La nature dans la ville (II)

Ce billet fait suite au précédent : « A la rencontre de la nature dans la ville dessinée japonaise : pistes introductives (I) », dans la série des billets « La nature dans les mangas ». Cette série est proposée comme introduction à notre journée d’études du 17 avril 2014 : « Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée » avec Etienne Davodeau. A noter : Le géographe Paul Arnould interviendra sur la représentation de l’arbre et des forêts dans la bande dessinée lors de notre journée d’études du 17 avril, notamment suite à un chapitre qu’il consacre à la question dans son dernier ouvrage Au plaisir des forêts : promenade sous les feuillages du monde, Fayard, 2014.

Illustration du roman Miso Soup Source : Ryu Murakami, Miso Soup, © Philippe Picquier.

Illustration du roman Miso Soup
Source : Ryu Murakami, Miso Soup, © Philippe Picquier.

 

La représentation de la nature dans les mangas (3) :
La nature dans la ville (II) :
La végétation et l’arbre dans la ville japonaise dessinée

Dans la représentation réaliste des villes dans le manga, la nature en ville peut être appréhendée comme un témoignage dessiné de la place qu’elle occupe dans les sociétés et dans les pratiques spatiales. Les promenades urbaines auxquelles invite la lecture de nombreux mangas de Jirō Taniguchi en sont un exemple emblématique. « Teintée d’un rapport amoureux à la nature en ville qui, le plus souvent apaise le promeneur, l’urbaphilie se lit autant dans Le Promeneur que dans  Quartier lointain (Masayuki Kusumi et Jirō Taniguchi) ou encore dans L’Homme qui marche (Jirō Taniguchi) » [1]. Jirō Taniguchi dessine des « espaces de la nostalgie » (pour reprendre l’expression du géographe Michel Roux [2]). Dans ces promenades urbaines dessinées, Jirō Taniguchi donne à voir au lecteur des espaces urbains de taille différente (de l’agglomération tokyoïte à la ville provinciale de son enfance, Tottori) où la place de la nature en ville peut étonner le lecteur français. Si l’œuvre de Jirō Taniguchi est emblématique de la représentation de la nature en ville [3], cette dernière ne peut se résumer à l’œuvre de Taniguchi. Après un premier billet présentant des pistes de réflexion pour appréhender la nature dans la ville japonaise dessinée, cette seconde partie se proposer de présenter, principalement dans des mangas qui ne prennent pas la nature comme thème principal, quelques éléments de ce décor avec, en tout premier lieu, un billet sur la végétation et l’arbre.

L’arbre est particulièrement présent dans la ville dessinée du manga. L’arbre traverse, par exemple, l’œuvre de Tsukasa Hōjō, depuis Le temps des cerisiers ou Sous un rayon de soleil [4] où l’héroïne est la fille d’un marchand de fleurs qui communique avec l’âme des arbres [5], jusqu’au célèbre City Hunter (plus célèbre en France sous le nom du titre de l’anime Nicky Larson) et sa suite alternative Angel Heart qui, pourtant, prennent place davantage dans les quartiers « chauds » de Tokyo, mais où l’on voit quelques scènes romantiques réunissant Ryo (Nicky dans l’anime) et Kaori (Laura). L’arbre polarise ainsi des espaces-refuges, où les personnages vivent des moments festifs ou des moments romantiques. Dans le manga, la poétique de l’arbre dans la ville est rythmée par les saisons et les floraisons, tout autant que par une présence « ordinaire » dans les territoires du quotidien. De plus, l’arbre est souvent associé à des esprits divins, qui permettent la mise en scène de rites de passage (particulièrement présent dans le scénario des shōnen où l’on suit très souvent le parcours initiatique d’un jeune adolescent vers l’âge adulte) et sont associés à la vie quotidienne de nombreux personnages, qu’ils habitent l’espace rural ou l’espace urbain. Ainsi, par la représentation de l’arbre dans la ville, le manga met souvent en scène une nature qui participe des territoires du quotidien (même pour les plus bétonnés et les plus marqués par la verticalité d’entre eux). Par l’arbre, le manga dessine non seulement des espaces-scènes (des « scènes de théâtres », des décors sur lesquels se déroule l’action), mais bien plus encore des « paysages du quotidien ». Le lecteur se voit confronté, par la présence de l’arbre dans la ville japonaise dessinée, à la dimension sensible de l’espace urbain, marqué par un environnement familier pour les personnages, où la nature et la culture s’entremêlent sans être pensées comme des éléments contradictoires. 

Ainsi, bien qu’une très grande majorité ne parle pas le japonais, les lecteurs de manga sont habitués à repérer l’importance de prénoms comme Sakura, prénom féminin très souvent utilisé pour des héroïnes, notamment par le studio Clamp qui a prénommée ainsi une de ses héroïnes que l’on suit tant dans Card Captor Sakura que dans Tsubasa Reservoir Chronicle – mais Sakura est aussi le prénom d’une prêtresse dans Urusei Yatsura – Lamu de Rumiko Takahashi, de l’héroïne dans Princesse Sakura de Arina Tanemura, du principal personnage féminin dans Naruto de Masashi Kishimoto, du principal personnage féminin dans Code: Breaker de Akimine Kamijyo, du principal personnage féminin dans Rinne de Rumiko Takahashi… (une liste exhaustive serait très longue !) Le lien entre les personnages et les fleurs est particulièrement présent à travers ce prénom : les sakura désignent autant les cerisiers ornementaux du Japon que leurs fleurs), et le Japon est souvent surnommé « le pays des cerisiers ». Le cerisier est l’un des arbres les plus représentés dans les mangas, et de nombreux fantasmes touristiques reposent sur ces scènes dessinées du cerisier en fleur. En témoignent les très nombreux blogs personnels qui exposent dans l’espace virtuel des photographies de voyages, qui laissent une très grande place à la floraison des sakura. Les estampes puis les mangas ont favorisé le développement d’un imaginaire touristique autour de la saison de la floraison de ces cerisiers. Google Maps a même proposé depuis 2012 un site spécial pour contempler les paysages où l’utilisateur peut observer, par les espaces virtuels, l’avancement de l’ouverture des sakura dans une cinquantaine de lieux sélectionnés, et tout particulièrement dans des espaces urbains (tels que Miyagi, Fukushima, Kyoto, Yamanashi, Osaka ou encore Tokyo). Si réduire le Japon au « pays des robots et des manga » [6] est une idée reçue, l’imaginaire touristique reste tout de même fortement marqué par ce qu’il peut connaître du Japon, et dans cette perspective les mangas, les animes et le cinéma d’animation japonais participent de la production de cet imaginaire. La très forte représentation du sakura dans les mangas (et dans l’ensemble des arts japonais) participe ainsi de la diffusion de la beauté paysagère de la période de la floraison des cerisiers (au mois d’avril), et de nombreux touristes extérieurs « calent » leur séjour au Japon pour observer ces paysages éphémères.

Au Japon, la géographe Sylvie Guichard-Anguis note que la crise économique n’empêche pas les médias de davantage relater la floraison des cerisiers que les problèmes économiques :

« En avril outre la candidature aux jeux olympiques d’été de la mairie de Tokyo et les sommes colossales en jeu pour leurs préparations, le thème de prédilection était la floraison des cerisiers. L’avancement de l’ouverture des boutons de fleurs à travers tout l’archipel a envahi brutalement l’actualité, reléguant la crise financière au second plan. La dégradation du savoir vivre des japonais occupait souvent la une des nouvelles. Tel prêtre d’un grand sanctuaire shintoïste urbain déplorait le manque de civisme de ses compatriotes, qui n’hésitaient pas à déposer leurs sacs d’ordure sur ceux du sanctuaire et à allumer des feux destinés à des barbecues sous les cerisiers, malgré l’interdiction. Leur chaleur aurait fait déjà périr de nombreux arbres ! Certains des visiteurs n’hésiteraient pas à faire leur vaisselle avec l’eau destinée à la purification ! » [7].

Sans tomber dans des raccourcis et des idées reçues excessifs, notons ici l’importance de la saison de la floraison des sakura dans les événements festifs japonais, qui participe de l’imaginaire touristique et de l’imaginaire spatial au/sur le Japon.

« En allant admirer les cerisiers en fleurs à Kiyomizu-dô au temple Kan’eiji à Ueno » Source : Utagawa Toyokuni, 1800. Estampe publiée dans : site de l’exposition virtuelle L’estampe japonaise, BnF.

« En allant admirer les cerisiers en fleurs
à Kiyomizu-dô au temple Kan’eiji à Ueno »

Source : Utagawa Toyokuni, 1800.
Estampe publiée dans : site de l’exposition virtuelle L’estampe japonaise, BnF.

 

Couverture française de la réédition de Samurai Deeper Kyo en volume double (Kamijyo Akimine, 2010, Kana, tomes 1-2)

Couverture française de la réédition de Samurai Deeper Kyo en volume double
(Kamijyo Akimine, 2010, Samurai Deeper Kyo, © Kana, tomes 1-2)

De nombreux mangas représentent des scènes où les personnages se réunissent sous les cerisiers en fleur. Au Japon, le sakura possède une symbolique très forte et représente la beauté, et notamment la beauté du combat et de la vie des samouraïs : on voit ainsi des scènes où Kyo, le héros de Akimine Kamijō dans Samuraï Deeper Kyo, se repose au pied d’un cerisier, scènes rares qui évoquent le sakura comme lieu-refuge. Les festivals de l’hanami sont également très représentés dans les mangas, qu’ils offrent un temps-refuge aux héros de shōnen pris entre deux combats (comme dans Code: Breaker de Akimine Kamijō) ou un temps festif pour de jeunes élèves/collégiens/lycéens, souvent passé entre amis ou en famille (comme dans Card Captor Sakura). La période de la floraison des cerisiers est souvent l’occasion de scènes de vie qui laisse apparaître l’amour, l’amitié ou les liens familiaux. Par le paysage du sublime, le sakura est ainsi mis en scène comme un arbre dans la ville, presque le géosymbole de l’harmonie de la nature et de la culture. Le sakura est particulièrement présent dans les shōjō manga (mangas pour jeunes filles), et pourrait être réduit à la beauté de la passion amoureuse et de la jeunesse. Mais, le sakura est aussi présent dans de nombreux autres types de mangas, et notamment dans les shōnen (mangas pour jeunes garçons) et les seinen (mangas pour adolescents/adultes), notamment dans les histoires mettant en scène des samuraï. Le sakura n’est pas seulement un arbre qui dessine un paysage emblématique et romantique : il est depuis longtemps pensé comme le symbole de la beauté éphémère, mais la beauté ici ne se réduit pas aux caractéristiques physiques des personnages ou à leurs amours. Le combat du samuraï, par exemple, est empreint de beauté, et la vie du samuraï marquée par l’éphémère. Ainsi, il serait réducteur de ne penser la place du sakura dans les mangas que par le romantisme et les histoires d’amour, alors même que son omniprésence témoignage de sa place à la fois dans les festivités shintô, mais aussi dans l’ensemble des quotidiennetés.

La rencontre entre Kyo, Kyoshiro et Sakuya sous un cerisier en fleur Source : Akimine Kamijyo, 2004, Samurai Deeper Kyo, chapitre 293 « Le yin et le yang. Le 11e grand sabre : quand les fleurs de cerisier éclosent », tome 37.

La rencontre entre Kyo, Kyoshiro et Sakuya sous un cerisier en fleur
Source : Akimine Kamijyo, 2004, Samurai Deeper Kyo, chapitre 293 « Le yin et le yang. Le 11e grand sabre : quand les fleurs de cerisier éclosent », tome 37.

Pourtant, le manga ne donne pas seulement voir une grande harmonie entre la société et l’arbre : dans de nombreuses scènes de manga, les arbres, et tout particulièrement des arbres centenaires, sont menacés de la destruction. C’est le point de départ de Sous un rayon de soleil de Tsukasa Hōjō qu’on a abordé dans le billet précédent [8]. Pour ne pas reprendre le même exemple, on prendra ici le cas d’un autre manga de Tsukasa Hōjō, Angel Heart (la suite alternative de City Hunter). L’intérêt de cet exemple provient du fait que Angel Heart est un manga sombre, centré sur les territoires de la criminalité tokyoïte (et même de la criminalité internationale telle qu’elle s’inscrit dans certains espaces de Tokyo, avec la forte présence d’une puissante organisation criminelle taïwanaise, la Zheng Dao Hui). La nature en ville n’est ni un thème, ni au cœur des préoccupations des personnages (contrairement à l’exemple de Sous un rayon de soleil où l’on suit l’histoire d’une jeune fleuriste). Pourtant, Angel Heart laisse une très grande place aux sentiments des personnages et aux drames qu’ils vivent (bien plus que dans City Hunter où les personnages secondaires contactant Ryo Saeba pour être protégés ou vengés vont être entraînés le plus souvent dans des situations cocasses, dans Angel Heart, Hōjō dessine principalement des récits bouleversants). 

Lorsque les personnages principaux rencontrent Yasuyuki Oikawa, ils se retrouvent confrontés à l’histoire d’un habitant d’un quartier de l’hypercentre tokyoïte, dont l’habitat est menacé par un grand projet immobilier. Derrière ce micro-quartier, on aperçoit un paysage marqué par la verticalité des grands immeubles. Mais, au milieu de ce bâti dense, reste une parcelle de terrains sur laquelle le lecteur découvre un chantier. Par la pression financières et les menaces physiques des promoteurs immobiliers, les autres habitants du micro-quartier ont dû abandonner leur maison. Mais Yasuyuki est resté, et lutte contre les menaces du promoteur immobilier et des yakuzas auxquels ce dernier s’est associé pour effrayer les habitants. Les deux arbres au pied de sa maison sont le symbole à la fois de son ancrage territorial et de ses souvenirs familiaux. A l’enracinement de l’arbre, répondent l’enracinement de Yasuyuki et son identité territoriale (« pour lui, ces cerisiers sont des souvenirs de ses parents défunts », chapitre 5, tome 1, saison 2). Le conflit d’aménagement entre la société de développement urbain Shintoshi-Kaihatsu KK et Yasuyuki oppose deux manières de percevoir l’habiter urbain : la densification et la verticalité du promoteur immobilier se confronte à la résistance de Yasuyuki. Le cerisier est le symbole de la difficile coexistence entre la résistance (celle d’un habiter marqué par une très forte présence de la nature en ville) et les besoins d’aménagement qui sont ainsi représentés par la destruction de cette nature aménagée. Les deux types d’acception de ce qu’est l’habiter urbain se trouvent confrontés dans cette représentation de la nature en ville, au cœur d’un conflit d’usages. Par ce récit, Tsukasa Hōjō livre au lecteur sa propre représentation sur la place « juste » et « légitime » de la nature en ville, en amenant le lecteur à prendre parti pour la lutte anti-construction de Yasuyuki.

Les chapitres qui couvrent cette histoire (du chapitre 4 au chapitre 8 de la saison 2, tomes 1 et 2) mettent particulièrement en avant le cerisier : « Cerisiers et famille » (chapitre 5), « Un amour mêlé aux branches des cerisiers » (chapitre 6), « Cerisiers en flamme… ! » (chapitre 7), « L’empreinte des cerisiers » (chapitre 8), – tout comme le premier chapitre de l’histoire suivante (« Le parfum du styrax japonais »). Pour les deux personnages concernés (Yasuyuki pour le cerisier, Ryo – le personnage principal – pour le styrax), regardent l’arbre comme un lieu de nostalgie d’un temps heureux. Pour Ryo Saeba, le personnage principal, le récit est marqué par sa constante rencontre avec les arbres, souvenirs de Kaori sa défunte fiancée. Qu’il s’agisse de sa première « rencontre » en rêves avec Xiang-Ying (le second personnage principal) ou de ses déambulations dans la ville, Ryo est fortement associé aux arbres, tout particulièrement au styrax qui traverse le récit (pour l’heure 39 tomes pour les deux saisons). L’arbre, comme espace de la nostalgie, entraîne le lecteur dans des histoires bouleversantes, rythmées par les périodes de floraison. La nature en ville se fait à la fois romantique, nostalgique et apaisante. La nature est représentée comme un espace de recueil dans la ville, un espace où la mémoire peut s’apaiser.

Glass Heart rencontrant un homme dans ses rêves, au milieu des arbres Source : Tsukasa Hōjō, 2004, Angel Heart, tome 2, © Panini Comics.

Glass Heart rencontrant un homme dans ses rêves, au milieu des arbres
Source : Tsukasa Hōjō, 2004, Angel Heart, tome 2, © Panini Comics.

 

Le_Pays_des_Cerisiers_Kouno_FumiyoDans Le Pays des cerisiers (2003), recueil qui rassemble deux courts récits, Fumiyo Kouno (elle-même native d’Hiroshima) aborde la question de la mémoire douloureuse d’Hiroshima et de la bombe nucléaire, dans les territoires du quotidien. La première histoire, La Ville du Yûnagi, entraîne le lecteur dans l’histoire d’une jeune femme à la poursuite d’un retour à une vie « normale », qui se trouve rattrapée par le bombardement survenu dix ans avant le récit. Dans Le Pays des cerisiers, le lecteur suit l’histoire d’une famille originaire d’Hiroshima et qui, de génération en génération, se transmet le souvenir et la mémoire douloureuse de ce traumatisme pour toute la société japonaise. A travers la question de la mémoire douloureuse, le lecteur se trouve plongé dans les paysages du traumatisme et de la mémoire. « Tous les moments charnières de cette histoire, où les seuls enjeux sont les sentiments et émotions entre des hommes et des femmes, se passent sur les ponts de la paix dans le parc du mémorial de la paix à Hiroshima » [9]. Le ton de Fumiyo Kouno se fait intimiste, et l’auteur ne tente pas de juger l’Histoire. C’est par les territoires du quotidien de ces habitants « ordinaires » et par les paysages où la nature et la mémoire s’entremêlent que Fumiyo Kouno traite de la mémoire du bombardement nucléaire d’Hiroshima. Le récit offre à la fois un voyage dans le temps (entre souvenirs et temps du quotidien, et entre les deux récits eux-mêmes) et dans l’espace. La nature et la ville se retrouvent conjointement touchées et détruites par cette lumière mortelle que fut le bombardement nucléaire. Mais, c’est aussi la nature et la ville qui se reconstruisent ensemble qui sont donnés à voir au lecteur, dans une œuvre très touchante.

Ainsi, la couverture laisse une grande place à la lumière, à la végétation et aux nuages : les dégradés de jaune/vert montrent bien que derrière la « grande » histoire du politique, se révèle dans ce manga la « petite » histoire des habitants « ordinaires » qui font avec leur espace, avec leur ville, avec la nature tels qu’ils sont devenus les territoires d’une mémoire douloureuse. Le titre du manga rappelle la très forte symbolique du sakura dans l’identité japonaise : malgré la destruction et le traumatisme, les cerisiers refleurissent à Hiroshima… On peut également remarquer que le choix des sites présentés dans le site Google Maps dédié à la floraison des cerisiers (ouvert depuis 2012, soit un an après la catastrophe du 11 mars 2011) laisse une grande place à des images de Fukushima : les 3 images et parcours interactifs de Fukushima sont placés parmi les 10 premières images proposées (sur 50). Dans ses représentations artistiques, photographiques ou touristiques, le cerisier en fleur participe d’un « marketing territorial » qui exacerbe l’idée d’une harmonie entre nature et culture dans la ville, malgré la catastrophe. Le titre Le Pays des cerisiers rappelle ce dépassement de la catastrophe par l’harmonie de la nature et de la culture. Le lien entre la nature et la ville traverse, par ailleurs, l’œuvre de Fumiyo Kouno (qui fut fleuriste dans sa jeunesse) dans laquelle on retrouve une grande place pour la végétation (son premier manga, Machikado Hana Da Yori, se déroule ainsi dans un commerce de fleurs). 

Par-delà les cas emblématiques du sakura (très présent dans la religion shintoïste, comme dans la littérature, les peintures les danses, le théâtre japonais) et du styrax, la nature « ordinaire » est également très présente dans les villes dessinées dans le manga. Le bois et la verdure sont très présents dans la ville japonaise, tant dans l’architecture que dans les parcs, les jardins ou les sanctuaires. Les mangas laissent souvent apparaître la place de la végétation, et tout particulièrement des fleurs, dans la ville japonaise contemporaine : Maison Ikkoku (de Rumiko Takahashi) narre l’histoire de Yusaku, un jeune étudiant fauché ayant raté les concours d’admission dans les universités japonaises, qui s’installe dans une pension de famille (où vivent des personnages particulièrement excentriques, ainsi que la belle et douce concierge Kyoko Otonashi). Si la traduction française du titre de l’anime (Juliette je t’aime) a souvent fait grincer des dents (puisque la traduction s’éloigne totalement de l’histoire avant tout centrée sur la pension de famille, sur tous ses habitants et sur cet habiter si particulier : ce n’est pas avant tout à une histoire d’amour que le lecteur ou le téléspectateur – en fonction de la version : manga papier ou dessin animé – est confronté, mais bien davantage à la réalité des pensions de « famille » au cœur de la ville et aux parcours de leurs habitants dans la société japonaise), l’exercice difficile de traduction du nom de la pension (ikkoku signifie « instant ») qui fait allusion à la place du temps et des saisons dans la société japonaise a laissé place à un autre aspect de la série. La « maison Ikkoku » est ainsi devenue, dans l’anime, la « maison des mimosas ». La place des fleurs et de la végétation est soulignée par cette traduction qui s’éloigne de la version originale, mais est finalement assez fine.

Scène récurrente dans ce manga, la jeune concierge Kyoko utilise ainsi un balai composé d’une tige de bambou à laquelle sont attachées de fines branches pour nettoyer la cour : les quotidiennetés du récit laissent apparaître la nature environnante, puisque Kyoko non seulement passe son temps à balayer les feuilles mortes et la poussière, mais aussi s’arrête souvent pour regarder le ciel et la nature en ville. La mangaka dessine souvent Kyoko comme « englobée » dans cette nature en ville (pour le plus grand plaisir de ses prétendants). Au final, le doublage français pour le nom de la pension (contrairement au titre même de l’anime) laisse une grande place à la nature en ville telle qu’elle est représentée dans cette histoire située dans la banlieue imaginaire tokyoïte de Tokeizaka. La non-francisation des noms et toponymes japonais dans le manga (contrairement à l’anime) n’est ainsi pas le seul « repère » du lecteur pour situer la pension de famille : la place des fleurs et des arbres) situe le récit dans la ville japonaise contemporaine, et tout particulièrement dans le périurbain tokyoïte marqué par un tissu urbain aéré, une horizontalité qui contraste avec la ville-centre de l’hyperdensité, et une forte présence de la végétation dans les territoires du quotidien.

Source : Rumiko Takahashi, Maison Ikkoku, tome 7, © Tonkam.

Source : Rumiko Takahashi, Maison Ikkoku, tome 7, © Tonkam. 

Dans cette perspective, on peut appréhender la présence de l’arbre et de la végétation dans la ville japonaise dessinée comme une géographie intime et subjective que nous offre les mangakas. Par-delà les mangas prenant la nature, l’environnement et l’écologie pour thèmes, la nature en ville est fortement présente dans les territoires du quotidien des personnages de mangas, et entraîne le lecteur à la découverte de cette nature aménagée. La végétation et l’arbre sont représentés, dans les mangas, comme des marqueurs d’une urbanité propre à la ville japonaise qui ne s’est pas construite dans une opposition entre nature et culture, entre ville et non-ville [10].

Source : Jirō Taniguchi, 1995, L’Homme qui marche, © Casterman.

Source : Jirō Taniguchi, 1995, L’Homme qui marche, © Casterman.
A propos de la nature en ville dans l’oeuvre de Taniguchi, voir le billet précédent.

  

–> Billet à suivre : « Les espaces de la nature dans la ville japonaise dessinée (III) : Le jardin et le parc, ou la nature aménagée en ville »

 


[2] Michel Roux, 1999, Géographie et complexité. Les espaces de la nostalgie, L’Harmattan, collection Ouverture philosophique, Paris, 335 p.

[4] Le temps des cerisiers est une histoire courte qui posera les bases de l’histoire et des personnages de Sous un rayon de soleil (trois tomes).

[6] Pour reprendre une idée reçue débattue par le géographe Philippe Pelletier dans son ouvrage : Philippe Pelletier, 2012, La fascination du Japon. Idées reçues sur l’archipel japonais, Le Cavalier bleu, collection Idées reçues, Paris, 269 p.

[7] Sylvie Guichard-Anguis, 2009, « Une crise financière au Japon qui n’empêche pas les cerisiers de fleurir », EchoGéo, rubrique Sur le Vif 2009, 4 juin 2009, en ligne : http://echogeo.revues.org/11198

[9] Jessie Bi, « Le Pays des Cerisiers de Kouno Fumiyo », du9, l’autre bande dessinée, 2006, mai 2006.


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 03/04/2014

    […] Lire la suite de l’article sur le Carnet. […]

  2. 13/05/2014

    […] picturales japonaises. Que ce soit dans les estampes (ancêtres des BD) ou dans les mangas (lien : http://labojrsd.hypotheses.org/1801) leur présence verticale permet d’ouvrir une passerelle vers le monde des esprits, la communion […]

  3. 16/06/2014

    […] La végétation et l’arbre dans la ville japonaise dessinée […]

  4. 02/12/2014

    […] de Nicolas Rouvière[2]), la bande dessinée est empreinte des paradigmes sociétaux de son temps. La représentation de la nature dans les mangas (3) : La végétation et l’arbre dans la ville jap…) Ce billet fait suite au précédent : « A la rencontre de la nature dans la ville dessinée […]

  5. 29/04/2016

    […] Tratnjek, 2014, « La représentation de la nature dans les mangas (3) : La végétation et l’arbre dans la ville ja…», carnet de recherches Sciences Dessinées, 1e avril 2014, en ligne : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *