Série “Café géo Ville et BD” (11) : Le palimpseste urbain d’Enki Bilal

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est le dernier extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Il fait suite au billet « Enki Bilal : Sarajevo, une ville en guerre ? La ville en guerre, une Sarajevo ?« . Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

Le palimpseste urbain d’Enki Bilal

Aymeric Landot poursuit cette exploration des villes chez Bilal autour de cette idée de la fascination de la ville. Chez Enki Bilal, la ville est un espace fragmenté et un microcosme : elle reste un espace politique (comme la cité autonome de Paris), où l’anticipation pessimiste de Bilal se déploie. Elle est l’objet de querelles politiques, de rivalités, elle est au cœur de négociations de pouvoirs, souvent centralisateurs sinon autoritaires. A cette volonté de suprématie sur la ville, s’oppose la forme politique globale esquissée par Bilal : les entités étatiques ont éclaté, connaissant, avec toutes les précautions oratoires qu’il faut pour utiliser un terme comme celui-ci mais qui dans le cas de Bilal est intéressant, une « balkanisation »[1]. C’est le cas de Louis Ferdinand Choublanc, dont le nom est révélateur : Louis-Ferdinand d’un côté, clin d’œil à Céline, Choublanc, comme pour dire l’inanité et l’absurdité de son action politique avant même qu’elle ne commence. La ville autonome de Paris se comprend dans un éclatement étatique, presque un retour au fief, en tout cas aux rivalités interurbaines.

Source : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés, première case.

Source : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés, 1e case.

Ces entités urbaines autonomes sont inégalitaires et fragmentées : inégalités sociospatiales faisant de Paris une ville double, réactivant l’opposition centre/périphérie manipulée par un pouvoir ne cherchant que sa perpétuation (et son immortalité auprès de dieux égyptiens dans le cas de Choublanc).

Source : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés.

Source : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés. 

Ces villes imaginaires sont des villes-frontières, des villes surveillées, des villes coupées qui ne sont pas sans rappeler d’autres villes, qui ont, elles, existé. Ces villes sont marquées par des checkpoints, des postes-frontières, des limites transcrites dans l’urbain concrètement. Les pouvoirs de ces villes disent la vision profondément négative de Bilal : ces villes coincées entre modernité et passé sont dirigées de manière autoritaire, par un pouvoir fasciste dont la stabilité est assurée par la violence et le renseignement (c’est le cas de Choublanc). Elles connaissent des divisions fortes, des inégalités entre riches et pauvres, entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont plus. Dans toute l’œuvre de Bilal perce une méfiance au pouvoir, cette méfiance au pouvoir est une méfiance vis-à-vis de la ville dominée par le pouvoir, à la fois contrôlée et instrument de contrôle du pouvoir sur des masses.

D’autres villes ponctuent les voyages des protagonistes : il y a une fascination chez Bilal pour la ville comme espace de conflits, pour la ville en conflit dont les plaies urbaines, encore ouvertes, sont les témoins d’une époque troublée. On l’a vu avec le Paris de La Trilogie de Nikopol, c’est le cas de Berlin encore ou d’Equateur City, renouvelant la géopolitique mondiale.

Source : Enki Bilal, 1992, Froid Equateur, © Les Humanoïdes Associés.

Source : Enki Bilal, 1992, Froid Equateur, © Les Humanoïdes Associés.

Par bien des aspects, Enki Bilal fait des villes qu’il dessine des espaces de prospective politique. Sa narration sous forme d’anticipation ajoute ce degré de perspective : la ville de Bilal trouve sa source dans une grille de lecture du monde, certes pessimiste, mais parfaitement lucide. Bilal a anticipé par bien des aspects le réveil des nationalismes, les crispations identitaires et religieuses, les problèmes d’échelles posés par l’inflation de villes gigantesques, mégapoles à bien des égards.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 241.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 241.

Le Sacré Cœur et la Mosquée cohabitent, l’un à côté de l’autre. Mais la Mosquée souligne encore plus les fragmentations religieuses : « Salafist only », disant l’éclatement des religions en de multiples entités en rivalité. Dans Rendez-vous à Paris, l’un des protagonistes, athée, participe au championnat de football européen dans une version du jeu plus violente, obtuse, à la limite de l’absurde : « Le Danube Ironfly FC, multiconfessionnel et mixte, irait désormais défier les puissantes et richissimes équipes fondamentalistes qui régnaient avec arrogance sur l’Europe du football, qu’elles soient orthodoxes, islamiques, catholiques, judaïques ou autres ». Ces villes sont confrontées à de multiples problèmes : des guerres civiles larvées comme à Berlin, la Eierkrieg ou encore des problèmes énergétiques. Louis-Ferdinand Choublanc vend les ressources pétrolières de Paris aux dieux égyptiens et le carburant devient un enjeu de la géopolitique parisienne et de son pouvoir personnel.

La ville en guerre chez Enki Bilal, évoquée plus tôt, est aussi un prétexte pour l’auteur de souligner la fascination pour la ville en général : les villes traversées par les protagonistes sont encombrées, connaissent de fortes disparités religieuses et sociospatiales, recoupant des divisions politiques entre une classe dirigeante privilégiée et une majorité appauvrie, enterrée dans des taudis, elle-même fragmentée en divers groupes unis par une même religion ou une appartenance politique particulière.

Mobilités urbaines dans les villes de Bilal Source : A gauche : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p.  144. A droite : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés.

Mobilités urbaines dans les villes de Bilal
Source : A gauche : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 144.
A droite : Enki Bilal, 1982, La Foire aux Immortels, © Les Humanoïdes Associés.

La ville de Bilal est une ville de la vitesse, traversée par mille moyens de transport, allant du taxi de fortune loué et volé au train traversant la cité. Tout se fait dans une frénésie qui n’est pas sans rappeler les clichés de la ville moderne : à la présupposée lenteur rurale ferait écho l’extrême célérité de la ville moderne dégradant les mœurs. Cette impression est particulièrement forte dans La Tétralogie du Monstre puisque Sarajevo unit les orphelins, servant de points de repère à leur errance particulière.

Les espaces de Bilal sont des villes sales, des villes dégradées, mais des villes quand même. L’imaginaire de l’auteur se déploie avant tout sur fond urbain, témoignant d’une fascination esthétique de Bilal pour l’urbain dégradé, pour la friche et l’abandon comme le métro. Entre fascination et répulsion, Bilal réussit à donner quelque chose d’unique, une impression de ville. A mesure que son dessin évolue, sa peinture se fait plus unique : le trait, la vitesse, les aplats. Il ne cesse de dire sa vision de la ville : grise, rapide, étourdissante, vertigineuse. Les villes de Bilal, au-delà de l’esthétisme, des impressions urbaines et des discours sur la ville qu’elles véhiculent ou qu’elles renient sont surtout des villes de strates, strates de villes et strates d’époque. Il n’y a pas chez Bilal, « la forme d’une ville », la ville est en perpétuelle mutation, en perpétuel changement et ces changements ne sont que des retours en avant en quelque sorte. Une strate émerge qui s’imprime dans la ville comme un élément nouveau, qu’il s’agisse d’un élément urbanistique ou d’une idéologie. C’est le cas dans la trilogie Nikopol, où le pouvoir autoritaire et fasciste de Choublanc et remplacé par celui, communiste mais tout aussi autoritaire, de Nikopol fils.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 198.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 198.

La ville fait émerger le thème du retour du même : elle fait émerger des morceaux d’histoire et se construit dans un permanent discours contre et avec le passé. C’est tantôt un hôtel adossé aux pyramides de Gizeh et dont le panorama laisse voir une ville ou une station pétrolière fumante, survolée par un vaisseau. C’est tantôt une ville affrontant les glissements lexicaux et orthographiques d’une langue menacée par la mondialisation : la pancarte « Saving French » souligne la duplicité d’une telle démarche et son échec annoncé. L’utilisation d’une autre langue pour sauver la précédente préfigure la minoration sinon la disparition du français. Au-delà de l’échec, c’est une réflexion sur l’étranger et le rapport à la modernité d’une langue sclérosée qui est questionné. La ville de Bilal est paradoxale, elle tire son unité d’éléments contradictoires qui ne se fondent jamais vraiment ensemble, qui ne coïncident jamais réellement. Il semble que la ville de Bilal se compose de strates, recouvertes et découvertes alternativement. 

BilalUn enfant découvre une étoile rouge, à côté d’une statue de Lénine à demi enterrée, à l’ombre d’un bateau. S’agit-il d’un lac asséché ? D’une mer retirée ? D’un chantier naval déserté ? En tout cas, il y a d’autres ruines au dessus de celle de Lénine. Cette ville contradictoire donne une double impression : le récit d’anticipation ou de science fiction apporte un aspect fictionnel et prédictif à la ville.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 207.

Source : Enki Bilal, 2007, Rendez-vous à Paris, © Casterman, p. 207.

Et pourtant, les strates multiples qui cohabitent créent un effet de réel fort : la juxtaposition d’éléments anachroniques, contradictoires ou impensables pour nous, comme le Crillon Saint Eustache, église et hôtel au néon glauque, renforce l’impression d’une perte de repères. La patrimonialisation n’a plus cours, tout est mélangé, hommes, pouvoirs, religions, histoires.

Ces strates de notre époque qui émergent créent un sentiment de malaise : elles sont intégrées au paysage comme si elles étaient anciennes, lointaines, qu’on n’y prêtait plus vraiment attention. Le mur et son missile : l’image évoque Berlin mais un Berlin au cœur d’une guerre qu’il n’y a pas eu, du moins pas encore, guerre plus ou moins lointaine, dont l’époque est impossible à déterminer. Est-elle d’actualité comme en témoignent les avions de guerre au dessus ? Est-elle lointaine, finie, à tel point que les symboles de cette guerre ont été réappropriés et ont généré un mobilier urbain particulier, le mur devenant muret sur lequel se reposer.

En conclusion, la ville de Bilal est une ville complexe, jamais assurée, toujours en transformation, plus ou moins connectées au reste du monde. Elle est surtout un moyen pour l’auteur de donner matière à penser, en renouvelant, par le récit d’anticipation, des questions de géopolitiques et de pouvoirs. La ville du comics était une ville de symboles, souvent manichéens, du moins une ville morale ou immorale, enjeu du combat entre Bien et Mal, celle de Bilal est bien plus amoral, loin devant, elle est un enjeu de pouvoir, mettant en lumière les logiques politiques à l’œuvre au cours du XXe siècle, entre idéologies autoritaires, émergences des nationalismes, repli identitaire et mondialisation.

 


[1] En géographie politique, on définit la « balkanisation » comme le processus fragmentant un Etat primaire en de multiples Etats secondaires. La partition d’un Etat primaire en deux Etats secondaires ne relève, dans ce sens, pas du processus de balkanisation. Le terme a été forgé pour décrire le processus de fragmentations politiques et d’« émiettement » étatique de l’ex-Yougoslavie.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *