Série “Café géo Ville et BD” (10) : La ville dans les comics, entre urbaphilie et urbaphobie

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Voir également les billets “La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie“ et « La ville et la guerre dans la bande dessinée« . Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”. Ce billet poursuit « De Métropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée« .

 

La ville dans les comics,
entre urbaphilie et urbaphobie

GothamAymeric Landot poursuit le questionnement précédant sur la représentation de la ville par la dichotomie urbaphobie/urbaphilie, non plus par l’exemple des mangas, mais par celui d’une autre bande dessinée longtemps perçue comme « mauvais genre » [1] : le comics. Dans les comics, on retrouve ce jeu avec la ville. Même si on essaye de faire réaliste, il y a des représentations de la ville dominantes, comme en témoigne la confrontation de la représentation de deux villes de super-héros : Gotham City, la ville de Batman, et Métropolis, la ville de Superman.

« Gotham est une ville sombre là où Métropolis est une ville lumière, symbole du progrès que constitue la civilisation urbaine et consommatrice de la première moitié du XXe siècle. Elle est la ville lumière, sans problème de transport, sans embouteillage, sans délinquance, ou si peu que Superman peut se soucier de lutter complètement contre les véritables vilains, à savoir les magnats mégalomanes et autres menaces planétaires. A son opposé, Gotham dessine un paysage de ruelles empêtrées, de buildings noircis de poussières, de quartiers souterrains que rien ne vient menacer, si ce n’est l’irruption du Batman. Dans cette ville, avatar moderne et dessiné de la Babylone, les hommes se perdent au fond des casinos clandestins, au cours de parties de cartes enfumées, dans des règlements de compte et des luttes d’influences entre mafias » [2]. Gotham, rouge et noire, appelle le sang, là où Métropolis est une ville blanche, presque pure. Gotham est lunaire et nocturne, Métropolis est solaire et diurne.

Superman est un fils du soleil en quelque sorte, il puise son énergie dans le rayonnement solaire cependant que Batman profite de la nuit et des peurs insufflées par l’obscurité. Superman, considéré comme le premier super-héros apparu dans les comics, témoigne d’une vision de la ville inspirée des grandes idéologies urbaines, d’une ville florissante, blanche mégalopole située dans un postmodernisme de verre et de toits. La ville de Superman est propre surtout, lisse et élancée, à la hauteur finalement de son protecteur. Métropolis représente la grande ville telle qu’elle fut aussi pensée par l’école de Chicago[3] dont elle présente l’élancement, le renouveau urbain. Métropolis, une ville à l’image de son héros ? Superman donne à voir une ville inspirée par les grandes idéologies urbaines, ville florissante, mégalopole blanche. Métropolis est une grande ville propre. Ses rues se dessinent selon un plan orthogonal, le ciel est toujours bleu, une ville dans tout son succès, synonyme de grandeur.

Source : Jerry Siegel et Joe Shuster, Superman.

Source : Jerry Siegel et Joe Shuster, Superman.

« La représentation urbaine diffusée par Métropolis est celle d’une verticalité optimiste : toute l’approche de Superman vise à qualifier la réussite de l’étranger, de son intégration. Partant de Smallville, il arrive à Métropolis, deux termes antagonistes, ancrant Clark Kent dans une intégrité propre à la petite ville, où il peut grandir à l’abri des regards. Sa trajectoire est cependant ascendante : partir des fermes de Smallville vers les grands buildings de Métropolis. Son arrivée dans la mégapole de Lex Luthor coïncidant aussi avec son ascension en tant que héros et protecteur, comme si la grande ville était le lieu des opportunités, de l’apprentissage de l’autonomie, le lieu de rupture avec le noyau parental et l’ouverture véritable à la vie d’adulte. Cette vision positive de la ville traduit une vision positive de la verticalité : les gratte-ciel sont les symboles de réussites, l’appartement avec vue dominant Métropolis et la capacité de voler disent aussi l’optimisme dans le milieu urbain. Superman n’est pas seulement un héros au statut quasi-divin. Il est l’homme fait ville, de même que Jupiter Capitolin protège Rome, Métropolis se trouve sous l’égide bienveillante de Superman » [4].

Superman dans Métropolis Source : D’après Jerry Siegel et Joe Shuster, Superman.

Superman dans Métropolis
Source : D’après Jerry Siegel et Joe Shuster, Superman.

Au contraire, Gotham dessine un paysage de ruelles empêtrées, de buildings noircis de poussières, de quartiers souterrains que rien ne vient menacer, si ce n’est l’irruption du Batman. Dans cette ville, avatar moderne et dessiné de la Babylone, les hommes se perdent au fond des casinos clandestins, au cours de parties de cartes enfumées, dans des règlements de compte et des luttes d’influences entre mafias (cf. le premier Batman Un long Halloween). Gotham, c’est Babylone. Toute aussi élevée et vertigineuse que Métropolis, mais faite de ruelles et de buildings empêtrés. Rien n’est laissé à la lumière, Gotham est une ville de nuit, une ville absorbant toute lumière, jusqu’à celle de son héros, le plus humain d’entre tous, sans pouvoir face à elle. Même l’argent de Bruce Wayne ne peut rien contre cette ville dévorante, la rénovation urbaine initiée par Wayne Enterprise est un échec, les galas de charité sont des occasions rêvées données aux malfrats de dépouiller un peu plus les bonnes volontés. Rien ne sort de Gotham, tout s’infiltre et se corrompt. La ville sécrète l’horreur et les atrocités : des parents milliardaires ne sont pas à l’abri d’un vol de bijoux, d’un meurtre. L’orphelin Bruce Wayne pleure la mort de ses parents et la fin d’une ville à laquelle il a cru. Gotham suinte ses vermines, des rats aux chauves-souris : le héros n’est pas le modèle positif d’un messie réincarné, arrivant en sauveur d’un royaume détruit. Batman est sombre, paranoïaque, triste et seul, comme l’orphelin qui reste : il n’est pas un surhomme, de lui-même il s’est vêtu du costume d’un animal repoussant. Gotham crée Batman comme elle crée les vilains, les fous et les malfrats.

L'inscription du symbole de Batman dans Gotham Source : d’après l’œuvre de Bob Kane.

L’inscription du symbole de Batman dans Gotham
Source : d’après l’œuvre de Bob Kane.

C’est Arkham qui symbolise le mieux cela : lieu d’enfermement de la folie, l’asile devient le lieu de création et de maturation des fous. Le comics Arkham Asylum de Morrison et McKean évoque cet aspect paradoxal d’un lieu de réclusion, devenu lieu d’engendrement des fous dans la ville. Le Joker met d’ailleurs en évidence le rôle contradictoire d’un Batman qui contribue à rendre plus fou et extraordinaire les vilains qu’il combat. Arkham engendre ses propres fous : la jeune psychiatre Harley Quinzel y travaille et finit par tomber amoureuse d’un patient, le Joker. Elle enfile son costume d’arlequin pour devenir Harley Quinn.

Source : Grant Morrison et David McKean, 2014, Arkham Asylum, © Urban Comics (couverture).

Source : Grant Morrison et David McKean, 2014, Arkham Asylum, © Urban Comics (couverture).

« La verticalité de Gotham procure vertige et obscurité. Les buildings […] ne parviennent pas à illuminer la ville : ils accentuent paradoxalement les coins sombres, multipliant les allées et les ruelles, alambiquant la ville en un dédale de malfrats et de personnalités dysfonctionnelles. La verticalité de Gotham accentue l’étroitesse de ses rues, la sensation, d’être pris entre les murs, emprisonnés dans une ville criminogène. Comme l’a dit Frank Miller, si Métropolis est une New York diurne, Gotham City en est le pendant nocturne » [5]. Elle est devenue le négatif de Métropolis : elle puise autant dans l’imaginaire d’un urbain dégradé, d’une ville chaos engendrant les miasmes qui la polluent, que dans des villes réelles, dont les dessinateurs successifs et les scénaristes se sont inspirés, comme Chicago.

Source : Frank Miller, 2012, Batman: The Dark Knight Returns, © Urban Comics.

Source : Frank Miller, 2012, Batman: The Dark Knight Returns, © Urban Comics.

« De l’urbaphobie à l’urbaphilie s’égraine tout un gradient de représentations faisant en quelque sorte de chaque comic book une fractale de l’urbain. De ce riche éventail Gotham et Métropolis semblent être les bornes, esquissant deux idées contradictoires (et pourtant souvent concomitante) d’un paysage urbain en constante évolution » [6]. Proportionnellement, la ville est aussi un pôle de banditisme, d’autant plus que l’imaginaire de la ville noire que délivrent certains des comics évoqués fait écho aux topoi de la ville babylonienne. La ville des comics se présente aussi comme un antimonde [7], un espace de trafic, de perdition, bref, un espace illégitime : elle donne à voir ce qu’habituellement on cache. La ville est au cœur d’une vie souterraine et interlope, espace de trafics, de violences et de perdition où le super-héros, aux pouvoirs surnaturelles, apparaît comme un Messie libérateur, réutilisant et se réappropriant les codes, les normes et les espaces symboliques de la culture américaine.

 


[1] Voir notamment le billet : Bénédicte Tratnjek, 2014, « Qui a peur de la bande dessinée ? “Mauvais genre” et enseignement », carnet de recherche Sciences Dessinées, 1è mars 2014.

[2] Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[3] « L’université de Chicago a donné naissance à plusieurs « écoles » dans les domaines les plus divers : sociologie, architecture, économie… Dès sa création, en 1892, elle avait été conçue par ses fondateurs pour devenir une institution de grande envergure qui accorderait une place importante à la recherche, s’ouvrirait sur le monde non académique et contribuerait scientifiquement au traitement des problèmes de société. D’emblée, la sociologie y fut présente et bénéficia d’un statut comparable à celui des autres disciplines. Née au sein du département d’anthropologie et de sociologie, l’école dite de l’« écologie urbaine » a connu son apogée au cours des décennies 1920-1930. A la suite des travaux empiriques entrepris par l’anthropologue William Thomas dès avant la Première Guerre mondiale, des sociologues (Robert Park, Louis Wirth, Roderick McKenzie…) et des géographes (en particulier Ernest Burgess) se sont attachés à décrire et à comprendre les changements sociaux et culturels considérables qui accompagnaient la spectaculaire croissance des villes américaines, et en tout premier lieu de Chicago.

Simple bourgade en 1830, la ville de Chicago comptait déjà plus de 1 million d’habitants en 1890 et plus de 3 millions dès la fin des années 1920. Nourrie de flux d’immigration abondants et diversifiés – notamment en provenance de l’Europe –, cette urbanisation rapide s’opérait sur fond de déracinements multiples, d’extrême hétérogénéité sociale et culturelle, de déstabilisation et de réorganisation permanente des activités, des statuts sociaux et des mentalités. Chicago devint ainsi le lieu emblématique de la confrontation des origines et des cultures, ainsi que le symbole même de la délinquance et de la criminalité organisée. Pour les sociologues de son université, elle représentait un terrain d’observation privilégié ou, mieux encore, pour reprendre le mot de Park, un véritable « laboratoire social » » (Isaac Joseph et Yves Grafmeyer, 2004 (réédition), « Avant-propos », L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, recueils de texte traduits et commentés, Flammarion, collection Champs Essais, Paris, pp. I-II.

A ce propos, voir notamment :

  • Une présentation rapide : « L’école de Chicago », site Projet BaSES.
  • Les textes de l’Ecole de l’écologie urbaine de Chicago : Isaac Joseph et Yves Grafmeyer, 2004 (réédition), « Avant-propos », L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, recueils de texte traduits et commentés, Flammarion, collection Champs Essais, Paris.
  • Alain Coulon, 2002, L’École de Chicago, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?, Paris.
  • A propos des différentes écoles de Chicago : Série d’émissions « Les écoles de Chicago », Nouveaux chemins de la connaissance, France Culture, juin 2013 : 1/ Leo Strauss (24 juin 2013) ; 2/ Le néolibéralisme américain (25 juin 2013) ; 3/ Allan Bloom (26 juin 2013) ; 4/ Naissance de la sociologie américaine (27 juin 2013).

[4] Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[5] Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[6] Aymeric Landot, 2013, « De Métropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée », carnet de recherches Sciences Dessinées, 13 octobre 2013.

[7] Le géographe Roger Brunet définit l’antimonde comme la « partie du monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable » (Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, 1992, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, La Documentation française/Reclus, Paris/Montpellier, p. 35). Voir une biblio/sitographie : Bénédicte Tratnjek, 2012, « Géographie de l’antimonde : bibliographie/sitographie », blog Géographie de la ville en guerre, 22 octobre 2012.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *