Série “Café géo Ville et BD” (8) : Les Cités obscures : ville-personnage et espace de narration

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Il fait suite au billet « La ville d’Eisner, une géographie sensible : banalité, absurdité et drames solitaires« . Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

  

Les Cités obscures (François Schuiten et Benoît Peeters) :
ville-personnage et espace de narration

Aymeric Landot poursuit la réflexion en « affrontant » l’une des œuvres majeures de la question des liens ville/bande dessinée : Les Cités obscures, la série de François Schuiten et Benoît Peeters [1]. La vision de la ville dans la bande dessinée d’Eisner entre en complète opposition avec celle des Cités obscures. Les villes de Schuiten et Peeters sont des entités autonomes autarciques, même si elles n’ont pas de rempart : territoires uniques et sans trame territoriale autour. La ville des Cités obscures est solitaire, repliée sur elle-même. L’accumulation des récits forme la trame de la terre des cités obscures. Jamais dans aucun des tomes n’est proposée une vision globale du territoire des cités obscures. Seule la carte réalisée par l’IGN pour le tome 2 de La Frontière invisible (qui met en scène, pour personnage principal, un cartographe) permettra,  a posteriori, de « fixer » le monde. Depuis, des cartes sont proposées, réalisées à partir de la carte de l’IGN, mais celles-ci n’ont pas été pensées, dans l’œuvre, « en amont ».

Carte des Cités Obscures © Peeters et Schuiten

Carte du monde des Cités obscures (François Schuiten et Benoît Peeters)
Source : site Urbicande.

Les villes de Schuiten et Peeters ont pourtant des caractéristiques extrêmement marquées, exploitées par le récit – une image de la ville complexe. Le modèle pris ici est celui de la cité antique : la Cité [2], dans chaque tome, est un personnage à part entière, au caractère spécifique et aux évolutions soudaines. Le récit, quel qu’il soit, est aussi un prétexte à la mise en scène de la ville : on suit bien un protagoniste, on a beau être attaché à la trame narrative d’un récit, la monstration de chaque ville est au cœur de la démarche des auteurs. La découverte de la ville est renforcée par la dynamique propre à la série : un univers parallèle, une sorte de futur antérieur, il n’y a pas de frontière nette entre l’utopie et la dystopie, et très souvent la limite dépend du point de vue que l’on adopte. Les récits présentent des évolutions urbaines – la ville dans son progrès ou, à l’inverse, une nouvelle Babylone. Au final, chaque pièce du puzzle a une signification particulière, mais le puzzle est inachevé, ouvert. Chaque ville développe des problématiques urbaines spécifiques : la patrimonialisation, la course au progrès, l’extension urbaine…

On est loin de la ville de Will Eisner, et bien plus proche d’une réflexion globale sur l’urbain. Au contraire de Will Eisner, il y a, chez François Schuiten et Benoît Peeters, une réflexion sur la ville en soi, sur ce qu’elle engendre. Autrement dit, il y a une réflexion véritablement urbanistique, au-delà du récit : la ville face à la modernité, l’enjeu de la modernisation des villes anciennes et la question de la patrimonialisation. C’est le cas de Brüsel où le récit développe parallèlement l’histoire d’un jeune fleuriste souhaitant remplacer ses fleurs par des fleurs en plastique et les tentatives du comité municipal pour transformer la ville. Mais cette transformation est loin d’être positive : la rénovation urbaine engendre la spéculation, la faillite, la destruction du patrimoine, révélant l’ubris pour des projets démesurés et finalement impossible.

Source : François Schuiten et Benoit Peeters, 1992, Brüsel, © Casterman (couverture).

Source : François Schuiten et Benoit Peeters, 1992, Brüsel, © Casterman (couverture).

Dans La fièvre d’Urbicande, l’architecte général Robick prétend arrêter l’évolution de la ville, tout calibrer et ordonner selon son plan. Or, la ville vit en même temps que la BD, et puisque cette dernière échappe aux auteurs, Robick se heurte sans surprise à l’organe de pouvoir de la ville et à un cube métaphysique à la croissance illimitée et que tous les calculs de l’urbatecte d’Urbicante seront impuissants à juguler.

La série tout entière est conçue comme histoire et comme propos sur les possibilités de la narration. Chaque ville est une décalcomanie de villes belles et bien réelles. Chaque déclinaison est l’occasion d’exposer un problème urbanistique. Ainsi, Les mystères de Pâhry, récit inachevé, montre une capitale, dont l’architecture haussmannienne cache une autre ville dans ses murs. La thématique d’une ville dédoublée, allant de la ville cachée à la ville souterraine, de la ville germe d’une autre ville à la ville duplice, est récurrente dans Les Cités obscures. Ainsi Samaris (Les Murailles de Samaris) est-elle est une ville factice, tandis que L’Etrange Cas du Docteur Abraham présente le Centre Georges Pompidou comme une excroissance hallucinée d’un esprit malade. D’autres villes peuplent Les Cités Obscures : La Tour représente une ville absolue, verticale ; Brüsel copie la capitale de l’Union Européenne qui rêve d’être Londres ou Paris, mais captive entre modernité et tradition.

Les Cités obscures n’apportent pas une vision de la ville, ne la condamnent ni ne l’identifient au progrès. Elles mettent en lumière, un peu comme une fable ou plutôt comme un conte philosophique, les enjeux, les problèmes, les questions que la ville nous pose. Emblème de modernité et mortifère par bien des côtés, pollueuse mais en incessante construction, gigantesque ou divisée, les villes de Schuiten et Peeters sont riches et complexes : elles sont à l’image de l’humanité qui les peuple. François Schuiten et Benoît Peeters enracinent leurs récits dans des problématiques urbanistiques, révélant au passage les enjeux profondément humains, au sens de sciences humaines, que soulève la ville.

 


[1] Voir notamment le site des Cités obscures : Urbicande.

Voir également les enregistrements de la journée d’études Ville et bande dessinée du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013, et notamment :

  • Elsa Caboche : « Figures de cités doubles dans Les villes invisibles de Calvino et Les cités obscures de Schuiten et Peeters »,
  • « Entretien avec Benoît Peeters ».

Pour aller plus loin, voir la sélection de ressources sur Les Cités obscures proposée sur le carnet de recherches du Laboratoire junior Sciences Dessinées.

[2] Voir, à ce propos, l’enregistrement audio du grand entretien avec Benoît Peeters lors de la journée d’études Ville et bande dessinée du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013. Après une très enrichissante communication sur les liens « ville et bande dessinée », Benoît Peeters a été interrogé par Aymeric Landot, Tristan Martine et Bénédicte Tratnjek. Dans la deuxième partie de l’entretien, il a ainsi évoqué le choix du terme « Cités » pour nommer la série des Cités obscures.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/03/2014

    […] fait suite au billet “Les Cités obscures : ville-personnage et espace de narration“ et précède le billet ”La ville dans le manga, entre urbaphilie et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *