La représentation de la nature dans les mangas (1) : quelques pistes de réflexion pour introduction

Nature_BandeDessineeLa préparation de notre journée d’études du 17 avril 2014 avec comme grand invité Etienne Davodeau sur « Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée » est l’occasion de proposer cette série de billets sur la représentation de la nature dans les mangas. Si nous avons eu l’occasion d’explorer la représentation de la ville dans les mangas à travers trois billets (1/La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie, 2/ La ville dans les mangas (suite) : une forte représentation de l’espace urbain comme laboratoire de la coprésence, 3/ La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégiens et des lycéens) à travers la dimension spatiale, ce n’est qu’un prisme qui ne rend compte que partiellement de la richesse des représentations spatiales dans les mangas, et les espaces représentés y sont bien plus nombreux. L’occasion d’explorer ici quelques pistes de réflexion pour une appréhension de la représentation de la nature dans les mangas. Bien d’autres pistes seront explorées, davantage dans les détails et avec plus d’analyse, lors de notre journée d’études du 17 avril, notamment avec l’intervention de Frédéric Ducarme sur la nature dans le célèbre Dragon Ball (c’est la raison pour laquelle on n’abordera pas ce manga dans cette série de billets, en vous invitant à venir écouter notre journée d’études).

L'homme qui marche Jiro Taniguchi

L’homme qui marche
Jiro Taniguchi

La représentation de la nature dans les mangas confronte le lecteur à plusieurs grandes thématiques : la nature en ville, les espaces ruraux et la montagne sont des dispositifs spatiaux particulièrement mobilisés dans les mangas. Tout d’abord, certains espaces sont particulièrement favorables à des récits imaginaires : par exemple, « les mondes souterrains exercent sur les hommes une fascination superstitieuse depuis les mythologies antiques et l’image des enfers qu’elles ont définie à travers les lieux ténébreux, tout à la fois royaume des morts et décor d’aventures extraordinaires et tragiques (L’Odyssée d’Homère, L’Énéide de Virgile, la légende d’Orphée contée dans Les Métamorphoses d’Ovide, l’un des héroïques Travaux d’Hercule qui l’oblige à descendre aux Enfers…) » [1]. La montagne a souvent été associée à des symboliques mythiques ou religieuses : elle est à la fois l’espace de vie de divinités (notamment l’Olympe de la mythologie grecque) ou de créatures fantastiques (le yéti par exemple). La représentation des espaces naturels dans les mangas se prête ainsi à la représentation d’histoires mêlant le fantastique au récit.

De plus, cette prégnance des paysages de nature dans les mangas est la traduction dessinée de la place de la nature dans les territoires du quotidien, telle qu’en témoignent (avec justesse ou exagération) les mangakas. Représenter l’espace dans la bande dessinée n’est pas « neutre » : qu’il s’agisse d’espaces fictifs (tels que les villes post-apocalyptiques) ou d’espaces réalistes, l’espace dessiné est une traduction de la place de la nature dans l’imaginaire spatial des auteurs tel qu’ils le donnent à voir aux lecteurs. Ainsi, par les pratiques spatiales des personnages dessinés, le lecteur est confronté à l’habiter de ces derniers : les personnages se déplacent, s’ancrent dans des territoires, perçoivent et pratiquent l’espace en fonction de leurs propres représentations spatiales, de contraintes spatiales inhérentes à leur lieu de vie, à leur espace de travail ou encore à leur statut social, s’ancrent dans des territoires du quotidien ou mobilisent leur capital spatial pour le contourner et le dépasser… La nature dans le manga est alors à la fois un espace-décor (une « scène » où se déploie la narration : le lecteur découvre, par exemple, la place de la nature en ville dans de nombreux mangas mettant en scène le quotidien de personnages dans les villes japonaises, tels que Card Captor Sakura du studio Clamp ou Bleach de Tite Kubo, sans que ce paysage ne prenne place dans l’histoire) et un espace-support (c’est-à-dire un espace sans lequel l’histoire ne pourrait être la même, tels que Le sommet des Dieux de Jiro Taniguchi où la montagne fait l’histoire, ou encore Ranma 1/2 de Rumiko Takahashi où la présence de l’eau dans la ville stimule de nombreux gags et de nombreux scénarios). 

Bien plus qu’un « particularisme nippon » bien souvent (rapidement) avancé pour expliquer la symbolique des représentations de l’espace (notamment pour les espaces domestiques et les paysages naturels) dans les mangas (et plus généralement dans le cinéma, le cinéma d’animation et les anime japonais), la représentation de la nature met en scène les « paysages du quotidien » des personnages. Les œuvres de Jiro Taniguchi en sont un exemple emblématique : qu’il s’agisse de la nature en ville ou de la montagne, les paysages de nature sont à la fois mis au service de la narration (en tant qu’espaces-décors) et au cœur de la narration (par la contemplation notamment des personnages). Ce sont bien davantage les pratiques spatiales des personnages (qu’il s’agisse d’une errance ou d’un déplacement marqué par la vitesse, d’un voyage ou d’une mobilité quotidienne) qu’une symbolique des lieux auxquels sont confrontés les lecteurs [2]. La nature dessinée dans le manga, qu’elle s’ancre dans des mondes imaginaires (comme dans Naruto) ou dans des espaces réalistes (comme dans l’œuvre de Jiro Taniguchi), met en scène l’imaginaire spatial des auteurs tels qu’ils perçoivent, vivent, pratiquent leurs espaces du quotidien, et les traduisent dans leurs œuvres (de fiction ou de non-fiction).

Il faut, en effet, noter l’importance des héritages dans cette place qu’occupent les paysages de nature dans les mangas. La représentation de la nature est très présente dans les estampes japonaises [3]. Le paysage tient, en effet, une place importante dans toutes les représentations picturales, et le manga va, en partie, hériter de la place de cette représentation du paysage. Le travail du célèbre Katsushika Hokusai [4] fait, par exemple, du paysage un sujet : les Trente six vues du mont Fuji (que l’on date des années 1830), certainement son œuvre la plus célèbre, fait une grande place non seulement au paysage de montagne (le mont Fuji étant le sujet de ses Trente six vues), mais aussi à l’espace rural et au travail agricole, ou encore à la mer comme espace de menace (avec la célèbre première vue : Sous la vague au large de Kanagawa). Pendant longtemps, la peinture et les estampes japonaises puiseront leur technique et leur inspiration en Chine, où la représentation des paysages naturels est très importante. Plus récemment, les influences de l’art occidental dans le manga [5] inscrivent également cette mise en valeur de la représentation des paysages « naturels ». Le manga, s’il s’est fortement émancipé des héritages de l’estampe, laisse toujours une place importante (à des degrés différents d’un genre ou d’un auteur à l’autre) à cette représentations des paysages de nature.

Le paysage est, en effet, la dimension sensible de l’espace, et sa représentation permet aux auteurs non seulement de situer leur histoire, mais bien plus encore de lui donner du sens. La question de la représentation de la nature dans le manga est donc complexe et riche : cette série de billets ne prétend pas à l’exhaustivité, mais vise à poser quelques pistes de réflexion qui mériteraient d’être approfondies par la suite. Cette série de billets est proposée ici comme introduction à notre journée d’études « Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée » du 17 avril 2014.

 

Les billets de la série « La représentation de la nature dans les mangas » :

  1. Quelques pistes de réflexion pour introduction
  2. La nature en ville dans les mangas
  3. Les espaces ruraux dans les mangas
  4. La montagne, espace du dépassement de soi, dans les mangas
  5. La nature comme menace

 


[1] Nicolas Tellop, 2012, « Souterrain », Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, décembre 2012.

[2] On se reportera notamment au compte-rendu de l’intervention d’Emmanuel Trouillard sur la géographie miyazakienne, qui précise combien il serait contre-productif « de voir en Miyazaki un auteur essentiellement japonais, en négligeant les faits majeurs et distinctifs que sont l’ouverture de son œuvre à la culture occidentale, ainsi que la forte capaccité de diffusion de celle-ci en dehors de sa culture d’origine ; cela n’équivaut pas, bien entendu, à nier la nationalité, ni la culture de Miyazaki, mais seulement à ne pas choisir  a priori nos axes interprétatifs en fonction de cette donnée » (Emmanuel Trouillard, 2011, « Géographie animée : l’imaginaire spatial d’Hayao Miyazaki », compte-rendu de la présentation du 11 mai 2011, séminaire Géographie, arts et littérature, ENS-Ulm.

[3] A propos des estampes japonaises, voir notamment l’exposition virtuelle L’estampe japonaise. Images d’un monde éphémère (BnF).

[4] A ce propos, voir notamment : Jocelyn Bouquillard, « L’avènement de l’estampe de paysage au XIXe siècle : Hokusai », site de l’exposition virtuelle L’estampe japonaise. Images d’un monde éphémère (BnF).

[5] A ce propos voir :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 25/03/2014

    […] Lire la suite sur le Carnet. […]

  2. 02/12/2014

    […] Et ces films sont interprétés quasi unanimement comme étant en quelque sorte des odes à l'écologie, à la nature. Cela est totalement faux: les films de Hayao Miyazaki ne célèbrent nullement la nature, mais la religion shintoïste, ce qui est bien entendu très différent. Tous ses films débordent de références aux divinités du shintoïsme. Le shintoïsme est la religion hégémonique au Japon avec le bouddhisme; en fait, à peu près 85% des gens au Japon se revendiquent des deux religions en même temps. Les films de Hayao Miyazaki s'appuient en fait également sur ces deux religions. La représentation de la nature dans les mangas (1) : quelques pistes de réflexion pour introductio…. […]

  3. 29/04/2016

    […] Tratnjek, 2014, « La représentation de la nature dans les mangas (1) : quelques pistes de réflexion pour introducti…», carnet de recherches Sciences Dessinées, 22 mars 2014, en ligne : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *