Qui a peur de la bande dessinée ? « Mauvais genre » et enseignement

Ces dernières semaines, la lettre-circulaire du 11 février 2014 d’une inspectrice de l’académie de Limoges, Marie-France Nys (IA-IPR vie scolaire), a fait réagir un collectif d’universitaires, de chercheurs et d’auteurs de bande dessinée, qui dénoncent un acte de censure. La circulaire vise à la fois un ouvrage, L’Art de la bande dessinée (Pascal Ory, Laurent Martin et Jean-Pierre Mercier (dir.), Citadelles & Mazenod, 2012, 592 p.), et l’ensemble des bandes dessinées et mangas, de plus en plus présents dans les CDI (bibliothèques des établissements scolaires dans le secondaire). Si de nombreuses ressources pédagogiques sont proposées par des enseignants ou par des institutions dépendant de l’Education nationale sont accessibles en ligne et permettent d’utiliser la bande dessinée en classe et si la réflexion sur la bande dessinée en classe est ancienne et prolifique, il semble que, dans de nombreux esprits, la bande dessinée ait gardé son statut de « mauvais genre ». La circulaire de Marie-France Nys propose ainsi : « de feuilleter avec la plus grande attention toutes BD et mangas destinés au CDI« . L’ouvrage L’Art de la bande dessinée propose justement d’explorer l’évolution de la bande dessinée dans la société, et sa lente acceptation comme Art. On peut tout de même s’étonner que cet ouvrage soit ainsi visé : il s’agit d’un ouvrage d’art, dont le prix doit rebuter bien plus d’un CDI, pour des raisons de budget disponible, et les pages du chapitre « Mauvais genre » ne doivent pas être accessibles à tant de collégiens via leur établissement scolaire…. C’est avant tout la seconde partie de la lettre-circulaire qui peut faire réagir, puisqu’elle correspond aux acquisitions effectives des CDI. Alors que l’ouvrage L’Art de la bande dessinée est un nouveau pas vers la reconnaissance du Neuvième Art, l’image du « mauvais genre » perdure.

Parallèlement, des revues reconnues pour leur qualité scientifique ont émergé, telle que Comicalités qui impose la bande dessinée comme un objet scientifique à part entière. Les travaux de recherche sont très nombreux, comme en rendaient compte le carnet de recherche Les carnets de la bande dessinée, et comme en rend compte désormais le Carnet de Comicalités qui a pris la suite. Des pages « bande dessinée » sont ouvertes sur les très sérieux sites de musées et mémoriaux pour permettre à tous d’explorer l’histoire et la mémoire à travers ces témoignages (fictifs ou non) dessinés. Les enseignants sont eux aussi de plus en plus nombreux à explorer la bande dessinée, par-delà les apprentissages de la lecture, dans toutes les disciplines. Pour ne donner qu’un exemple, en histoire, la bande dessinée est reconnue pour son utilisation pédagogique, que ce soit autour de l’Antiquité (avec notamment Alix), la Première Guerre mondiale (voir le texte de Vinvent Marie : « La Grande Guerre au miroir de la bande dessinée« ), la Shoah (voir un article présentant l’enseignement de l’Holocauste par la bande dessinée en Pologne), les évolutions de l’espace yougoslave avant/pendant/après les guerres de décomposition de la Yougoslavie… Littérature et bande dessinée, sciences « dures » et bande dessinée, histoire et bande dessinée, géographie et bande dessinée, sociologie et bande dessinée, philosophie et bande dessinée, traduction et bande dessinée… sont également autant de thèmes qui ont amené à la création de ce Laboratoire junior Sciences Dessinées, qui prépare pour juin 2014 une journée d’études « Enseignement et bande dessinée ». C’est dire si nous sommes convaincus de la place de la bande dessinée dans l’enseignement (et pas seulement dans l’enseignement supérieur), non seulement comme un « outil » qui permet de « passer » des connaissances aux élèves, mais aussi et avant tout comme une ressource, un témoignage, un récit sur l’histoire, la sociologie, la philosophie, la géographie… et enfin comme un Art à part entière.

Dans son article de janvier 2013 « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée » pour le Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée (dictionnaire en ligne, site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image), Nicolas Rouvière consacre une première partie à la « difficile intégration scolaire de la bande dessinée« . Il rappelle combien le statut de « mauvais genre » a perduré dans l’éducation nationale, qui a longtemps stigmatisé la bande dessinée :

« Le rejet des éducateurs catholiques et laïcs s’exprime dès 1907, lorsque la bande dessinée devient presque exclusivement un matériau des publications de presse destinées à la jeunesse. Leur argumentaire, où se mêlent considérations esthétiques, psychologiques et morales, ne variera guère jusqu’aux années 1960 : le médium est stigmatisé pour la pauvreté du texte, pour la teneur grotesque et caricaturale des illustrations, pour son contenu pulsionnel et violent, sans oublier le pouvoir séducteur de l’image (qui encouragerait l’affabulation) et même l’inintelligibilité même de la narration verbo-iconique. Les rapports de la Commission de surveillance sur les publications destinées à la jeunesse, instituée dans le sillage de la loi du 16 juillet 1949, constituent, après-guerre, en France, l’une des formalisations les plus abouties de ce discours de réaction. » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013).

Pourtant, le tournant vers la reconnaissance de la bande dessinée dans l’éducation nationale est ancien. Nicolas Rouvière le date ainsi des années 1970, depuis la parution de l’ouvrage d’Antoine Roux : La Bande dessinée peut être éducative. Si ce « retournement » a été progressif et long, les sites de l’Education nationale eux-mêmes accueillent aujourd’hui de très nombreuses ressources pédagogiques explorant la bande dessinée, tandis que de nombreux événements et parutions scientifiques continuent d’explorer les liens entre bande dessinée et enseignement. Les CDI eux-mêmes proposent de plus en plus de réflexions et pistes pédagogiques (les enseignants-documentalistes sachant, tout de même, très bien sélectionner par eux-mêmes des bandes dessinées qui ne soient pas érotiques ou des mangas qui ne soient pas des hentai, pour les établissements scolaires ! Il ne s’agit nullement de défendre que toutes les bandes dessinées ont leur place dans un CDI), comme en témoigne par exemple l’excellente initiative de Mme Roméas (professeur documentaliste, CDI -SEP Chaplin, Décines Charpieu) qui consacre une partie du site du CDI – SEP Chaplin à la bande dessinée, avec une sélection de bandes dessinées, de ressources pédagogiques, de ressources bibliographiques… Une initiative loin d’être isolée, qui témoigne de la vitalité de la bande dessinée dans l’enseignement et de ce « retournement » qu’analyse Nicolas Rouvière :

« Une toute autre histoire des liens entre bande dessinée et enseignement commence en 1970, lorsque paraît en France aux Éditions de l’Ecole le livre pionnier d’Antoine Roux : La Bande dessinée peut être éducative. Ce retournement, préparé par la révolution culturelle de 1968 et l’acculturation à la BD d’une nouvelle génération d’enseignants, s’explique aussi parce qu’aux yeux des milieux conservateurs, la bande dessinée apparaît désormais comme un moindre mal face à un péril jugé plus dangereux encore : la télévision. La création du festival d’Angoulême, en 1974, rend enfin légitime, en 1977, la tenue à la Roque d’Anthéron du premier colloque international « Bande dessinée et éducation », bientôt suivi d’une seconde édition en 1979. Tous deux donneront lieu à la publication d’Actes : Lecture et bande dessinée (Edisud, 1977) puis Histoire et bande dessinée (Objectif Promo Durance, 1979). » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013).

gotlibDans les années 1980-1990, la reconnaissance dans l’Education nationale de la bande dessinée, à la fois comme art et comme outil pédagogique, va s’accélérer. « L’année 1996 est marquée par l’apparition d’une rubrique « bande dessinée » dans les documents d’accompagnement des programmes pour le collège, avec 80 titres recommandés, de la 6ème à la 3ème. En 2002, le médium est également inscrit dans la liste de référence des œuvres de littérature de jeunesse pour le cycle 3 de l’école élémentaire. L’année 2008 marque, quant à elle, l’officialisation d’un nouvel enseignement, celui de l’histoire des arts » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013). Des ouvrages proposant des exploitations pédagogiques (notamment ceux de la collection « La BD de case en classe » : voir nos bibliographies thématiques consacrées à l’enseignement).

Néanmoins, Nicolas Rouvière, un an avant la lettre-circulaire de Marie-France Nys, alerte contre « une intégration en trompe-l’oeil » de la bande dessinée dans l’Education nationale. Il pointe d’une part la toujours difficile légitimation de la bande dessinée dans la société qui conduit à une méconnaissance d’une partie des parents et des enseignants qui la perçoivent toujours comme un « divertissement » (qui n’aurait donc pas sa place dans les classes), voire comme ce « mauvais genre » qui reste collé à la peau de la bande dessinée ; d’autre part le fait que la bande dessinée reste « encore utilisée le plus souvent pour enseigner autre chose qu’elle-même » (Nicolas Rouvière, 2013, « Enseignement (1) : enseigner avec la bande dessinée« , Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, janvier 2013).

La consultation d’un forum d’enseignants (un forum n’étant jamais représentatif que de ces usagers et non de toute une profession) discutant de cette lettre-circulaire montre bien combien deux points de vue se confrontent, de manière assez radicale : les uns dénonçant une censure contre la bande dessinée à l’école, les autres légitimant que celle-ci n’y a pas sa place (le débat a rapidement tourné autour de l’éducation aux médias et de la place de la télévision, notamment de la chaîne Gulli : il est intéressant de noter combien la bande dessinée et la télévision sont ici associées pour la violence de certaines de leurs images : c’est toute la question des « mauvais genres » qui est ainsi réactivée, ce qui n’est pas sans rappeler les débats des années 1980-1990 lors de l’introduction des mangas en France). Sur ce forum, on peut lire un utilisateur affirmant qu’il faudrait renforcer loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse (il s’agit d’un avis, pas de l’avis de tous). Parallèlement, d’autres réactions ont défendu fortement la place de la bande dessinée, telles celle des co-secrétaires du syndicat SNES-FSU de Limoges Patrice Arnoux et Marianne Corrèze dans une lettre ouverte au recteur de l’Académie de Limoges, qui insistent sur la parfaite maîtrise des enseignants-documentalistes des différentes bandes dessinées qu’ils mettent à disposition des élèves dans leurs établissements. On voit ici la profonde dichotomie qui existe dans l’Education nationale face à la bande dessinée, entre deux positions radicalement opposées (dichotomie qui semble bien dépasser la seule question de la bande dessinée et reposer sur des débats sur les contenus de l’enseignement).

On y retrouve parfaitement l’argument de Nicolas Rouvière : la difficile quête de légitimation de la bande dessinée dans notre société pèse bien sur les représentations de tous, enseignants compris. Les commentaires suite à un article paru dans le journal Sud-Ouest sur la lettre-circulaire de Marie-France Nys (là encore – peut-être plus encore -, les commentaires sont loin d’être représentatifs de tout un lectorat !) opposent aussi deux points de vue qui semblent ne pouvoir discuter ensemble : « BD et mangas n’ont rien à faire dans un CDI ! » Le « mauvais genre » reste bien ancré dans certains esprits. A l’opposé, un lecteur répond à ce commentaire : « Pourquoi donc ? Ce sont des lectures comme d’autres. (Et merci de ne pas me sortir une pseudo violence du manga, ce serait une non-connaissance totale du sujet). » Comme l’écrit Xavier Guilbert (et bien d’autres), la légitimation de la bande dessinée reste « en devenir » : « L’appellation de « neuvième art », qui place depuis plus de quarante ans la bande dessinée au sein de l’auguste énumération, pourrait laisser croire à une reconnaissance accomplie. Las, non seulement l’inscription de nouvelles disciplines au panthéon des arts s’accompagne d’une interrogation grandissante quant à leur véritable valeur, mais il faut de plus se rendre à l’évidence que cette expression est bien moins répandue que l’on semble le croire. […] Alors que l’on célèbre toujours ses performances économiques au sein d’une édition en berne, la bande dessinée a rajouté ces dernières années de nouvelles cordes à son arc, investissant les salles de ventes où les originaux se négocient au prix fort, et s’affirmant comme pépinière de talents et d’histoires pour le cinéma. Ainsi, la bande dessinée a désormais pris sa place (aussi réduite soit-elle) dans le discours de la presse la plus généraliste : santé du secteur et chiffres de vente, adaptations diverses et produits dérivés, auteurs en vue et festivals populaires – mais en réalité, il s’agit plus de parler autour de la bande dessinée, que de l’aborder pour elle-même. En définitive, la question de la reconnaissance culturelle de la bande dessinée repose sur cet enjeu des plus simples : réussir à faire parler d’elle, non plus seulement comme un produit, mais bien comme une œuvre » (Xavier Guilbert, 2011, « La légitimation en devenir de la bande dessinée« , Comicalités, rubrique Médiatiques, paragraphes 95 et 98). Cette lettre-circulaire nous paraît révélatrice de ce « combat » encore à mener.


Note importante :
Je signe ce texte de mon nom, il n’engage nullement tous les membres du Laboratoire junior Sciences Dessinées. Bénédicte Tratnjek.

 

Pour aller plus loin :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. ? dit :

    Je me permets de trouver aussi juste de condamner avec la dernière fermeté la mention stupide de L’Art de la bande dessinée qu’assez excessif de surinterpréter à ce point la deuxième partie de cet extrait de la circulaire, qui appelle seulement un regain d’attention et ne conteste apparemment pas la place de la bande dessinée dans les CDI. Marie-France Nys part sans doute du constat que bande dessinées et mangas sont acquises par les CDI avec plus de négligence que d’autres ouvrages, peut-être en raison d’une certaine inculture relativement au 9ème art, ce qui effectivement légitimerait cet appel à la révision attentive des acquisitions dans ce domaine, ce qui ne paraîtra ridicule à aucune personne jetant un oeil sur les œuvres proposées aux collégiens et lycéens, dont le défaut n’est pas tant la représentation crue de la violence ou de la sexualité, que souvent une platitude voire une bêtise qui n’est pas moins malsaine. C’est en fait là le principal geste de mépris qu’un documentaliste puisse commettre à l’égard de la bande dessinée : la considérant avant tout comme un divertissement, acquérir Les Nombrils alors qu’il considérerait comme un outrage d’acheter un volume de la saga Twilight, ou quelques opus de One Piece (les 1, 2 et 64, pour prendre l’exemple d’un CDI que je connais) sans se rendre compte qu’il s’agit d’une histoire complète, et que cette acquisition est aussi ridicule que celle d’un deuxième volume des Frères Karamazov sans celle du premier.

    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Le propos du billet est davantage de présenter le débat en cours. A défaut d’avoir trouvé (malgré des recherches, mais il n’est pas toujours facile de tout trouver sur Internet) la réaction de l’académie de Limoges explicitant le fond de cette partie, je n’ai pu présenté que les éléments avancés dans la lettre ouverte qui répondait à cette lettre-circulaire, et des commentaires glanés où le débat a pris forme sur Internet. Comme je l’ai signalé systématiquement, il ne s’agit pas d’échantillons représentatifs. Si ce n’est que ces réactions posent la question de l’intégration de la bande dessinée dans l’éducation nationale (ce que le billet reprend longuement, à partir de l’article de Vincent Marie qui est cité). Néanmoins, il me semble que beaucoup d’enseignants-documentalistes connaissent fort bien leur métier, j’ai vu des CDI avec des sélections forts appréciables et qui communiquent avec les enseignants pour l’acquisition de nouveaux titres, soit en lien avec les programmes (Mauss est souvent utilisé en histoire en 3ème pour ne prendre qu’un exemple devenu « classique »), soit parce qu’il y a généralement au moins un connaisseur de bandes dessinées dans toute équipe pédagogique. Cet appel à la vigilance peut tout de même posé la question de la place de la bande dessinée dans la formation des enseignants-documentalistes : appeler à la vigilance me paraît bien moins constructif que proposer des contenus complets ou des formations (je sais bien que pour le second point, la question du financement se pose), plus qu’une phrase ambiguë. Elle l’est de fait, au vu des réactions qu’elle a suscité : c’est là le point de départ d’un billet qui, bien plus que prendre parti pris – je n’écris pas qu’il s’agit de censure, en mon nom, n’ayant pas assez d’éléments portés à ma connaissance pour pouvoir juger l’intention -, propose de revenir sur la place et l’image de la bande dessinée. Le statut de « mauvais genre » persiste, et c’est ce qu’ont lus les auteurs de L’Art de la bande dessinée quand ils ont lu cette lettre-circulaire. Si l’intention n’était pas là, il n’en reste pas moins que le débat qui a suivi porte sur ce point. Je partage moins votre regard sur les acquisitions des enseignants-documentalistes : comme dans toute profession, il y a certainement plus ou moins compétents, c’est évident. Mais, beaucoup sont aussi impliqués : je pourrais vous opposer des exemples totalement opposés à celui que vous citez (bien sûr qu’il est ridicule d’acheter les tomes 1, 2 et 64 de One Piece, mais petite question : les acquisitions en littérature ne sont-elles pas, dans ce cas précis, toutes aussi « excentriques » ? est-ce vraiment le problème de la BD dans ce cas-là ou un problème plus général ? ce sont des éléments qui dépassent souvent le genre…). Et la phrase de cette lettre-circulaire reste bien ambiguë, après avoir dénoncé L’art de la bande dessinée pour ces images violentes du chapitre « Mauvais genre », l’assimilation entre le premier élément (L’art de la bande dessinée à ne pas avoir en CDI) et le second élément (être vigilants sur les choix de BD et mangas) posés côte à côte est assez « logique » dans la lecture de ceux qui ont reçu ce texte. On sait tous que quand on écrit, ceux qui nous liront ne recevrons pas nos intentions, mais seulement ce qu’ils vont interpréter de leur lecture. Quand les explications manquent, l’ambiguïté peut existe. A titre personnel, je ne pourrais être aussi affirmative que vous quant aux intentions de cette IA-IPR, je ne parlerais pas en son nom, mais me suis appuyée sur les lectures de sa lettre-circulaire, et du débat qu’elles ont soulevé. Mais je doute qu’en appelant à une vigilance dans les choix, on appelle à une meilleure intégration de la bande dessinée, cela m’a paru bien plus pointer des « risques » non pas quant à l’absurde d’une collection de One Piece incomplète, mais d’un malaise face à la bande dessinée (pour vous donner ici ma lecture d’une telle lettre-circulaire). Dans le billet, il est davantage question de l’histoire de l’intégration de la BD et surtout des réactions que cette intégration suscite. Le débat était un point de départ, puisqu’il fait de cette question une « actualité ». Parfois, des oppositions, même nées d’un malentendu, font avancer des débats ! Il me semblait surtout important de rappeler que le statut de « mauvais genre » colle bien à la bande dessinée, d’où l’idée reprise de Vincent Marie d’ « intégration en trompe-l’oeil », le développement (assez long sur la longueur totale du billet) sur l’histoire de cette intégration de la BD à l’école, et la conclusion plus générale s’appuyant sur un texte de Xavier Guilbert sur le statut de la bande dessinée dans toute la société (parce que ce débat me semblait plus révélateur de deux visions de la BD qui continuent de coexister).

  1. 25/03/2014

    […] “Qui a peur de la bande dessinée ? “Mauvais genre” et enseignement” http://labojrsd.hypotheses.org/1628  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *