Série “Café géo Ville et BD” (4) : La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégiens et des lycéens

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Ce billet fait directement suite au billet “La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie” et “La ville dans les mangas : une forte représentation de l’espace urbain comme laboratoire de la coprésence”. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

La ville dans les mangas au prisme de la géographie des âges :
les territoires des collégiens et des lycéens

Bénédicte Tratnjek poursuit l’exploration des espaces urbains tels qu’ils sont représentés dans les mangas par la présentation d’une géographie des âges : alors que l’hypercentre est davantage représenté comme l’espace des adultes, le périurbain est plus souvent l’espace de vie des enfants/adolescents. L’hypercentre tokyoïte est, en effet, fortement représenté dans un autre sous-genre à succès, le seinen, davantage destiné à un public adulte, qui met généralement en scène des personnages adultes. Leurs spatialités diffèrent de celles des personnages adolescents, et leurs pratiques spatiales sont « formatées » par l’hypermobilité et la foule. Death Note (Tsugumi Ōba et Takeshi Obata) offre un parfait exemple de cette géographie des âges telle qu’elle « formate » l’habiter et les pratiques spatiales : le lecteur y suit l’histoire de Light Yagami qui va recevoir un death note (un cahier de la mort) qui confère le pouvoir de tuer toute personne dont le nom est inscrit dans le cahier dès lors que celui qui écrit connaît le visage et le nom exact de celui qu’il veut tuer. C’est un manga qui offre de grandes réflexions philosophiques autour de la justice et de la vengeance, le personnage de Light Yagami décidant de se servir de son death note pour « juger » les criminels qui échappent à la police et à la justice. Dans les premiers tomes, Light est encore un jeune lycéen : ses pratiques spatiales sont polarisées par la vie de quartier, et exceptionnellement on le voit se rendre plus loin que ces espaces de vie « ordinaires » pour se rendre au commissariat où travaille son père. Dans le tome 3, ses pratiques spatiales vont être transformés, Light passant (avec succès) le concours d’entrée à l’Université de Tôô. De ce fait, ses territoires du quotidien s’étalent dans la ville. Suite à un très grand rebondissement dans l’histoire dans le tome 7, on retrouve Light 4 ans plus tard, alors qu’il a quitté l’université et qu’il a intégré la préfecture de police et y travaille quotidiennement. Si les pratiques spatiales de Light sont très fortement « perturbées » par la détention du death note, par le rôle de « justicier » qu’il va s’attribuer et par la présence du second personnage principal, « L », brillant enquêteur qui traque « Kira » (du surnom qu’il donne au détenteur du death note), l’agglomération tokyoïte nous est décrite par une géographie des âges : les pratiques spatiales de Light sont progressivement s’étaler et changer de pôle à mesure de son passage à l’âge adulte. De nombreux seinen, de Angel Heart à Jusqu’à ce que la mort nous sépare (Hiroshi Takashige), montrent des territoires des adultes polarisés par l’hypercentre tokyoïte.

Par la forte présence des deux sous-genres que sont le shōjo et le shōnen, les territoires des enfants et des adolescents sont particulièrement représentés dans le manga. L’espace domestique et l’espace scolaire polarisent leurs pratiques spatiales. Les territoires de l’école nous sont donnés à voir dans toute leur diversité, depuis des mangas mettant en scène l’espace scolaire « réel » jusqu’à des espaces scolaires imaginaires. Des célèbres shōjo tels que Card Captor Sakura (Studio Clamp) ou Sailor Moon (Naoko Takeuchi), qui ont tous deux contribué au renouveau du sous-genre magical girl, montrent comment des élèves (de primaire dans le premier cas et des collégiennes dans le second cas) habitent leurs territoires du quotidien. Si les héroïnes de ces deux mangas sont dotées de pouvoirs, elles n’en restent pas moins des élèves qui se déplacent quotidiennement entre la maison familiale comme espace-sanctuaire de la famille, et l’école comme espace de sociabilisation. Le parcours entre l’espace domestique et l’espace scolaire est représenté à la fois comme un territoire de l’imprévu (du fait des pouvoirs que possèdent les personnages, elles rencontrent des monstres qui viennent perturber la « norme », c’est-à-dire la tranquillité de la rue et du quartier) et un territoire « ordinaire » fortement approprié par les enfants et les adolescents. Dans les shōjo comme dans les shōnen prenant pour espace-scène le périurbain japonais, les scènes montrant les personnages courant dans la rue pour ne pas arriver en retard à l’école après un réveil difficile sont particulièrement récurrentes. La rue périurbaine nous est donnée à voir par une forte opposition avec la rue de la ville-centre marquée par la foule. Ici, la rue est le territoire des enfants et des adolescents, et l’école est au cœur de leurs pratiques spatiales. L’espace domestique, la rue et l’espace scolaire sont, en effet, souvent représentés dès les premières pages de ces mangas, situant fortement la fiction.

La rue dans le périurbain : un territoire approprié par les enfants et adolescents Source : à gauche : Clamp, Card Captor Sakura, à droite : Ranma 1/2.

La rue dans le périurbain : un territoire approprié par les enfants et adolescents
Source : à gauche : Clamp, Card Captor Sakura,
à droite : Rumiko Takahashi, Ranma 1/2.

L’espace scolaire est, le plus souvent, représenté comme un espace « ordinaire », un espace inscrit dans les quotidiennetés des enfants et des adolescents. Le lecteur découvre ainsi la salle de classe, mais aussi le couloir comme un espace de punition des élèves, et les espaces sportifs comme des parties intégrantes de l’espace scolaire. L’espace scolaire est le plus souvent un espace « ordinaire », et tout particulièrement comme un espace de forte sociabilisation. Le plus souvent, l’école est montrée comme un territoire de l’amitié, comme, par exemple, dans Bakuman (Tsugumi Oba et Takesho Obata), dans lequel les deux personnages, Moritaka Mashiro et Akito Takagi, se repèrent et se reconnaissent par leur passion commune, le manga, et s’unissent pour devenir mangakas. Mais l’école comme espace de rencontres peut également être vécu par certains personnages comme une contrainte spatiale. Le manga Code: Breaker en donne un exemple emblématique. Il met en scène Rei Ôgami, un nouvel élève venu surveiller Sakura Sakurakôji qui a découvert, par hasard, que Rei est un Code: Breaker (« celui qui n’existe pas ») travaillant pour une organisation secrète, l’Eden, pour rendre la justice là où les autorités officielles ont échoué et tué les impunis du système judiciaire légal. Toute la vie d’un Code: Breaker repose à la fois sur son anonymat et sur son absence de liens sociaux. Il est « celui qui n’existe pas ». Dès lors, l’espace scolaire va être vécu, par Rei, lors de son arrivée pour sa mission de surveillance, comme un espace de pénibilité. Progressivement, Rei va se trouver confronter à sa propre sociabilisation, alors même qu’il la rejette pour répondre à son rôle de Code: Breaker. On retrouve ce type de représentations de l’espace scolaire vécu comme un espace de sociabilisation pour des personnages atypiques, voire marginaux dans le parcours de la jeune exorciste Mana dans Bloody Prince (Mirdori Murasaki), dans celui du jeune prince des démons Kōjirō Sakura dans Crimson Prince (Souta Kuwahara)… Plus généralement, ces mangas mettent en scène l’école comme un espace où la sociabilité est fortement hiérarchisée, par le respect de l’ancienneté entre élèves et plus encore le respect des adultes. Les traductions en français des mangas se font, aujourd’hui, face au succès de la bande dessinée japonaise en France, plus précises à ce propos, insérant les suffixes qui sont accolés au noms de famille ou aux prénoms (appeler un autre élève, y compris dans la même classe, par son prénom étant un témoignage d’une forte proximité) qui symbolisent ses rapports hiérarchiques. Les élèves d’une classe supérieure sont ainsi appelés par leur nom de famille auquel est ajouté le suffixe sensei (qui désigne « celui qui était là devant moi » ou « celui qui est garant du savoir et de l’expérience »). L’école dessinée dans les mangas donne ainsi à voir ses pratiques sociales telles qu’elles s’inscrivent dans les territoires du quotidien des enfants et des adolescents.

L’espace scolaire peut également devenir le centre de l’histoire ou d’une partie de l’histoire : dans Sailor Moon, les héroïnes se retrouvent, dans le deuxième arc, confrontées à la construction d’une nouvelle école, sur un polder récemment aménagé : l’école et le polder Infini. C’est sur l’étrangeté de cette apparition d’une nouvelle école, fondée sur son élitisme, que reposera, pendant quelques tomes, l’intrigue. Cette émergence d’un espace scolaire dans l’histoire confronte le lecteur à la forte ségrégation et la forte hiérarchisation des établissements scolaires. L’école Infini est un espace scolaire destiné à la seule élite, où les meilleurs élèves ne peuvent pénétrer qu’après un concours d’admission très difficile. La hiérarchie ne se traduit pas seulement à l’intérieur d’un même espace scolaire (avec le respect de l’ancienneté et de l’expérience), mais aussi entre les établissements scolaires à l’échelle de la ville. Les espaces scolaires élitistes sont représentés par une architecture marquée par le gigantisme et le spectaculaire. Le paysage scolaire n’est alors plus celui de l’ordinarité, mais bien celui de la société sélective, et l’imposante architecture montre le prestige de l’établissement. Ainsi, l’Académie impériale dans The Gentlemen’s Alliance Cross (Arina Tanemura), l’académie Ashford dans les différentes mangas adaptés de la série de l’animé du studio Clamp Code Geass, ou l’école des clones dans Afterschool Charisma (Kumiko Suekane) sont marquées par des architectures grandioses, qui se rapprochent plus d’un paysage de château (grandes bâtisses entourées de grands jardins) que d’une école ordinaire. L’architecture scolaire traduit ici la place de l’élitisme dans la société imaginaire telle qu’elle est représentée dans ces mangas.

Les espaces scolaires sont également très présents dans des mondes imaginaires tels que ceux proposés dans Naruto, D. Gray-man (Katsura Hoshino), Blue exorcist (Kazue Kato)… Cette très forte représentation de l’école dans la ville dessine une géographie de l’enfance et l’adolescence polarisée par cet espace proche. Certains mangas mettent également en scène l’internat, comme dans Vampire Knight (Matsuri Hino), Afterschool Charisma, Gunslinger Girl (Yu Aida)… L’espace scolaire sert ici à la fois d’école et d’espace domestique (il est parfois le seul, les enfants-habitants n’ayant pas d’autre espace domestique pour une partie de ces mangas), et met en scène l’espace scolaire comme l’espace d’un entre-soi fondé sur la différence. L’Académie Cross dans Vampire Knight accueille ainsi deux types de classes : la day class pour les adolescents ordinaires, et la knight class qui suit ses cours la nuit seulement, étant uniquement composée de vampires : ce manga met en évidence la question de la gestion des mobilités des élèves dans un espace scolaire partagé (entre la day class et la knight class) qui ne peut devenir un espace de partage (par la rencontre entre les deux classes). Chaque classe dispose de son bâtiment pour l’internat, très nettement séparés par des murs ; tandis que le seul espace partagé (le bâtiment des cours) n’est jamais mis en commun. Dans Afterschool Charisma, les élèves-habitants ne sont que des clones, et dans Gunslinger Girl des petites filles robotisées entraînées pour être des tueuses à gage. Dans ces deux derniers cas, l’école est non seulement le centre de l’histoire, mais aussi elle fait l’histoire. Le manga fait alors de l’école l’espace du vécu des personnages dans l’espace, qu’il s’agisse du vécu des enseignants comme dans le célèbre Young G.T.O. puis sa suite G.T.O. (pour Great Teacher Onizuka, de Tōru Fujisawa) ou de celui des élèves comme dans Bamboo Blade (Masahiro Totsuka et Aguri Igarashi). Par les pratiques spatiales des personnages, le lecteur voit la représentation de l’espace scolaire dans la ville, jusqu’à certains mangas qui font de l’école une ville comme dans Clamp School Detectives (Studio Clamp).

La ville-école de Clamp Scool Detectives Source : Clamp, Clamp School Detectives.

La ville-école de Clamp Scool Detectives
Source : Clamp, Clamp School Detectives.

 

Billets précédents :

  1. La ville, la géographie et la bande dessinée
  2. La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie
  3. La ville dans les mangas au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégiens et des lycéens

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 02/04/2014

    […] [32] Voir notamment le billet « Série “Café géo Ville et BD” (4) : La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographi… ». […]

  2. 14/04/2014

    […] A ce propos, voir le billet : Bénédicte Tratnjek, 2014, « La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégi… », carnet de recherches Sciences Dessinées, 12 mars […]

  3. 06/04/2016

    […] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2014, « Série “Café géo Ville et BD” (3) : La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographie…« , carnet de recherche Sciences Dessinées, 12 mars […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *