Série “Café géo Ville et BD” (3) : La ville dans les mangas (suite) : une forte représentation de l’espace urbain comme laboratoire de la coprésence

CafeGeo_Ville_BandeDessineeCe texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation.

Ce billet fait directement suite au billet “Série “Café géo Ville et BD” (2) : La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie”. Voir tous les billets de la série “Café géo Ville et BD”.

 

La ville dans les mangas : une forte représentation de l’espace urbain comme laboratoire de la coprésence

Bénédicte Tratnjek souligne que, par-delà la dichotomie urbaphilie/urbaphobie qui représente des rapports extrêmes à l’urbain, par une géographie de l’émotion, la ville dessinée des mangas met surtout en scène des paysages urbains qui permettent au lecteur « occidental » de se plonger dans un habiter qu’il n’attend pas nécessairement dès lors qu’il se représente, dans son imaginaire spatial, la ville japonaise contemporaine, et tout particulièrement la mégapole tokyoïte. Dans les manuels scolaires comme dans les photographies de touristes partagées sur Internet par des réseaux sociaux, Tokyo apparaît comme la ville de la densité et de la verticalité. Si des mangas prennent effectivement scène dans l’hypercentre tokyoïte (comme par exemple City Hunter), un grand nombre d’entre eux nous « dépaysent » et représentent une autre partie de l’agglomération tokyoïte, celle des périphéries. Les mangas permettent alors de confronter le lecteur « occidental » à son propre imaginaire spatial, par la représentation de toutes les formes de l’urbain qui sont présentes dans cette agglomération. Le Tokyo périurbain est particulièrement présent dans deux sous-genres, le shōnen et le shōjo, qui sont de grands succès en librairie (non seulement par le nombre de titres proposés, mais aussi par le succès des ventes de certains titres). Dans ces deux sous-genres, la fiction est souvent élaborée par des rites initiatiques que traverse le jeune adolescent (généralement un jeune garçon dans les shōnen et une jeune fille dans les shōjo) qui grandit au fur et à mesure de ces épreuves. Pour une grande partie d’entre eux, ces adolescents vivent dans le Tokyo périurbain qui nous est donné à voir comme un espace de vie « ordinaire », loin de l’agitation de l’hypercentre. Les paysages urbains du manga Ranma 1/2 (Rumiko Takahashi) témoignent, à titre d’exemples, de cette « ordinarité » de paysages que nous n’associons pas, dans notre imaginaire spatial, à l’agglomération tokyoïte : loin de la densité et de la verticalité des espaces de l’hyper-centre, le lecteur découvre une vie de quartier, où les mobilités reposent sur la proximité, où les paysages sont marqués par l’habitat « traditionnel » ou sur de petits immeubles. Une plongée dans les espaces domestiques est souvent représentée dans les mangas : dans Ranma 1/2, on découvre autant le quartier (l’action se déroule à Nerima, dans l’arrondissement de Tokyo) que l’espace domestique (le dojo familial des Tendô, où s’installent Ranma et son père Genma Saotome). Le lecteur n’est plus, alors, dans le Tokyo de la verticalité, mais découvre différents espaces urbains. De plus, les différentes formes d’espaces domestiques sont données à voir à travers les mangas : de l’immeuble haut de l’hypercentre dans lequel vivent Ryo et Kaori les héros de City Hunter au dojo familial des Tendô dans Ranma 1/2, en passant par la pension de famille des héros de Maison Ikkoku (Rumiko Takahashi, plus connu en France sous le nom traduit pour la version animée : Juliette, je t’aime) ou la clinique Kurosaki, clinique médicale privée tenue par le père d’Ichigo, héros de Bleach, l’habitat est montré dans sa diversité, et la ville « réelle » est représentée par la multiplicité des formes urbaines japonaises. Si certains mangas sont fortement situés dans l’espace (Ryo et Kaori, dans City Hunter, vivent à Shinjuku, un quartier « chaud » de Tokyo, dont l’animation, la fête et les « dessous » donnent corps aux enquêtes et aux vengeances pour lesquels est embauché Ryo, le « nettoyeur » : l’appartenance territoriale des personnages à ce quartier sera même renforcée dans la suite alternative de ce manga, Angel Heart, du même auteur Tsukasa Hōjō, dans lequel il fait de la défunte Kaori l’« âme » du quartier) et placent l’action dans des hauts-lieux de l’identité territoriale tokyoïte (dans City Hunter, par exemple, le lecteur se balade de haut-lieu en haut-lieu, depuis la gare de Shinjuku et le célèbre immeuble My City – Hōjō allant jusqu’à scénariser dans Angel Heart le récent changement d’enseigne de ce centre commercial ; la porte principale du quartier des plaisirs Kabuki Chô , ses bars à hôtesses et ses « love hôtels » ; l’hôtel de police de Tokyo ; la statue du chien Hachiko en face de la gare de Shibuya, la tour de l’immeuble Shibuya 109…), les actions se déroulant dans les périphéries tokyoïtes sont moins souvent situées, ou placées dans des villes imaginaires (comme Karakura pour Bleach). C’est bien un rapport à l’identité territoriale d’une part, et à l’habiter urbain d’autre part que l’on peut lire dans ces géographies subjectives qui mettent en scène la ville japonaise contemporaine.

Loin de la verticalité et de la densité de l’hypercentre : les paysages du Tokyo périurbain, très présents dans les mangas Source : Rumiko Takahashi, Ranma 1/2,

Loin de la verticalité et de la densité de l’hypercentre :
les paysages du Tokyo périurbain, très présents dans les mangas
Source : Rumiko Takahashi, Ranma 1/2.

Le changement d’enseigne de l’immeuble « My City » (dans la page suivante, le lecteur découvre la nouvelle enseigne « Lumine Est »), lieu emblématique de Tokyo et du manga City Hunter Source : Tsukasa Hōjō, Angel Heart.

Le changement d’enseigne de l’immeuble « My City » (dans la page suivante, le lecteur découvre la nouvelle enseigne « Lumine Est »), lieu emblématique de Tokyo et du manga City Hunter
Source : Tsukasa Hōjō, Angel Heart.

 

Billets précédents :

  1. La ville, la géographie et la bande dessinée
  2. La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie


Billet à suivre :

La ville dans les mangas au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégiens et des lycéens


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *