Bangui, terreur en Centrafrique : géographie d’un conflit en bande dessinée (La Revue dessinée)

didier_kassai_lrd_def-db21cLa Revue dessinée (magazine trimestriel qui propose des reportages, des documentaires et des chroniques en bande dessinée) propose à ses lecteurs de découvrir sur son site Internet le témoignage dessiné de Didier Kassaï (illustrateur, caricaturiste, auteur de BD et aquarelliste centrafricain) sur la guerre qui se déroule en Centrafrique, et plus particulièrement à Bangui, la capitale, où il réside. Sur le site de La Revue dessinée, la bande dessinée est accompagnée d’un dossier présentant quelques enjeux de la République centrafricaine. En 4 épisodes, la bande dessinée propose ainsi une géographie subjective sur la guerre en République centrafricaine. En suivant le parcours de Didier Kassaï et de ses proches, le lecteur se confronte donc à un témoignage sur l’habiter dans une ville en guerre. « Pour éclairer le vécu des Centrafricains, voici le témoignage d’un auteur de bande dessinée, habitant de Bangui. Didier Kassai est chrétien, mais cela ne faisait pas de différence jusqu’à maintenant. Sa femme est musulmane, mais là aussi, cela ne changeait pas le quotidien de cette famille sans histoire. Leur environnement a basculé l’été dernier, avec les premiers massacres à coloration confessionnelle. Coloration, car les motivations profondes de cette nouvelle guerre pour le pouvoir ne semble guère reposer sur de vrais antagonismes religieux. Il est plutôt question d’appétits politiques, économiques et sociaux » (présentation par La Revue dessinée).

 

Lire Bangui, terreur en Centrafrique de Didier Kassaï sur le site de La Revue dessinée –>

 

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 8, épisode 2.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 8, épisode 2.

Sans prétendre explorer l’ensemble des apports de cette bande dessinée, ce billet tente d’exploiter l’un de ses aspects : la représentation d’une ville en guerre et des espaces de (sur)vie d’habitants « ordinaires » dans cet espace de conflits. Pour celui qui a dessiné Bangui la coquette – du surnom donné à la capitale centrafricaine (bande dessinée avec laquelle il a obtenu le prix du concours « Vues d’Afrique » en 2006 à l’occasion du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême) -, le constat est clair : « Bangui la coquette » est devenue « Bangui la roquette ». Son récit dessiné plonge le lecteur dans les territoires du quotidien de cette ville en guerre, en donnant le point de vue subjectif de l’auteur qui vit une situation particulièrement difficile dans cette guerre : alors qu’il est chrétien, sa femme est musulmane. C’est donc sous la menace de représailles de tous les acteurs en armes, sans la possible protection d’aucun d’entre eux, que Didier Kassaï et sa famille doivent survivre dans Bangui en guerre.

Didier Kassaï, 2006, Bangui la coquette"

Didier Kassaï, 2006, Bangui la coquette.

Dans cette bande dessinée, Didier Kassaï narre son quotidien entre le 5 décembre 2013 et le 4 janvier 2014. La bande dessinée commence dans la chambre où dorment Didier Kassaï et son épouse, Sada. Lui est chrétien, elle est musulmane. Si cette différence n’est pas vécue comme un « problème » dans le couple et dans le territoire de l’intime, la guerre qui se déclenche place la famille de Didier Kassaï dans une situation particulière : Sada est menacée par les combattants anti-balakas pour son appartenance religieuse, tandis que Didier, chrétien, explique les conséquences de la mixité de son couple : « Je suis mal perçu, ici. Sans doute à cause de l’origine musulmane de mon épouse. Je ne serais pas non plus le bienvenu dans le camp des Séléka car je suis chrétien » (planche 15, épisode 4). Par le parcours de cette famille mixte, le lecteur se retrouve plongé dans le récit dessiné d’une famille « ordinaire » dans le contexte extraordinaire qu’est la guerre.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 13, épisode 1.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 13, épisode 3.

 

Les espaces de (sur)vie d’un habitant « ordinaire » : espaces domestiques et territoires du danger

L’espace domestique prend une grande place dans la bande dessinée : il apparaît comme un espace-refuge. Cela ne signifie pas qu’il soit totalement à l’abri, comme « hors guerre » (le dernier épisode de la bande dessinée vient cruellement le rappeler, notamment la planche 17), mais qu’il est perçu par Didier Kassaï et sa famille comme un espace où l’on peut se protéger, face aux menaces de la rue, et notamment des tirs. A l’opposé, la rue apparaît comme un territoire du danger, approprié par les différents acteurs en armes (dont la diversité rappelle la complexité du conflit, avec notamment la forte présence des miliciens tchadiens et soudanais dans la bande dessinée, qui rappellent au lecteur l’importance de la présence d’acteurs en armes étrangers dans cette guerre), pour qui la rue est un espace de combats. Dès l’épisode 1 (planches 1 à 4), Didier Kassaï confronte l’espace domestique comme espace-refuge, et l’espace public comme territoire du danger. La rue est représentée comme un espace d’affrontements politiques, où la population est prise en otage : « La capitale centrafricaine a pris des allures de far west et s’appelle désormais « Bangui la roquette ». Confortés par le pouvoir de Djotodja, les ex-rebelles de la Séléka y font régner la terreur. Le Président issu du putsch de mars 2013 a du mal à rétablir l’ordre. La milice anti-balaka s’attaque aux musulmans et en représailles, la Séléka massacre des chrétiens » (planche 2, épisode 1). 

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,planche 2, épisode 1.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafriqueplanche 2, épisode 1.

Bangui, terreur en Centrafrique est une bande dessinée qui montre combien les différents opérateurs spatiaux (acteurs, actants, usagers, habitants…) ne vivent pas, dans la guerre, l’espace de la même manière : alors que les habitants « ordinaires » perçoivent et vivent l’espace de la rue comme un espace de menaces et de dangers dans lequel « pour traverser l’avenue, il faut courir à toute jambe » (planche 10, épisode 3), le lecteur découvre également que ce même espace est totalement approprié par des miliciens, qui, eux, sont représentés comme les « maîtres de la rue », qu’ils contrôlent et possèdent. La manière dont Didier Kassaï les représentent traduit cette profonde injustice spatiale : alors que pour les habitants « ordinaires », la rue est un territoire du danger qui impose des traversées particulièrement dangereuses, les acteurs en armes sont représentés dans leurs véhicules, traversant la rue en mitraillant tout sur leur passage et abusant des violences dans l’espace public.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 4, épisode 1.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 4, épisode 1.

 

Le contrôle milicien et la territorialisation de la violence dans la ville

La bande dessinée Bangui, terreur en Centrafrique montre combien la question de l’appropriation de l’espace public par les acteurs en armes tend à produire une territorialisation de la violence dans la ville. En effet, abordant sa situation familiale particulière (du fait de la mixité de son couple), Didier Kassaï évoque l’appropriation territoriale des quartiers dans la ville de Bangui. Le géographe Emmanuel Chauvin note ainsi que si dans les années post-indépendance, « la manipulation des clivages interethniques ne représentait pas un mode de gouvernement ou un moyen utilisé pour accéder au pouvoir politique. Au contraire, la défense de l’unité nationale servait à justifier l’instauration du parti unique, la liquidation de l’opposition et la personnalisation du pouvoir » (Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38), cette donne va profondément changer dès les années 1990, lorsqu' »éclataient dans les rues de la capitale, Bangui, quatre mutineries dans le corps armé sur fond de divisions interethniques (1996-1997). La ville se fragmentait selon une ligne sud-nord, entre les quartiers tenus par les partisans du successeur de Bokassa, Kolingba (1981-1993), et ceux du président fraîchement élu, Patassé (1993-2003). Alimenté par ces rivalités politiques, un clivage apparaissait entre les ethnies dites du sud et celles dites du nord, « gens du fleuve » et les « savaniers ». En mai 2001, après une tentative de putsch contre Patassé, les tensions interethniques s’accentuaient : des opérations de ratissage « tournaient à la chasse aux membres de l’ethnie yakoma de Kolingba (dans les quartiers sud), causant un nombre élevé de morts (le chiffre de 300 initialement avancé aurait été largement dépassé) et provoquant l’exode de 80 000 personnes » » (Oscar Leaba, 2001, « La crise centrafricaine de l’été 2001« , Politique africaine, n°84, décembre 2001, p. 164 ; cité dans Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38). Ces différentes guerres successives ont fortement accentué les ségrégations communautaires dans la ville de Bangui.

Evolution du poids des regroupements ethniques à Bangui et en République centrafricaine de 1949 à 2003 Source : .

Evolution du poids des regroupements ethniques à Bangui
et en République centrafricaine de 1949 à 2003

Source : Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38.

Emmanuel Chauvin note que « l’instrumentalisation des clivages ethniques par les hommes politiques allait à partir de ce modèle ségrégué aboutir à une fragmentation urbaine durant le conflit. Dès la troisième mutinerie (15 novembre 1996 – 24 janvier 1997), la ville se fragmentait en plusieurs territoires : le sud de la ville, dominé par les ethnies de la savane. Le centre de la ville, ethniquement plus homogène, faisait figure de zone tampon entre les deux parties combattantes. Ses limites, l’avenue Boganda et l’avenue de France, devenaient des lignes de fronts » (Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38). Cette forte territorialisation des communautés dans l’espace urbain se retrouve dans la guerre en cours que dessine Didier Kassaï : il évoque ainsi les quartiers comme des territoires de contrôle et des territoires de domination pour les acteurs en armes. Du fait de cette forte politisation et de cette forte appropriation de l’espace urbain par quartiers-territoires, les habitants sont dépendants de leur appartenance communautaire : comme l’exprime Didier Kassaï à travers l’exemple de son propre couple mixte et du personnage de Boris, les habitants (chrétiens et musulmans) sont menacés dans les quartiers dès lors que ceux-ci sont contrôlés par la milice de « l’Autre ».

Bangui, une ville fragmentée selon une logique ethnique (1996-2001) Source : Emmanuel Chauvin, 2009, "Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l'Afrique - Bangui (1996-2001)", Enjeux, n°40, pp. 30-38.

Bangui, une ville fragmentée selon une logique ethnique (1996-2001)
Source : Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38.

Pourtant, le personnage de Boris montre bien l’ambiguïté d’une telle fragmentation urbaine et d’une telle division politique pour les habitants « ordinaires », et même pour les actants en armes (ceux qui se sont engagés dans les milices, sans pour autant décider de leur programme politique et armé – que l’on distingue ici des acteurs en armes, qui sont ceux qui prennent des décisions). Boris, s’il s’est engagé comme combattant anti-balaka, vient prévenir Didier Kassaï et sa famille des dangers qu’ils encourent, tout particulièrement pour Sada, la femme de Didier, musulmane dans un quartier-territoire des anti-balaka. Si a priori Boris peut paraître agir de manière ambiguë aux yeux du lecteur, son personnage représente bien, au coeur de la bande dessinée, la réalité de cette division communautaire que l’on nous représente dans les médias : derrière les appartenances communautaires et leur très forte politisation par des acteurs politiques, les Banguissois vivent d’abord leur quartier comme un territoire du quotidien : Boris, qui semble connaître intimement Didier Kassaï et sa famille, ne trahit pas son engagement en prévenant Sada qu’elle doit se mettre à l’abri. Le voisinage comme identité par l’habiter dépasse ici l’appartenance communautaire. Boris explique ainsi son engagement qui semble très politisé : « J’ai rejoint les rangs des révolutionnaires pour combattre la barbarie des mercenaires tchadiens et soudanais. On ne peut plus rester passifs devant les tueries ignobles » (planche 14, épisode 3). Mais, admettant que son propre « camp » va également perpétuer des exactions sur la population civile au cours d’une opération de « nettoyage », il vient prévenir Sada qu’elle doit quitter le quartier : « Je viens vous prévenir que nous avons reçu l’ordre de nettoyer le secteur de toutes les ordures de la Séléka. Les B2 et les musulmans non plus, ne seront pas épargnés. Il faut que Sada s’éloigne d’ici avant les opérations » (planche 14, épisode 3).

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 14, épisode 3.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 14, épisode 3.

Les termes employés par le personnage de Boris sont importants : il évoque l’opération à venir comme « l’ordre de nettoyer le secteur« . Dans la mesure où, derrière cette opération contre les Séléka, se cache également un « nettoyage » du quartier contre tous les habitants désignés comme « soutiens » aux Séléka, le lecteur se retrouve confronté à la réalité de la guerre dans les territoires du quotidien. Si le 12 février 2014 Amnesty International a publié un rapport dénonçant un « nettoyage ethnique en cours » en République centrafricaine, on a assisté, par l’intermédiaire des médias, davantage à un enjeu de termes qu’à une prise de conscience sur ce que sont les violences (un débat médiatique a suivi sur l’emploi des termes « nettoyage ethnique » et « génocide », puisque suite au rapport d’Amnesty International, John Ging, le directeur des opérations humanitaires du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, a comparé la situation en RCA à celle du Rwanda et de la Bosnie-Herzégovine et a appelé la « communauté internationale » à intervenir contre un risque de génocide). Bangui, terreur en Centrafrique interpelle le lecteur par-delà les enjeux de vocabulaire (aussi importants soient-ils pour définir le cadre d’une intervention et penser les outils du post-conflit et de la période de reconstruction/réconciliation) : les mots « simples » du personnage de Boris, la description de la situation du couple mixte de Didier Kassaï (mal vu par les combattants des deux partis) et le dessin des violences sont autant de témoignages qui confrontent le lecteur à la réalité de la (sur)vie quotidienne à Bangui.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 15, épisode 4.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 15, épisode 4.

 

(Im)mobilités à Bangui : se déplacer dans une ville en guerre

Entre 1996 et 2001, « les combattants cherchaient à contrôler leurs territoires et à le nettoyer ethniquement pour se l’approprier au mieux. Pour ce faire, des barrières ethniques, constituées de matériaux en tout genre (briques, morceaux de bois…) et où étaient examinés le faciès, le nom et l’accent des passants, étaient établies. Elles permettaient d’éviter l’infiltration des forces adverses dans les quartiers contrôlés par les combattants en partant du postulat qu’une personne appartenant à une ethnie de la savane et se déplaçant dans un quartier du sud de la ville était un ennemi (et de même pour une personne appartenant à une ethnie du fleuve ou de la forêt dans les quartiers nord). Les divisions interethniques donnaient aussi l’occasion aux loyalistes de galvaniser les populations, de les pousser à s’engager à leurs côtés, avec leurs « frères ». Les barrières étaient particulièrement imperméables sur les grands axes, les rues bitumées, où étaient susceptibles d’évoluer les camions de transports de troupes et les blindés » (Emmanuel Chauvin, 2009, « Rivalités ethniques et guerre urbaine au coeur de l’Afrique – Bangui (1996-2001)« , Enjeux, n°40, pp. 30-38). Ce paysage de guerre se retrouve dans le récit dessiné de Didier Kassaï : les mêmes logiques d’appropriation et d’exclusion communautaires, de territorialisation et de forte politisation forcée de l’espace se retrouvent dans la bande dessinée Bangui, terreur en Centrafrique. Le lecteur attentif au paysage de guerre que représente Didier Kassaï verra ainsi apparaître l’importance des check-points et des barricades. Ces dernières servent tout autant aux acteurs en armes pour contrôler les mobilités, qu’aux habitants pour trouver un refuge lors des fusillades dans les rues banguissoises.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 4, épisode 1.

Didier Kassaï, 2014,
Bangui, terreur en Centrafrique,

extrait de la planche 4, épisode 1.

La question des mobilités dans Bangui en guerre est représentée de deux manières dans la bande dessinée Bangui, terreur en Centrafrique :

  • les mobilités quotidiennes : tandis que le lecteur découvre Didier traversant en courant la rue, croisant de nombreux hommes qui eux aussi prennent le risque de se déplacer dans ce territoire du danger malgré les tirs permanents des différents acteurs en armes, la bande dessinée montre Sada (la femme de Didier Kassaï) et leurs enfants enfermés dans l’espace domestique, qui sert d’espace-refuge aux personnages les plus vulnérables : femmes et enfants sont contraints à l’enfermement.
  • les mobilités « extraordinaires » : alors que Boris prévient Sada qu’elle doit quitter le quartier avant les opérations de « nettoyage » lancées par les anti-balaka, le lecteur se trouve confronté à une autre réalité de cette ville en guerre. Les déplacés de guerre sont très nombreux. Les habitants peuvent être confrontés à l’impossibilité de rentrer chez eux de manière temporaire (tels que Didier Kassaï qui, pris dans une fusillade, se réfugie avec la foule dans la paroisse Saint-Jean de Galabadja où il passe la nuit, dans l’épisode 4) ou de manière plus permanente (tels que Sada et ses enfants qui ont rejoint l’aéroport Bangui-Mpoko, devenu un immense camp de déplacés de guerre).
Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 17, épisode 4.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 17, épisode 4.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 18, épisode 4.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 18, épisode 4.

 

Témoigner sur la guerre : (se) représenter par la bande dessinée

Bangui, terreur en Centrafrique pose également la question de la représentation de l’auteur dans la bande dessinée (voir le dossier « Représenter l’auteur de bandes dessinées » dirigé par Benoît Berthou, dans la revue en ligne Comicalités). Dans la planche 3 (épisode 1), Didier Kassaï, qui se met en scène dans toute la bande dessinée, expose la difficulté de rendre compte, par la bande dessinée, de ce qui relève non pas du reportage, mais du vécu et du quotidien : alors qu’il avoue dans le haut de la planche que « dans ce déchirement, le plus dur pour moi reste de trouver les mots pour décrire le bordel sans parti pris », il termine cette planche par une conversation avec sa femme, qui confronte le lecteur à la difficulté pour lui de ne pas prendre parti alors que les espaces de la guerre sont ses propres espaces de vie. Si des journalistes ont pu se mettre en scène dans la bande dessinée pour narrer leurs reportages (tels que Joe Sacco, pour n’en donner qu’un exemple), Didier Kassaï donne de la guerre un autre regard dessiné : celui d’un habitant. Ce récit n’est pas celui de quelqu’un parti pour faire un reportage (comme le font, par exemple, les auteurs de La Revue dessinée), mais représente le point de vue de quelqu’un qui vit et qui vote dans l’espace en guerre. Cette troisième planche se termine ainsi par l’avis politique de Didier Kassaï. Il pose clairement, pour le lecteur, le ton de la bande dessinée : celle d’un témoignage (et non d’un reportage) d’un auteur qui vit dans ce territoire en guerre. L’intérêt de ce témoignage dessiné est de rapporter, notamment, les scènes de la vie quotidienne dans un quartier qui constitue un espace de vie pour l’auteur.

Son dessin est donc très attentif aux détails : l’architecture, mais aussi les affiches, les pancartes, les graffitis, les magasins, les publicités sont autant de marqueurs spatiaux qui sont représentés dans ce paysage en guerre, et qui montrent combien le témoignage dessiné est ici celui d’un habitant, et non d’un témoin « extérieur ». On découvre, par exemple, à titre anecdotique, qu’un des chars de l’armée française (que l’on reconnaît par la présence du drapeau français) est encore peint aux couleurs de la KFOR (la « Kosovo Force », mission militaire déployée depuis 1999 au Kosovo, à laquelle participe la France) (planche 15, épisode 4). Si le témoignage dessiné de Didier Kassaï n’est pas celui de l’historien ou du politiste analysant les enjeux et les acteurs du conflit, son oeil est particulièrement attentif à ce qui fait guerre dans l’espace : cet exemple de la peinture KFOR en République centrafricaine rappelle, par exemple, combien l’intervention militaire de la France en RCA a été décidée en très peu de temps, ne laissant pas le temps aux troupes de repeindre le matériel. Derrière ce détail, se cachent tous les enjeux d’une telle intervention militaire. Si Didier Kassaï prend le parti de se représenter comme habitant « ordinaire » dans Bangui en guerre (et non de livrer une analyse de la guerre par la bande dessinée, par exemple), son témoignage dessiné n’en est que plus important.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,extrait de la planche 17, épisode 4.

Didier Kassaï, 2014, Bangui, terreur en Centrafrique,
extrait de la planche 17, épisode 4.

 

Nota bene : La bande dessinée a été découpée, dans sa publication pour La revue dessinée, en 4 épisodes. Pour citer les différentes planches, nous avons fait le choix arbitraire de les numéroter en continu.

 

Pour aller plus loin :

Sur le travail de Didier Kassaï :

 

Sur la bande dessinée centrafricaine :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *