Un livre : M. Töpffer invente la bande dessinée (Thierry Groensteen) : 1/ Les origines de la bande dessinée et le « moment töpfférien »

Thierry  Groensteen, 2014, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, collection Réflexions faites, Bruxelles, 320 p.

En 1994, Benoît Peeters et Thierry Groensteen publiaient Töpffer, l’invention de la bande dessinée (Hermann). Cet ouvrage marquait un renouveau dans la connaissance de l’histoire de la BD en s’intéressant à l’apport fondamental des histoires en estampes de Rodolphe Töpffer, alors relativement méconnu hors du monde de la bande dessinée. Pourtant, l’apport et l’influence de Töpffer se lisent toujours aujourd’hui.  Nombreux sont les auteurs qui aujourd’hui mettent en avant l’héritage de Rodolphe Töpffer, à l’image de Chris Ware (dont le style graphique contraste fortement de celui de Töpffer) : « En fait, écrit-il, cet artiste genevois me semble par moment si familier que j’ai presque l’impression de lire un livre sur ma propre génération. Il est clair que Töpffer a non seulement inventé la bande dessinée moderne, mais aussi le dessinateur moderne » [1]. 20 ans après son ouvrage co-écrit avec Benoît Peeters, Thierry Groensteen revient donc sur la dette de la bande dessinée envers Rodolphe Töpffer. L’ouvrage, richement illustré de planches de Töpffer, n’est pas réellement une réédition, ou tout du moins celle-ci est très nettement revue et augmentée. D’une part, Thierry Groensteen précise dès son introduction que les parties écrites par Benoît Peeters sont absentes de cette édition (mais seront réécrites pour d’autres publications). D’autre part, les 20 ans qui séparent les deux ouvrages ont nettement changé le regard sur l’apport de Rodolphe Töpffer en particulier, sur l’ensemble de la « première époque de la bande dessinée […] en Allemagne, en Angleterre, aux Pays-Bas, au Portugal, aux Etats-Unis et ailleurs » (p. 6). Ce nouvel ouvrage propose ainsi sur les apports et les héritages de Töpffer, tant dans son œuvre à proprement parler, mais aussi dans sa réflexion sur la bande dessinée comme nouveau genre dont il signe l’acte de naissance.

 

Rodolphe Töpffer, 1837, Mr Crépin, page 6.

Rodolphe Töpffer, 1837, Mr Crépin, page 6.

 Les origines de la bande dessinée
et le « moment töpfférien »

La « paternité » de Rodolphe Töpffer est désormais largement reconnue, mais la « querelle des origines » reste un point de discussion. Dans la première partie de l’ouvrage, Thierry Groensteen revient sur les différentes approches de la naissance de la bande dessinée, notamment en revenant sur les travaux de Gérard Blanchard (La Bande dessinée. Histoire des histoires en images de la préhistoire à nos jours, 1969) qui « fait coïncider les origines les plus lointaines de la bande dessinée avec… les débuts de l’activité artistique humaine » (p. 21), ce qui permet à Thierry Groensteen de mettre le doigt sur un problème épineux de définition : pour dater la naissance de la bande dessinée, encore faut-il en donner une définition précise (qu’elle soit restreinte ou plus large, elle reste nécessaire à tout travail de recherche). Et derrière cet exercice de définition et de quête des origines, se pose le débat de la légitimation de ce qui deviendra le « neuvième art ». Donnant aux lecteurs des éléments de compréhension de l’importance de cette « querelle des origines », Thierry Groensteen propose, dans ce chapitre, un éclairage particulièrement efficace de la distinction entre les « histoires en images » et la bande dessinée. Influence et paternité sont deux choses différentes, qui restent souvent difficiles à identifier. « Le point important est celui qu’a bien formulé Eric Maigret : “La « bande dessinée » n’est pas un invariant historique, elle n’apparaît qu’à partir du moment où elle est définie progressivement comme telle, c’est-à-dire nommée…” [2]» (p. 27). Rappelons l’importance de Rodolphe Töpffer dans cette histoire de la bande dessinée : « Si Rodolphe Töpffer n’était que l’auteur des sept récits en images que sont M. Jabot, M. Crépin, M. Vieux Bois, M. Pencil, Le Docteur Festus, Histoire d’Albert et M. Cryptogramme, la dette de la bande dessinée à son égard serait déjà considérable. Mais non content d’avoir créé le genre, Töpffer en fut aussi le premier théoricien » (p. 8). Thierry Groensteen introduit ainsi le « moment Töpffer » : ce n’est par son œuvre, mais aussi (et surtout) parce qu’il l’a nommée (« littérature en estampes »), et de fait qu’il lui a donné une identité culturelle et une réalité sociale, que Thierry Groensteen défend la paternité de Töpffer sur la bande dessinée. Décryptant différentes paternités dans différents travaux (notamment ceux de Gérard Blanchard et de David Kunzle), Thierry Gronesteen montre combien la définition même de ce qui est et fait bande dessinée découle fortement de cette « querelle des origines ». Datant la naissance de la BD à Güntenberg, David Kunzle dégage quatre points pour définir la bande dessinée, dont certains sont particulièrement contestables : elle doit être un média de masse (donc tout non-bestseller ne serait plus de la bande dessinée) ou encore « raconter une histoire à la fois morale et actuelle » (p. 28). Autre apport de Töpffer que souligne Thierry Groensteen : si les « récits en images » est ancien, ils « servaient des fins telles que la glorification, la mémorisation, l’édification du peuple, la propagande. En aucun cas ils ne relevaient de ce que nous nommons divertissement. Les albums de Töpffer, au contraire – c’est là l’un de leurs traits les plus modernes –, sont des œuvres d’imagination. Chacun d’eux s’attache aux pas d’un (anti-)héros purement fictif » (p. 32). Traversant les questions des inspirations (notamment la caricature et l’imagerie populaire) et des influences (notamment William Hogarth et son père, Wolfang-Adam Töpffer), ce chapitre montre combien « l’heureuse conjonction de toutes ces conditions [de la littérature d’une part et des estampes et caricatures d’autre part chez Töpffer] réunies allait favoriser la création de ses histoires en estampes » (p. 53).

Cette planche constitue la quatrième page de l’album dit Crépin II, manuscrit de Monsieur Crépin dessiné à la plume en 1837 par Rodolphe Töpffer (1799-1846). Source : "Séquence initiale töpfférienne", site Töpfferiana, 1er septembre 2008.

Cette planche constitue la quatrième page de l’album dit Crépin II, manuscrit de Monsieur Crépin dessiné à la plume en 1837 par Rodolphe Töpffer (1799-1846).
Source : « Séquence initiale töpfférienne« , site Töpfferiana, 1er septembre 2008.

Après un important encart qui présente, avec efficacité, les histoires en estampes en bande dessinée (sept albums de bande dessinée et le brouillon d’un huitième album [3]) « afin d’en donner une idée au lecteur auquel elles ne seraient pas familières, et de préciser, quelquefois, certaines circonstances de leur publication » (p. 54), Thierry Groensteen consacre un deuxième chapitre au « moment Töpffer ». Ce dernier, qui se définissait lui-même comme « pédagogue de son métier, dessinateur par goût, auteur par occasion »[4] (p. 65), est défini par Thierry Groensteen comme « prodigue en divertissements » (p. 67). L’ouvrage nous apprend ce qui, dans la vie personnelle de Töpffer, a « conditionné » son goût pour le divertissement, ce qui l’a amené à faire publier ses histoires en estampes : « pour lui, le dessin est lui-même écriture » (p. 69). C’est peut-être par cette conviction que se définit le mieux le « moment Töpffer » et explique sa paternité sur le genre « bande dessinée ». Progressivement, il va définir ce qu’il entend par « littérature en estampes ». Alors que l’expression prend tout d’abord, chez Töpffer, une signification englobante (« tout ce qui relève du domaine des histoires en images, c’est-à-dire aussi bien les cycles d’estampes d’un Hogarth que les images d’Épinal » p. 72), il va progressivement lui donner un sens plus restreint : « lorsqu’il rédige son Essai de physiognomonie, l’expression, inchangée quant aux termes, a pris une signification nouvelle, puisque c’est maintenant à ses propres albums que s’appliquent les commentaires de Töpffer » (p. 72). Le « moment töpfférien » ne se définit pas seulement par la production d’une œuvre, mais aussi par cet effort de définition d’un genre, les albums de Töpffer l’amenant à réfléchir sur la définition et le genre de son œuvre. « Les albums töpffériens constituent une œuvre inaugurale, qui fonde véritablement un genre inédit, celui qu’aujourd’hui on nomme “bande dessinée” » (p. 73). Dans ce deuxième chapitre, Thierry Groensteen s’applique à développer les trois éléments qui fondent cet acte de naissance de la bande dessinée : « primo, le support : il impose l’album autographié. Secundo, les relations du texte à l’image et des images entre elles : il explore, avec autant d’intuition que de méthode, toutes les ressources de cette unité plastique et narrative qu’est la page de bande dessinée. Tertio, le contenu : il invente le personnage graphique moderne » (p. 73). Dans ce chapitre, Thierry Groensteen explore également l’effort de définition de Töpffer, qu’il confronte à la bande dessinée contemporaine. « C’est dans les premières lignes de l’Essai de physiognomonie[5] que Töpffer établit explicitement la bande dessinée comme littérature à part entière : “L’on peut écrire des histoires avec des chapitres, des lignes, des mots : c’est de la littérature proprement dite. L’on peut écrire des histoires avec des successions de scènes représentées graphiquement : c’est de la littérature en estampes” » (p. 81). Töpffer qualifie cette littérature en estampes comme un nouveau genre, caractérisé par une indissociabilité entre littérature et dessin.

Cette « nature mixte » caractérise toujours la bande dessinée, mais aussi elle a profondément affecté les débats sur la définition de la bande dessinée, mais aussi sa réception : « Comme l’a souligné Benoît Peeters [6], “C’est cet aspect qui fait la singularité du récit en images : « sa forme mixte est cause qu’il échappe à l’analyse », ajoute Töpffer, comme s’il devinait les malentendus qui allaient suivre et l’accusation de sous-littérature qui allait peser sur la bande dessinée” » (p. 83). L’intérêt de l’ouvrage de Thierry Groensteen est double pour le lecteur, comme l’illustre parfaitement le deuxième chapitre : par l’analyse de l’œuvre et de la réflexion de Rodolphe Töpffer, il questionne également les enjeux et querelles autour de la définition de la bande dessinée, qui vont traverser le temps. Cette « nature mixte » va, en effet, aboutir à des positionnements opposés, entre la définition de la BD par son hybridité ou comme art séquentiel. « Plutôt qu’antagonistes, les deux points de vue nous paraissent plutôt complémentaires : une théorie de la bande dessinée doit prendre en compte à la fois la question de l’interaction entre l’image et le texte (dès l’instant où ce dernier intervient aussi) et celle de la séquentialité » (p. 84). Et Thierry Groensteen s’applique à montrer la modernité de la réflexion de Rodolphe Töpffer sur ces enjeux de définition. Ce chapitre explore enfin, notamment par l’évocation des contrefaçons d’Aubert, le succès – certes modeste, mais qui justifie que ses œuvres nous soient parvenues – des albums de Töpffer, dans son contexte éditorial. Après un premier chapitre qui explore ses devanciers, ce chapitre s’applique à montrer en quoi l’œuvre de Töpffer peut apparaître comme « une rupture symbolique dans l’histoire de la narration imagée, un seuil à partir duquel la bande dessinée put commencer d’exister en tant que telle » (p. 7).

 

–> Billet à suivre : 2/ L’œuvre töpfférienne : poétique et postérité.

 


[1] Chris Ware, 2010, « Dessins en tête – À propos de Rodolphe Töpffer », dans Benoît Peeters et Jacques Samson, 2010, Chris Ware, la bande dessinée réinventée, Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, pp. 85-90. Cité dans Thierry  Groensteen, 2014, M. Töpffer invente la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, collection Réflexions faites, Bruxelles, p. 8.

[2] Eric Maigret, 2102, « Théorie des bandes dessinées », dans Eric Maigret et Matteo Stefanelli (dir.), 2012, La bande dessinée : une médiaculture, Armand Colin, collection Médiacultures, Paris, pp. 50-70 (citation p. 65).

Thierry Groensteen précise que c’est lui qui souligne, dans la citation d’Eric Maigret, le terme « nommée ».

[3] Voir les albums de Töpffer disponibles sur le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image. Voir également des écrits de Töpffer disponibles sur la page « Fonds Töpffer » du même site.

[4] Lettre à César-Henri Monvert, 20 mars 1831.

[5] Rodolphe Töpffer, 1845, Essai de physiognomonie, Schmid, Genève. Voir une version numérisée par Gallica.

[6] Benoît Peeters, 1994, « Le visage et la ligne : zigzags töpffériens », dans Thierry Groensteen et Benoît Peeters, 1994, Töpffer, l’invention de la bande dessinée, Hermann, Paris, pp. 1-64 (citation p. 21).



Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 03/03/2014

    […] billet fait suite au précédent : « 1/ Les origines de la bande dessinée et le “moment töpfférien” » qui présentait les deux premiers chapitres de l’ouvrage de Thierry Groensteen. Il […]

  2. 04/03/2014

    […] billet fait suite aux deux précédents : « 1/ Les origines de la bande dessinée et le “moment töpfférien” » et « 2/ L’œuvre töpfférienne : poétique et postérité » qui présentait les deux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *