Journée d’études Religions et Bandes Dessinées

Religions et Bandes Dessinées

Journée d’études organisée par Philippe Delisle
le 4 décembre 2013 à l’université Lyon 3

Compte-rendu rédigé par Isabelle Guillaume

Ce compte-rendu a été rédigé d’après mes notes, prises durant les interventions des participants : les éventuelles lacunes et erreurs qui auraient pu s’y glisser sont donc de mon fait, et ne sont pas imputables aux auteurs. Pour plus de détails, les interventions présentées lors de la journée d’études seront prochainement publiées aux éditions Karthala, sous la direction de Philippe Delisle.

Sommaire des interventions :

  • Luc Courtois, Univ. Louvain la Neuve : La BD dans les journaux belges de la Croisade eucharistique (1920-1940)
  • Philippe Martin, LARHRA, Lyon 2 : La Vierge dans la BD franco-belge
  • Yves Krumenacker, LARHRA, Lyon 3 : Histoire du protestantisme en BD
  • Paul Chopelin, LARHRA, Lyon 3 : « Pour Dieu et le Roi ! « , la BD au service de la contre-révolution catholique
  • Harry Morgan, Paris VII : Catholicisme et comic books, Treasure Chest et les comics underground de Justin Green
  • Julien Bouvard, Lyon 3 : Les vacances de Jésus et Bouddha, sacré et manga
  • Philippe Bourmaud, LARHRA, Lyon 3 : Représenter l’islam dans les BD arabo-turques
  • Vincent Vilmain, EHESS : La BD israélienne des origines, entre ethos nationaliste et inspiration universaliste

Luc Courtois s’interroge sur le rôle de la BD belge dans la modernisation de la propagande religieuse. Il évoque les trajectoires de Jijé et Hergé, dont le travail se développe d’abord au sein de milieux catholiques, dans des publications comme Le Boy-Scout Belge, Le Croisé ou encore Petits Belges. Par la suite, Jijé travaille chez Spirou (publié par Dupuis, imprimeur catholique), tandis que le Journal de Tintin se veut également moralisateur. Il y a donc quasi-monopole dans la presse enfantine, laquelle devient un lieu privilégié d’expérimentation en vue d’une rechristianisation de la société, dans la tradition de l’imagerie pieuse. Après une école d’art bénédictine, Jijé est introduit dans le milieu de la Croisade Eucharistique. Il abandonne progressivement la gravure pour la BD, ce qui l’amène à publier Jojo en 1935, sous son nom d’artiste formé sur le modèle de celui de Hergé. La Croisade Eucharistique se développe aux environs de la Première Guerre mondiale, après les décrets de Pie X insistant sur la communion des enfants et le concept de communion fréquente. Le statut de l’association est reconnu par le Pape en 1924 ; son organe principal est Petits Belges, dépendant du siège d’Averbode. Procédant par sondage, Luc Courtois montre la modernisation du périodique. En 1920, il est austère, éducatif, moralisateur, avec quelques illustrations mais surtout du texte. Très vite, de nouvelles rubriques apparaissent, comme un coin Scout ou une page de jeux. En 1927, le processus de recherche graphique qui mènera à l’apparition d’une BD au sens plein est déjà enclenché. Jijé débute en 1935, dans une mise en page aérée, sous une couverture illustrée en pleine page. Si Blondin et Cirage, sa première œuvre mûre, inaugure en 1939 un découpage plus dynamique, c’est en fait un auteur français, Gervy, qui « invente » dès 1938 la BD moderne dans Petits Belges. L’orientation ludique et profane du périodique est interrompue en 1939 avec un bref retour du contenu religieux, ce qui témoigne d’une réflexion éditoriale sur la fonction du magazine.

Philippe Martin propose un panorama des représentations de la Vierge dans la bande dessinée. D’une Marie classique, on passe à Marie comme compagne du croyant dans les milieux chrétiens, comme icône profane dans le circuit grand public, ou encore comme objet de dérision transgressive. Dans les années 50, la Vierge est omniprésente, notamment dans la collection « Belles Histoires et belles vies » de Fleurus, mais devient ensuite un personnage secondaire, marginal ; L’Évangile selon St Mathieu (Delcourt) est même critiqué pour cette disparition, considérée comme contraire à la foi. Marie subsiste ensuite dans des parutions spécialisées, distribuées sur les lieux de pèlerinage, par des auteurs impliqués dans le milieu catholique. Cependant, depuis 20 ans elle réapparaît chez les éditeurs grand public (ex : Cothias, Le Fils de la Vierge, qui s’intéresse au creux de l’histoire, à ce qui arrive à la Vierge avant les événements bibliques). Des auteurs reconnus dans le milieu proposent des réécritures du personnage, par exemple Michel Faure dans Jésus Marie Joseph, où un ange au corps féminin plantureux tombe enceinte de Joseph, lequel apporte ensuite l’enfant à Marie. La BD est saluée pour son respect de la foi chrétienne et perçue comme une belle histoire. A l’inverse, certaines représentations se veulent clairement irrévérencieuses. Dans Sœur Marie-Thérèse, la Vierge est affublée d’une Volkswagen volante et d’un fort accent portugais : de façon générale, elle devient l’icône d’un catholicisme naïf, d’un groupe social particulier. Aux États-Unis, la série Battle Pope de Kirkman et Moore montre le Pape en super-héros et la Vierge en dévergondée ; la série est globalement bien accueillie, et fait écho à des relectures plus anciennes comme celle de Justin Green dans les années 70 (voir infra). La vierge ne tient donc plus vraiment une place importante ; cependant, elle n’a pas disparu des imaginaires, et sa représentation provoque encore la controverse (Philippe Martin cite le cas d’une affiche montrant la Vierge qui donne le sein à un enfant noir, qui a été accusée de racisme antichrétien, de haine et même de pédophilie).

Yves Krumenacker s’est penché sur l’histoire du protestantisme, qui est bien moins lié que le catholicisme au milieu de la bande dessinée, peut-être à cause de son attachement à la parole et au texte plus qu’à l’image. Précisément, il s’agit de voir comment l’histoire du protestantisme est représentée. On trouve un seul journal de BD protestant, Tournesol, débuté en 1960 : le but est explicitement de transmettre les valeurs protestantes. On y trouve environ 15 récits historiques dont peu sont consacrés à de grandes figures (excepté Calvin). L’accent est mis sur la place centrale de la Bible, avec des récits édifiants montrant par exemple un corsaire rebelle qui se convertit après l’avoir lue. Les missions sont souvent évoquées, ainsi que le thème de la conversion (par exemple, un ancien esclavagiste qui devient pasteur). Mais globalement, l’Histoire intéresse moins que le message chrétien à faire passer, et elle côtoie la fiction, l’humour et le didactisme au sein du magazine. La nécessité est d’intéresser les enfants, ils sont donc souvent représentés dans le récit : l’évocation de grands passages historiques sert simplement à capter l’imagination. Les éditions du Signe, interconfessionnelles, fondent la collection « Figures du Protestantisme ». Celle-ci contient des BD aux styles divers mais au message assez consensuel (pas d’attaque contre le catholicisme ni d’appel à la conversion) et qui se distinguent surtout par leur ton didactique et une surabondance de textes. Enfin, certaines BD laïques évoquent le protestantisme, souvent sous l’angle sensationnel, en montrant chevauchées et batailles. Les Hautes Ténèbres et Sark sont tous deux marqués par le refus de la rigueur chronologique et assez révélateurs de certains clichés (intolérance, fanatisme). Joß Fritz, album plus abouti du point de vue artistique, recherche la vérité du romancier plutôt que celle de l’historien ; il s’agit de représenter, d’imaginer une époque et son atmosphère.

Paul Chopelin aborde la question des représentations de la Révolution dans la BD catholique française, et en examine les stéréotypes. L’imagerie employée remonte aux martyrologes de prêtres victimes de la Révolution, qui visent à alimenter le conservatisme politique des catholiques. Paul Chopelin isole trois figures archétypales : les sans-culotte enragés qui vandalisent des lieux de culte, les juges des tribunaux d’exception, et le bourreau à l’échafaud, avec son bonnet phrygien. La Révolution est abordée dans les récits en vignettes de Fleurus, mais aussi dans la collection « Les Grandes Heures des Églises » (le Rameau), qui retrace la vie de personnalités ayant marqué les diocèses, souvent à travers la persécution révolutionnaire. Les années 80 voient fleurir les biographies, et pour le bicentenaire de 1989 paraît l’Église et la Révolution, qui se veut consensuelle, mais où, à y regarder de près, les constitutionnels sont présentés comme étant dans l’erreur. Au contraire, des ouvrages comme Cathelineau ou Charette proposent une vision plus caricaturale en déformant la Révolution, adaptant des représentations héritées du XIXeme siècle. Alain d’Orange représente systématiquement des révolutionnaires massifs, mal rasés, prognathes, sévères voire sadiques. Le traitement est similaire pour les femmes, opposant aux calmes religieuses éxécutées les horribles tricoteuses. La BD catholique dans son ensemble cautionne cette vision ; cela se comprend car, par définition, une BD hagiographique a besoin de méchants. Reynald Secher va plus loin et utilise la BD pour accréditer sa thèse d’un génocide vendéen ; dans Vendée, le député Barrère est vu à la tribune, fébrile, dans des positions qui rappellent Hitler, et les victimes de fusillades sont nues, amplifiant l’analogie avec le nazisme. La Révolution est souvent montrée à travers des scènes de foules, de chaos. La BD Chrétiens dans le Lyonnais invente même des scènes n’ayant jamais eu lieu (déferlement d’une foule sur la cathédrale St Jean par exemple) : le tout devient devient une allégorie de l’assaut contre l’Église. On ne trouve pas, à de rares exceptions près, de discours royaliste, mais une méfiance prononcée à l’égard de la république. Paul Chopelin note aussi une transposition de l’imagerie catholique dans la BD laïque : les stéréotypes parviennent à essaimer, souvent à travers une réactualisation de l’imagerie liée à la Shoah.

Harry Morgan aborde la question du catholicisme dans Binky Brown Meets the Holy Virgin Mary, de Justin Green (récemment traduit en français par ses soins aux éditions Stara). Ce comic book autobiographique et confessionnel explore les troubles psychiques d’un adolescent élevé dans un contexte fortement religieux. Bien qu’il s’agisse de BD underground, donc fortement anti-establishment et anticléricale, son traitement graphique et narratif est ancré dans une imagerie catholique, en particulier celle du comic book Treasure Chest (diffusé dans les écoles catholiques) et celle du Baltimore Catechism. Harry Morgan montre une parenté stylistique, en mettant en évidence ce qui serait de l’ordre d’un « style catholique » réemployé par Green (contours définis, respect du dessin académique, abondance de texte). Il discerne également des motifs tels que la leçon de morale ou la vie exemplaire, visibles dans Treasure Chest et intégrés au sein du questionnement névrotique du personnage principal. Les troubles de ce dernier se manifestent notamment par une « maladie du scrupule », une peur de pécher qui, telle qu’elle est traduite en bande dessinée, semble reposer sur une interprétation littérale de certaines images traumatiques rencontrées dans le Baltimore Catechism (par exemple la figure du pécheur qui crucifie le Christ, puisqu’il ajoute à la somme des péchés que celui-ci doit racheter sur la croix). Mais Justin Green, dans une correspondance privée avec son traducteur, intègre également dans l’iconosphère catholique de son enfance le personnage de Superboy. Et de fait, le rapprochement donne l’une des clés de Binky Brown Meets the Holy Virgin Mary. Le jeune Superman, apparenté à un Christ enfant, fait des miracles, mais en restant caché, puisque sa vie publique n’a pas encore commencé ; de même, le jeune névrosé est décrit comme une sorte de superhéros inversé, embarrassé par ses propres pouvoirs de destruction, qu’il cherche à contenir et qu’il cache comme une maladie honteuse. L’aspect polémique de l’ouvrage est donc à nuancer ; il y a certes critique de la religion comme origine de la souffrance psychologique, mais les codes de l’imagerie catholique persistent dans Binky Brown sans se laisser intégralement subvertir. Ce que montre l’auteur, c’est bien une cure psychanalytique décrite selon le vocabulaire de l’imagerie chrétienne, où le malade est semblable à l’âme pécheresse en proie aux tourments. Comme le montre Harry Morgan, l’auteur porte le deuil de formes illustrées qui n’ont plus cours mais resurgissent encore dans son dessin.

Julien Bouvard s’intéresse au manga Jésus et Bouddha en vacances (Saint Oniisan, soit littéralement « Les Saints jeunes garçons »), de Hikaru Nakamura. Il s’agit d’un manga comique ayant rencontré un fort succès au Japon. Mettre en scène ces personnages dans des situations de la vie quotidienne est en soi un geste subversif : Bouddha s’étonne de toujours être représenté joufflu, tandis que Jésus saigne parfois des stigmates. Cependant, parodier c’est aussi reconnaître l’importance du sujet traité. Julien Bouvard remarque que beaucoup de Japonais se sont interrogés sur la réception du manga à l’étranger, et souligne que les spécificités culturelles propres à chaque pays ont eu des répercussions sur la traduction (une référence à l’égoïsme de Jésus dans l’original se voit ainsi atténuée dans la version française). Par ailleurs, le manga joue de la défamiliarisation (Julien Bouvard parle d' »auto-exotisme ») du quotidien japonais vu à travers les yeux de ces deux étrangers, puisque Jésus et Bouddha ignorent tout de Tôkyô. Ces derniers sont, selon la typologie de Gô Itô, des kyaras (forme réduite de characters), personnages postmodernes qui représentent des types et susceptibles de s’extraire d’un récit et réapparaître dans d’autres média. Ainsi, Jésus et Bouddha ont été remis en scène dans des publications souterraines d’amateurs (doujinshi). Le fait que certaines de ces productions ajoute des éléments de romance homosexuelle à destination d’un public féminin (yaoi) ne fait qu’intensifier la dimension subversive de l’utilisation de ces personnages. On assiste donc à une déhiérarchisation des valeurs, nourrie autant par l’apolitisme des années 80 que par l’esthétique traditionnelle de l’art japonais qui fonctionne par collage et dont l’esthétique caractérisée par une absence de perspective se poursuit aujourd’hui, par exemple dans l’œuvre de Takashi Murakami. L’ère postmoderne voit donc une réinscription de Bouddha et Jésus dans un récit du quotidien et du moi qui participe de la déconstruction du « grand récit » de la religion.

Philippe Bourmaud propose un tour d’horizon des représentations religieuses en BD dans le monde arabe et la Turquie. Bien que les comics américains soient très populaires dans cette aire géographique, la production reste faible ; pourtant, il serait erroné d’attribuer cet état de fait au seul interdit de représentation graphique de l’Islam, puisque la caricature y est très présente. Dans une BD sur la naissance de l’Islam, le problème est contourné à travers des représentations symboliques, une inflation du contexte et une insistance sur les ennemis du prophète Muhammad, provoquant un effet de légitimation. Pour le reste, c’est un témoin qui raconte les événements. Philippe Bourmaud souligne les métamorphoses du dispositif bédéique qui figure les paroles du prophète dans un soleil, ou donne à voir des cases où du nom du prophète sur fond blanc provient une bulle contenant ses paroles. Cet ouvrage bilingue se destine aussi à un public non-musulman. D’autres ouvrages montrent la religion en arrière-plan d’un discours nationaliste, comme c’est le cas dans Arab Brave Heroes, BD sur l’empire Ottoman qui montre la prise de Belgrade durat laquelle Soliman est vu transformant la cathédrale en mosquée. La lutte religieuse est donc au service d’une lutte nationale. On trouve enfin de nombreuses situations où la BD se veut interface entre différentes aires culturelle. La série The 99 naît d’un désir de dépeindre l’Islam sous un jour positif, qui serait comprise notamment par un lectorat états-unien ; il y est question de restauration de la morale, en écho avec le discours de l’Amérique de Bush. Philippe Bourmaud met en évidence la profusion de dessins humoristiques et de strips fondés sur la religion dans son importance sociale, et montre que la question se confond avec l’usage politique de la bande dessinée. Cependant, il apparaît que la BD en tant que médium reste majoritairement associée aux pratiques culturelles d’une élite transnationale.

Vincent Vilmain traite de la BD israélienne entre 1930 et 1975, et signale le considérable apport des Juifs à la BD américaine (Stan Lee, Jack Kirby), auquel le volume HaGolem (2003) rend hommage, en imaginant que Lee et Kirby créent leur héros en Israël, faisant de Captain America un golem. Si le Sionisme a ses artistes, notamment Ephraim Lilien qui joue sur la valorisation du corps et de l’idéal guerrier, la BD semble de prime abord peu mobilisée. En fait, le corpus met en valeur la BD parodique ; celle-ci est donc conçue comme respiration plutôt que comme outil idéologique. Il est difficile de trouver des journaux de BD pérennes ; le matériel révèle en outre une appropriation incomplète des codes de la BD (Vincent Vilmain observe des effets de redondance texte/image, des compositions difficilement lisibles, une hésitation entre bulle et légende). Sur le fond, ces BD sont d’inspiration universaliste, et traitent d’amitié, de débrouillardise, de moralité et d’aventure. Certaines BD sont des réappropriations de personnages existants (Felix the Cat) ; d’autres sont originales, comme Uri Muri de Aryeh Navon et Leah Goldberg, qui met en scène un personnage chétif mais courageux. Les auteurs proposent toutes sortes de déclinaisons sur le thème. Dans un autre registre, L’Île Déserte place des enfants face à une tribu hostile. Vincent Vilmain isole une seconde thématique qu’il nomme « Ethos nationaliste » ; il s’agit notamment de la mise en valeur de la figure du pionnier. Un gag de Uri Muri représente notamment le garçon en figuier de barbarie, image symbolique représentant la capacité à s’adapter à tout terrain hostile. Plus généralement, le personnage œuvre au bien-être de la communauté ; la thématique du combat pour la nation est présente à travers des récits de Croisades ou au contraire d’espionnage (Dan Golan est un James Bond national, qui finit d’ailleurs par rencontrer Bond lui-même, venu se plaindre de la ressemblance). L’ennemi national, qu’il s’agisse du nazi ou du juif, est fréquemment ridiculisé. Les héros se transforment au fur et à mesure que le lectorat grandit. Le constat d’un échec de la bande dessinée à prendre racine est donc à nuancer, mais reste bien réel (lié peut-être aux réticences du judaïsme traditionnel face à l’image). Beaucoup de revues sont mort-nées, échouent à trouver leur public. Les séries qui fonctionnent, comme Zbeng, n’ont rien de nationaliste, ce sont des aventures du lycéen, sur le mode de la dérision et de la parodie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *