Les festivals de bande dessinée, manifestations artistiques, culturelles, sociales et économiques.

Les festivals de bande dessinée :
manifestations artistiques, culturelles, sociales et économiques

 

Retours sur le colloque Les festivals de bande dessinée, du 26 novembre 2013, Lyon. Compte-rendu proposé par Aymeric Landot.

 

Les Entretiens Jacques Cartier ont réuni ici différents acteurs permettant de cerner au mieux l’objet festival : des organisateur, des auteurs, des libraires, des éditeurs, des bibliothécaires et des enseignants. Il s’agit ici du compte-rendu de ce colloque, qui vise à connecter également France et Canada à travers ses acteurs ou ses projets.

Colloque_LyonBD_Festivals_BandeDessinee

 

Historique et diversité des formes de festivals

En présence de Francis Groux, co-fondateur du Festival d’Angoulême ; de Pierre-Alain Rodrigue, trésorier du Festival BD de Montréal ; de Sylvain Lemay, fondateur du Festival en Pays Outaouais ; de Roger Lipani, président du Festival BD de Rive-de-Gier et de Philippe Brocard, président du Lyon BD Festival.

– Question : Quelles sont les origines et les principes des festivals ?

FG : à mon époque, il n’était pas bien vu de lire de la BD. Je ne voyais Tintin qu’au catéchisme lorsque mes camarades et moi avions bien répondu aux questions du curé. Nous suivions ses aventures sur une lanterne magique. Plus tard, je passais devant une vitrine où se trouvait une réédition des Cigares du Pharaon d’Hergé. J’ai redécouvert tous les classiques, Hergé, Franquin… La revue Fictions dirigée par F. Strinati fit paraître en 1961 un article qui fit date ainsi qu’un Club de Bande Dessinée. J’ai connu les festivals italiens mais tout se faisait hors de mon travail : la figure de l’amateur est fondamentale dans la BD, elle est à la base des premières initiatives en BD. J’ai fait la découverte d’un monde d’amateurs. On m’a ensuite demandé d’être conseillé municipal : j’ai co-organisé le festival « Angoulême Art Vivant », où l’on voulait rénover la culture à Angoulême. Il s’agissait aussi de faire une place à la culture BD avec l’exposition « Dix millions d’images : l’âge d’or de la BD ». J’ai aussi organisé grâce à Jean Mardikian La Quinzaine de la lecture axée sur la BD et sur les livres pour enfants. Nous avons fait venir des auteurs qui ont investi le musée d’Angoulême. En cinq jours, le musée avait reçu plus de visiteurs qu’en une année. L’idée a ensuite germé d’un Salon international de la BD, où se mêlait l’arme secrète de la décentralisation. Nous avons profité de l’atout de la région, le Cognac et le pineau. Nous avons réussi aussi à fonder ce festival grâce aux mairies de Luca qui nous ont invités  pour qu’on puisse s’inspirer de leur festival. On avait pensé à tout sauf au climat, la fin janvier n’est pas l’idéal : maintenant les auteurs savent qu’ils vont s’enrhumer à Angoulême ! On a ensuite créé l’association du Festival, afin de ne pas subir les changements de majorité municipale.

RL : nous avons eu l’idée du Festival Rive-de-Gier un 8 décembre, la première a eu lieu en 1999. Nous avons eu le problème de créer un festival dans une petite ville, donc selon une petite structure : se posait la question du premier Festival. Autrement dit, quelle valeur ajoutée, quelle originalité présenter ? Nous avons eu 22 auteurs dès la première édition. Chambéry a aidé, comme une solidarité entre Festivals différents. Nous avons mis en place la structure ensuite, après le succès de la première édition, parce qu’un festival organisé par des bénévoles doit passer par la case de l’institutionnalisation.

SL : Notre festival reprend les autres, nous avons la facilité de pouvoir prendre la suite des pionniers, mais notre manifestation trouve aussi ses soutiens parmi les bibliothèques et les médiathèques.

PB : Notre Festival (Lyon BD) trouve son origine dans la démarche de passionnés d’abord, comme tous les festivals précédents : un libraire, un patron de bar, un dentiste. Notre première localisation fut Place de la Croix-Rousse, nous sommes ensuite descendus dans Lyon et nous avons créé l’association avec ses bénévoles, son conseil d’administration.

PAR : nous sommes le plus jeune des festivals de BD, notre création s’est ainsi inspirée de tous els festivals précédents, en évitant leurs obstacles et en prenant exemples sur leurs idées. Notre maître mot fut véritablement l’innovation. Nous avons aussi le Comicon, qui réunit chaque année beaucoup de fans de la BD américaine mais nous n’avions pas de Festival à Montréal mettant en avant la bande dessinée francophone.

FG : Très rapidement, l’association fut mise en place à Angoulême. Mais à la différence des autres festivals, les services municipaux ont très vite géré l’organisation concrète du festival : à Angoulême, très vite, les pouvoirs locaux ont compris le potentiel économique, politique et culturel du festival pour la ville. Le festival de BD a été à Angoulême gros d’externalités positives. Nous avons vu affluer 10 000 personnes la première année, surtout nous avons été soutenus par la presse locale ET nationale comme Le Monde. Ce fut une bonne idée au bon moment surtout. Tous les auteurs, Pratt (qui signe la première affiche), Franquin, les fondateurs de Mad, Tibet, Jean Giraud, Gotlib, Fred et d’autres grands noms, ont été très contents de l’accueil, malgré des petits moyens. On a pu grappiller après le succès et surtout, notre visibilité doit aussi beaucoup aux enseignants et à l’ouverture de la pédagogie à la BD. L’émergence d’une vision éducative de la BD a permis aux enseignants de faire venir les élèves à la BD et donc les parents.

–          Au-delà du lancement et l’aspect événementiel, quel rapport aviez-vous et avez-vous avec la pérennité de votre manifestation ?

FG : l’économie, on n’y a pas pensé tout de suite. Il s’agissait d’abord de pouvoir rencontre nos auteurs admirés. Savoir que ça allait bouleverser l’économie locale, on ne pouvait pas le deviner mais on a fini par faire des changements petit à petit : les restaurateurs étaient fermés le dimanche, on les a fait ouvrir peu à peu, mettant en avant la perte sèche que cela représentait. Il a fallu enfoncer le clou plusieurs fois : finalement, le salon a bouleversé l’économie de la ville puisque 2 000 personnes travaillent dans la BD et sur l’image. Ca a été un coup de chance avant tout : il a fallu convertir les gens, prendre en compte les changements de majorité, rester neutres et indépendants.

SL : notre impact est plus petit, faire un événement, puis un autre. Ce sont les institutions qui ont permis notre pérennité : l’Université du Pays Outaouais et le Salon du Livre avant tout. Les médias aussi à l’échelle nationale.

PB : pendant 10 ans, j’ai été directeur du Festival d’Ecully. Tout se joue sur la journée et cela peut durer 10 ou 20 ans. Ce qui change les choses c’est le succès, c’est celui-ci qui bêtement remet en cause le Festival lui-même : la pérennité n’est pas seulement en cause, l’ambition aussi. Avec Lyon, l’économique n’est pas la préoccupation principale mais au bout de 4 ou 5 ans, tout festival a une certaine notoriété à laquelle se greffent de nouveaux problèmes : le manque de place, les structures déficientes, les bénévoles. La notoriété implique de grossier donc d’engager des permanents, salariés, voire deux ou trois. Il faut trouver un local, où les subventions couvrent juste les frais d’organisation. Il faut trouver d’autres partenariats. Avec la crise, les subventions deviennent de véritables épées de Damoclès.

RL : la communication est la question clé.

FG : au départ en payant les journalistes, on avait un second moyen d’avoir le soutien de la presse. Giraud était là, Hergé est venu, ça a été la consécration et l’installation pérenne. La question se posait de la majorité municipale : un jeune maire fut élu à Angoulême, issu de l’opposition, qui voulut baisser les subventions. Nous avons eu alors le soutien de la presse locale et du public. Le maire a compris où était son intérêt et il a mis à notre disposition un Cabinet de relations publiques, avec des jeunes femmes formidables qui faisaient un travail de visibilité incroyable. Le besoin d’un permanent se faisait ressentir notamment sous la masse de courrier. D’autres problèmes se sont posés : Angoulême est une ville de remparts, entourée de murailles, nécessitant l’installation de bulles à défaut de la construction d’un Palais des expositions : il faut les chauffer de surcroît. L’argent qu’on a mis dans les bulles aurait pu servir à construire une énorme structure mais on a conservé cette forme. Cela pose aussi le problème de l’accueil : à Angoulême, il y a plus de demandes que de stands possibles. En d’autres termes, le succès pose des problèmes de pérennité, de management, d’organisation. On perd alors l’aspect chaleureux, sympathique, agréable, avec 220 000 visiteurs, ce n’est plus possible d’être aussi près des auteurs, d’autant plus qu’ils sont sous pression de plus en plus, du fait des éditeurs également. La BD c’est un univers solidaire, le succès fait perdre cette chaleur : j’aime particulièrement m’occuper encore de petits festivals.

PAR : on a tout de suite parlé de pérennité : il nous a fallu parler argent, mais on a axé la pérennité sur la vision, sur une idée, celle de la visibilité médiatique et de la chaleur de l’accueil. Après deux éditions, on a une demie permanence avec des subsides commencent à rentrer. C’est un milieu des plis créatifs : il faut absolument apporter l’innovation. Ce fut là notre axe principal.

–          Est-ce qu’on propose des choses particulières ? Faisant l’identité des festivals ?

PAR : on s’est inspiré des autres festivals, pour trouver d’autres façons, créer une émulsion avec des idées, des partenariats, il nous a fallu absolument parler de créativité, de partenariat : trouver quelque chose de mieux pour chaque festival.

PB : Lyon n’a pas voulu se borner à deux jours. Nous avons multiplié les partenariats : avec le Musée des Beaux Arts, les médiathèques, les libraires.

RL : le festival n’est pas ponctuel : la visibilité se fait sur toute l’année, mais pas que de façon commerciale. Au-delà du temps du festival il faut assurer la pérennité et la visibilité du festival, en faire un élément de la ville et de l’année, non seulement sur deux jours mais le créer et l’institutionnaliser pour qu’il dure dans le temps au-delà du simple temps-festival.

FG : Angoulême n’est pas que commercial, il y a la dimension d’achat et de dédicace, mais également des expositions qu’il fallait présenter : il y a une partie officielle du festival et une partie officieuse. Dès la deuxième année nous avons organisé un concours de BD scolaire, quand Hergé est venu il a remis une planche, première pierre du Musée de la BD. La pérennité est aussi venue dans l’institutionnalisation culturelle avec la formation par l’image et la création de la Cité de l’image.

PAR : le mois de mai, juste avant le festival, est le mois de la BD dans les bibliothèques de Montréal.

PB : nous avons axé à Lyon sur la journée professionnelle, à laquelle nous ajoutons cette année la « journée des écoles ».

SL : le public scolaire est important, puisque les enfants finissent par entrainer les parents.

RL : on distribue beaucoup d’invitations gratuites ce qui fait venir les gens.

FG : on fait des ateliers, on multiplie les publics. Nous avons mis en place avec l’association hippocampe un concours de dessin de BD pour les personnes handicapées : les planches des gens qui ne savent pas parler sont au contraire très parlantes.  La BD est un outil d’intégration, un média spécifique, très particulier : nous avons mis en place également le Festival Transmuraille, concours pour l’intégration en prison en partenariat avec des associations (un des primés lors d’une des premières éditions n’était d’ailleurs jamais revenu !). La BD donne donc la possibilité à des gens exilés de se faire connaître : le premier gagnant a pu rencontrer des éditeurs, entamer une carrière.

–          Quid de la concurrence entre festivals ?

SL : pour le Québec, on ne peut pas vraiment parler de concurrence parce qu’il y a 4 ou 5 festivals avec six mois d’écart et à 400-500 kilomètres de distance. La faiblesse du nombre et de moyens nous poussent à la collaboration.

PB : il y a des années on avait initié des projets de mise ensemble, mais des problèmes de personnalités se sont posés. Il faut cependant multiplier les partenariats, pour le matos, les expos. La création d’un interfestival a raté mais ce sont avant tout des problèmes de personnes. On travaille ensemble sans que cela soit institutionnalisé, on agit tous en synergie : Grenoble, Lyon, Décines. Cependant, c’est plus difficile en France de ne pas évoquer la concurrence dans la mesure où il y a presque 500 festivals de BD.

FG : Angoulême s’est opposé à Glénat et Grenoble mais à part cette rivalité il n’y a que de la solidarité. Se pose néanmoins le problème du calendrier : 400 manifestations par an, le problème est de faire venir des auteurs et de ne pas tomber en même temps qu’un autre grand festival.

PAR : le plus important c’est de respecter l’esprit BD, la collaboration, l’émulation, la courte échelle.

–          Question de la salle : avez-vous pensé à un système de financement en crowdfunding ?

PAR : ce financement participatif est une vraie opportunité, mais nous ne pouvons le justifier qu’à travers un événement ponctuel (la venue d’un auteur réputé, une exposition), non pour engager des frais de maintenance, de gestion et d’organisation.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *