Retours sur le séminaire « La bande dessinée en questions » : quelques notes sur les espaces de la lecture de bandes dessinées

Pour la reprise du séminaire La bande dessinée en questions de l’ENSSIB, Pascal Robert avait invité Benoît Berthou et Julia Bonaccorsi (voir le programme et la présentation de la séance du 31 octobre). Sans prétendre à un compte-rendu exhaustif de cette séance, voici quelques observations à partir de notes prises lors d’un séminaire passionnant, où les questions des pratiques de lectures ont été au coeur des échanges entre les intervenants et l’auditoire. Parti pris ici, de ne pas rendre compte de toute la richesse du séminaire : on focalisera ce retour de séminaire sur une seule question (parmi les nombreux points abordés) : celle des espaces de la lecture de bandes dessinées.

Où sont les lecteurs de bandes dessinées ? Comment s’approprient-ils les espaces dédiés à la lecture ? Comment « apprivoisionnent-ils » des espaces non dédiés à la lecture comme fonction principale ?

Les recherches menées à l’Université sur la bande dessinée doivent davantage questionner la question des pratiques de lecture : Benoît Berthou a présenté les résultats d’une recherche menée à la Bpi (Bibliothèque publique d’information Centre Pompidou, Paris) : son intervention a montré l’importance de la collaboration avec les bibliothèques et les bibliothécaires pour (re)penser la bande dessinée. Présentant à la fois cette recherche et la revue Comicalités (qui est l’une des rares revues scientifiques consacrées à la bande dessinée sur le « marché », toutes langues confondues). Son intervention a posé en filigrane la question de la médiation : question qui s’était posée au prisme des sciences dites « dures » lors de notre première journée d’études Vulgariser par les bulles (13 juin 2013), notamment dans l’intervention de Christophe Mathieu : « La médiation scientifique par la BD : support de vulgarisation des années 1950 à nos jours« . Julia Bonaccorsi a questionné les blogs-BD au prisme des allers-retours entre blogs-BD et BD papier.

Benoît Berthou et Julia Bonaccorsi ont également discuté d’aspects très concrets : la bande dessinée reste coûteuse (Benoît Berthou a donné l’exemple d’un manga particulièrement prisé chez les enfants et adolescents : Naruto vendu à presque 7 euros le tome, compte aujourd’hui 65 tomes – et il n’est pas achevé -, soit pour l’heure un coût de 450 euros environ pour la collection ; et l’exemple de 20th Century Boys : 22 tomes à 9 euros chacun = 198 euros, sans compter la suite 21th Century Boys). Benoît Berthou a également montré que si la bande dessinée papier se prêtait à la collection, la BD numérique, elle, ne semblait pas produire la même pratique, selon les résultats de l’étude menée à la Bpi. Deux types d’espaces sont donc propices à la lecture de bandes dessinées :

  • La bibliothèque : Benoît Berthou a montré que les lecteurs se déclarant lecteurs de bandes dessinées étaient nettement plus nombreux (28 % d’inscriptions) que la moyenne des lecteurs (18 %) à s’inscrire en bibliothèque. Ce taux augmente bien plus considérablement pour les lecteurs se déclarant lecteurs de bandes dessinées et férus d’un genre de bande dessinée (par exemple 58 % des lecteurs se déclarant lecteurs de mangas s’inscrivent en bibliothèque). On peut également noter que les espaces dédiés à la bande dessinée ont fortement évolué dans les différents types de bibliothèque, qu’il s’agisse de l’ouverture en janvier 2013 d’un espace spécifique, le « Salon graphique » à la Bpi, ou des profondes modifications de l’agencement spatial des bibliothèques municipales qui tendent à ne plus séparer en deux salles très distinctes la littérature de jeunesse et la littérature pour adultes : une grande partie de la bande dessinée se retrouvait, il y a une vingtaine d’années dans les salles « littérature pour enfants », seules des bandes dessinées catégorisées « pour adultes » se trouvant dans la salle « pour adultes », reléguant la bande dessinée à une seule littérature de jeunesse. Cette évolution de l’agencement spatial des bibliothèques a certainement des conséquences dans les pratiques de lecture, n’enfermant plus la bande dessinée dans une « littérature de jeunesse », et l’ouvrant à ces différents publics.
La salle de lecture de la bibliothèque de la Bande dessinée et de l'image. Photo : Caroline Janvier © CIBDI. Cité dans Gilles Ciment et Catherine Ferreyolle, 2009, Bulletin de Bibliothèques de France, vol. 54, n°1/2009, pp. 75-79.

La salle de lecture de la bibliothèque de la Bande dessinée et de l’image.
Crédits photographiques : Caroline Janvier © CIBDI.
Publiée dans : Gilles Ciment et Catherine Ferreyolle, 2009, « La bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême« , Bulletin de Bibliothèques de France, vol. 54, n°1/2009, pp. 77.

Le "Salon graphique", un espace dédié à la bande dessinée à la Bpi depuis janvier 2013 Source : site de la Bpi (Bibliothèque publique d'information Centre Pompidou, Paris).

Le « Salon graphique », un espace dédié à la bande dessinée à la Bpi (Bibliothèque publique d’information Centre Pompidou, Paris) depuis janvier 2013
Source : site de la Bpi.

 

  • Les espaces numériques :
    • les espaces-virtuels comme espaces de lecture : la numérisation de la bande dessinée produit ainsi de nouveaux espaces de lecture :
      • les espaces virtuels accueillant des bandes dessinées piratées : Benoît Berthou a discuté des décalages entre les pratiques culturelles et la marchandisation (47 % des lecteurs de bandes dessinées numériques disent n’en avoir jamais acheté, alors que 29 % seulement disent n’en posséder aucune – le décalage ne passe pas seulement par le piratage, mais aussi par les « échanges » entre supports numériques et par la possibilité de télécharger un nombre conséquent de bandes dessinées numériques légalement dans la gratuité, décalage difficile à mesurer précisément).
      • les espaces virtuels légaux où télécharger de la bande dessinée numérique : les échanges avec l’auditoire ont montré la grande complexité (notamment juridique et technique) de l’acquisition de BD numériques en bibliothèques.
    • les blogs-BD : évoqués en détail dans l’intervention de Julia Bonaccorsi, ce sont des espaces virtuels qui sont à l’interface entre la bande dessinée numérique et la bande dessinée papier. Julia Bonaccursi a présenté les blogs-BD comme des espaces d’innovations créatives (permettant aux auteurs de se « tester » sur des styles de dessins, de supports et de matériaux différents – depuis la planche dessinée à la main et scannée à la planche réalisée numériquement, par exemple) d’une part, et des espaces-interfaces entre l’auteur et son lectorat d’autre part (Julia Bonuccorsi a, par exemple, évoqué la 4ème de couverture du 7e album de Notes de Boulet : FormicaPunk où celui-ci joue . avec les commentaires de ces lecteurs sur bouletcorp)

Les tablettes, nouvel espace virtuel de lecture des BD
Source : Site de la Médiathèque CE EADS ASTRIUM.

Le blog-BD Chicou-Chicou

Le blog-BD Chicou-Chicou

Le blog-BD bouletcorp

Album et blog-BD : allers-retours entre numérique et papier dans la bande dessinée Source : Boulet, 2012, Notes, tome 7, FormicaPunk, Delcourt, 4ème de couverture

Album et blog-BD : allers-retours entre numérique
et papier dans la bande dessinée

Source : Boulet, 2012, Notes, tome 7, FormicaPunk,
Delcourt, 4ème de couverture.

 

On pourrait noter d’autres types d’espaces de lecture de bandes dessinées, qui révèlent des pratiques émergentes, et une plus grande reconnaissance de la bande dessinée dans l’espace public, bien que ces pratiques ne fassent pas disparaître l’idée d’un « mauvais genre » dans l’esprit de ceux qui observent les lecteurs de bandes dessinées :

  • Les librairies spécialisées et les espaces aménagés dans les librairies généralistes : si les premières (librairies spécialisées) sont des espaces dédiés non seulement à la vente, mais aussi à une découverte qui laisse place à la lecture, c’est plus récemment que les librairies généralistes ont offert des espaces dédiés à la lecture. il y a quelques années, la FNAC a proposé une publicité télévisée montrant Jean-Luc, un « lecteur de la Fnac » qui vient très régulièrement lire des BD sans en acheter une seule. Par le prénom, la publicité met en avant que le lecteur est tout aussi accepté que l’acheteur. C’est bien sur l’appropriation de l’espace de vente par les lecteurs/acheteurs que se construit la marchandisation de l’espace dans cette enseigne. Plus récemment, la Fnac des Halles (Paris) a installé deux très grands espaces, l’un dédié à la lecture des albums et des comics (au rez-de-chaussée) et l’autre aux mangas (au 2ème étage), tout deux nommés « Espace Passion ». L’espace de vente est aménagé pour laisser de la place à la lecture, la Fnac se positionnant, par cet agencement spatial, dans la concurrence des espaces de lecture « traditionnels » (notamment les bibliothèques), mais surtout des librairies spécialisées (la Fnac des Halles se présente ainsi comme « la plus grande bédéthèque de France » sur la page dédiée à l’Espace Passion BD, jouant de la concurrence avec ses deux espaces de lecture pour l’un, de vente pour l’autre). L’espace de vente des bandes dessinées est aussi devenu un espace publicitaire, puisqu’il s’agit avant tout d’un marketing spatial (la Fnac se montrant comme un espace pour la bande dessinée, quelque soit les sommes dépensées par les lecteurs).
L'Espace Passion BD de la Fnac Forum (Les Halles, Paris). Source : Sylvain LESAGE, 2010, "Etranges passions", du9, l'autre bande dessinée, mars 2010.

L’Espace Passion BD de la Fnac Forum (Les Halles, Paris)
Source : Sylvain LESAGE, 2010, « Etranges passions« , du9, l’autre bande dessinée, mars 2010. 

L'Espace Passion Manga de la Fnac Forum (Les Halles, Paris)Source : Sylvain LESAGE, 2010, "Etranges passions", du9, l'autre bande dessinée, mars 2010.

L’Espace Passion Manga de la Fnac Forum (Les Halles, Paris)
Source : Sylvain LESAGE, 2010, « Etranges passions« , du9, l’autre bande dessinée, mars 2010.

« Ainsi, les banquettes, qui donnent leur ambiance si conviviale au lieu, ne sont pas autre chose qu’une adaptation à l’utilisation du lieu, où, de toute façon, les lecteurs feuillettent les albums n’importe où, et gênent le travail des vendeurs : tant qu’à faire, autant faire de cette contrainte un atout. Il y a quelques années, la Fnac avait utilisé Jean-Luc, incarnation du lecteur «parasite» qui grandit dans le rayon et gêne les clients, comme égérie publicitaire. On retrouve là, au fond, la même approche : faire de l’appropriation du lieu par les clients un élément d’identité de la chaîne — et de ce point de vue, la Fnac fait preuve d’un indéniable talent. » (Sylvain LESAGE, 2010, « Etranges passions« , du9, l’autre bande dessinée, mai 2010).

 

  • Les expositions : d’une part, la BD squatte les musées ces temps-ci (Astérix à la BnF !Albums. Bande dessinée et immigration 1913-2013Les mondes de GotlibLa bande dessinée regarde le mondeNocturnes : le rêve dans la bande dessinée, etc.) ; d’autre part, de plus en plus d’expositions plus modestes existent, notamment sous la forme d’expositions de planches originales, voire d’une présentation de la bande dessinée planche par planche, dispersées dans une salle de lecture : une autre expérience de lecture s’offre ainsi aux lecteurs, parfois gênés, parfois enthousiasmés de ce « parcours de lecture ». A titre d’exemple, les planches de l’album Le bleu est une couleur chaude (Julie Maroch, Glénat, 2010) ont été exposées dans plusieurs lieux, et notamment au Centre belge de la Bande dessinée au printemps 2010. Cette « lecture marchée » d’un album perturbe totalement le lecteur (d’autant plus qu’il s’agit, dans cet album, de montrer l’intimité de deux jeunes femmes, pouvant mettre mal à l’aise lecteur, qui n’est plus enfermé dans son espace domestique, mais bousculé par la bande dessinée dans un espace public, bousculé par la présence d’autres « lecteurs-visiteurs »). Cette démarche permet d’interroger nos pratiques spatiales de lecture (et pas seulement nos pratiques culturelles) : existe-t-il des bandes dessinées que l’on peut/ne peut pas lire dans l’espace public ? Ces pratiques spatiales ne sont-elles pas en train de se modifier avec la présence de plus en plus importante de lecteurs (surtout de mangas, notamment parce que ces derniers, de petit format, ne sont pas « spatiovores ») de bandes dessinées dans les transports en commun (métro, bus, train…), tout comme d’autres utilisent leur téléphone portable ou leur tablette numérique pour occuper ces interstices temporels dans nos rythmes quotidiens. Le manga, peut-être l’une des formes de bandes dessinées le plus souvent perçues comme « mauvais genre » (à ce propos, voir notamment : Xavier GUILBERT, 2012, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations« , Comicalités, dossier « La bande dessinée : un « art sans mémoire » ? », 10 février 2012), semble aujourd’hui trouver sa place dans ces entre-deux, sans que les regards ne se portent sur le lecteur dans les transports en commun.
Une autre manière de lire la bande dessinée : l'exposition de la BD comme "lecture marchée" Photographies : L'exposition des planches de l'album Le bleu est une couleur chaude au Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles (23 mars - 18 avril 2010) Source : Julie MAROH, site Les coeurs exacerbés, mars 2010.

Une autre manière de lire la bande dessinée :
l’exposition de la BD comme « lecture marchée »
Photographies : L’exposition des planches de l’album Le bleu est une couleur chaude au Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles (23 mars – 18 avril 2010)
Source : Julie MAROH, site Les coeurs exacerbés, mars 2010.

La publicité pour des mangas dans le métro à Tokyo. Source : blog Japan Touch, juin 2012.

La publicité pour des mangas dans le métro à Tokyo
Source : blog Japan Touch, juin 2012.

Les transports en commun, des espaces mobiles devenus "ordinaires" pour la lecture de bande dessinée Source : blog La voi(e)x du fou, 15 novembre 2011.

Les transports en commun, des espaces mobiles devenus « ordinaires » pour la lecture de bande dessinée
Source : blog La voi(e)x du fou, 15 novembre 2011.

 

  • L’espace de la salle de classe : lire la bande dessinée comme « neuvième art » (et non plus comme « mauvais genre ») passe aussi par son rapport à l’école. Dans un premier temps, les bandes dessinées (la franco-belge, puis plus récemment les mangas) ont investi l’espace des CDI (les bibliothèques de l’enseignement secondaire). Mais, depuis une dizaine d’années, on assiste à un second mouvement, bien plus conséquent dans la légitimation de la bande dessinée dans l’espace scolaire (sa présence dans les CDI n’en faisaient qu’un livre « récréatif » plus qu’un livre « de lecture ») : n’étant plus reléguée dans un des espaces récréatifs de l’espace scolaire, la bande dessinée a investi les salles de classe, notamment en arts plastiques et en langues (avec, par exemple, Malfalda en espagnol ou encore Calvin & Hobbes en anglais), et plus récemment dans l’enseignement en français/littérature, en histoire de l’art, ou encore en histoire-géographie (voir, à titre d’exemples, le blog d’un collectif d’enseignants en histoire-géographie, Samarra, ou des propositions de séquences pédagogiques pour enseigner l’histoire de l’immigration ou la géographie de la ville de Tokyo, à partir de l’étude en classe de bandes dessinées). Des ouvrages publiés par les instances pédagogiques (CNDP ou CRDP), tels que la collection « La BD de case en classe« , participent pleinement de cette légitimation de la bande dessinée dans la salle de classe, qui est devenu un espace où la bande dessinée peut participer à la co-construction des savoirs.

Extrait de la séquence pédagogique "Tokyo dans la mégapole japonaise (Géographie 4ème) de Patricia BARBON Source : site Histoire - Géographie - Education civique de l'académie de Paris.

Extrait de la séquence pédagogique « Tokyo dans la mégapole japonaise (Géographie 4ème) » de Patricia BARBON
Source : site Histoire – Géographie – Education civique de l’académie de Paris.

 

Il serait intéressant de questionner dans quelle mesure ces pratiques de lecture dans des espaces publics qui ne sont pas des bibliothèques (et donc ne sont pas des espaces dédiés à la fonction lecture – les librairies ont pour vocation première de vendre, et de faire lire ailleurs que dans leur espace de vente) impactent l’image de la bande dessinée dans l’imaginaire collectif (et de mesurer les différences entre les différents types de bandes dessinées, les différents âges des publics, etc. face à cette représentation des lecteurs de BD).

–> Ces quelques observations ont pour objectif de montrer l’enjeu de penser de la lecture de bande dessinée par le prisme de la dimension spatiale.

Les évolutions des espaces de la lecture de la bande dessinée contribuent-elles à faire accepter la bande dessinée dans l’espace public, ou renforcent-elles son image de « mauvais genre » ? Les aménagements de l’espace de la bibliothèque/médiathèque contribuent-ils au décloisonnement de la bande dessinée « pour enfants » et à son acceptation (par-delà certains genres d’emblée identifiés « pour adultes ») pour un public plus vaste ? Les espaces virtuels contribuent-ils à créer des « communautés de lecteurs » (telles que l’on peut voir émerger des réseaux sociaux à partir des jeux vidéo dits « MMO » – massivement multijoueurs – comme World of Warcraft) ? etc.

 

Quelques ressources pour aller plus loin :

 

A noter : Un colloque a été organisé, lors de la 7e Université d’été de la bande dessinée (du 1er au 3 juillet 2013 à Angoulême) intitulé « Penser la lecture de bandes dessinées. Lecteurs, interprétations, légitimités de la lecture d’art séquentiel » (l’appel à contributions pour ce colloque fait figure de texte fondateur sur la réflexion sur la lecture et les lecteurs de bandes dessinées ; voir également le programme).

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *