Série Ethnicity 01 (4) : La guerre, la ville et la carte

Suite de la série sur le manga Ethnicity 01 avec un billet sur les représentations de la carte comme enjeu politique. « Les cartes sont très présentes, dans un grand nombre de bandes dessinées, tous styles confondus. Elles font souvent partie intégrante de l’univers décrit et permettent au lecteur d’en apprendre davantage sur le monde dans lequel prend place la narration. Objet éminemment visuel, la carte est aussi mobilisée pour faire vagabonder notre imagination. Car elle fait beaucoup plus que situer des lieux, des frontières et des hommes : elle engendre le rêve et l’évasion. Elle crée une ambiance, raconte déjà toute une histoire et donne une atmosphère au récit. » (Olivier MARLET, 2007, « Voyage dans la bande dessinée à travers quelques cartes« , Mappemonde, n°87, n°3/2007).

Ethnicity01_tome1_Planche21

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01, tome 1, planche 21, Doki-Doki.

Dans le manga Ethnicity 01, la carte et l’absence de la carte donnent bien plus qu’un élément d’ambiance : la carte ne permet pas seulement de situer le monde imaginaire de la cité fortifiée de Sensoram : telle la représentation des cartes aux trésors dans des bande dessinées telles que De cape et de crocsRatafia ou Rosco le Rouge, la carte a son importance dans le récit. « Lieu de mémoire, la carte répond souvent à des enjeux de contrôle de l’espace » (« Introduction« , exposition virtuelle Les enjeux de la cartographie, BnF). La carte dans Ethnicity 01 est utilisée comme un instrument de pouvoir, de contrôle et de domination. Dans cette perspective, on propose de regarder ce manga sous le prisme d’une réflexion sur les enjeux politiques de la carte.

La carte, outil de manipulation politique Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01, tome 3, planche 49, Doki-Doki.

La carte, outil de manipulation politique
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 3, planche 49, Doki-Doki.

 

 

La guerre, la ville et la carte

On détourne ici, à dessein, le titre de l’ouvrage de l’historien Jean-Louis Dufour : La guerre, la ville et le soldat (Odile Jacob, 2002). La carte prend, en effet, une part importante dans le récit (on n’en révélera pas ici tous les aspects pour les lecteurs n’ayant pas encore lu le manga et voulant le découvrir). Dans la ville post-catastrophe de Sensoram, l’importance du contrôle du territoire est au coeur de la survie des habitants : les guerres et les famines post-catastrophes ont dévasté une grande partie du monde sur lequel sont bâties les cités fortifiées comme des espaces-sanctuaires. Le manga Ethnicity 01 montre ainsi une géographie de l’enfermement à l’intérieur de Sensoram et une géographie de l’exclusion à l’extérieur de Sensoram, dans les « zones blanches ». Les habitants de ces deux territoires ont un point commun : leur accès limité, voire impossible, à la carte de leur territoire du quotidien, et plus encore la méconnaissance de ce qu’est le territoire de « l’Autre ».

Or l’espace, en tant que produit de l’appropriation, de l’aménagement et de la transformation par les sociétés humaines, n’est pas facile à appréhender sans description (savoir ce qui fait mon territoire), sans représentation (dont la carte est un outil privilégié). L’expérimentation spatiale seule ne peut pas permettre de se représenter son propre espace de vie : la carte est, à ce titre, un moyen de dépasser l’expérience empirique immédiate. Dans de nombreuses bandes dessinées, la carte ne dessine pas seulement une ambiance pour le lecteur, il lui permet de s’approprier le territoire imaginaire que les auteurs lui proposent. Pourtant, la carte n’est pas une présentation de l’espace (réel ou imaginaire), mais une représentation : l’auteur de la carte sélectionne les éléments qui font sens, dans son propre imaginaire spatial (ou dans celui de son commanditaire), la carte reste un discours sur l’espace. A noter également que ce n’est qu’une forme parmi d’autres pour représenter l’espace (de nombreuses sociétés ont vécu sans carte, mais d’autres vecteurs leur permettaient de (se) représenter l’espace). Que vient donc faire la carte dans un manga comme Ethnicity 01 dans lequel les personnages sont sans cesse confronter à sa présence ou son absence, à sa clarté ou ses faussetés, à son usage quotidien ou ses manipulations politiques ?

Plus qu’une ambiance, la carte est ici au coeur du récit : elle est un outil de contrôle du territoire et des populations pour les acteurs de la gouvernance urbaine (le Grand Conseil et tout particulièrement son leader politique Nortréga), elle est un enjeu pour la rébellion qui se joue dans les « zones blanches », elle est un moyen de désinformer cette rébellion sur son propre territoire. Dès sa déchéance (perte de son statut de citoyen et relégation dans les « zones blanches »), Niko fait face au pouvoir de la carte (en recevant de la part de son amie de classe Sio de très nombreuses cartes de Sensoram et des « zones blanches »).

 

 

Les citoyens de Sensoram et la carte de leur espace de vie : une géographie de la domination par la carte

Dans Ethnicity, le premier rapport à la carte relève d’une géographie de la domination : ce sont les e-pets qui guident les citoyens par les cartes (sous un format de guidage GPS) auxquelles ils donnent accès, partiellement, sous forme de plans. C’est un moyen de contrôler les citoyens dans leurs mobilités à l’intérieur même de la cité fortifiée de Sensoram. Les cartes n’apparaissent donc pas comme un outil dont les citoyens de Sensoram pourraient s’emparer. Pourtant, tout processus de territorialisation nécessite une représentation de son espace de vie, de son espace politique, de son espace identitaire. Les habitants de Sensoram se savent citoyens d’une ville qui leur échappe en grande partie, notamment parce que leurs mobilités sont contrôlées (voir le billet « Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination« ), mais aussi parce que leur accessibilité à la carte de leur propre territoire du quotidien est « tronquée » et partielle. Chaque citoyen n’y a un accès limité que par le biais de son e-pet, qui choisit ainsi ses trajectoires dans la ville. Les e-pet sont donc, pour les citoyens, des « GPS intelligents », dans la mesure où ce sont eux qui choisissent la trajectoire et les éléments de la carte de Sensoram qu’ils souhaitent faire parvenir aux citoyens. Le GPS ne peut être paramétré par le citoyen, et le rapport à l’espace s’inverse : ce sont les robots qui contrôlent les mobilités des citoyens, et par voie de conséquence leur appropriation territoriale. Dans la ville de Sensoram, où l’urbanisme hygiéniste fait place à une géographie de la domination, aucun plan de ville n’apparaît dans les rues ou sur les places. L’appropriation des territoires du quotidien par les citoyens est donc partielle, et ne se fait que par le biais d’une expérimentation empirique, elle-même contrainte dans ses trajectoires. La carte est alors, par le biais des e-pet, un outil de domination spatiale sur les citoyens, et par-là un outil de contrôle politique.

Des mobilités sous contrôle : Niko et son e-pet tentant de la remettre sur le "droit chemin"Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planches 24-25, Doki-Doki.

Des mobilités sous contrôle :
Niko et son e-pet tentant de la remettre sur le « droit chemin »

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planches 24-25, Doki-Doki.

 

Les « exilés », les citoyens de Sensoram et les « zones blanches » : la carte comme outil de contrôle des « indésirables »

Autre aspect particulièrement présent dans le manga Ethnicity 01 : l’absence de cartographie (tout du moins ces cartes sont la propriété de la seule élite de Sensoram) des « zones blanches », c’est-à-dire des extérieurs de la ville (voir le billet « Les « zones blanches » : les banlieues des bannis, espaces de violence« ). Leurs habitants – les exilés – n’ont pas accès à la cartographie de leur propre espace de vie. Les « zones blanches » sont elles-mêmes non reliées les unes aux autres (séparées par des frontières surveillées par les crache-mort), et l’ensemble de ces zones sont donc de véritables terra incognita, des terres dont on ne connaît pas la topographie, l’habitat, la population… pour les habitants des « zones blanches » eux-mêmes. Les « zones blanches », enfin, n’apparaissent jamais dans les connaissances des citoyens de Sensoram qui n’ont même pas connaissance des exilés.

Niko accède, par le biais de son amie Sio, à quelques cartes des « zones blanches », alors qu’elle est exilée. Cette possession de la carte devient un outil de puissance, dans la géographie de la révolte au sein des « zones blanches ». Rapidement, un malaise s’instaure : pourquoi son amie possède et peut transmettre de telles données cartographiques, inaccessibles au reste des citoyens de Sensoram tout comme aux exilés ? La carte, au coeur du scénario, n’est pas qu’un simple « décor », une seule ambiance : elle est un enjeu de pouvoir, alors que le contrôle de celui-ci est au coeur du manga. La question de la possession de la carte est au coeur de la description du monde de Sensoram et des « zones blanches », conçu par une géographie de la domination et de l’exclusion. 

De fait, les cartes que possèdent Niko posent plus de questions qu’elles n’en résolvent : pourquoi et comment son amie Sio les a-t-elle eu en sa possession ? Ces cartes, qui sont des plans d’urbanisme des « zones blanches » et de la cité fortifiée de Sensoram, sont-elles « justes » (à défaut pour pouvoir dire toute la vérité, à moins de n’être réalisée à l’échelle 1/1, les cartes peuvent tendre à l’objectivité et à la représentation de la réalité) ? Mais toutes ces questions (qui seront des « clefs » de la fin du scénario) révèlent le poids de la carte dans ce manga : bien pus qu’un élément permettant au lecteur de se situer dans la monde imaginaire qui lui est proposé, la carte est avant tout un outil de contrôle et de domination, un outil du politique, et un outil stratégique, rappelant là combien les cartes et leur production sont intimement liées à la guerre.

Les cartes que Niko reçoit : outil de la révolution ou outil de domination ?Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 3, planche 16, Doki-Doki.

Les cartes que Niko reçoit : outil de la révolution ou outil de domination ?
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 3, planche 16, Doki-Doki.

 

 

La carte, ça sert à faire la guerre ?

L’enfermement le plus absolu des cartes dans les seuls espaces du pouvoir (les bâtiments du Grand Conseil) rappelle combien géographie et cartographie sont des savoirs stratégiques. Le titre de cette partie fait un clin d’oeil au célèbre essai du géographe Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, dans lequel il dénonce que la géographie et la cartographie sont trop souvent aux mains des élites (donnant l’exemple caricatural de la confidentialité des cartes en URSS). Dans cet essai, Yves Lacoste exhorte les géographes à reprendre en main les questions politiques (qui avaient quasiment disparu de la géographie française aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale) et à les rendre accessibles à tous, notamment dans une démarche de géographie active et engagée qui veille à réfléchir à l’utilité sociale de la discipline. « Il prend l’exemple d’une démocratique manifestation de rue, où le public « qui ne peut se procurer un plan de la ville », se trouve à la merci « de la police qui met en place un quadrillage d’autant plus efficace qu’il est difficile à d’autre qu’elle de se le représenter spatialement ». » (Michel Bussi, 2007, « Pour une géographie de la démocratie. La géographie, ça sert maintenant à faire la paix ?« , L’espace politique, n°1, paragraphe 2).

Dans le manga Ethnicity 01, cette utilité sociale de la géographie et de la cartographie sont montrées par leur total contrôle par la seule élite politique (le Grand Conseil, et surtout son leader politique Nortréga). La ville post-catastrophe a rapidement laissé place à une ville sous contrôle autoritarisme, à un « Disneyland stalinien » (pour reprendre l’expression de Cécile Gintrac et Anne Fénot pour décrire la ville-capitale que Niazov, l’ancien président du Turkménistan, a transformé pour en faire un espace-vitrine de son pouvoir absolu : Anne Fénot et Cécile Gintrac, 2005, Achgabat, une capitale ostentatoire. urbanisme et autocratie au Turkménistan, L’Harmattan/IFEAC, Paris, 228 p.). La carte est même aux seules mains de Nortréga, échappant au reste des acteurs du pouvoir : dès lors, le manga Ethnicity 01 montre la carte comme outil de manipulation et de domination. « La carte géographique n’est pas le territoire. Elle en est tout au plus une représentation ou une « perception ». La carte n’offre aux yeux du public que ce que le cartographe (ou ses commanditaires) veut montrer. Elle ne donne qu’une image tronquée, incomplète, partiale, voire trafiquée de la réalité. Voilà de quoi sonner le glas des illusions de cette partie du public qui lit la carte comme un fidèle reflet de ce qui se passe sur le terrain. » (Philippe Rekacewicz, 2006, « La cartographie, entre science, art et manipulation« , Le Monde diplomatique, février 2006). La représentation de la carte dans ce manga montre bien ces enjeux de la carte comme outil du politique, outil pour faire politique, outil pour analyser le politique.

Seul Nortréga possède des cartes papiers de la cité fortifiée de Sensoram et des "zones blanches"

Seul Nortréga possède des cartes papiers
de la cité fortifiée de Sensoram et des « zones blanches »

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planches 133, Doki-Doki.

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *