Série Ethnicity 01 (3) : Les « zones blanches » : les banlieues des bannis, espaces de violence

Pour poursuivre la série sur le manga Ethnicity 01, observons les espaces hors de la cité fortifiée : les « zones blanches » où vivent les « exilés », c’est-à-dire ceux qui sont exclus de Sensoram, la ville post-catastrophe dans laquelle se dessine une géographie de l’enfermement. Les « zones blanches » sont les espaces représentés sur les couvertures des trois tomes qui constituent la série : c’est bien dans ces marges spatiales que se déroule l’action de l’ensemble du manga, depuis la déchéance de Niko qui a perdu son statut de citoyen. Ce sont à la fois des espaces de la contestation de l’ordre social et politique imposé par les autorités de la cité fortifiée de Sensoram, et des espaces qui sont des miroirs de la ville de Sensoram.

Les couvertures des trois tomes de la série Ethnicity 01.

Les couvertures françaises des trois tomes de la série Ethnicity 01.

 

 Les « zones blanches » :
les banlieues des bannis,
espaces de violence

 

Les zones blanches, les périphéries des exclus

La ville « officielle » (la cité fortifiée de Sensoram) est protégée par un système de contrôle de la démographie : la ville et la société ont été produites par une catastrophe climatique qui a provoqué un surpeuplement des zones habitables, et de fait des guerres et des famines liées à la ruée aux ressources. Les « zones blanches » sont les périphéries de la cité fortifiée, des banlieues reléguées hors de la ville. En cela, le manga renvoie à la question de l’imaginaire des marges urbaines. On a choisi, ici, volontairement de qualifier ces espaces de relégation par le terme de « banlieue », en faisant référence d’une part à la situation de ces espaces (hors de la cité fortifiée), d’autre part à l’imaginaire du mot « banlieue » en français.

« Le terme banlieue recouvre aujourd’hui, surtout dans le langage courant, un glissement sémantique majeur, consistant à faire coïncider un problème social, celui de la ségrégation, avec un fait spatial, celui d’habiter dans les grands ensembles en première ou deuxième couronne. Même si juridiquement le ban a disparu (en France, au XIIIe siècle, le terme désigne l’espace d’une lieue autour d’une ville où s’exerçait la juridiction de celle-ci, en particulier le droit de ban »), il survit toujours dans l’imaginaire de la ville, relayé efficacement par les médias. Peut-être la seule force à opposer à cette insidieuse prégnance du terme est celle du paysage que ces territoires constituent. Un paysage qui se construit partout en Europe, dont tout le territoire devient urbain, et qui devance dans sa matérialité la course au meilleur mot pour le nommer. »

Source : G. ADELL et X. CAPODANO, 1996, « Dire les nouveaux territoires : du stigmate de la banlieue à l’ubiquité du paysage », dans Colloque Les mots de la ville, Paris, 4-6 décembre 1997..
Cité dans : Elisabeth DORIER-APPRILL, 2001, Vocabulaire de la ville. Notions et références, Editions du temps, collection Question de géographie, Nantes, pp. 41-42.

Pourquoi choisir ici d’évoquer le terme de banlieue qui reste particulièrement porteur de lieux communs, voire de clichés (voir, à ce propos, Hervé VIEILLARD-BARON, 2006, « La banlieue au risque des définitions« , Géoconfluences, dossier « La France : des territoires en mutation », 5 avril 2006) pour décrire les « zones blanches » ?

« La banlieue contemporaine porte une charge qui la dépasse. Elle souligne de manière emblématique la dissociation contemporaine entre un espace virtuel de très haute fréquence et un territoire réel de fréquence nulle ou incertaine, celui de la quotidienneté difficile, de la petite appropriation et des solidarités sans tapage. C’est probablement dans le cadre de cette banlieue virtuelle qu’on pourrait situer les deux mythes qui parcourent l’histoire urbaine et qui ont fait florès ces dernières années : celui de la banlieue-ghetto, lieu de la relégation et des alchimies dangereuses, et celui du village urbain urbain fondé sur la mixité sociale et la convivialité. L’intelligibilité de la banlieue se situe probablement à mi-parcours, au-delà des mythes qui enrichissent l’imaginaire et en deçà des invocations grandiloquentes qui ponctuent les discours abstraits.« 

Source : Hervé VIEILLARD-BARON, 2006, « La banlieue au risque des définitions« , Géoconfluences, dossier « La France : des territoires en mutation », 5 avril 2006

De nombreuses bandes dessinées ont pris pour scène ou pour sujet la banlieue à proprement parler (Banlieue Sud de Jean Teulé, Les plans de la ville d’Adrien Fournier, la série Tendre banlieue de Tito…). Ici, la banlieue est mobilisée comme « métaphore spatiale » : en reprenant les termes du géographe Hervé Vieillard-Baron (ci-dessus), on utilise le terme de banlieue pour définir les zones blanches comme un espace de relégation (par une marginalisation spatiale, sociale et politique) où se jouent « de la petite appropriation et des solidarités sans tapage » (op. cit.). Les scènes dans les territoires du quotidien des exilés montrent à la fois cette « petite appropriation » et ces « solidarités sans tapage ».

Si la fragmentation urbaine, politique et sociale avec la cité fortifiée de Sensoram est très nettement marquée par des frontières urbaines militarisées (voir le billet « Série Ethnicity 01 (2) : Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination« ), les « zones blanches » sont pourtant des produits de la ville de Sensoram : c’est parce que Sensoram est construite comme une cité fortifiée où seuls les « désirables » sont autorisés à vivre qu’existent les « zones blanches ». Plus encore, les « zones blanches » sont produites pour le « bon plaisir » de quelques habitants de Sensoram (on ne révélera pas, ici, en quoi, ce qui gâcherait une partie de la lecture de ceux qui voudraient découvrir ce manga). S’ils sont situés « hors cité » (au double sens du terme, en tant que localisation et que société), on ne peut donc pas penser ces espaces périphériques comme des espaces produits sans la ville. C’est Sensoram qui produit ces banlieues, avec des logiques différentes de celles de l’étalement urbain bien évidemment. C’est la géographie de la domination qui dessine cette fragmentation urbaine.

 

 

Les zones blanches, une « modification coercitive du peuplement »

Dans cette perspective, la géographie du monde d’Ethnicity 01 dessine un monde de l’exclusion : les habitants des zones blanches sont maintenus à distance par la force armée (celle des crache-mort qui tuent toute personne tentant de transiter entre Sensoram et les « zones blanches »). Cette « banlieue des bannis » est une « modification coercitive du peuplement » (pour reprendre l’expression du géographe Stéphane Rosière), dans la mesure où, par la force, le peuplement est contrôlé et redistribué. « L’expression de modification coercitive du peuplement est ici utilisée pour désigner l’ensemble des processus violents mis en oeuvre par des acteurs politiques dans le but de transformer le peuplement » (Stéphane Rosière, 2007, « La modification coercitive du peuplement« , L’Information géographique, vol. 71, n°1/2007, p. 7).

Les principaux modes de modification coercitive du peuplement Source : Stéphane ROSIÈRE, 2007, "La modification coercitive du peuplement", L'Information géographique, vol. 71, n°1/2007, p. 10.

Les principaux modes de modification coercitive du peuplement
Source : Stéphane ROSIÈRE, 2007, « La modification coercitive du peuplement« ,
L’Information géographique, vol. 71, n°1/2007, p. 10.

Les « zones blanches » relèvent tout autant des logiques de l’exclusion (dans un premier temps, quand les habitants de Sensoram deviennent des exilés, c’est-à-dire des « indésirables » à Sensoram), que de celles du refoulement (dans un second temps, quand les exilés, devenus habitants des « zones blanches », ne peuvent plus pénétrer à Sensoram).

« Expulsion. Le mot vient du latin expulsio (de ex : hors-de et pellere : pousser) et désigne toute politique obligeant un individu ou un groupe d’individus, à quitter son domicile ou son territoire d’origine. Le terme peut s’appliquer à l’ensemble de la population d’un territoire ou à une catégorie, de quelque nature qu’elle soit (souvent une minorité ethnique). L’expulsion implique un acteur « expulsant », l’Etat le plus souvent, sinon l’armée ou un acteur armé du type guérilla. C’est que l’expulsion est le plus souvent le résultat d’une guerre.« 

« Refoulement. Le refoulement vise à interdire l’accès à un territoire. Il peut etre considéré comme une forme de ségrégation, mais il en diffère car si la ségrégation interdit la sortie d’un territoire réservé, le refoulement, lui, en interdit l’entrée. Il correspond donc à une forme de renversement d’une situation ségréguée. (…) Le refoulement (refusal of entry dans le langage administratif étasunien) a d’abord pour objet d’empêcher une personne ou un groupe de pénétrer sur un territoire. Le plus souvent, le refoulement vise à interdire un mouvement migratoire spontané, ce qui distingue nettement ce processus de la ségrégation qui oblige au déplacement, il constitue une stratégie défensive face à des flux considérés comme déstabilisants par les autorités des territoires où aboutissent ces flux.« 

Source : Stéphane ROSIÈRE, 2007, « La modification coercitive du peuplement« , L’Information géographique, vol. 71, n°1/2007, p. 16 et pp. 14-15.

Dans cette ville des exilés, se dessinent plusieurs catégories d’expulsés :

  • les enfants et adultes expulsés : ce sont des habitants qui se sont construits et qui ont vécu une partie de leur vie à Sensoram, et qui étaient « programmés » par leur code génétique à y rester toute leur vie, s’ils n’avaient pas « disjoncté » et perdu tous leurs points de citoyens.
  • les « souris » : ce sont des bébés nés dans des matrices (comme tous les autres habitants de Sensoram ou des « zones blanches ») défectueuses, qui vont être expulsés dès leur naissance. Privés de l’éducation d’un e-pet à l’intérieur de Sensoram, ils sont « sauvages » au coeur d’une ville.
Niko et les "souris" sur les toits de la zone blanche n°7Source : Couverture du tome 3 du manga Ethnicity 01.

Niko et les « souris » sur les toits de la zone blanche n°7
Source : Couverture du tome 3 du manga Ethnicity 01.

Le temps de l’expulsion « formate » l’habiter dans les « zones blanches ». Tandis que les exilés « disjonctés » s’établissent dans un bidonville qui devient, au fur et à mesure des années, un espace urbain informel « en dur », les « souris » restent des « sans-domicile » qui vivent dans les interstices des « zones blanches », en parallèle des autres habitants. A partir d’une même expérience spatiale (l’expulsion de Sensoram vers les « zones blanches »), se dessinent différents habiters : les modifications coercitives du peuplement qui sont mises en scène dans le manga Ethnicity 01 proposent ainsi un regard sur les stratégies spatiales des exilés. Les « zones blanches » peuvent donc être pensées comme des espaces de co-habitation qui participent ensemble d’une même construction d’un espace urbain que les exilés doivent habiter ensemble.

 

 

Les zones blanches, un antimonde ?

Les zones blanches peuvent être aussi interrogées au prisme de l' »antimonde » au sens du géographe Roger Brunet (à ce propos, voir une biblio/sitographie sur la géographie de l’antimonde). Pour Roger Brunet, l’antimonde est cette « partie du monde mal connue et qui tient à le rester, qui se présente à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable » (Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry, 1992, Les mots de la géographie : dictionnaire critique, La Documentation française, Paris, p. 35). Dans sa thèse de doctorat en géographie, Romain Cruse propose une typologie des espaces de l’antimonde, dans laquelle il distingue 4 types d’espaces : l’antimonde légal (tel que les prisons), l’antimonde dérogatoire (tel que les paradis fiscaux), l’antimonde informel (tel que les espaces du squat) et l’antimonde illégal (tel que les espaces des drogues illicites, de la prostitution, de la guérilla, des migrations clandestines).

Si la notion d’antimonde a souvent été critiquée pour ses limites, on la mobilise ici pour interroger les zones blanches « comme le négatif du monde et comme son double indispensable » (Roger Brunet, op. cit.). Les zones blanches sont les espaces de vie des « exilés », c’est-à-dire de ceux qui sont rejetés de la cité fortifiée de Sensoram et dont l’existence même n’existe plus pour cette société (en témoigne le compteur géant du nombre d’habitants qui ne prend pas en compte les morts des exilés).

« L’antimonde a ses propres structures, et ça et là des synapses pour communiquer avec le monde. Car si tous deux sont « parallèles », ils ne s’en rencontrent pas moins assez souvent. Leurs relations sont d’autant plus complexes que, dans toutes ses réactions à l’égard de son « Autre », le système est évidemment représenté par un certain nombre de ses propres acteurs, ceux qui relèvent du sous-système de gouvernement. Or ils sont loin d’être parfaitement informés, cohérents, sincères : ils reproduisent en leur sein la plupart des dérives précédentes. On trouve même en eux plus d’un agent de subversion, et déjà tous ceux qui sont porteurs de nouveauté, d’innovation. Les uns essaient de détruire les espaces de l’ombre, d’autres en vivent, certains les créent.« 

Source : Roger BRUNET, 1992, « Antimonde », dans Roger BRUNET,Robert FERRAS et Hervé THÉRY, 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique , La Documentation française, Paris.

On retrouve dans les « zones blanches » les différents usages de l’espace que le géographe Roger Brunet identifie pour définir l' »antimonde » :

  • la destruction des espaces de l’ombre : des habitants des « zones blanches » agissent pour détruire Sensoram (notamment le personnage d’Ashta – la rencontre entre Niko l’héroïne et Ashta étant le déclencheur de l’histoire), et par conséquent cette ville de l’apartheid social (ce ne sont pas des critères ethniques qui produisent ici l’apartheid, mais des critères de différenciation sociale entre les « choisis » de Sensoram et les « indésirables » expulsés dans les « zones blanches »),
  • les « zones blanches » comme espaces de vie : certains habitants des « zones blanches » s’opposent totalement aux personnages-acteurs de la destruction des espaces de l’ombre, et vivent dans les « zones blanches », résignés à leur sort, et tentant de s’y adapter au maximum. Ils voient dans ceux qui souhaitent la disparition du système d’apartheid social des menaces à leur quotidienneté, craignant la réaction des acteurs politiques de Sensoram,
  • les « zones blanches » comme espaces produits : que ce soient celles des personnages-habitants qui admettent vivre dans les « zones blanches » et s’y adaptent ou celles des personnages-acteurs de la violence sous la férule de Keô par exemple qui luttent pour la réunification des « zones blanches », les pratiques spatiales sont productrices d’espaces et d’appropriation.

De plus, le lien entre la cité fortifiée de Sensoram et les « zones blanches » montre que si ces mondes vivent en parallèle, ils sont tout de même très fortement connectés (que ce soit par les décisions du Grand Conseil de Sensoram, et surtout celles de son leader politique Nortréga). De même, l’approvisionnement alimentaire des « zones blanches » pose la question des liens entre le « monde » et son « antimonde ».

Première vue de la zone blanche n°7Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planche 11, Doki-Doki.

Première vue de la zone blanche n°7
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 11, Doki-Doki.

 

 

Les zones blanches, des territoires de l’attente ?

Les périphéries ne sont pas, dans le manga, seulement des marges spatiales : elles sont aussi (et avant tout) des marges sociales et politiques. Le premier exilé était un concurrent politique du dirigeant de la cité fortifiée de Sensoram. Dans cette perspective, les zones blanches sont aussi une métaphore des territoires de l’attente des migrants clandestins. Le paysage urbain qui nous est donné à voir est produit par une occupation informelle de l’espace. Si l’on a peu d’informations, à la lecture du manga, sur l’histoire des « zones blanches », le personnage du professeur (on garde en « mystère » son identité pour ceux qui voudraient lire le manga) nous permet de « dater » le système des « zones blanches », qui n’a pas existé au moment de la construction des cités fortifiées, mais après. Ces espaces sont des territoires produits par le politique, c’est-à-dire qu’ils ont été construits par les premiers exilés qui étaient des opposants au leader politique. Progressivement, cet exil s’est étendu à toute personne pouvant menacer la cité par un comportement qui sort de la « norme », du « formatage » par les e-pet. Seul le professeur explique à Niko l’historique des « zones blanches » : pour les autres habitants, ce ne sont plus des territoires de transit, mais des territoires du quotidien. Progressivement, l’habitat s’est durci, et cette occupation informelle de l’espace a fait ville et société. De fait, les territoires de l’attente des premiers exilés sont devenus de véritables villes.

Le parallèle peut-être possible avec les travaux de l’anthropologue Michel Agier (parmi d’autres) qui montrent comment les camps de réfugiés font ville en s’ancrant dans le temps et dans l’espace. « Progressivement, (les camps de réfugiés) deviennent les lieux d’une organisation de l’espace, d’une vie sociale et d’un système de pouvoir inexistants ailleurs » (Michel AGIER, 2001, « De nouvelles villes : les camps de réfugiés. Eléments d’ethnologie urbaine« , Les Annales de la recherche urbaine, n°91, p. 129). Les territoires de l’urgence (humanitaire dans les cas des camps de réfugiés ; de la survie dans le cas d’Ethnicity 01) se transforment en territoires du quotidien. « Edifié d’abord comme un authenthique désert ou comme un non-lieu, le camp de réfugiés peut-il devenir une ville au sens d’un espace de sociabilité urbaine, une urbi, voire au sens d’un espace politique, une polis ? » (Michel AGIER, 2001, « De nouvelles villes : les camps de réfugiés. Eléments d’ethnologie urbaine« , Les Annales de la recherche urbaine, n°91, p. 130).

Dans le cas du camp de réfugiés que Michel Agier analyse comme une « ville nue« , la comparaison entre ville et camp possède certaines limites : « le camp est comparable à une la ville, et pourtant il ne l' »atteint » pas. Une économie pourrait exister puisque des gens montrent qu’ils sont disposés à travailler (et, pour beaucoup, à rester où ils sont), une division sociale qui s’adapte à la pluralité des contraintes, une occupation de l’espace qui, toute précaire qu’elle soit, donne sens à un lieu à l’origine désertique » (Michel AGIER, 2001, « De nouvelles villes : les camps de réfugiés. Eléments d’ethnologie urbaine« , Les Annales de la recherche urbaine, n°91, p. 136). Les « zones blanches » dans Ethnicity 01 sont une « métaphore spatiale » qui pousse plus loin le parallèle entre les territoires de l’attente et la production de l’urbain : une économie s’y crée, une société s’y met en place avec ses acteurs de gouvernance, et l’informel devient le formel. Ethnicity 01 questionne donc, par le prisme des « zones blanches », la production de l’urbain par l’informel d’une part, et par les migrations forcées d’autre part.

 

 

Les zones blanches, des espaces de guerre

Les « zones blanches » sont aussi (et surtout) des espaces de la contestation : celle-ci est unanimement tournée vers Sensoram et ses acteurs politiques. Pourtant, la géographie des combats qui est dessinée par cette contestation et la volonté de détruire Sensoram prend un tour bien différent d’un affrontement entre le « monde » (Sensoram) et l' »antimonde » (les « zones blanches »). Les premiers affrontements armés opposent des « miliciens » (on les nommera ainsi à défaut de trouver un terme juste, pour souligner le fait qu’ils ne sont pas des acteurs « légitimes » de la guerre, telle une armée du gouvernement officiel, mais sont organisés en groupes armés aux intentions politiques très identifiées) des « zones blanches » aux habitants des souterrains. Ceux-ci protègent en effet des voies d’accès permettant de relier les « zones blanches » entre elles. Les habitants des souterrains sont une sorte de milice armée sous le contrôle de Sensoram, et représentent une métaphore des « collabos ». Le premier temps de cette guerre voit l’affrontement entre « collabos » et « résistants ».

Mais, la guerre dans les « zones blanches » est rapidement plus complexe : malgré la prise de contrôle des souterrains par Keô et ses combattants, l’affrontement n’oppose toujours pas les « zones blanches » et Sensoram. Les espaces de la guerre restent polarisés par les limites entre les différentes « zones blanches ». Le manga met ainsi en scène une guerre urbaine qui opposent des « quartiers-territoires » (pour reprendre l’expression de la géographe Elisabeth Dorier-Apprill). Chaque « zone blanche » dispose de son groupe armé dont l’objectif est double : garder le contrôle de « son » territoire (contrôle à la fois militaire et social – notamment en faisant taire toute contestation à l’intérieur du quartier-territoire) et prendre le contrôle du territoire de « l’autre ». L’unification des « zones blanches » est une stratégie spatiale qui fait de la ville à la fois le théâtre des opérations (l’espace-scène, où se déroule les combats) et l’espace-enjeu (l’espace pour lequel on se bat, en tant que ressource territoriale).

 

 

Les zones blanches : vivre la ville sur les toits

Les « zones blanches » peuvent également être appréhendées comme des espaces de liberté et des espaces d’innovation spatiale, notamment dans les pratiques spatiales et l’appropriation des territoires du quotidien. Si Sensoram est un espace de la privation de liberté et de contrôle total des populations (voir le billet « Série Ethnicity 01 (2) : Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination« ) qui font de la ville un espace policé, les « zones blanches » sont des espaces où les exilés doivent co-construire leur société et leur habiter.

Parmi les innovations spatiales qui découlent de cette liberté, les pratiques spatiales des habitants sont particulièrement intéressantes. Ceux-ci utilisent les toits comme des espaces de vie, des espaces récréatifs totalement intégrés dans leurs pratiques spatiales. Cela renforce l’aspect « informel » de ce territoire, mais aussi questionne sur les pratiques de la ville, à l’heure où, dans les études urbaines, la valorisation des toits comme espaces de vie est souvent mise en avant (que ce soit par la végétalisation des toits pour améliorer la qualité de l’air ou par la multiplication des terrasses sur les toits). La pauvreté, l’exil et l’informel se mêlent pour produire d’autres pratiques urbaines, qui s’opposent frontalement à l’espace policé et contrôlé de Sensoram et aux pratiques spatiales de ses habitants.

Niko et les "souris" sur les toits de la zone blanche n°7Source : Verso de la couverture du tome 3 du manga Ethnicity 01.

Le professeur et les « souris » sur les toits
de la zone blanche n°7

Source : Verso de la couverture du tome 3 du manga Ethnicity 01.

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *