Série Ethnicity 01 (2) : Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination

La série sur Ethnicity 01 propose d’interroger ce manga au prisme de la géographie, en questionnant les liens entre ville, bande dessinée et imaginaire. La ville imaginaire de Sensoram, cité fortifiée produite dans et par un contexte post-catastrophique, nous donne à voir une géographie de l’enfermement et une géographie de la domination. Face aux multiples conséquences d’une catastrophe climatique d’ampleur mondiale (qui a produit des guerres et des famines, dans une lutte effrénée pour la conquête des ressources), l’oekoumène (l’espace habitable) s’est fortement restreint, et se constitue, dans ce monde imaginaire futuriste, de cités fortifiées. Le réseau urbain ne semble plus exister, les discontinuités territoriales étant particulièrement fortes : chaque cité fortifiée constitue un oekoumène autonome, totalement déconnecté des autres espaces habités. On peut noter que seule la présentation de l’éditeur en quatrième de couverture du tome 1 fait allusion à ce monde de cités, le manga lui montrant le total enfermement à l’intérieur de l’une d’entre elle : Sensoram.

Dans ce billet, on se propose de focaliser le regard sur la cité fortifiée de Sensoram. Cette ville post-catastrophe est une enclave, notion entendue dans sa dimension spatiale. En géographie, on définit l’enclave comme « une situation spatiale type où la distance (entre les sociétés) est infinie, caractéristique de l’isolat parfait » (Jean Débrié, 2001, De la continentalité à l’Etat enclavé. Circulation et ouvertures littorales des territoires intérieurs de l’ouest africain, thèse de doctorat en géographie, Université du Havre, p. 35). La notion d’enclave a souvent connu des acceptions plus étendues (pour définir, par exemple, des situations de territoires mal desservis par les axes de communication), mais nous l’entendrons ici dans son sens le plus extrême, à savoir celui de l’isolat le plus abouti. L’enclavement traduit bien l’inscription spatiale de la discontinuité dans les réseaux urbains et dans l’oekoumène qui nous est donné à voir par le prisme de Sensoram et des pratiques spatiales de Niko.

 

Sensoram : géographie d’un enfermement
et espaces de la domination

Pour protéger les habitants des différentes menaces (catastrophes climatiques, guerres…), Sensoram est une « ville-prison ». On peut la comparer à un espace carcéral à plusieurs titres :

  • les frontières urbaines,
  • un urbanisme de type hygiéniste,
  • des espaces sous surveillance.

Bien d’autres aspects pourraient être évoqués, on s’en tiendra à ces trois éléments pour discuter de l’imaginaire d’un urbain contrôlé dans un contexte post-catastrophe, comme discours urbaphobe (on entend l’urbaphobie comme la « peur de la ville » telle qu’elle produit des imaginaires et des discours, voire des actions, anti-urbains).

 

Les frontières urbaines : 

Le débat sur les porosités et les hybridités entre ce qui est ville et ce qui est « hors ville » (ou plus précisément hors de la société) ne se pose pas à Sensoram : reprenant la forme de la cité fortifiée, la ville est enclavée par des frontières fortement matérialisées (par des no man’s land, des grillages et des barbelés) et militarisées (par des « crache-mort », des robots programmés pour tuer toute personne s’approchant de la frontière, qu’il s’agisse d’entrer ou de sortir de la ville). Ces frontières urbaines s’inscrivent brutalement dans le paysage urbain : quelque soit le lieu où se trouvent les citoyens, impossible pour eux d’apercevoir ce qui est hors de la ville. L’architecture et l’urbanisme sont, dans ce paysage, mis au service d’un enfermement paysager. Les impacts paysagers de cette clôture urbaine se traduisent ainsi dans les mobilités et dans l’habiter des citoyens de Sensoram : les barrières, les grillages, les barbelés et les no man’s land sont autant de dispositifs spatiaux qui ont une double fonction : ce sont à la fois des dispositifs sécuritaires (matérialisant la frontière et protégeant la cité fortifiée de l’extérieur) et des dispositifs paysagers (enfermant le regard et transformant les frontières urbaines en véritable clôture qui ferme les paysages urbains). Plus encore, ces dispositifs produisent une ambiance urbaine particulière, qui se fonde sur une géographie de l’enfermement. Celle-ci contraste, en apparence seulement, avec des paysages urbains très aérés à l’intérieur de Sensoram. Mais, ceux-ci répondent eux aussi à des logiques d’enfermement et de contrôle.

L'extérieur de la ville caché aux citoyens de SensoramSource : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planche 8, Doki-Doki.

L’extérieur de la ville caché aux citoyens de Sensoram
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 8, Doki-Doki.

Ethnicity01_Tome1_Planche36

Niko, découvrant l’existence des « crache-mort » :
la sécurisation extrême de la frontière

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 36, Doki-Doki.

 

 

Un urbanisme de type hygiéniste :

En effet, la ville de Sensoram est marquée par un urbanisme aéré, avec de très grandes places et de très grandes artères, structurées par un plan géométrique. Cette ville n’est pas sans rappeler les principes de l’urbanisme dit « hygiéniste », qui répondent autant à des principes de salubrité (l’aération permet de diminuer les risques sanitaires liés à une densité non contrôlée) qu’à des principes sécuritaires (l’aération permet aussi, et surtout, ) Cet urbanisme a marqué les grandes percées des travaux du baron Haussmann à Paris, et dans une moindre mesure à Lyon (rappelons que Haussmann est avant tout préfet de police, fonction qui lui fait voir et penser la ville avant tout sous le prisme de ses enjeux sécuritaires), mais aussi des grandes villes des régimes autoritaires (les villes à l’urbanisme dit « communiste » ou « soviétique », ou plus récemment les capitales centrasiatiques : à ce propos, voir notamment le billet sur l’animé Code Geass). Sensoram reconstruite est une ville pensée par et pour ses enjeux sécuritaires : le contrôle de la population et de ses déplacements en font un espace de la non-contestation.

L'école d'entraînement à la sociabilisation : un espace emblématique de la nouvelle société post-catastropheSource : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planche 14, Doki-Doki.

L’école d’entraînement à la sociabilisation :
un espace emblématique de la nouvelle société post-catastrophe

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 14, Doki-Doki.

 

 

Des espaces sous surveillance :

Toutes les pratiques spatiales et sociales sont contrôlées : les « e-pet » (Electronic PErsonnal Tutor) servent de famille pour éduquer les enfants comme les adultes : Niko, l’héroïne se trouve totalement démunie au moment où son e-pet se déconnecte parce qu’elle a perdu ses points de citoyen. La surveillance est donc multiple :

  • une surveillance spatiale (par le contrôle des mobilités notamment),
  • une surveillance sociale (par le « formatage » des citoyens amenés à remplir le rôle qui leur a été attribué avant même leur naissance, par la matrice dans laquelle ils ont été créés),
  • une surveillance politique (par le contrôle de toute potentielle contestation, y compris à l’échelle des individus eux-mêmes).

L’espace urbain est ici produit par une politique de régulation démographique : le contrôle absolu des habitants de Sensoram (comme des autres cités fortifiées) est donc au coeur même de cette société post-catastrophe. Cela va jusqu’au contrôle des destinées par les gènes : chaque être humain n’est pas seulement « formaté » socialement (notamment en étant dénué de famille, remplacée par son e-pet), mais aussi génétiquement. Les êtres humains naissent dans des matrices qui leur affectent des gènes spécifiques, qui contribueront à . Niko, encore élève à l’école d’entraînement à la sociabilisation, connaît déjà son futur métier et son rôle dans la société.

Les « e-pet » sont aussi un moyen de contrôle des comportements, puisque non seulement ils « guident » leur citoyen dans la ville, dans ses mobilités, dans ses fréquentations, dans ses responsabilités citoyennes, mais aussi ils contrôlent le nombre de points de citoyens, permettant aux uns (ceux qui ont 100 points, le maximum) de jouir de toutes les facilités que propose Sensoram, et aux autres (qui ont moins de points) de subir Sensoram comme une contrainte spatiale (par exemple, en ne pouvant accéder aux transports en commun pour un nombre de points de citoyen trop bas).

Ils peuvent, enfin, se déconnecter totalement, et condamner le citoyen à l’exil (voir le prochain billet) s’ils considèrent que celui-ci à « disjoncter ». La rébellion au système politique et social entraîne donc non seulement une déchéance sociale, mais aussi une exclusion de Sensoram. L’ensemble de ce système participe d’un contrôle absolu (spatial, politique et social) de tous les actes des citoyens de Sensoram.

De fait, on peut envisager Sensoram comme une ville imaginaire mettant en scène les fantasmes spatiaux de contrôle des populations par l’espace les plus aboutis. La quatrième de couverture de chaque tome, dans la version française, le rappelle aux lecteurs : « Souriez, vous êtes surveillé…« 

Le droit à la ville, un espace sous contrôleSource : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planche 7, Doki-Doki.

Le droit à la ville, un espace sous contrôle :
le rôle des « e-pet » et des points de citoyen

Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 7, Doki-Doki.

 

 

Sensoram, une ville-prison ?

Pourquoi avoir commencé ce billet en parlant de « ville-prison » ? La métaphore de l’espace carcéral peut paraître extrême, mais elle est permet de discuter de la ville de Sensoram comme d’un espace de surveillance, où les mobilités sont contrôlées (à la fois par une géographie de l’enfermement à l’intérieur de la cité fortifiée, et par le contrôle des déplacements, des trajectoires et de leurs horaires à l’intérieur de la cité fortifiée). L’urbanisme est donc pensé pour contrôler totalement les habitants de cet espace. Le rapport à la punition par l’espace (à ce propos, voir les travaux du géographe Olivier Milhaud, et notamment sa thèse de doctorat en géographie : Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Université de Bordeaux 3, 2009) est, par contre, inversé, puisque ceux qui sont « punis par l’espace » ne sont pas enclavés dans un espace qui est dédié à leur relégation, mais sortis de l’enclave qu’est la cité fortifiée.

Confronter la géographie de Sensoram à celle de l’espace carcéral permet de montrer combien les mobilités des citoyens sont sous contrôle (malgré un paysage urbain qui donne la sensation, par son tissu aéré ou des espaces verts par exemple, d’une certaine liberté pour les citoyens). Les « interdits spatiaux » ne se limitent pas à l’incapacité de franchissement des frontières de la cité fortifiée. Dans cette perspective, Sensoram se construit, en partie, comme une « ville-prison » : vivre dans un espace carcéral ne signifie pas n’avoir aucune mobilité. Mais celles-ci sont restreintes dans l’espace (limitées à certaines parties de la prison) et dans le temps (des heures spécifiques pour la balade dans la cour, par exemple). Elles sont aussi marquées par des trajectoires fortement contrôlées : ce ne sont pas choisies par les prisonniers, mais leurs trajets sont préétablis par les gardiens et par le système carcéral.

A Sensoram, la « compétence de franchissement » et la « compétence de parcours » (pour reprendre les termes du géographe Michel Lussault : voir notamment L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Seuil, collection La couleur des idées, Paris, 2007 ; De la lutte des classes à la lutte des places, Grasset, collection Mondes vécus, Paris, 2009) sont celles des habitants de l’espace carcéral : ce ne sont pas les citoyens, mais leurs e-pet qui choisissent les mobilités, les parcours et les espaces de transit.

Tout comme dans l’espace carcéral où la « bonne conduite » peut entraîner des facilités et des « libertés sous contrôle » (par exemple, le fait d’avoir un travail à l’intérieur de la prison, comme s’occuper de la bibliothèque, qui permet d’avoir des temps où le prisonnier voit son « capital spatial » s’étendre à certains espaces de la prison), à Sensoram les points de citoyen permettent ou ne permettent pas (selon leur nombre, et donc selon le principe de la « bonne conduite ») de se déplacer d’utiliser certains modes de transport, etc.

–> Tous ces éléments permettent de montrer combien la cité fortifiée de Sensoram est un espace de contrôle et un espace de domination : les citoyens n’y disposent pas de leur compétence de franchissement et de leur compétence de parcours en toute liberté, mais se confrontent à une société du contrôle par l’espace.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2014

    […] Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (2) : Sensoram, géographie d’un enfermement et espaces de la domination », carnet de recherche Sciences Dessinées, 17 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *