Série Ethnicity 01 (1) : Sensoram ou la ville post-catastrophe (introduction)

Le manga Ethnicity 01 (Nobuaki Tadano, série en 3 tomes, parue en France chez Doki-Doki, 2012) a pu être présenté comme un récit dystopique (la dystopie, également appelée contre-utopie, est un récit de fiction qui propose une société imaginaire qui vire au cauchemar). Mais la ville de Sensoram, véritable espace-personnage, telle qu’elle est présentée dans ce manga, nous donne à voir une lecture complexe de l’urbanité : par-delà les classifications dans des genres littéraires, on s’intéressera ici à Sensoram, la ville née d’une gigantesque catastrophe climatique. Ethnicity 01 est un manga qui aborde un sujet particulièrement présent dans la bande dessinée asiatique : la catastrophe. Et par-delà le temps de la catastrophe, se pose la question des sociétés telles qu’elles se (re)construisent. Dans cette perspective, Ethnicity 01 peut participer de la construction d’un corpus permettant de penser les représentations de la ville dans la bande dessinée. On se propose de lancer quelques pistes de réflexion, ouvrant vers un champ de recherches qui devrait être bien plus large, celui de la représentation et de la figuration de la catastrophe dans la bande dessinée.

 

Présentation du manga Ethnicity 01 par l’éditeur français Doki-Doki :
« Dans un monde dévasté par les famines et les guerres, suite à un bouleversement climatique sans précédent, les populations vivent désormais repliées dans des mégapoles coupées de l’extérieur hostile. La paix et le bien-être y sont garantis par un contrôle drastique des citoyens : la moindre atteinte à l’ordre public est immédiatement sanctionnée de la peine d’exil.
Niko, élève modèle, mène une vie exemplaire dans l’une de ces cités. Jusqu’au jour où, intriguée par le comportement d’un camarade de classe, elle s’aventure jusqu’aux frontières de la cité, là où s’étendent les terres inhospitalières, refuges des exilés que l’agitation commence à gagner…« 

 

Sensoram Source : Ethnicity 01, tome 1, planches 2-3.

La cité fortifiée de Sensoram
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01, tome 1, planches 2-3, Doki-Doki.

Comme de nombreuses oeuvres de science-fiction, la ville de Sensoram n’est pas seulement un espace-cadre de l’intrigue (une seule « scène de théâtre » que l’on pourrait intervertir avec un autre espace) : elle est avant tout un espace-support, c’est-à-dire que ses particularismes produisent un espace de vie, un espace politique, un espace social et/ou un espace culturel spécifique qui produisent des modes de vie, à partir desquels se noue l’histoire des protagonistes. C’est dans cette perspective que l’on va, dans ce billet, observer, Ethnicity 01. Le nom même de ce manga fait référence à la problématique de la ségrégation, et ce à plusieurs titres :

  • l’ethnicité évoque des ségrégations spatiales fondées sur des critères de différenciation culturels et/ou politiques,
  • le « 01 » fait référence, comme dans de nombreux autres mangas de science-fiction (voir notamment le billet sur l’animé Code Geass), à un zonage de la ville (souvent dans des contextes de reconstruction, dans la ville post-catastrophe ou dans la ville post-conquête) où des quartiers sont anonymisés (pas de toponyme, mais un numéro de zone), parce qu’exclus de la ville.
La catastrophe comme production de l'urbainSource : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,tome 1, planche 1, Doki-Doki.

La catastrophe comme production de l’urbain
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01,
tome 1, planche 1, Doki-Doki.

 

 

Sensoram, la ville post-catastrophe

L’imaginaire de la catastrophe est omniprésent dans les mangas. La catastrophe met à la fois en scène :

  • les vulnérabilités de la condition humaine (et tout particulièrement de la condition urbaine),
  • et, sur les décombres de la catastrophe, des mondes imaginaires (là encore, tout particulièrement urbains).

Sensoram, la ville-personnage du manga Ethnicity 01, est une ville imaginaire post-catastrophe. Dans cette perspective, le manga ne propose pas une lecture particulièrement originale, mais peut davantage être appréhendé comme une synthèse de certains codes de la science-fiction dans le manga, tout particulièrement dans la représentation de la ville post-catastrophe :

  • la ville reconstruite comme « utopie » : La ville de Sensoram, pour ses habitants (c’est-à-dire pour ceux qui sont autorisés à y vivre, tels que Niko dans les premières pages du manga) est représentée comme un havre de paix, un espace-sanctuaire. Pour ses habitants, la ville constitue donc un territoire-refuge contre un extérieur qu’ils ne connaissent pas, et soupçonnent à peine. En suivant le parcours de Niko, qui va se retrouver détournée de son rôle de « citoyenne modèle » par une rencontre imprévue, le lecteur découvre progressivement cet extérieur, tout en prenant conscience qu’il s’agit d’une terra incognita pour l’ensemble des habitants de Sensoram.
  • la ville duale : Espace de l’utopie pour les habitants « ordinaires », la ville reconstruite présente des zones d’ombre, des territoires délaissés ou bannis par les autorités. Ce sont les espaces de la dystopie, où la ville n’est plus un territoire-refuge, mais un territoire-menace. Pourtant, dans ces espaces informels, se dessinent également une géographie de la liberté (de pensée notamment, mais aussi parfois d’agir) et une géographie de la contestation, qui contraste avec la vie très régulée et normée des habitants de la ville « officielle ». La dualité entre utopie et dystopie s’inverse le plus souvent : la ville de la richesse et de la lumière est un espace de contraintes, tandis que la ville de la pauvreté et de l’ombre devient l’espace de l’innovation (souvent dans la contestation, voire dans la violence).

Sensoram, la ville d’Ethnicity 01, répond bien à ces « codes » : la ville post-catastrophe est avant tout un espace de contrôle, comme en témoigne, dès les premières pages du manga, l’affichage du nombre d’habitants vivant dans la ville, qui rappelle le contrôle constant des habitants.

Ethnicity01_Tome1_Planche23

L’affichage du nombre d’habitants, ou la surveillance permanente
Source : Nobuaki Tadano, 2012, Ethnicity 01, tome 1, planche 23, Doki-Doki.

 

Billets à suivre :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 17/10/2013

    […] en questionnant les liens entre ville, bande dessinée et imaginaire. La ville imaginaire de Sensoram, cité fortifiée produite dans et par un contexte post-catastrophique, nous donne à voir une géographie de l’enfermement et une géographie de la domination. […]

  2. 12/11/2013

    […] aspects pour les lecteurs n’ayant pas encore lu le manga et voulant le découvrir). Dans la ville post-catastrophe de Sensoram, l’importance du contrôle du territoire est au coeur de la survie des habitants : les […]

  3. 12/03/2014

    […] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Ethnicity 01 (1) : Sensoram ou la ville post-catastrophe (introduction) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 16 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *