De Métropolis à Gotham

De Metropolis à Gotham, quand la ville génère la bande dessinée [1]

Gotham est une ville sombre là où Métropolis est une ville lumière, symbole du progrès que constitue la civilisation urbaine et consommatrice de la première moitié du XXe siècle. Elle est la ville lumière, sans problème de transport, sans embouteillage, sans délinquance, ou si peu que Superman peut se soucier de lutter complètement contre les véritables vilains, à savoir les magnats mégalomanes et autres menaces planétaires. A son opposé, Gotham dessine un paysage de ruelles empêtrées, de buildings noircis de poussières, de quartiers souterrains que rien ne vient menacer, si ce n’est l’irruption du Batman. Dans cette ville, avatar moderne et dessiné de la Babylone, les hommes se perdent au fond des casinos clandestins, au cours de parties de cartes enfumées, dans des règlements de compte et des luttes d’influences entre mafias. Rien n’est laissé à la lumière, Gotham est une ville de nuit, une ville absorbant toute lumière, jusqu’à celle de son héros, le plus humain d’entre tous, sans pouvoir face à elle. Même l’argent de Bruce Wayne ne peut rien contre cette ville dévorante, la rénovation urbaine initiée par Wayne Enterprise est un échec, les galas de charité sont des occasions rêvées données aux malfrats de dépouiller un peu plus les bonnes volontés. Rien ne sort de Gotham, tout s’infiltre et se corrompt. La ville sécrète l’horreur et les atrocités : des parents milliardaires ne sont pas à l’abri d’un vol de bijoux, un orphelin noyé de chagrin les pleurent comme le miroir brisé d’une ville rêvée. Gotham suinte ses vermines, des rats aux chauves-souris : le héros n’est pas le modèle positif d’un messie réincarné, arrivant en sauveur d’un royaume détruit. Batman est sombre, paranoïaque, triste et seul, comme l’orphelin qui reste : il n’est pas un surhomme, de lui-même il s’est vêtu du costume d’un animal repoussant. Gotham est rongé par le cancer qui sévit, à tel point qu’elle justifie le Batman, qu’elle engendre, en démiurge maléfique, les êtres vils qui persécutent les innocents. Gotham crée Batman. Que serait Batman sans Gotham [2] finalement ? Rien de plus qu’un rêve revanchard d’enfant perdu.

Gotham City Source : Wikipedia.

Gotham City
Source : Wikipedia.

Les Comics américains [3], qu’il s’agisse du Spirit de Will Eisner ou de Batman revisité par Bob Kane, exaltent toujours cette « noire poésie de la ville » comme l’écrit Jean-Pierre Mercier [4]. Will Eisner continue d’ailleurs dans « ce registre graphiquement plus sobre de la chronique urbaine nourrie de souvenirs personnels pour lesquels il popularise l’expression de graphic novel » [5]. C’est dire si la ville est au cœur du procédé des Comics. Chez Plastic Man de Jack Cole, la ville est le lieu de déploiement du superhéros, parce qu’elle est justement, comme coprésence de densité et de diversité [6], le lieu où se croisent les riches et les pauvres, les envies et les jalousies, les grandes banques et les projets de cambriolage. Proportionnellement, la ville est aussi un pôle de banditisme, d’autant plus que l’imaginaire de la ville noire que délivrent certains des comics évoqués [7] fait écho aux topoi de la ville babylonienne, cœur d’une vie souterraine et interlope, espace de trafics, de violences et de perdition où le superhéros, aux pouvoirs surnaturelles, apparaît comme un Messie libérateur, éradiquant le crime, en une sotériologie proprement américaine, réutilisant les codes, les normes et les espaces symboliques de la culture américaine.

Source : site Comics Sanctuary.

Source : site Comics Sanctuary.

La ville dans les comics américains n’est pas une, elle n’est pas uniforme ni univoque. Chaque comics explore les facettes des idéologies urbaines de ses auteurs, selon l’époque de création et d’édition des comics [8]. Cet article ne vise pas à émettre une sentence définitive sur les représentations de la ville, mais simplement à souligner quelques parallèles, dans une comparaison filée entre deux univers, concomitants tant temporelle que spatialement, à savoir Batman et Superman. Ce dernier, considéré comme le premier super-héros apparu dans les comics, témoigne d’une vision de la ville inspirée des grandes idéologies urbaines, d’une ville florissante, blanche mégalopole située dans un postmodernisme de verre et de toits. La ville de Superman est propre surtout, lisse et élancée, à la hauteur finalement de son protecteur. Métropolis représente la grande ville telle qu’elle fut aussi pensée par l’école de Chicago dont elle présente l’élancement, le renouveau urbain. La représentation urbaine diffusée par Métropolis est celle d’une verticalité optimiste : toute l’approche de Superman vise à qualifier la réussite de l’étranger, de son intégration. Partant de Smallville, il arrive à Métropolis, deux termes antagonistes, ancrant Clark Kent dans une intégrité propre à la petite ville, où il peut grandir à l’abri des regards. Sa trajectoire est cependant ascendante : partir des fermes de Smallville vers les grands buildings de Métropolis. Son arrivée dans la mégapole de Lex Luthor coïncidant aussi avec son ascension en tant que héros et protecteur, comme si la grande ville était le lieu des opportunités, de l’apprentissage de l’autonomie, le lieu de rupture avec le noyau parental et l’ouverture véritable à la vie d’adulte. Cette vision positive de la ville traduit une vision positive de la verticalité : les gratte-ciel sont les symboles de réussites, l’appartement avec vue dominant Métropolis et la capacité de voler disent aussi l’optimisme dans le milieu urbain. Superman n’est pas seulement un héros au statut quasi-divin. Il est l’homme fait ville, de même que Jupiter Capitolin protège Rome, Métropolis se trouve sous l’égide bienveillante de Superman. Ville lumière pour le superhéros par excellence, ville somptueuse, au soleil de Floride, Métropolis éblouit de l’éclat des villes réussies.

Au contraire, la verticalité de Gotham procure vertige et obscurité. Les buildings, y compris ceux d’après la reconstruction [9], c’est-à-dire les gratte-ciel financés par Bruce Wayne, ne parviennent pas à illuminer la ville : ils accentuent paradoxalement les coins sombres, multipliant les allées et les ruelles, alambiquant la ville en un dédale de malfrats et de personnalités dysfonctionnelles. La verticalité de Gotham accentue l’étroitesse de ses rues, la sensation, pour les passants, d’être pris entre les murs, emprisonnés dans une ville criminogène. Comme l’a dit Frank Miller, si Métropolis est une New York diurne, Gotham City en est le pendant nocturne. C’est dire véritablement que Bob Kane mais surtout Alan Moore qui fut le premier à écrire une histoire de Gotham City ont fait de Gotham le négatif de Métropolis. Gotham puise autant dans l’imaginaire d’un urbain dégradé, d’une ville chaos engendrant les miasmes qui la polluent, que dans des villes réelles, dont les dessinateurs successifs et les scénaristes se sont inspirés : « Gotham City a beaucoup de similitudes avec la ville de New York, dont Batman fut le héros de mai 1939 à décembre 1940 avant de se localiser définitivement à Gotham. Des ressemblances avec Chicago sont notables dans certaines aventures de Batman » [10].

On peut conclure cette première ébauche en rappelant que la ville dessinée reste une ville imaginaire. Comme tous les rêves, elle déploie ses tentacules dans le réel, dont les auteurs se font les creusets de réception. Vecteurs de représentations, catalyseurs d’une époque, les auteurs donnent à voir l’urbain dans toute sa complexité. Entre expérience vécue de la ville et surplomb architectural, entre peur d’une Babylone dévorante et fascination devant un symbole de la modernité, les dessins en disent aussi long que les expériences urbanistiques réalisées. De l’urbaphobie à l’urbaphilie s’égraine tout un gradient de représentations faisant en quelque sorte de chaque comic book une fractale de l’urbain. De ce riche éventail Gotham et Métropolis semblent être les bornes, esquissant deux idées contradictoires (et pourtant souvent concomitante) d’un paysage urbain en constante évolution.

 


[1] Ce bref article n’a pas vocation à faire autorité, encore moins à durer, il se veut seulement une ouverture réflexive sur un champ en pleine découverte. Il sert de pierre angulaire à une réflexion qui sera menée ultérieurement concernant la ville dans certains comics américains, tiraillée perpétuellement entre un pôle urbaphile et un pôle urbaphobe, qui suscitent tous deux une même fascination pour l’urbain.

[2] Oxmo Puccino, dans sa chanson « Pam Pa Nam » tiré de son album Un roi sans carrosse, évoque cette contiguïté, cette consubstantialité entre le héros et la ville : « Après tout, que serait Batman sans Gotham »

[3] Je renvoie à Jean-Pierre MERCIER, « Des daily strips aux graphic novels, la bande dessinée américaine » in P. ORY, L. MARTIN, J-P. MERCIER, S. VENAYRE (dir.), L’art de la bande dessinée, Citadelles & Mazenod, Paris, 2012 : « On date couramment de 1939 l’apparition du comic book, ce mince fascicule de format 26 x 17, agrafé et imprimé sur mauvais papier, quand Superman fait sa premier apparition

[4] Jean-Pierre MERCIER, « Des daily strips aux graphic novels, la bande dessinée américaine » in P. ORY, L. MARTIN, J-P. MERCIER, S. VENAYRE (dir.), L’art de la bande dessinée, Citadelles & Mazenod, Paris, 2012

[5] Idem.

[6] Voir M. LUSSAULT, Dictionnaire de la géographie

[7] On pourrait y adjoindre nombre d’autres titres : Spawn de Todd McFarlane

[8] On peut ici faire référence à la périodisation du comics américain : une période appelée Golden Age, s’étalant des années 1930 (création de Superman et de Batman) aux années 1940 ; puis vint le Silver Age des années 1956 aux années 1970 (période d’émergence d’autres héros, comme Spiderman, et instauration d’un code normatif des comics, le CCA ou Comics Code Authority). S’ensuivent des crises d’édition, de spéculation sur les rarities, période de transition vers l’Age de bronze des comics, s’étendant jusqu’aux années 1986-1987 et voyant les comics et les héros évoluer vers plus de réalisme. Enfin s’ouvre l’Age moderne (ou sombre) des comics, où les auteurs, plus libres de réécrire les origines des héros et superhéros, font émerger des problématiques sociales et des approches plus historiques et sociologiques, n’hésitant pas à mentionner des thèmes jusque là marginaux, comme la sexualité, la drogue, la violence.

[9] Gotham connaît une destruction importante dans l’opus Cataclysme, suite à un tremblement de terre de force 6 sur l’échelle de Richte. Gotham City est coupée du monde. Ce récit s’insère dans un cycle cataclysmique où Gotham est par trois fois menacée de destruction. A l’issue de ces opus, une partie de la ville sera reconstruite avec le financement de Lex Luthor. Voir Chuck DIXON, Jim APARO, Scott MCDANIEL, Batman: Cataclysm, Titan Books, London, 1999.

[10] Pierre TARDY, « Gotham City : une ville sombre et stupéfiante », consulté le 8 octobre 2013 sur Urbanews.fr (http://www.urbanews.fr/2012/04/29/20605-gotham-city-une-ville-sombre-et-stupefiante/)

 


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Merci à toute l’équipe d’Hypothèses !

  1. 12/03/2014

    […] démonstratifs pour évoquer la représentations de la nuit urbaine dans la bande dessinée. De Batman à Superman, en passant par Daredevil ou Spiderman, la nuit urbaine confronte les personnages aux noirceurs de […]

  2. 18/06/2014

    […] deux billets qui tentent à leur manière de décrypter la noire Gotham City : chez nous, ou chez Sciences Dessinées. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *