« Vulgariser par les bulles » : le compte-rendu de notre première journée d’études

affiche sciences bdCompte rendu de notre journée d’études « Vulgariser par les bulles. Sciences et BD » par Irène LE ROY LADURIE.

 

Note : Ce compte-rendu a été mis à jour le 1er octobre 2013.

 

La journée d’études s’est déroulée en deux temps, d’un côté autour de chercheurs ou d’acteurs de la bande dessinée ouverts à des problématiques pédagogiques et de l’autre avec l’entretien d’un auteur de bande dessinée, Marion Montaigne, prix du public à Angoulême. Si l’intitulé de la journée ne propose pas de définition stricte de la vulgarisation, l’articulation de celle-ci avec une exposition co-organisée avec l’ECAM de Lyon, la dirigeait davantage vers le domaine des sciences dites « dures » ; les professeurs et savants de la bande dessinée s’y trouvaient alignés : parmi tant d’autres, le professeur Tournesol, le professeur Satô, le Newton de Gotlib se disputaient les planches. Chaque intervenant a fait sienne la définition de la vulgarisation. On pourrait alors distinguer deux types d’approches en fonction des interventions: selon certains la connaissance pourrait être véhiculée par la bande dessinée de manière transparente et démocratique, et selon d’autres la bande dessinée, dans son histoire et ses modes de représentation, serait elle-même porteuse de dispositifs producteurs de connaissance. Comment la bande dessinée dans ses spécificités culturelles, historiques et médiumniques s’articule-t-elle à la question de la vulgarisation scientifique ?

Figure 1 Le professeur Tournesol, Les Bijoux de la Castafiore, Les aventures de Tintin, Hergé, 1963.

Le professeur TournesolLes Bijoux de la Castafiore, Les aventures de Tintin, Hergé, 1963.

Cette question est identitaire pour la bande dessinée, car elle est très ou trop souvent prise comme objet de transmission prétendument facile et directe. Elément de la culture populaire elle parlerait mieux à tout le monde, objet de plaisir enfantin, elle serait un outil plus attractif pour une pédagogie nouvelle ; ce faisant, elle développerait des compétences de lecture, ce que le cinéma ou le dessin animé, autres genres aimés des enfants, ne permettraient pas. Dans chaque approche proposée lors de cette journée, la réflexion a évolué selon cette double problématique : le rôle la bande dessinée est-il de se faire modèle et courroie de transmission de connaissances préalablement conçues ? Ou bien est-ce à la bande dessinée de modéliser les connaissances scientifiques et de les soumettre ainsi au regard critique du lecteur ? Selon la position de chacun, le neuvième art a été tour à tour ou bien un référent culturel assez fort pour délivrer du contenu scientifique, ou bien, un lieu propice à des expérimentations en tout genre : mécanique, astrophysique, chimie etc. La vulgarisation scientifique interroge la possibilité même de la transmission par la bande, ses modalités, sa portée culturelle et historique, son lectorat et ses codes.

 

 

1/ VULGARISER PAR LES BULLES, TRANSMETTRE ET DÉMOCRATISER

La vulgarisation prise dans son acception la plus large, répond à un désir de transmettre des représentations et de démocratiser des connaissances, et c’est précisément ce que se propose d’étudier Christophe Mathieu dans son parcours historique de « Bande dessinée et médiation scientifique ». Ce dernier, co-organisateur de l’exposition qui eut lieu à l’ÉNS de Lyon sur la vulgarisation par la bande dessinée, s’intéresse à l’importance historique de certains types, à commencer par la figure de l’ingénieur, chère à Christophe Mathieu. La bande dessinée se serait approprié, davantage que ne l’aurait fait la littérature, ce profil très moderne qu’est l’ingénieur. Le premier du genre est Monsieur Legrand, le père de Josette, dessiné par Hergé. La science domaine virilisé s’il en est n’admet dans les faits que peu de femmes et pourtant, Christophe Mathieu note l’apparition dans la deuxième moitié du XXe siècle de Yoko Tsuno, dessinée par Leloup ; elle prendrait la relève des savants et ingénieurs qui peuplent les cases de Tintin ou de Blake et Mortimer, et Christophe Mathieu d’insister sur l’influence de la représentation du type de l’ingénieure sur les aspirations nouvelles du lectorat féminin. En affinant, Marion Montaigne constate dans son entretien s’être peu identifiée dans sa jeunesse aux personnages de savants, tous des garçons, ni au personnel féminin pauvre et stéréotypé, dont Natacha l’hôtesse de l’air en est le plus bête avatar. La bande dessinée, lecture de jeunesse, serait formatrice, au sens où elle aurait la possibilité de marquer profondément les représentations du jeune lectorat. Cet aspect de la transmission des représentations joue davantage à un niveau social et politique que strictement scientifique.

Christophe Mathieu souligne que la BD, en tant que production destinée à la jeunesse, s’est attribué au cours du siècle passé une vocation de pédagogue au travers de différents périodiques. L’exemple le plus marquant est Pif Gadget (Vaillant avant 1969), qui offrait à ses lecteurs des expériences inédites à reproduire chez soi. Certains gadgets étaient conçus avec l’aide du célèbre scientifique Albert Ducrocq auxquels collaboraient des illustrateurs et dessinateurs, parfois fameux, comme Jean Tabary, mais aussi Hugo Pratt et Cézard. Ceux-ci étaient chargés de composer une histoire autour de l’invention : il fallait l’illustrer, en montrer les conséquences et les usages. La plus fameuse de ces expériences fut celle des Artemia Salina, de microscopiques crustacés auxquels les lecteurs donnaient vie dans de grands bacs d’eau salée ; elle fut répétée par la suite, dans Pif Gadget ou même le journal de Picsou. Laissées à l’usage des lecteurs, les découvertes de la science se faisaient interaction. La bande dessinée prenait le rôle de mode d’emploi et de protocole expérimental.

Les Pifises (Artemia Salina), dans une réédition contemporaine de Pif Gadget, source : Blog "Vaillant Pif".

Les Pifises (Artemia Salina), dans une réédition contemporaine de Pif Gadget, source : Blog « Vaillant Pif« .

De l’autre côté de la planche, une autre forme d’échange a pu jouer : l’admiration ou le goût des dessinateurs pour la science, les technologies, ou la connaissance de la nature s’incarnent dans des parcours atypiques. Jacques Martin lui-même a été élève ingénieur à l’ECAM de Lyon ; son expérience dans les industries d’aviation allemande durant le STO lui aurait contribué à son intérêt graphique pour la technique, que l’on retrouve dans un autre pan de sa production, notamment chez Lefranc. Aux studios Hergé, il s’occupait du dessin des automobiles, tandis que son compagnon Roger Leloup, aussi formé à l’école du Journal de Tintin, dessinait les avions. Jean Graton, dessinateur de Michel Vaillant pour le Journal de Tintin aurait lui-même travaillé dans des usines, d’où viendrait son inspiration, et c’est sans compter sur la passion de son père, coureur automobile.  Au revers de cet enthousiasme technologique bon nombre de dessinateurs se sont faits les chantres du respect de l’intégrité de l’environnement : Franquin mais surtout Jean-Marc Reiser représentent les plus fameux des écologistes en bulles. La bande dessinée n’est alors plus seulement la répercussion de passions techniques, les représentations basculent avec l’évolution de la conscience scientifique, elle devient un outil de prévention, après avoir été un outil de promotion technique.

 

En effet, la notion de vulgarisation scientifique ne peut être prise naïvement pour la simple volonté de transmettre et d’apprendre ; elle ne peut se défaire d’un substrat politique, notamment en ce qui concerne ces productions jeunesse engagées : Vaillant puis Pif Gadget sont des émanations de L’Humanité tandis que le Journal de Tintin est une production conservatrice de la droite traditionnelle. Si Christophe Mathieu ne relève dans cette bipolarité éditoriale francophone que peu de singularités (mais quelques particularités telle que la lutte qui oppose Pif à une grande firme aux consonances de Coca-Cola), c’est surtout dans les spécificités nationales que ces représentations idéologiques jouent. Dans les comics américains la science devient une solution merveilleuse à tous les problèmes. Dans le Journal de Mickey, la science guérit de tous les maux, le professeur Mirandus est maître de l’atome, Géo Trouvetou est le plus fidèle allié de Donald Duck et de Picsou, le canard le plus riche du monde. La science est portée aux nues dans la magnificence de l’industrie. Pour nuancer son propos Christophe Mathieu insiste sur le fait que ceci ne serait éprouvé que comme pur plaisir, et ne consisterait pas en l’application didactique d’une idéologie dans les cases.

Enfin, il nous montre que la vocation vulgarisatrice de la bande dessinée pousse la  logique jusqu’à devenir un outil de réflexion dans l’enseignement supérieur. Devenue médiation scientifique dans les mains de spécialistes comme Larry Gonick, elle raconte son histoire du monde. À ce degré, la bande dessinée est-elle seulement ouvrage de transmission ? Peut-elle être aussi objet de réflexion et de conceptualisation ?

Dans son intervention, Jean-Pierre Berthet retrace les étapes d’une expérience pédagogique pour laquelle la bande dessinée aurait joué un rôle fondamental. La collaboration des deux écoles, l’école centrale de Lyon et l’école Emile Cohl avait pour objectif d’illustrer pour un public d’enfants les méthodes d’une pratique : la tribologie. Le cœur de l’investigation avait pour objectif de découvrir comment fut gravée la table claudienne, table de lois gravée par l’empereur Claude et conservée à Lyon. On a découvert qu’elle avait été produite à l’aide de la technique de la cire perdue. Toute la démarche scientifique a été retranscrite par Marie-France Goyet dans une bande dessinée. Les raisons énoncées pour le choix de ce médium : l’attrait qu’il suscite chez les enfants et sa capacité pédagogique. Emile Cohl, l’école partenaire est aussi connue pour sa formation artistique dans le domaine de l’animation. La bande dessinée semble alors jouir d’une préséance sur les autres médias : cela tient-il à des mécanismes de lecture spécifiques ? De manière étonnante, la retranscription dans la bande dessinée de la recherche dont  la table claudienne a été l’objet suscite de nombreux compromis avec la réalité. La visée pédagogique ne peut pas faire l’économie ni d’une mise en fiction, ni d’une mise aux normes politiques de la représentation et encore moins ne semble-t-elle pouvoir se défaire des impératifs du plaisir enfantin. Les tenants de l’intrigue sont métamorphosés pour ressembler à des types : le spécialiste du moulage mute en un vieux savant à lunettes, le chercheur change de sexe pour épouser les courbes d’une jeune fille blonde, pleine d’énergie, de volonté et d’ambition.

La visée pédagogique qui prend la bande dessinée pour un art à la fois simple, de peu de coût et attractif, mène à considérer que la connaissance devrait être délivrée de manière transparente. Or, il semble bien que ce médium comme un autre ne puisse se défaire des codes de la représentation. Mais surtout, sa qualité transparente peut être mise en doute. En effet, la bande dessinée de la table claudienne ne se sera pas suffi à elle-même : y seront ajoutées fiches, jeux, questionnaires. La bande dessinée ne pourrait-elle alors que satisfaire le plaisir de lecture ?

 

 

2/ SORTIR DES CASES, UNE MISE À L’ÉPREUVE CRITIQUE DE LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE

Ne considérer la bande dessinée que sous l’angle du plaisir et de la simplicité serait négliger ses particularités dans le champ de la vulgarisation. En effet, pour reprendre une des problématiques de la conférence de Christophe Mathieu, la bande dessinée est aussi utilisée dans l’enseignement supérieur comme outil de mise à l’épreuve des connaissances scientifiques. L’usage des comics que fait Larry Gonick dans le domaine universitaire en est un exemple, et parmi tant d’autres le dernier succès de librairie, Logicomix, mise en scène par la bande dessinée d’un « super héros de la logique » et de ses tâtonnements, Bertrand Russel, père de la logique moderne. Marion Montaigne livre les clés de son rapport à la connaissance scientifique, et les modalités de sa représentation dans son blog de bande dessinée Tu mourras moins bête. Mais tu mourras quand même ! Celle-ci met en dessin sa pratique personnelle des sciences, en se posant comme un « un imposteur ». « Je n’ai même pas de bac scientifique » assène-t-elle. Elle se situe dans une démarche de vulgarisation assez singulière, loin d’être un grand spécialiste délivrant son savoir aux masses ignorantes, Marion Montaigne est parfois en butte à sa propre incompétence, elle se limite : « à partir du moment où je ne comprends pas […] je ne pose pas de questions supplémentaires, il faut que l’explication demeure abordable. » Elle reste à la fois très proche du ressenti d’un néophyte et en même temps très fidèle à la forme du blog BD qu’elle s’est imposée. Loin des monologues du professeur Satô d’Edgar P. Jacobs, Marion Montaigne privilégie l’immédiateté de l’image et du message, au détriment du texte : « Dès que l’on parle des molécules, de la chimie, j’aime pas parce qu’il faut tout réexpliquer. Ce que j’évite c’est trop de texte, en théâtre on dit souvent que le spectateur est un flemmard. C’est aussi à l’auteur d’être intéressant. »

Malgré cette posture de modestie, ses investigations se font sur le terrain : à la rencontre des scientifiques dans leurs laboratoires, à la recherche d’informations dans de nombreux articles universitaires, qu’elle met en bibliographie à la fin de chacune de ses notes. La véritable vocation de Marion Montaigne est bien la vulgarisation mais dans un sens légèrement dévié de sa définition traditionnelle. Il ne s’agit pas d’offrir au plus simple une version simplifiée des avancées scientifiques, il s’agit davantage de démystifier le rapport à la connaissance, et de la délivrer par des voies détournées. Le travail d’enquête de Marion Montaigne consiste à opposer les mythes de la connaissance scientifiques, parfois ineptes[1], à leur réalité par une investigation rationnelle. Cela va aussi dans le sens d’une démystification du rôle tout puissant du scientifique : l’astrophysicien n’est pas comme dans L’Étoile mystérieuse prisonnier d’un gigantesque laboratoire et doté d’un immense télescope, mais un simple bonhomme dans son bureau qui converse avec son collègue par Skype ; le médecin-physiologiste n’est plus cet homme doué d’une raison froide et implacable, il peut être fou au point de s’étaler des vomissures sur l’œil pour tester les potentialités d’inoculation d’un virus. « Je m’intéresse beaucoup à ces images culturelles, qui sont fausses, et qui reposent sur la coolitude. La réalité est souvent plus gore que la fiction. » C’est d’un ton relâché et volontiers satirique que Marion Montaigne aborde la connaissance scientifique, et c’est de cette tentative de désacralisation, de mise à nu des procédés qu’opère la vulgarisation; se servant des capacités graphiques les plus libres, la bande dessinée de Marion Montaigne, par son trait libre et expressif, que l’on peut comparer à celui de Jean-Marc Reiser, est à même de rendre à leur réalité la plus crue les découvertes scientifiques. En cela elle se situe aux antipodes d’une vulgarisation normée, elle qui a toujours refusée la production jeunesse, de peur de tomber sous le joug de codes restrictifs de la représentation du corps : « Globalement la biologie c’est plus intéressant d’un point de vue graphique, dessiner les personnages et le corps humain c’est plus drôle. D’autant que s’adresser à la médecine c’est plus libre que la littérature jeunesse, ou le blog c’est plus libre. » Car le corps humain subit dans sa représentation, dit-elle, des normes politiques et idéologiques: minorités visibles, couleurs de peau, handicap.

Tintin rencontre le professeur Calys dans son étrange laboratoire, L’Étoile mystérieuse, Les aventures de Tintin, Hergé, 1942.

Tintin rencontre le professeur Calys dans son étrange laboratoire
L’Étoile mystérieuse, Les aventures de Tintin, Hergé, 1942.

Sa démarche est profondément scientifique, car elle met à l’épreuve la connaissance face à des représentations morales et politiques ; c’est le « trash » de son dessin et des situations qu’elle met en scène, mais aussi le regard à la fois neutre et naïf que le/la professeur(e) Moustache, son avatar, pose sur les comportements et les découvertes des scientifiques qui ébranlent les représentations par trop figées de la connaissance commune. Paradoxalement cette démarche ne semble pouvoir se faire que par des voies détournées, hors des sentiers de la jeunesse, sa bande dessinée doit ainsi dire adieu à sa dimension pédagogique au sens le plus restreint, c’est-à-dire au sens où elle s’adresserait à des enfants et des élèves. Sa méthode sort de la grande histoire des sciences pour passer par l’anecdote, le « trash », mot qu’elle affectionne tout particulièrement, l’humour et la satire. Une des anecdotes qu’elle relate est des plus emblématiques de la limite de la représentation de la connaissance scientifique : elle relate les atermoiements d’un chercheur qui avait découvert des pratiques homosexuelles et nécrophiles chez les pingouins, ce qui n’avait pu être mis en évidence à une époque où la pratique de l’homosexualité était toujours considéré contre-nature. Mais la démarche de Marion Montaigne a permis de mettre cette ancienne découverte en images, par la couleur et l’humour, elle a dégagé les caractéristiques plastiques de cette anecdote de l’histoire scientifique. La discordance entre l’image mignonne et aseptisée de l’animal des banquises et ses pratiques sexuelles torrides et taboues, la nécrophilie notamment, est une source de rire et d’étonnement qui fait la richesse de la mise en image de Marion Montaigne. L’expressivité du dessin et l’immédiateté de la lecture du blog constituent une force supplémentaire pour déjouer les images convenues de la science et enrichir le propos: « c’est un moyen naturel que j’ai de mélanger les deux, l’information et le dessin. C’est hyper visuel, raconter c’est comme jouer au théâtre, mimer, ça se raconte même pas un dinosaure dans une machine, ce serait mou en mots. »

Si chez Marion Montaigne la vulgarisation de la connaissance scientifique par la bande dessinée opère une rencontre entre un code culturel et sa mise à l’épreuve, la bande dessinée peut aussi servir de support de mise à l’épreuve de la science dans le cadre de recherches spécialisées. Peut-on encore parler de vulgarisation ? Louis-Paul Henry dans son intervention « Incohérences scientifiques et performances extraordinaires dans la BD : un outil pour expliquer la physique », montre que la bande dessinée renoue avec sa vocation pédagogique même dans les sphères les plus supérieures de la transmission de la connaissance. La représentation en images de phénomènes scientifiques dans les comics ou les séries de science-fiction est devenue le lieu privilégié de la mise en expérience de la connaissance et de la modalisation scientifiques. On sort du domaine privilégié par Marion Montaigne de la biologie pour s’enfoncer plus profondément dans les arcanes de la physique. Nous passerons sous silence les formules et équations complexes dont le physicien nous a gratifiées, non par mépris, mais par méconnaissance et peur de l’erreur, et nous nous attacherons à la retranscription fidèle de sa problématique générale. Louis-Paul Henry s’attache à comprendre comment la science apparaît dans le laboratoire du chercheur, mais aussi dans ses représentations en bande dessinée. Même quand il ne s’agit pas de bandes dessinées ouvertement vulgarisatrices, la science envahit le champ des comics et de la science-fiction, dont elle est le moteur. Louis-Paul Henry dresse un parallèle entre la manière dont un scientifique élabore la connaissance dans son laboratoire et la manière dont elle est élaborée pour devenir le nœud d’une intrigue. La science et la technologie deviennent dans le milieu du XXe siècle de véritables topoï de la représentation de la puissance : tous les super-héros sont les fruits d’expériences scientifiques ratées. Flash, l’homme le plus rapide du monde et ancien scientifique, a été aspergé de produits toxiques quand son laboratoire nucléaire a été attaqué par la foudre, Spiderman est le produit d’une transmission des gènes arachnéens à l’homme par une araignée radioactive. À l’inverse de Marion Montaigne, Louis-Paul Henry propose d’étudier comment le scientifique peut analyser ces « performances extraordinaires » depuis son laboratoire.

Ainsi Louis-Paul Henry se propose de montrer comment la bande dessinée sert de support à la démarche scientifique qui s’affronte à des hypothèses certes parfois farfelues, mais qui suscitent la réflexion et l’esprit critique. À partir d’un livre, celui de James Kakalios professeur de physique dans le supérieur, Louis-Paul Henry montre à quel degré la bande dessinée de science-fiction ou les comics fortement imprégnés de connaissances scientifiques, peuvent être exploités comme des outils d’illustration théoriques. Alors, s’adonnant à un petit exercice, Louis-Paul Henry tente de découvrir quel est le véritable poids d’Obélix à partir du calcul des lois de la gravité. Selon ses investigations, la masse pondérale du brave gaulois serait de quelques tonnes. Cette démarche imite celle du professeur du physique, James Kakalios, qui contribua à élucider l’un des nœuds narratifs les plus contestés de l’histoire des comics : la mort de Gwen Stacy dans Spiderman. Celle-ci meurt jetée du haut d’un immeuble, Spiderman enlace une toile autour de ses jambes, mais elle meurt sous le choc. James Kakalios montre que selon la loi de la gravité de Newton, elle subirait une force très violente au niveau de l’attache de la toile de Spiderman au point que celle-ci aurait coupé en deux sa colonne vertébrale, par l’effet de la chute. De même l’origine de Superman posa de nombreuses questions de physique. En effet, la force de Superman n’est pas surnaturelle, elle vient de la différence de gravité entre Krypton et la Terre ; Krypton est une planète d’une densité plus forte que la Terre et donc la gravité y serait de même plus importante. Superman fait des prouesses d’athlète normal mais dans de bien meilleures conditions. À partir du calcul de la densité et de la gravité de Krypton des astrophysiciens ont réussi à retrouver d’où viendrait Superman : une jolie petite planète répondant au doux nom de LHS 2520 dans la constellation du Corbeau.

La mort de Gwen Stacy.

La mort de Gwen Stacy.

Si la bande dessinée peut être le support d’exercice et de réflexion, la bande dessinée fait aussi montre de précision dans ses représentations, comme le montre le tragique accident de Gwen Stacy ; elle serait à même dans de mettre en œuvre une logique scientifique, ainsi, l’attrait pyrotechnique des bandes dessinées pour l’hélicoptère, que l’on retrouve aussi dans de nombreux films, fait toujours la part belle à la mécanique des forces : la force dégagée par une hélice doit toujours être contrebalancée par une seconde placée sur la queue de l’appareil, c’est ce que le physicien appelle « la conservation de la quantité de rotation ». Ainsi l’appareil de Fantasio dans Spirou et Fantasio est doté d’un mécanisme parfait, actionné par deux hélices, l’une lui fait prendre de la hauteur, la deuxième lui permet de rester stable et d’avancer.

En revanche Louis-Paul Henry remarque que la bande dessinée de science-fiction ou les comics sont plus fidèles à une réflexion scientifique que les ouvrages fantastiques comme Troy. Ainsi l’application de la loi de la gravité dans Troy lors du soulèvement de la mer par l’effet de la destruction des sept lunes qui gravitent autour de la planète est erronée comme une application des règles scientifiques à la bande dessinée le montrerait. La démonstration scientifique appliquée à la bande dessinée prouve alors que selon les œuvres, soit l’argument scientifique sert uniquement de ressort narratif, soit les conditions matérielles de l’application des lois physiques informent le récit. Louis-Paul Henry pose alors la question très pertinente de la finalité de la médiation scientifique : la bande dessinée doit-elle uniquement transmettre ? Dans les procédés de James Kakalios, se réduit-elle à un outil ? Louis-Paul Henry va plus loin pour tenter de montrer que la bande dessinée recèle des potentialités de modélisation d’expériences : elle deviendrait un moyen privilégié d’accès à la connaissance.

 

 

3/ CONCEPTION ET MODÉLISATION SCIENTIFIQUES : LA BANDE DESSINÉE, UN MODE D’ACÈS À LA CONNAISSANCE ?

Louis-Paul Henry, au cours de sa tentative d’application du raisonnement scientifique aux récits de la bande dessinée, a dévoilé une anecdote intéressante. Les aventures de Donald Duck et de son oncle fortuné Picsou ont toujours fait montre sous le crayon de leur créateur Carl Barks, d’une grande admiration pour la science et d’un respect pour l’explication scientifique. Il est aussi le père de Géo Trouvetou l’inventeur de génie en robotique, en  mécanique et en d’autres domaines toujours plus variés. Ainsi les aventures de Donald et Picsou font toujours face à des phénomènes-limites, entre la magie et la prouesse technique. Un des épisodes relaté par Louis-Paul Henry, « Le Hollandais Volant », détenteur d’après les canards un trésor incommensurable résout la légende du vaisseau fantôme vieille de plusieurs siècles dans une explication scientifique fondée sur le mirage. Quoique l’on puisse dire que des canards qui parlent avec de chiens ou des souris ça n’existe pas, l’influence d’un certain scientisme et une exigence de rationalité parcourent de part en part les quêtes de Picsou et de Donald Duck. Picsou lui-même venant d’une vieille famille noble d’Ecosse ruiné par la malédiction jetée sur leur château, hanté et déserté, amorcera le début de sa longue et fructueuse carrière en trouvant la clé du mystère familial qui n’avait rien ni de magique ni de sorcier. Ainsi le respect pour la rationnalité scientifique va même jusqu’à concurrencer certaines investigations scientifiques : dans les années 1960 deux chimistes, assidus lecteurs du Journal de Mickey se voient refuser le brevet d’une expérience qui consistait à prouver l’existence du méthylène, au  motif qu’une planche de bande dessiné avait développé un protocole expérimental suffisamment clair et construit, bien avant les deux chercheurs, Gaspar et Hammond. Cette planche est tirée d’une des nombreuses aventures du canard  le plus célèbre et le plus incompétent de l’histoire du neuvième art : pris d’une folie géniale après avoir été assommé par un bocal de verre Donald créé la « Donaldyte » un liquide explosif particulièrement puissant. Ce récit intitulé The mad chemist  est publié en 1944, soit vingt ans après l’expérience des deux chimistes. La planche articule en effet démonstration, formules chimiques et schémas sous les regards ébahis de Riri, Fifi et Loulou. Par la suite un procédé de renflouage de navires, à l’aide de balles de ping-pong fut plus ou moins attribué à Donald et ses neveux, quand un ingénieur tenta de le mettre sur pied pour renflouer avec de la mousse gonflante un véritable navire.

The mad chemist, Donald Duck, 1944.

The mad chemist, Donald Duck, 1944.

La bande dessinée jouirait-elle d’une spécificité dans le domaine de la modélisation scientifique ? Louis-Paul Henry précise que les manuels de chimie et de physique se dotent progressivement d’images successives pour décrire les protocoles expérimentaux. L’avantage de la bande dessinée tient à ce qu’elle peut presque simultanément montrer et expliquer. Pour ce qui est de la physique, la description du mouvement est d’ailleurs beaucoup plus claire en images qu’en mots. Entre conception et vulgarisation de la connaissance, la bande dessinée trouve une place de choix dans le registre scientifique sans pour autant ne se réduire qu’à la problématique ludique. Ainsi pourrait-on éclairer de meilleure façon le choix de la bande dessinée pour la description de l’investigation scientifique dont la table claudienne a été l’objet. En effet, toute vulgarisation par la bande dessinée pose la question de la finalité. La bande dessinée n’est-elle que médiation ? Quels sont les attraits particuliers de son mode de transmission ? Enfin, la bande dessinée est-elle créatrice de connaissance ?

Il semble que dans le domaine des sciences dures, la démonstration ne soit plus à faire. À la fois outil de mise à l’épreuve des démonstrations scientifiques, et productrice par sa forme de connaissances et de démonstrations la bande dessinée s’accorde parfaitement à la rigueur que nécessite l’enquête scientifique. On pourrait cependant s’interroger sur le privilège accordé aux sciences dures. En effet, la journée d’études et l’exposition montraient l’héritage du savant, de l’ingénieur, du chimiste et du physicien dans les bulles, et l’on aurait même pu remonter jusqu’aux ancêtres de la bande dessinée comme L’idée fixe du savant Cosinus de Christophe. La bande dessinée comme production de la modernité ne trouverait-elle d’inspiration que dans les investigations les plus modernes ou modernistes de la science ? Qu’il s’agisse de la technique magnifiée par l’Amérique des comics ou de la folie de ces hommes défiant la nature qui instillent tant d’humour dans les planches de Gotlib ou de Marion Montaigne, la bande dessinée s’accorderait avec la science dans leur commun projet visionnaire.

L’idée fixe du savant Cosinus, IXe chant, « Un habitant dans la lune », Christophe. Source : site "Töpfferiana".

L’idée fixe du savant Cosinus, IXe chant, « Un habitant dans la lune », Christophe.
Source : site « Töpfferiana« .

L’idée fixe du savant Cosinus, IXe chant, « Un habitant dans la lune », Christophe.Source : site "Töpfferiana".

L’idée fixe du savant Cosinus, IXe chant, « Un habitant dans la lune », Christophe.
Source : site « Töpfferiana« .

La bande dessinée ne pourrait-elle pas s’accorder avec les sciences dites « molles » ? Histoire, géographie, sociologie, économie ou encore philosophie seraient-elles les parents pauvres du neuvième art ? Christophe Mathieu montrait dans son parcours historique que la bande dessinée peut parfois s’affronter aux questions philosophiques, mais le plus souvent par  le biais de la biographie, ce qui ne peut pleinement satisfaire le philosophe. Pourquoi de telles limites ? Marion Montaigne, elle, semble vouloir relever le défi par un projet de vulgarisation des ouvrages des Pinçon-Charlot sur la grande bourgeoisie. Elle s’affronte d’ailleurs aux limites de la représentation de la recherche sociologique : comment raconter l’histoire d’un groupe social entre parcours individuel et comportement de groupe ? « À chaque fois c’était difficile de représenter le bourgeois ou le riche. Je ne pouvais pas parler de la vie de quelqu’un sans oublier les autres. » L’abstraction des sciences dures permettrait davantage de s’évader dans la satire, d’autant qu’il est aussi possible de s’appuyer sur le parcours d’un chercheur pour construire un récit, ce qui est moins évident quand on parle par exemple, de groupes sociaux.

La sociologie n’est pas sans poser d’autres problèmes à la bande dessinée, le professeur Moustache, avatar de Marion Montaigne est un personnage affublé d’une moustache et de seins : c’est Marion Montaigne et ce n’est pas Marion Montaigne, c’est une femme mais c’est aussi un homme ; à des questions portant sur le brouillage des catégories de genre que cela induit, la dessinatrice répond que la moustache était une manière de passer incognito et de dépasser la seule visée autobiographique. « Je n’ai pas de problème avec l’absurde » déclare-t-elle, malgré son entreprise de vulgarisation scientifique qui s’enracine profondément dans la rationalité. Peut-on interpréter cette démarche par l’absurde comme la métaphore du dégagement du scientifique par rapport à ses propres croyances et mythes ? L’impératif d’objectivité scientifique est-il métaphorisé par ce personnage à l’impossible identification tant sexuelle qu’auctoriale ? Pourtant la sociologie achoppe à cette absurdité, comme si la démarche de vulgarisation scientifique dont Marion Montaigne est le fer de lance ne pouvait se faire qu’à défaut de la logique des sciences humaines. Par ailleurs cela rejoint une des problématiques de la bande dessinée, celle selon laquelle le neuvième art bute sur la difficulté à représenter le réel dans sa diversité et ses contingences, sans que la force comique (les « anecdotes » ou le « trash ») ou narrative (les « performances extraordinaires ») dont il est maître ne vienne ou accentuer ou mettre en sourdine certaines réalités politiques, historiques ou sociales. Il ne saurait être aux prises avec la réalité humaine que par le détour : « Quand la B.D. affiche ses codes, le vraisemblable ne peut que voler en éclat » selon Pierre Fresnault-Deruelle[2].

 

 

CONCLUSION

La bande dessinée est l’outil de vulgarisation pédagogique le plus évident par le processus de lecture qu’il suscite chez l’enfant, et par son attrait ludique. Cependant, il est difficile de croire que la bande dessinée ne fait que délivrer un simple message clair et transparent, dénué de connotations et simplement pétri de connaissances. La bande dessinée est un champ de représentations que la démarche vulgarisatrice est à même de mettre à mal et de critiquer. Enfin la bande dessinée fait aussi montre de capacités techniques dans la formalisation de la connaissance scientifique dont la pédagogie s’imprègne progressivement. La limite de la vulgarisation en sciences humaines est un vaste espace encore à défricher, ce que le laboratoire « Sciences dessinées » s’apprête à faire. Quel meilleur auspice pour ce laboratoire junior que le questionnement sur la capacité de la bande dessinée à produire de la connaissance scientifique ? La réflexion sur les liens qui unissent la bande dessinée et la spéculation scientifique, mais aussi sa capacité à transmettre et à produire de la connaissance sont un prélude à une réflexion générale sur la place de la bande dessinée dans le champ des sciences humaines, de la culture et des études universitaires. En effet, confronter le neuvième art à la question de la transmission des connaissances mais aussi à sa capacité à faire science, ou du moins discipline, pose nécessairement la question de sa légendaire bâtardise : lecture ludique ou lecture sérieuse ? Lecture d’enfant ou lecture d’adulte ? Réaliste, politique ou fantaisiste et comique ? Entre texte et image relève-t-elle du domaine des sciences du langage ou de l’histoire de l’art et des représentations ? Peut-elle être un outil de la science ou est-elle un organe de réflexion à part entière ? Cette journée constitue donc aussi un nouvel effort de problématisation pour la visée du laboratoire junior en lui-même, dont la tâche est de confronter les disciplines scolaires et ce médium singulier afin d’en nourrir les diverses approches. Géographie, histoire, biologie, philosophie et autres seront autant d’angles d’attaques pour ausculter le médium bande dessinée dans sa plasticité à recevoir, transmettre et produire de la connaissance.

 


[1] Dans une de ses notes, elle déconstruit cette idée reçue tout à fait absurde et inutile selon laquelle nous avalons en moyenne par an sept araignées durant notre sommeil. Il s’agit en réalité d’un biais qui lui permet d’explorer les questions des phobies et de leur traitement thérapeutique. Marion Montaigne, « Mardi, arachnophobie » : http://tumourrasmoinsbete.blogspot.fr/2013/06/mardi-arachnophobie.html

 

[2] Fresnault-Deruelle, La chambre à bulles, Paris, Union Générale d’éditions, Collection « 10/18 », 1977,  page 11.

 

 

Autour de cette journée d’études :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 03/04/2016

    […] de Jean-Pierre Berthe et Marie-France Goyet dans le compte-rendu de notre première journée d’études Vulgariser par les bulles, par Irène Le Roy Ladurie, en ligne […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *