Une exposition : Mécanhumanimal

Mecanhumanimal-3

De Bilal, on connaissait l’auteur, l’artiste, le créateur de mondes aux matériaux éclectiques, moins le scénographe et le commissaire d’exposition.  Lui fut donnée la possibilité de se confronter aux machines, réelles celles-ci, qui peuplent sous d’autres formes son imaginaire en dessin. C’est l’objet de cette exposition, « Mecanhumanimal », aux Arts et Métiers, à Paris. Au-delà d’une simple rétrospective, d’une mise en scène de ses œuvres, l’exposition est aussi matrice d’œuvre, parce que Bilal a déambulé dans les collections de machines, parmi les témoins industriels créés puis abandonnés, aux utilités bien souvent galvaudées. Il s’est promené, a observé, choisi, trié. Le dessinateur s’est mué, s’est fait muséographe, grand ordonnateur d’une exposition dont il est le centre. Il a mis véritablement en exposition et a fait œuvre dans et par l’exposition. Il a initié un mouvement propre, à partir d’un mot, mécanhumanimal. Ce mot est devenu concept, fruit et source de l’univers rétrofuturiste, un brin décadent du dessinateur.

Bilal invente donc un néologisme pour définir un axe qu’il juge fondamental, primordial et matriciel de son œuvre. Ce mot, source de l’œuvre, devient source de réflexion, noyau central autour duquel vont graviter les différents aspects de l’exposition. Le mot et son invention sont au cœur de l’exposition : Bilal joue sans cesse avec la définition polysémique d’un mot déjà hybride. Un mot fusion pour dire une réalité fuyante, qui ne se laisse pas enfermer, qui se dérobe à la simple analyse. Bilal brouille la nature, interrogeant jusqu’au fondement des catégories de l’histoire naturelle, de la vision biologique : il ne s’agit ni de minéral, ni de végétal, ni d’animal, mais d’un mélange complexe et savant qui rend absurde les sections biologiques habituelles. Paradoxalement, le mécanhumanimal dit la diversité au sein d’une même nature.

Deux univers, le mécanique et l’animal, dont l’homme s’est voulu le centre, la charpente originelle, à moins qu’il s’agisse d’un simple trait d’union. L’animal, premier, primal, bestial, dont la machine a d’abord été le reflet adapté à l’homme, l’extension, la pâle copie. Il suffit de jeter un œil aux ailes et aux inventions de Vinci. L’homme au cœur, entre mécanique et animal, est devenu mi-mécanique et mi-animal sous le pinceau de Bilal. Il est l’origine et le centre du système. Mais l’invention du néologisme « mécanhumanimal » invite aussi à déconstruire ce rapport linéaire entre homme-animal-machine qui verrait dans le premier le maître et dominateur des deux autres. Le coup de sang marque l’œuvre de Bilal, révisant en un rapport circulaire la pensée d’une hiérarchie naturelle. La catastrophe évoquée dans « Animal’z » est à l’origine d’un retournement dans la hiérarchie naturelle, l’homme n’est plus prédateur, mais proie ans un environnement bouleversé. Mecanhumanimal est donc à l’origine d’un processus d’inter-engendrement : chez Bilal, qui de l’homme, qui de l’animal, qui de la machine ? Tout est fondue dans une hybridité rétrofuturiste (encore un mot paradoxal créant un futur ancré dans le passé) visible à tous les degrés, oscillant entre humanimal, mecanhumain et mecanhumanimal. Tout indique l’hybridité, le contre-nature devenu nature, la fusion du métal, du sang et du souffle, un creuset inédit où s’atteint la température propice à une création : un sang de métal, un rouage de chair, un instinct robotique.

Mot hybride, mot fusion, mot multiple : la fin d’un uni-vers de la di-versité, la naissance d’un divers de la triversité. Mot énigme, éclairant un mystère qui requiert des spécialistes nombreux pour le percer : un géographe, une poétesse, un écrivain. Le mécanhumanimal n’est pas un : il dit et crée la multitude, s’éloignant des ténèbres du langage et de la création. Alors quel besoin d’un nouveau mot ? Quelle nécessité d’ouvrir des discussions langagières stériles, à propos de catégories, d’engendrement, d’univers et d’art-monde ? Un mot si long ne dit-il pas l’impossibilité de dire les choses complètement ? Ne s’agit-il pas simplement de l’échec du mot devant la phrase, une enflure insupportable et snob, comme on dispose sur une table des mets raffinés pour seulement en prendre des photos ?

Autre culture, autre époque, autre rêve. Un semblant d’unité pour une œuvre-univers. Et si l’imagination ne se définissait qu’à coup de néologisme justement ? Ce terme n’est pas neutre, il engendre lui-même d’autres rêves, d’autres « galactiques trésors », des « Soleils articulés », un « Ciel absent et plombé »[1] : la force évocatrice du mot fait sa puissance imaginaire. Bilal explore dans cette exposition et par ce néologisme les trois pôles du mouvement, points de repère du dessin sur la feuille de papier. Mécanique, humain, animal, trois univers pour un même mouvement, celui de rendre l’élan, le vent du dessin et la vie dans l’inanimé.


[1] Ces mots sont tirés du poème de Brigitte Fontaine écrit pour les besoins de l’exposition : comme tout néologisme, Bilal fait appel à d’autres pour définir le « mécanhumanimal », universitaires, scientifiques et poètes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *