Série Aya de Yopougon (5) : Les territoires de la nuit, de la fête et de la drague

aya3Suite de la série Aya de Yopougon, avec un billet consacré à l’identité urbaine de Yopougon au prisme de la géographie de la fête, de la géographie de la nuit et de la géographie de la drague. Dès les premières planches du premier tome, les territoires de la nuit et les territoires de la fête, qui font l’identité de « Yop City », prennent une grande place dans l’histoire. Les amies d’Aya (Adjoua et Bintou) se préparent (planches 4 à 7) pour sortir, puis se rendent, en compagnie de Moussa, au maquis où la musique (à ce propos voir Etienne Augris, « Aya de Yopougon : une géographie intime et subjective d’Abidjan« , blog Samarra, 19 août 2013, qui présente notamment la bande son du film dérivé de la bande dessinée), la drague et la bière sont de mises.

 

 

Yopougon : la nuit, de la fête et de la drague

Dès la planche 8 du premier tome, la bande dessinée met en scène les territoires de la nuit dans la périphérie yopougonnaise. On l’a dit en introduction de ce billet, la forte identité de ce quartier est liée en grande partie à la fête et à la musique. Si Yopougon n’est pas le seul quartier ni à Abidjan, ni plus généralement en Afrique de l’Ouest, à offrir des maquis de grande renommée – la bande dessinée met notamment en scène, dans le tome 3, Tantie Affoué, « la patronne du plus célèbre maquis de Yop City » (tome 3, planche 41), véritable célébrité publique -, l’identité de Yopougon est souvent associée aux territoires de la fête, dont les maquis sont à la fois les espaces-scènes et les espaces-symboles.

« À Yopougon…

D’abord, il faut prouver qu’on n’a pas besoin d’argent, donc se montrer suffisant même si on n’a rien. Les critères ethno-régionaux même s’ils ne sont pas nécessaires peuvent peser dans la balance. Vous voulez que je sois plus explicite ? Bon, allons-y. Euh… vous savez tout de même que l’une des conditions pour se sentir comme un poisson dans l’eau à Yopougon c’est d’être euh… Bété, FPI et Africa ? (Les Bété ne le prenez pas en mal dè). donc si vous êtes dans l’un ou l’autre cas c’est déjà pas mal. Maintenant ce qui va être déterminant lorsque vous aborderez une fille c’est d’être… soûlard. Eh, oui, le seul endroit à Poy où les dés sont déjà pipés quand on est avec une go, c’est le… maquis !!!

Une fois installé, commencez par lui proposer quelque chose à boire. Au début elle prendra une sucrerie et fera comme si cet endroit la répugne, mais ne vous y fiez pas. Au bout de trente minutes, vous verrez qu’elle boit autant qu’une éponge. Ne vous pressez pas trop, attendez qu’elle ait avalé un demi casier de poki avant de vous jeter à l’eau. Elle fera comme si ça ne l’intéresse pas mais ne vous en faites pas, ce sont les phases. Au moment de régler la facture ouvrez votre porte-monnaie devant elle pour qu’elle voit tous vos billets. Quand il s’agira de rentrer, vous verrez qu’elle vous suivra comme votre ombre dans l’espoir de vous faire encore le show dans un autre maquis. Au réveil, remettez-lui mille francs pour son transport, c’est tout !

A Yop, c’est l’alcool qui séduit.

Source : « Yopougon, Adjamé, Marcory, Port-Bouët… Nouveau millénaire, nouvelles techniques de drague », Gbich !, 16-22 mars 2001. Cité dans Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 227.

 

Les territoires de la fête sont intimement liés à l’identité de Yopougon : la nuit, le quartier devient ainsi un territoire de la fête dont s’empare la jeunesse abidjanaise. De récents travaux en géographie ont montré combien « les fêtes et les musiques populaires sont indissociables des territoires dans lesquels elles s’inscrivent. Plus encore, elles contribuent à les façonner » (voir « Les nouveaux espaces de la fête et de la musique« , Planète Terre, France Culture, émission animée par Sylvain Kahn, avec Guy Di Méo, 27 mai 2009). « Phénomène social, global et générique, présent dans le temps et dans l’espace de tout groupe identifiable, la fête s’imprègne des des valeurs culturelles les plus profondes des sociétés qui le sécrètent » (Guy Di Méo, 2001, « Introduction », dans Guy Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, Orphys, collection Géorphys, Paris, p. 3). Interroger les spatialités de la fête dans une ville relève donc d’une démarche questionnant l’identité de la ville et de ses habitants, à diverses échelles. La fête abidjanaise est un marqueur identitaire, par-delà les frontières ivoiriennes.

L’appropriation des territoires de la nuit par la fête de la jeunesse abidjanaise à Yopougon fait donc sens dans la ville : cette représentation, par la bande dessinée Aya de Yopougon, des territoires de la fête montre à la fois les forts liens entre identité et territoire d’une part, et les interactions entre imaginaires et réalités dans la production d’identités urbaines d’autre part. « La fête constitue un espace-temps interstitiel de la vie sociale. Elle fait partie de ces « contextes » (produits) de l’interaction sociale et spatiale dont parle Anthony Giddens. Elle se glisse entre les « frontières spatiotemporelles qui délimitent (pour chacun de nous) des bouts d’interaction et qui possèdent des marques symboliques ou physiques (Giddens, 1987, La constitution de la société, Presses Universitaires de France, Paris). A ce titre, la fête participe à son tour à la détermination et à la régulation des rapports sociaux » Guy Di Méo, 2001, « Introduction », dans Guy Di Méo (dir.), 2001, La géographie en fêtes, Orphys, collection Géorphys, Paris, p. 10). Les territoires de la fête et société sont des révélateurs des interactions entre identité, espace et société.

Si la géographie de la fete a particulièrement mis en exergue le renouvellement des fêtes et des festivals dans des contextes « occidentaux » (et tout particulièrement en France) pour lesquels la fête s’inscrit dans les territoires comme un événement spatial (voir notamment : Guy Di Méo (dir.), La géographie en fêtes, Orphys, collection Géorphys, Paris, 270 p. ; Guy Di Méo (dir.), 2005, « Le renouveau des fêtes et des festivals« , Annales de géographie, vol. 114, n°643), la bande dessinée Aya de Yopougon confronte ici à une autre forme de pratique festive : la fête « ordinaire » qui s’inscrit dans des territoires temporaires, rythmés par la nuit urbaine.

Dans la ville d’Abidjan, on peut distinguer deux types de fêtes :

  • des « fêtes-événements », telles que la fête des moissons, la fête nationale de l’indépendance, les fêtes religieuses, ou encore les festivités de fin d’année (avec par exemple depuis 2011 l’événement « Abidjan Perle des Lumières »),
  • des « fêtes ordinaires » : liées aux loisirs du quotidien, elles se déroulent principalement dans les maquis ou les dancings.

Yopougon est particulièrement marquée par ces « fêtes ordinaires » : « Vaste quartier de restaurants, dancings et lieux de tous les plaisirs, moraux ou non. L’insécurité nocturne de la ville a fait qu’en général, on y passe toute la nuit à faire la fête, dans « l’ambiance » la plus débridée. Le lieu est devenu si fameux que l’expression de « rue Princesse » sert maintenant à désigner de tels endroits de plaisirs dans d’autres villes » (Yves Marguerat, 2003, « A la découverte des enfants de la rue d’Abidjan : des visages et des chiffres pour les comprendre« , dans Yves Marguerat (dir.), 2003, Garçons et filles des rues dans la ville africaine : diversité et dynamique des marginalités juvéniles à Abidjan, Nairobi, Antananarivo, EHESS, Paris, p. 19). Les rythmes urbains (marqués par le passage du jour à la nuit) dessinent une géographie de la fête dans des espaces qui, de jour, ont d’autres fonctions.

Ces rythmes urbains sont particulièrement mis en scène dans Aya de Yopougon : le jour, les maquis sont des espaces de rencontres entre amis, tandis que le soir, ils deviennent des territoires de la fête, de la musique et de la drague. Notamment par les mobilités des deux amies d’Aya, Adjoua et Bintou (Aya, elle-même, étant une jeune femme assez « atypique », qui préfère réviser pour pouvoir poursuivre des études après le baccalauréat), on découvre la manière dont la jeunesse abidjanaise s’empare des maquis, transformés en pistes de danse (voir notamment : Luc Bureau, 1996, « Géographie de la nuit« , Liberté, vol. 38, n°4/1996, pp. 75-92 ; Luc Bureau,  1997, Géographie de la nuit, Editions de l’Hexagone, collection La ligne du risque, 253 p. ; Luc Gwiazdzinski, 2005, La nuit, dernière frontière de la ville, Editions de l’Aube , 248 p. ; Catherine Espinasse, Luc Gwiazdzinski et Edith Heurgon (dir.), 2005, La nuit en question(s), Editions de l’Aube, collection Société et Territoire, 322 p. ; « Pour une géographie de la nuit« , Culturesmonde, France Culture, émission animée par Florian Delorme avec Luc Gwiazdzinski, Jérôme Tadié et Roberto Zedda, 27 mai 2013).

Un maquis de Yopougon, le jour Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planche 105.

Un maquis de Yopougon, le jour
Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007,
Aya de Yopougon, tome 3, planche 105.

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planches8-9

Un maquis de Yopougon la nuit
Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planches 8-9.

 

 

Les maquis, centralités urbaines

Les premiers tomes de la bande dessinée Aya de Yopougon sont également rythmés par l’approche de l’élection de Miss Yopougon. Les maquis prennent une part importante dans le récit, de jour comme de nuit, et sont les rares espaces où des toponymes sont évoqués (à l’exception notable de Yopougon évidemment). Par la bande dessinée, on ne peut se situer précisément dans la commune de Yopougon (qui est l’une des plus étendues de toute l’agglomération abidjanaise : voir le billet présentant quelques éléments de contextualisation). Les rues ne sont pas nommées (voir le billet sur la représentation de la rue) : le lecteur a peu de repères à l’intérieur du quartier. Ce qui fait lieu dans la bande dessinée, c’est le quartier dans sa totalité (et non pas l’échelle du micro-locale). Les maquis, eux, ont un nom dans la bande dessinée : les nuits d’Aya et de son entourage sont donc rythmées par les musiques du « Secouez-vous » ou du « Ça va chauffer ». La bande dessinée montre les maquis comme des centralités polarisant les pratiques spatiales des habitants de Yopougon : le jour pour y déjeuner ou retrouver des amis, le soir pour danser, boire et séduire.

Félicité se rendant à un rendez-vous galant dans un maquis de Yopougon Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 77.

Félicité se rendant à un rendez-vous galant
dans un maquis de Yopougon

Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005,
Aya de Yopougon, tome 1, planche 77.

L'élection de Miss Yopougon Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planches 40-41.

L’élection de Miss Yopougon
Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2007, Aya de Yopougon, tome 3, planches 40-41.

Nommer l’espace n’est pas un acte anodin : « l’espace n’est pas donné, mais construit ; construit par une société à partir de l’étendue et du langage. (…) Pour bien mesurer l’importance de la « nomination de l’espace », il n’est pas inutile de rappeler qu’espace et pouvoir entretiennent des rapports d’étroite familiarité » (Roland Pourtier, 1983, « Nommer l’espace. L’émergence de l’Etat territorial en Afrique Noire« , L’Espace géographique, vol. 12, n°4/1983, pp. 294-295). Nommer l’espace est une manière de se l’approprier : la bande dessinée Aya de Yopougon s’ouvre avec la « voix off » d’Aya présentant tour à tour sa famille, leurs amis proches, puis son quartier. Pour identifier et qualifier son quartier, Aya précise plusieurs éléments qui rythmeront la bande dessinée :

« Nous habitions tous à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, que nous avions baptisé « Yop City », pour faire comme dans un film américain.
Les maquis se remplissaient, ça sentait le début des vacances »

Source : Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005,
Aya de Yopougon, tom 1, planche 3.

Ces précisions ne sont pas « innocentes » : un auteur de bande dessinée choisit de situer son action (dans un monde « réel » comme dans un monde imaginaire) et de donner aux lecteurs des éléments sur cette localisation. Dans une fiction ancrée dans des espaces « réels », tous les éléments de situation (toponymie, localisation) peuvent être plus ou moins précis. Evidemment, il s’agit avant tout de servir le récit (et donc de ne pas donner des éléments cassant le rythme de la lecture). Néanmoins, s’arrêter sur ces choix permet d’envisager ce qui fait sens dans les spatialités de la ville comme espace-scène, pour l’auteur de la bande dessinée.

Ici, les maquis participent du récit non seulement comme espaces-scènes (des « théâtres » où se déroulent les intrigues, notamment amoureuses et amicales), mais aussi comme espaces-supports (voir à ce propos le billet « Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée » : de telles intrigues n’auraient pas le même déroulement dans d’autres lieux que les maquis la nuit (qui deviennent des dancing où se côtoient les personnages dont les rapports changent par rapport à leurs relations sociales le jour – comme le montre notamment la scène de danse entre Bintou et Hyacinthe – ami du père de Bintou et père de l’amie de Bintou – dans le tome 1). Les maquis sont à la fois des espaces de la fête, de la rencontre amoureuse et de la sociabilisation : dans cette perspective, ce sont de véritables espaces de rencontres qui sont représentés comme des centralités urbaines, puisqu’ils participent de l’urbanité.

 

 

Les territoires de la drague comme pratique urbaine

Les territoires de la « drague » ne se limitent pas aux territoires de la fête et aux territoires de la nuit. La bande dessinée Aya de Yopougon montre combien la rue (voir le billet « Série Aya de Yopougon (4) : La représentation de la rue » du 22 août 2013) est un espace de sociabilisation. La scène où un jeune homme aborde Aya dans la rue représente l’espace public comme territoire de la drague. On aperçoit, dans le récit de Marguerite Abouet et le dessin de Clément Oubrerie, l’appropriation territoriale des hommes, regardant les femmes passer, et les abordant si elles sont à leur goût. Le comique de situation naît alors de la personnalité d’Aya, jeune femme au fort caractère (qui veut faire des études supérieures et devenir médecin, au grand désespoir de son père qui préférerait la marier au fils de son riche patron), qui repousse ces pratiques.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 40.

Les rencontres et les intrigues amoureuses sont au coeur de la série Aya de Yopougon, il est donc « évident » que leurs spatialités soient particulièrement représentées. Néanmoins, cette relation entre bande dessinée et espaces de la drague est duale : c’est aussi parce que l’espace public à Yopougon (la rue, les maquis, le marché) est fortement marqué par de telles pratiques spatiales que ces intrigues prennent lieu dans de tels territoires du quotidien. C’est pourquoi, on décrit ici la ville comme un espace-support où se déroule l’intrigue : la ville donne de l’identité et du sens aux pratiques spatiales et sociales qui sont représentées dans la bande dessinée. La ville ne serait pas « interchangeable » et l’action est fortement située dans le temps et dans l’espace. C’est bien le quartier de Yopougon dans les années 1970-1980 qui donnent corps à la narration, tout comme la narration donne corps à cette représentation du quartier.

 

 

De la bande dessinée au film d’animation :
l’identité d’un quartier en questions

Le lancement du film adapté de la bande dessinée a particulièrement mis en avant les territoires de la fête, de la drague et de la nuit. Parmi les extraits diffusés pour le lancement du film, on retrouve par exemple la scène où Aya se fait abordée en pleine rue par un jeune homme la draguant, la scène où Bintou danse au maquis et rencontre un ami de son père. Les images appuyant ce lancement mettent aussi particulièrement en avant le maquis la nuit comme territoire de la fête et de la drague, et le marché la nuit comme territoire des rendez-vous amoureux cachés. De nombreux commentaires sur Internet pour le lancement de chacun des tomes de la bande dessinée ou pour le lancement du film ont insisté sur cette identité urbaine : la bande dessinée n’est pas nommée « Aya d’Abidjan », mais bien « Aya de Yopougon », rappelant l’importance de « l’effet de lieu » (pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu dans un des chapitres de La misère du monde), c’est-à-dire la très forte symbolique du lieu dans la bande dessinée, comme récit portant autant sur les personnages que sur le quartier.

Aya_de_Yopougon_Film_Affiche

Aya de Yopougon, le film (affiche internationale, 2013)

Aya_de_Yopougon_Film_Capture01

Bintou et Hyacinthe dansant dans un maquis
Source : Aya de Yopougon, le film (2013)

Le marché de Yopougon, la nuit Source : Aya de Yopougon, le film (2013)

Le marché de Yopougon, la nuit
Source : Aya de Yopougon, le film (2013)

 

–> Tout comme pour l’ensemble de la série Aya de Yopougon, ce billet ne propose que quelques pistes de réflexion. Les territoires de la drague, de la nuit et de la fête s’entremêlent, et questionnent l’identité du quartier de Yopougon, souvent associée à ces nuits festives. La bande dessinée Aya de Yopougon est, ici, un témoignage sur des pratiques urbaines polarisées par le maquis, qui, en tant qu’espace de sociabilisation et espace de loisir, est représenté comme une centralité dans les territoires du quotidien.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12/03/2014

    […] La bande dessinée est fortement située dans le temps et dans l’espace : la rue, les territoires de la fête ou encore les espaces domestiques qui nous sont donnés à voir témoignent de ce fort ancrage […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *