Série Aya de Yopougon (2) : Le quartier (quelques éléments de contextualisation)

Ce premier billet n’a pas pour autre objectif que de donner quelques repères au lecteur pour la suite de la série : comme précisé dans le billet introductif, la bande dessinée Aya de Yopougon est fortement située dans le temps et dans l’espace. Ce billet propose donc quelques éléments de contextualisation, qui permettront de confronter, dans la suite de la série Aya de Yopougon, les réalités spatiales et leurs représentations par le filtre qu’est cette bande dessinée. Une bibliographie sélective est proposée pour ceux qui désireraient aller plus avant dans la découverte de cette périphérie abidjanaise (notamment par les travaux du géographe Jean-Fabien Steck).  

 

Le quartier : Yopougon à la fin des années 1970,
un espace-symbole du « miracle ivoirien » ?

Quelques éléments de contextualisation

 

« Yopougon occupe dans la géographie et l’histoire urbaines abidjanaises une place particulière. Localisée à l’ouest de la baie du Banco, Yopougon apparaît comme un quartier isolé, éloigné et en même temps porte d’entrée de l’agglomération : l’autoroute y débouche, ainsi que les principaux axes routiers qui mettent en relation la métropole ivoirienne avec les régions ouest et nord du pays, ainsi qu’avec les pays enclavés de la boucle du Niger, Mali et Burkina Faso qui dépendaient essentiellement (avant 2002) de son port » (Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 228).

 

Dans la fin des années 1970/début des années 1980 (temps du récit de la bande dessinée), Yopougon est une commune abidjanaise très récente, dont l’urbanisation a commencé au milieu des années 1960. Yopougon est un espace révélateur de plusieurs tendances urbaines qui marquent la structure abidjanaise : elle témoigne d’une part de l’accélération de la croissance urbaine de la première ville macrocéphale de Côte d’Ivoire à partir des années 1960. Cette nouvelle commune est aussi le reflet de la politique du premier Président de la Côte d’Ivoire indépendante, Félix Houphouët-Boigny qui va construire de nombreux grands projets urbains (tel le déplacement de la capitale vers son village natal, Yamoussoukro, transformé en ville nouvelle pour accueillir les lieux du pouvoir – tel que le palais présidentiel – et d’importants hauts-lieux de l’identité ivoirienne – telle que la réplique, en plus grand, de la basilique de Saint-Pierre de Rome). Concernant Yopougon, l’étalement urbain, d’abord spontané, va devenir un « projet encadré » après l’indépendance ivoirienne : « Yopougon est d’abord à considérer comme une opération urbanistique qui doit permettre une croissance rationnelle d’Abidjan : c’est un élément planifié de l’étalement urbain abidjanais, une périphérie encadrée où, dès le du programme les anciennes constructions illégales furent détruites pour laisser la place à des lotissements » (Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, p. 230).

Yopougon en situations : une commune d'Abidjan Source : Steck, Jean-Fabien, 2008, "Yopougon, Yop city, Poy... périphérie et modèle urbain ivoirien", Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 229.

Yopougon en situations : une commune d’Abidjan
Source : Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 229.

« Le projet yopougonnaute ne pouvait pourtant pas se réduire – quoi que ce fut essentiel – à cette seule dimension suburbaine, certes périphérique mais nullement marginale. Evidente, cette référence est très incomplète et Yopougon, au moins autant, sinon plus qu’une banlieue, fut aussi conçue comme une ville nouvelle » (Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, p. 231). La bande dessinée Aya de Yopougon se situe, dans le temps, dans une période où le projet yopougonnaute (dans la bande dessinée, les habitants de Yopougon sont nommés les Yopougonnais/Yopougonnaises), s’il est inachevé, est perçu comme en cours : la crise économique qui rattrapera le « miracle ivoirien » dès les années 1980 empêchera son achèvement (notamment en ce qui concerne les infrastructures routières, pourtant essentielles pour relier ce quartier au reste de la ville, tout particulièrement au Plateau – le quartier des affaires abidjanais – sur un site particulier, marqué par la lagune comme facteur de fragmentations urbaines si les infrastructures de transport s’avèrent insuffisantes). Mais, au moment du récit de la bande dessinée, Yopougon est un quartier en plein développement, et les habitants comme les acteurs politiques pensent son achèvement possible.

Le difficile rattachement de Yopougon à l'agglomération abidjanaise Source : Steck, Jean-Fabien, 2008, "Yopougon, Yop city, Poy... périphérie et modèle urbain ivoirien", Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 234.

Le difficile rattachement de Yopougon à l’agglomération abidjanaise
Source : Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien », Autrepart, n°47, n°3/2008, pp. 234.

Les habitants, par leurs pratiques spatiales comme par leur profil socioéconomique, vont rapidement participer de la production d’un territoire urbain à forte identité. Yopougon est ainsi un espace géosymbolique (on emploie ici la notion de « géosymbole », au sens que lui a donné le géographe Joël Bonnemaison, c’est-à-dire « un marqueur spatial, un signe dans l’espace, qui reflète et qui forge une identité. Ce peut être un lieu saint (Jérusalem, Rome), un haut-lieu (La Maison Blanche à Washington, une montagne, un monument), un lieu sacré (rôle des chênes, des fontaines sacrées, des bois et des calvaires en Bretagne. Les géosymboles maruqent le territoire par des signes qui enracinent les iconologies dans des lieux. Ils bornent le territoire, l’animent, lui donnent sens, le structurent… » Bonnemaison, Joël, 2004, Géographie culturelle, Editions du C.T.H.S, Paris, p. 55). Yopougon est ainsi un toponyme associé à la culture ivoirienne, et notamment à la fête et à la musique.

« Si elle peut apparaître aujourd’hui comme un acteur intransigeant de la crise ivoirienne, il fut un temps encore assez proche où Yopougon représentait tout autre chose dans l’imaginaire collectif ivoirien, où son seul nom évoquait la fête, la convivialité*, et surtout une certaine forme d’innovation culturelle urbaine, souvent associée à la débauche, au sexe, à l’alcoolisme et à la drogue. Yopougon fut en effet, pendant de nombreuses années, perçue comme l’enfant terrible de l’ « invention urbaine » ivoirienne » (Steck, Jean-Fabien, 2008, « Yopougon, Yop city, Poy… périphérie et modèle urbain ivoirien« , Autrepart, n°47, n°3/2008, p. 227).

*Note de bas de page : Une récente bande dessinée (Abrouet, Oubrerie, 2005, 2006 et 2007) prend Yopougon pour cadre afin d’évoquer la vie quotidienne de jeunes ivoiriens dans la Côte d’Ivoire des années soixante-dix.« 

En plus de se situer dans un quartier à forte identité et à l’histoire urbanistique qui le différencie des autres quartiers abidjanais (y compris de ceux dont la composition sociale est similaire), le récit se situe dans une temporalité très particulière, celle de « la félicité des années « houphouëtiennes » (…) Le long fleuve du règne du président Houphouët-Boigny (1960-1993) avait été marqué par le « miracle ivoirien  ». En réalité amorcé dès les années 50 et achevé dès les années 80, ce miracle avait permis à la Cote-d’Ivoire de rattraper son retard économique sur ses voisins (notamment la Guinée et le Ghana), de pulvériser ses records, de proclamer la réussite d’une certaine « françafrique », mais avait également consacré l’émergence d’Abidjan au rang des métropoles qui comptent. De 1950 à 1980, la population de la capitale ivoirienne était passée d’un peu plus de 50 000 à près de 1 500 000 habitants » (Haeringer, Philippe, « Abidjan avant la guerre civile et après les trente « glorieuses » », dans Wackermann, Gabriel (dir.), 2004, L’Afrique (en dissertations corrigées et dossiers), Ellipses, collection CAPES/Agrégation, Paris, p. 90). Le récit de la bande dessinée est daté : elle commence en 1978 (1978-1980 pour les 3 premiers tomes, dont nous tenons compte dans cette série de billets, comme précisé dans le billet introductif), date à laquelle le « miracle ivoirien » reste ancré comme une « valeur sûre », tant dans les décisions politiques (notamment en termes de dépenses publiques) que dans le vécu des habitants qui aspirent à la classe moyenne. C’est donc dans le temps de « l’euphorie inquiète des premières années 80 » (Haeringer, Philippe, « Abidjan avant la guerre civile et après les trente « glorieuses » », dans Wackermann, Gabriel (dir.), 2004, L’Afrique (en dissertations corrigées et dossiers), Ellipses, collection CAPES/Agrégation, Paris, p. 90) que se situe l’action. La bande dessinée montre ainsi à la fois la manière dont le « miracle ivoirien » a différemment affecté les populations abidjanaises (avec l’émergence d’une classe moyenne, qui ne touche pas toute la population de Yopougon, périphérie urbaine peuplée par les classes moyenne et populaire) et les conséquences des premiers signes (notamment par le prisme des restructurations dans la société où travaille Ignace, le père d’Aya) des difficultés économiques.

La troisième planche du tome 1 fixe de nombreux repères spatiaux qui situent le récit de la bande dessinée Aya de Yopougon : l’espace domestique (et les spatialités de la famille, différenciées en fonction de l’âge et du rôle dans la famille) et le quartier (Yopougon, la rue africaine et les espaces de la fête/de loisirs). Sans prétendre couvrir l’ensemble des apports de la bande dessinée pour les géographes, on interrogera dans cette série de billets les réalités spatiales dans ce quartier telles que représentées dans Aya de Yopougon, qui dessine une géographie sociale des territoires du quotidien, entre invariants de la ville africaine et particularismes du quartier abidjanais de Yopougon à la fin des années 1970/début des années 1980. A travers la vie quotidienne d’Aya, de sa famille et de leurs amis ou proches, la bande dessinée Aya de Yopougon (dont le premier tome est paru en 2005 et qui constitue aujourd’hui un véritable succès) présente un tableau social de la vie quotidienne dans le quartier de Yopougon dans une période encore marquée par le « miracle ivoirien », mais qui commence à « se gâter ».

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 3.

Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, 2005, Aya de Yopougon, tome 1, planche 3.

 

A propos de la géographie de Yopougon en particulier et d’Abidjan en général :

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 14/10/2013

    […] (qui est l’une des plus étendues de toute l’agglomération abidjanaise : voir le billet présentant quelques éléments de contextualisation). Les rues ne sont pas nommées (voir le billet sur la représentation de la rue) : le lecteur a […]

  2. 13/11/2013

    […] nous propose d’abord une approche globale sur le quartier, proposant un regard éclairant sur Yopougon […]

  3. 02/04/2014

    […] de contextualisation autour de la bande dessinée, voir : Bénédicte Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (2) : Le quartier (quelques éléments de contextualisation) », carnet de recherche Sciences Dessinées, 22 juillet 2013. Pour une approche plus complète, se […]

  4. 29/04/2016

    […] Tratnjek, 2013, « Série Aya de Yopougon (2) : Le quartier (quelques éléments de contextualisation)», carnet de recherches Sciences Dessinées, 22 juillet 2013, en ligne : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *