Appel à communications : Les géographies de Tintin

La Société de Géographie lance un appel à communications pour le colloque « Les géographies de Tintin » des vendredi 20 et samedi 21 janvier 2017 (amphithéâtre de la Société de Géographie, 184 bd Saint-Germain, Paris Vie arrondissement).

Geographie_Tintin

Appel à communications :

Les écrits sur Tintin connaissent une croissance exponentielle. Olivier Roche et Dominique Cerbelaud en tiennent une comptabilité critique dans leur ouvrage et ses mises à jour « Tintin bibliographie d’un mythe », paru en 2014 aux Impressions nouvelles.

Tous les angles d’attaques (au sens virulent du terme parfois) ont été abordés.

Alors que le Grand Palais programme une exposition sur Hergé, de septembre 2016 à mars 2017, et que les événements à l’initiative des sociétés Moulinsart et Casterman, du musée Hergé, ou des nombreuses associations tintinophiles s’enchaînent sans discontinuer, la Société de Géographie souhaite apporter sa pierre à l’édifice des innombrables travaux sur les albums de Tintin, en organisant un colloque prévu les vendredi 20 et samedi 21 janvier 2017, mobilisant les tintinophiles convaincus, acceptant les propositions des déviants tintinolâtres, voire tintinopathes et n’ excluant pas d’éventuelles contributions tintinophobes. Le titre choisi en est « Les géographies de Tintin ». Le titre pluriel est volontairement provocateur, rompant avec la vision d’une géographie une et indivisible. Il est en phase avec le palimpseste des approches géographiques spécialisées portant sur la géographie rurale, urbaine, tropicale, physique (géomorphologie, climatologie, hydrologie, biogéographie), de la population, du tourisme, culturelle, économique, des transports, de la mer, du commerce, de la santé… et bien d’autres géographies encore comme la géopolitique, la géomatique, la géographie du genre, du patrimoine, de l’imaginaire…

Chaque géographe rattaché à l’une de ces sensibilités pourra proposer une lecture  de la façon dont Tintin fait de la géographie sans le savoir, sans le vouloir ou au contraire de façon construite et argumentée. Quelles villes, quels espaces ruraux, quels fleuves, quels ciels, quels milieux, quels paysages, quelles cultures, quels comportements, quels conflits, quels concepts,… sont donnés à voir et imprègnent les faits, les gestes et les dires du curieux reporter, journaliste, routard, explorateur, s’aventurant dans des contrées peu ou mal connues dans l’entre-deux-guerres ou le proche après-guerre de 39/45.

On s’interrogera sur le fait de savoir si Tintin est un fédérateur, un catalyseur des multiples façons de faire de la géographie ou s’il est au contraire un révélateur des dissensions, des forces contradictoires parcourant cette vieille discipline.

Il s’agit en fait de prolonger les réflexions amorcées par Jean-Louis Tissier qui avait proposé, dès 2001, le thème de l’hergéographie, abordé lors d’un café géographique particulièrement stimulant.

Fiche-réponse (au format .doc) : Appel communications colloque Tintin avec logo SG (propositions de communications attendues avant le 14 juillet 2016)


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *