La Rome antique en bande dessinée (Cases d’Histoire, n°5, mars/avril 2016)

La_Rome_Antique_en_Bande_Dessinee_Cases_d_HistoirePour son n°5, Cases d’Histoire propose un dossier sur « La Rome antique : une époque mythifiée » (mars/avril 2016) revenant sur les représentations de la capitale du monde romain antique dans la bande dessinée. Une parution en ligne qui va habilement compléter le colossal ouvrage collectif dirigé par Julie Gallego : La bande dessinée historique, premier cycle : L’antiquité (Presses Universitaires de Pau, 2015 : voir le compte-rendu de Tristan Martine pour Sciences dessinées).

Si le 9e Art a tout particulièrement mis en avant certains temps forts de l’histoire du monde romain, « notamment la fin de la République et le début de l’Empire avec l’extension territoriale vers les Gaules » [1], « l’Antiquité romaine reçoit [aussi] un traitement particulier dans la bande dessinée, que l’on ne retrouve pas dans les films qui lui sont dédiés : à la suite de Jacques Martin, de nombreux auteurs entendent présenter à travers leurs albums une certaine vérité historique » [1]. Si la Rome dessinée dans la série des Astérix est anachronique (correspondant aux IIe et IIIe siècles par. J.-C., et non pas à l’époque de César comme en témoigne la présence du Colisée), si dans les débuts de la bande dessinée « Rome n’est […] que le simple décor d’une intrigue centré sur les personnages » quant « il ne s’agit pas alors de représenter une Antiquité historiquement juste, mais d’évoquer par quelques éléments facilement reconnaissables un contexte antique assez vague » [2], « le cheminement de Jacques Martin, que d’aucuns reconnaissent comme l’inventeur de la bande dessinée historique, progresse rapidement vers un plus grand souci de réalisme historique » [2], et entraîne dans son sillage toute une série de bandes dessinées « résolument réalistes » [1]. La bande dessinée japonaise, elle aussi, s’est emparée de la Rome antique : Thermae Romae et Virtus sont, par exemple, deux mangas qui « appartiennent à cette nouvelle génération de mangas qui s’intéressent à l’histoire romaine » [3] quand Ad Astra met en scène de manière réaliste l’offensive d’Hannibal en Italie [4], qui circule ainsi de par le monde par la bande dessinée.

Quand la ficion prend le pas sur la réalité : dans « Vaincre ou mourir », Rome est assiégée par les troupes d’Hannibal. © Convard-Adam-Boisserie-Erbetta-Chaillet/Glénat

Quand la ficion prend le pas sur la réalité : dans « Vaincre ou mourir », Rome est assiégée par les troupes d’Hannibal. © Convard-Adam-Boisserie-Erbetta-Chaillet/Glénat.
Cité dans : Philippe Peter, 2016, « Rome, du triomphe à la déroute : le cas de la Deuxième Guerre punique« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016.

Le dossier de Cases d’histoire part donc du constat de « la quantité de titres et de séries dont l’action se déroule dans la Rome antique » [1] pour expliquer la richesse des liens entre bande dessinée et Antiquité romaine, « une des périodes où les liens entre recherche historique et bande dessinée sont les plus étroits » [1]. Ce dossier est ainsi une excellente introduction aux liens entre bande dessinée et histoire, à travers l’exemple de la Rome antique, qui approfondit tant les manières dont le monde romain est représenté dans la bande dessinée par « une vision étriquée de l’Histoire » [5] et par des représentations de la ville de Rome telles qu’elles « en disent long sur notre vision de l’histoire antique » [2], notamment à travers le cas de la série Alix [6], comme en témoignent des thèmes devenus des « passages obligés » comme l’émergence du christianisme [7], la décadence de la société romaine qui semble se matérialiser dans l’orgie antique [8], les grandes batailles, notamment celles qui menacent l’ordre romain comme les Guerres Puniques [4], ou encore une focalisation pour la période du passage de la République au Principat [5] – à ce propos, la « carte blanche » de Christophe Girard revient, en deux planches, sur la guerre des Gaules et sa mythification par la bande dessinée, entre récit et histoire [9]. Si avec Murena, la bande dessinée met en scène avec succès l’empereur Néron (pour qui les Anciens ont forgé une « légende noire » – Suétone le présente par exemple comme l’un des « mauvais empereurs » dans La Vie des douze CésarsVie de Néron [10] – à l’origine, plus tardivement, du néologisme de « néronisme »), Pauline Ducret revient sur Celtil, le personnage de Philippe Masson, « un Alix au temps de Murena« , « témoin daté d’un certain traitement de l’Histoire, entre influence du péplum et volonté de représenter l’Antiquité de manière réaliste et documentée, poussée jusqu’à inclure régulièrement dans le texte des citations tirées des grands auteurs anciens » [11]. Parce que les bandes dessinées historiques ne sont pas seulement une représentation de périodes historiques, elles témoignent aussi de la manière dont l’histoire est pensée, représentée et mobilisée par les sociétés qui les produisent : il existe donc une historicité et une géographicité des bandes dessinées historiques. Autrement dit, les représentations de la Rome antique par la bande dessinée sont situées dans le temps et l’espace de leur production.

Le dossier revient, dans plusieurs articles, sur le rôle de Jacques Martin et de la série Alix dans la recherche de réalisme dans la représentation de la Rome antique et du monde romain dans la bande dessinée [2] [6]. Après des premières bandes dessinées marquées par « la prégnance d’un imaginaire populaire largement hérité de la peinture d’histoire du XIXème siècle, notamment des oeuvres bien connues de Jean-Léon Gérôme » [2], dans lesquelles la Ville Éternelle n’est « que le simple décor d’une intrigue centrée sur les personnages » [2], la Rome antique dessinée devient de plus en plus réaliste : par exemple, « lorsqu’Alix retrouve le chemin de l’arène dans Roma, Roma (tome 24, publié en 2005), c’est dans un amphithéâtre de bois qu’il combat et non plus dans un Colisée complètement anachronique. De même, la Curie qui était ronde dans Le Fils de Spartacus (tome 12, 1975) retrouve sa forme historique, que l’on peut encore observer aujourd’hui, dans Les Barbares publié en 1998 (tome 21) » [2]. Interrogé par Stéphane Dubreil, Marc Jailloux revient sur le dernier album de la série, Par-delà le Styx, pour lequel il a « enfin pu dessiner Rome avec le temple de Vénus Genitrix en construction » [6] : pour le dessin des albums d’Aix, il s’est fortement documenté : « par exemple, pour la Grèce, ça a été très long. J’avais beaucoup de mal à me l’imaginer. […] La Grèce de Périclès pour Orion m’était vraiment étrangère jusqu’au jour où la lecture du livre de Robert Flacelière La Vie quotidienne en Grèce au siècle de Périclès m’a transporté au Ve siècle av. J.-C. […] Pour les dessiner, il faut saisir la logique des monuments ou des choses, surtout quand elles sont anciennes ou qu’elles ont disparu » [6]. Pour Pauline Ducret, « ce souci de réalisme historique confère à Alix une valeur didactique qui lui vaut les grâces des bibliothécaires de tous les collèges, et même l’entrée dans certains manuels scolaires » [2]. Avec la série Alix Senator, le personnage de Jacques Martin réalise une « première » dans la bande dessinée : il vieillit. De l’époque de César dans la série « mère », Alix Senator plonge le lecteur dans la Rome d’Auguste, comme en témoigne par exemple la présence des thermes d’Agrippa dans cette Rome dessinée. « Ce souci de vraisemblance historique est désormais bien ancré dans la bande dessinée antique. En témoignent les dossiers et bibliographies qui se trouvent à la fin de Murena ou encore les liens vers des sites internet faisant la part de l’Histoire et de la fiction dans les nouveaux Alix Senator. Cela se couple cependant chez les héritiers de Jacques Martin d’une volonté de raconter une Antiquité moins figée et de dessiner des villes vivantes et non plus des maquettes monumentales. Les rues et les places se remplissent, le poids du temps se fait sentir sur des murs fissurés et griffonnés de graffitis ; et, aux grands monuments imposants ayant fait la renommée de la Rome impériale, on préfère les ruelles sales de Subure » [2].

Alix, tome 12, Le Fils de Spartacus, p.13 (1975) : d’une Curie ronde…

Alix, tome 12, Le Fils de Spartacus, p.13 (1975) : d’une Curie ronde…

Alix, tome 21, Les Barbares, p.10 (1998) : … à une Curie carrée.

Alix, tome 21, Les Barbares, p.10 (1998) : … à une Curie carrée. Cités dans : Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016.

 

Progressivement, ce souci de réalisme transforme les représentations de la Rome antique dans la bande dessinée. Rome n’est plus un simple espace-décor, mais devient ainsi un véritable espace-scène, voire même un espace-personnage. « Rome en vient même à dépasser son statut de simple décor pour prendre de plus en plus de place dans les bandes dessinées, où de larges plans voire des doubles pages lui sont entièrement dédiés. La ville devient par exemple un personnage à part entière, pour ne pas dire le personnage central, de La Dernière prophétie de Chaillet, série en cinq tomes publiée entre 2002 et 2012, où le héros a pour rôle, très secondaire, de voir se dérouler devant ses yeux divers épisodes de l’histoire romaine. » [2]. De même, Rome n’est plus seulement une ville-capitale où se dressent des hauts-lieux du pouvoir, elle devient un espace de vie pour les personnages. « Les lieux symboliques de la Rome antique, tel le Forum Romain, ne sont pas pour autant abandonnés. Mais le point de vue change, et le lecteur ne reconnaît plus ces images devenues familières, aux cadrages souvent identiques, tirées de la Rome de Chaillet. » [2]. Dans une autre approche, certains mangas invitent à rapprocher des espaces-temps pourtant a priori très éloignés : ainsi, les deux séries Virtus et Thermae Romae entremêlent la Rome antique et le Japon contemporain, pour mieux interroger ce dernier [3].

Alix Senator, tome 3, La Conjuration des rapaces, p.41 (2014) : une vue juste mais atypique du Forum Romain, au petit matin, dans la brume. Le Capitole qui surplombe habituellement le Forum disparaît dans ce cadrage inhabituel qui regarde vers le Sud, où se dresseront quelques années plus tard la Maison Dorée de Néron puis le Colisée. Cité dans : Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/images-changeantes-de-la-ville-eternelle/

Alix Senator, tome 3, La Conjuration des rapaces, p.41 (2014) : une vue juste mais atypique du Forum Romain, au petit matin, dans la brume. Le Capitole qui surplombe habituellement le Forum disparaît dans ce cadrage inhabituel qui regarde vers le Sud, où se dresseront quelques années plus tard la Maison Dorée de Néron puis le Colisée.
Cité dans : Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle », Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/images-changeantes-de-la-ville-eternelle/

 

Plan de Rome dont l’on trouve des extraits dans Les Voyages d’Alix, Rome (I), p.43 (1996). Cité dans : Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle », Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/images-changeantes-de-la-ville-eternelle/

Plan de Rome dont l’on trouve des extraits dans Les Voyages d’Alix, Rome (I), p.43 (1996).
Cité dans : Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle », Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/images-changeantes-de-la-ville-eternelle/

 

En effet, le dossier interroge à la fois les liens entre les sociétés et l’Antiquité tels qu’ils s’expriment dans la bande dessinée d’une part, et les liens entre l’histoire universitaire et scolaire et la bande dessinée d’autre part. C’est un axe important de ce dossier : si Celtil, qui « était présenté comme le début d’une série promettant de rendre vie à cette « année des quatre empereurs » [12] qu’est 69 ap. J.-C.« , le projet « se résume en fait à ce volume unique sur la fin de Néron » [11]. Mais entre Celtil et Murena, c’est aussi toute une connaissance de l’histoire romaine, moins fondée sur des mythes et des représentations qui ont structurés un imaginaire collectif sur la Rome antique (Pauline Ducret décrypte, par exemple, les reprises par la bande dessinée du tableau de Jean-Léon Gérôme : Ave Caesar, morituri te salutant (1859) dans l’un des premiers tomes d’Alix, tableau « pour lequel Gérôme avait transformé en mythe ce qui n’était qu’une anecdote littéraire » [2]), mais bien davantage sur une connaissance bien plus fine de cette période historique. Ainsi, le dossier propose notamment le décryptage de bandes dessinées sous l’oeil d’historiens, comme la série Gloria Victis [13], qui propose « un récit situé dans la Tarraconaise au IIe siècle après J.-C. et qui prend comme cadre le milieu des auriges, ces conducteurs de char qui pouvaient amasser des fortunes en remportant des courses hippiques« , série analysée par Jean-Paul Thuillier, historien du sport antique, qui confrontent les éléments présents dans les deux albums aux sources dont nous disposons (comme « une inscription sur pierre extraordinairement détaillée » qui atteste que « Dioclès, de son nom entier Caius Apuleius Diocles, est effectivement le cocher le plus célèbre du monde romain« ) [14]. Philipp Peter, lui, confronte la représentation de « l’offensive d’Hannibal Barca en Italie (218-216 av. J.-C.) durant la Deuxième Guerre punique (218-202 av. J.-C.) » dans un manga et dans un BD franco-belge [15], « un épisode qui est mis en scène de manière réaliste dans Ad Astra, et fantasme dans le second tome de la saga Roma » [4]. En creux, se pose la question des genres dans la représentation de l’histoire dans la bande dessinée. Autrement dit, est-il nécessaire d’adopter un genre réaliste pour rendre compte de l’histoire dans la BD ? Ici, Ad Astra et Roma proposent « deux approches différentes, mais un point commun : fournir une explication, rationnelle ou non, à la fulgurante réussite d’Hannibal et à son refus tout aussi surprenant d’assiéger Rome » [4].

Mihachi Nagano, Ad Astra, © Kagano/Ki-oon

Mihachi Nagano, Ad Astra, © Kagano/Ki-oon.
Cité dans : Philippe Peter, 2016, « Rome, du triomphe à la déroute : le cas de la Deuxième Guerre punique« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016

Le regard des historiens est ainsi mobilisé pour confronter plusieurs bandes dessinées. Si Cases d’Histoire propose régulièrement des analyses d’albums ou de séries décryptées par des historiens dans la rubrique « Cases commentées », notamment autour de l’Antiquité [16], les différents numéros de la revue proposent des articles croisant les bandes dessinées : pour la Rome antique, la représentation de l’émergence du christianisme et de son expansion jusqu’à la chute de l’empire romain est ainsi présente dans « une bonne soixantaine de bande dessinées qui aborde cette thématique, sans pour autant que celles-ci ne couvrent parfaitement les 500 ans d’histoire qu’elle englobe. Trois périodes sont privilégiées : la naissance et la passion du Christ (la première moitié du Ier siècle), les persécutions des chrétiens (essentiellement sous Néron), et l’avènement du christianisme à partir de la conversion de l’empereur Constantin (en 313) » [7]. La bande dessinée sur la Rome antique met en scène de manière privilégiée de grands personnages, tels que l’imperator César, l’empereur Néron, Vercingétorix (ce qui est « étrange pour un personnage dont on sait finalement très peu de choses… [5]) ou encore Spartacus : de grands dirigeants du monde romain aux côtés de figures de la résistance à la conquête ou à l’ordre romains. La BD privilégie aussi des périodes précises, alors que l’histoire romaine « s’étale du VIIIe siècle av. J.-C. au Ve siècle ap. J.-C. » [5] : la conquête des Gaules dans la période taro-républicaine (« que ce soit à travers des séries à succès comme Astérix ou Alix, dont les personnages vivent au milieu du Ie siècle av. J.-C., ou par des titres aux destinées plus diverses comme Taranis, fils de la Gaule (Mora & Marcello, Vaillant, deux tomes, 1980-1981), allégorie de la résistance à l’occupant romain créé dans Pif Gadget en 1976, Vae Victis ! (Rocca & Mitton, Soleil, 15 volumes, 1991-2006), qui met en scène Ambre, jeune esclave celte, tentant d’alerter ses compatriotes gaulois sur les projets de conquête de César, ou plus récemment La Guerre des Gaules (Tarek & Pompetti, Tartamudo, deux tomes, 2012-2013) » [5]) et plus généralement le monde romain entre le Ie siècle av. J.-C. et le Ie siècle par. J.-C. (c’est-à-dire la période marquée par le passage de la République au Principat, période marquée par « notamment l’avènement de l’Empire et l’accroissement considérable du territoire et de la puissance de Rome » [5]) : « en dehors de ces deux bornes temporelles, très peu de choses : certaines décennies sont même complètement délaissées par le 9e art » [5]. Parmi les thèmes privilégiés, les grandes batailles, l’émergence du christianisme [7] mais surtout « la Rome débauchée » [8] sont très nettement mis en avant par la bande dessinée. C’est tout particulièrement le cas de Messaline au Ie siècle par. J.-C. : « troisième épouse de l’empereur Claude et mère de Britannicus, elle est célèbre pour ses moeurs légères célébrées dans Messaline (collectif, Les Editions de Poche, cinq volumes, 1967), Messaline – Les fêtes du Palatin (Duveaux, Albin Michel, 1987), Messalina (Mitton, Ange, cinq tomes, 2011-2015), ou encore Succubes t.4 (Mosdi & Dominici, Soleil, 2014) » [5]. Pour Philippe Peter, la bande dessinée donne à voir une « vision étriquée de l’Histoire » : « malgré la profusion d’albums et quelques best-sellers, seules quelques bribes de la riche histoire de la Rome antique ont jusqu’à présent attiré l’attention des auteurs de bande dessinée » [5].

Si la BD se focalise sur des thèmes, des périodes et des personnages qui ne rendent pas compte de l’ensemble de l’histoire romaine, elle a tout de même investi l’école et l’université. C’est pourquoi, le dossier se penche à la fois sur les analyses de la Rome antique dans la bande dessinée par des historiens, des latinistes, des archéologues, des traducteurs, etc. [17], et sur les usages pédagogiques de la bande dessinée dans les programmes d’histoire dans l’enseignement secondaire [18]. Ainsi, certaines pratiques se rapprochent : alors que les représentations de la ville de Rome et des villes du monde romain se font de plus en plus précises dans la bande dessinée, notamment sous l’impulsion majeure de Jacques Martin et de la série Alix [2], comme par exemple le travail de Gilles Chaillet pour Dans la Rome des Césars [19], ce ne sont plus seulement les auteurs de bande dessinée qui vont vers les historiens, les archéologues ou les architectes, mais aussi les historiens, les archéologues ou les architectes qui vont à la bande dessinée (comme l’ont présenté Jean-Pierre Berthe et Marie-France Goyet, et Alexandre Callens dans nos journées d’études [20]). Ainsi, Pauline Ducret s’entretien avec Jean-Claude Golvin à propos de son parcours de la restitution architecturale à la bande dessinée [19], Thierry Lemaire interroge Annie Collognat sur l’intérêt de traduire les bandes dessinées représentant le monde  romain antique en latin [21], et Thierry Lemaire revient avec Julie Gallego sur l’important colloque consacré en 2011 à la bande dessinée historique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour [17] [22].

Astérix, du français au latin. Cité dans :

Astérix, du français au latin. Cité dans : Thierry Lemaire, 2016, "Traduire les BD sur l'Antiquité en latin ? Une évidence par Toutatis !", Cases d'Histoire, dossier "La Rome antique : une époque mythifiée", n°5, mars/avril 2016, entretien avec Annie Collognat, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/traduire-les-bd-sur-lantiquite-en-latin-une-evidence-par-toutatis/

Astérix, du français au latin.
Cité dans : Thierry Lemaire, 2016, « Traduire les BD sur l’Antiquité en latin ? Une évidence par Toutatis !« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Annie Collognat, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/traduire-les-bd-sur-lantiquite-en-latin-une-evidence-par-toutatis/

 

Parallèlement, le numéro propose de nombreuses ressources pédagogiques. Dans un entretien, Marjorie Fontaine propose ainsi sa sélection de bandes dessinées sur la Rome antique [23]. Cette sélection est l’occasion d’une présentation du site Arrête ton char, qui recense des dizaines de milliers de ressources pédagogiques sur les langues, les cultures et l’histoire de l’Antiquité, dont plus de 1500 bandes dessinées, aussi utiles aux enseignants et élèves qu’à tout curieux des liens entre l’Antiquité et la bande dessinée (mais aussi la littérature, les jeux vidéo, les reportages, etc.). De plus, le dossier pédagogique de Laurent Lessous permet une excellente mise en pratique dans les classes d’histoire [18] (c’est, par ailleurs, un des apports majeurs de la revue Cases d’Histoire, qui propose dans tous ses numéros un dossier pédagogique complet).

=> Ce billet est loin de couvrir tous les thèmes et toutes les réflexions du dossier « La Rome antique dans la bande dessinée » de Cases d’Histoire, et est bien davantage une invitation à lire ce riche dossier sur la représentation du monde romain par la bande dessinée (et à (re)découvrir les premiers numéros de Cases d’Histoire sur la place des femmes dans la BD historique, le nazisme en BD, Napoléon en BD, et Hugo Pratt).

——————————–

[1] Pauline Ducret, 2016, « Edito« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/edito-5/

[2] Pauline Ducret, 2016, « Images changeantes de la Ville Éternelle« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/images-changeantes-de-la-ville-eternelle/

[3] Pauline Ducret, 2016, « Le Japon contemporain, véritable héritier de la Rome antique ?« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/le-japon-contemporain-veritable-heritier-de-la-rome-antique/

[4] Philippe Peter, 2016, « Rome, du triomphe à la déroute : le cas de la Deuxième Guerre punique« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/rome-du-triomphe-a-la-deroute-le-cas-de-la-deuxieme-guerre-punique/

[5] Philippe Peter, 2016, « Rome antique et 9e art : une vision étriquée de l’Histoire« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/rome-antique-et-9e-art-une-vision-etriquee-de-lhistoire/

[6] Stéphane Dubreil, 2016, « Alix, une Antiquité en évolution. Interview de Marc Jailloux« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/alix-une-antiquite-en-evolution-interview-de-marc-jailloux/

[7] Philippe Peter, 2016, « Empire romain : l’émergence du christianisme vue par la bande dessinée« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/empire-romain-lemergence-du-christianisme-vue-par-la-bande-dessinee/

[8] Stéphane Dubreil, 2016, « L’orgie antique, un passage obligé ?« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/lorgie-antique-un-passage-oblige/

[9] Thierry Lemaire, 2016, « Carte blanche à Christophe Girard« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/carte-blanche-a-christophe-girard-3/

[10] Suétone, La Vie des douze césarsVie de Néron, en ligne : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/SUET/NERO/plan.html

[11] Pauline Ducret, 2016, « Celtil, un Alix au temps de Murena« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/celtil-un-alix-au-temps-de-murena/

[12] A ce propos de l’année 68-69 par. J.-C. et de la guerre civile qui suit le suicide de Néron en 68, qui voient la succession de quatre empereurs (Galba, Othon, Vitellius et Vespasien) au sommet du monde romain et qui s’achèvent avec l’avènement d’une nouvelle dynastie, les Flaviens, voir : Pierre Cosme, 2012, L’année des quatre empereurs, Fayard, Paris, 344.

[13] A propos de Gloria Victis, voir aussi : Capitaine Kosack, 2015, « Gloria Victis, la démesure des cours hippiques sous la Pax Romana« , Cases d’Histoire, rubrique « Cases commentées », 26 mai 2015, en ligne : http://casesdhistoire.com/gloria-victis-la-demesure-des-courses-hippiques-sous-la-pax-romana/

[14] Pauline Ducret, « Gloria Victis sous l’oeil de l’expert« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Jean-Paul Thuillier, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/gloria-victis-sous-loeil-de-lexpert/

[15] A propos de Roma, voir également : Capitaine Kosack, 2015, « Avec Roma, tous les chemins partent de Troie« , Cases d’Histoire, rubrique « Cases commentées », 5 mars 2015, en ligne : http://casesdhistoire.com/avec-roma-tous-les-chemins-partent-de-troie/

[16] A propos de la Rome antique, ont déjà été analysées plusieurs bandes dessinées dans la rubrique « Cases commentées » :

[17] Thierry Lemaire, 2016, « La BD sur la Rome antique entre à l’Université« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Julie Gallego, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/la-bd-sur-la-rome-antique-entre-a-luniversite/

[18] Voir les propositions pédagogiques de Laurent Lessous :

  • Laurent Lessous, 2016, « Cahier pédagogique 1/3 : En BD, tous les chemins pédagogiques mènent à Rome« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/cahier-pedagogique-13-en-bd-tous-les-chemins-pedagogiques-menent-a-rome/ [partie consacrée à des exercices concrets à réaliser en classe d’histoire dans le secondaire]
  • Laurent Lessous, 2016, « Cahier pédagogique 2/3 : En BD, tous les chemins pédagogiques mènent à Rome« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/cahier-pedagogique-23-en-bd-tous-les-chemins-pedagogiques-menent-a-rome/ [partie consacrée à une bibliographie indicative sur l’histoire de Rome dans la bande dessinée contemporaine]
  • Laurent Lessous, 2016, « Cahier pédagogique 3/3 : En BD, tous les chemins pédagogiques mènent à Rome« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/cahier-pedagogique-33-en-bd-tous-les-chemins-pedagogiques-menent-a-rome/ [partie consacrée aux ressources pédagogiques disponibles sur Internet]

[19] Pauline Ducret, 2016, « Jean-Claude Golvin, de la restitution architecturale à la bande dessinée« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Jean-Claude Golvin, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/jean-claude-golvin-de-la-restitution-architecturale-a-la-bande-dessinee/

[20] A ce propos, voir sur le carnet de recherches Sciences Dessinées :

[21] Thierry Lemaire, 2016, « Traduire les BD sur l’Antiquité en latin ? Une évidence par Toutatis !« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Annie Collognat, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/traduire-les-bd-sur-lantiquite-en-latin-une-evidence-par-toutatis/

[22] A propos des actes du colloque, voir le compte-rendu de Tristan Martine pour Sciences Dessinées à propos du premier tome consacré à l’Antiquité : https://labojrsd.hypotheses.org/2687

[23] Pauline Ducret, 2016, « La sélection d’« Arrête ton char »« , Cases d’Histoire, dossier « La Rome antique : une époque mythifiée », n°5, mars/avril 2016, entretien avec Marjorie Fontaine, en ligne : http://cdhlemag.com/2016/04/la-selection-d-arrete-ton-char/


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *