Le Front national vu par La Revue Dessinée

Dans son n°3La Revue Dessinée accueillait la BD-reportage de Valérie Igounet et Julien Solé intitulée « À l’école du FN. En plein front« , mise en ligne en accès libre le 7 décembre 2015, au lendemain du premier tour des élections régionales françaises. La BD-reportage nous plonge dans l’année 2014 « une année électorale chargée, avec les municipales, les européennes et les sénatoriales » (p. 188), tout particulièrement pour le Front national, le principal parti d’extrême-droite français. La BD-reportage s’intéresse aux stages de formation des cadres (très souvent inexpérimentés, et largement sujets à des « dérapages » comme le prouve régulièrement l’actualité médiatique), qui tendent à former ces jeunes têtes de file de la « dédiabolisation » du Front national face à la contradiction majeure de ce parti parti : l’inadéquation entre les résultats électoraux (17,9 % des votes exprimés pour Marine Le Pen aux élections présidentielles de 2012) et l’appareil politique en cours de constitution qui n’est pas à la hauteur de ces résultats et de l’influence grandissante du parti (comme l’ont rappelé les résultats du premier tour des élections régionales du 6 décembre 2015). « Objectif ? Former des cadres pour aller à la conquête des territoires » (p. 188). Parce que le Front national entreprend comme majeur la conquête d’un « ancrage local » comme moyen de « prise du pouvoir« , « Marine Le Pen a tracé sa ligne d’attaque en déployant ses campus de formation » (p. 188). C’est donc dans ces lieux du politique – très souvent fermés aux médias – que nous plonge cette BD-reportage, d’une actualité particulièrement forte.

FN_Revue_dessinee

L’idée de lieux de formation n’est en rien nouvelle au Front national, et c’est même une continuité dans l’histoire d’un parti politique qui tente, par ces lieux de formation eux-mêmes et les codes de langage qui y sont enseignés, de paraître comme dans une dynamique de rupture (notamment par la dynamique de « dédiabolisation »), comme le montre d’emblée la BD-reportage. Le Front national a été constitué en 1972 : deux ans plus tard, son premier leader, Jean-Marie Le Pen, crée l’Institut des études nationales où sont donnés des cours très intimistes qui visent à donner aux futurs cadres les bases du langage politique du parti naissant. Autre exemple : en 1978, est créé un département de formation de politique générale. Cet historique (p. 190) replace les stratégies politiques actuelles du Front national dans le temps, depuis la création du parti.

FN_Revue_dessinee_190

Les années 1990 marquent un tournant, notamment sous l’impulsion de cadres du parti comme Franck Timmermans. De 1989 à 1998 (avec la scission des mégértistes), le FN investit dans la formation des cadres, sur le principe d’une « bataille du vocabulaire » (p. 192). C’est ainsi qu’est lancé l’Institut de formation nationale, qui se donne pour objectifs de former à l’attitude à adopter, la décision à prendre et l’opinion à tenir. « Il s’agit d’imprégner les militants d’une culture maison » (p. 192). Grâce aux nombreux dispositifs déployés dans cette perspective, « le Front national parvient à se constituer un appareil de plus en plus expérimenté » (p. 194).

Cet objectif sera quelque peu laissé de côté après le départ des mégrétistes (dont beaucoup portaient ce projet), jusqu’à l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, qui marque un nouveau tournant. « Sa stratégie électorale s’inscrit dans son implantation locale, et particulier dans les zones rurales et dans les principales grandes villes » (pp. 195-196). En effet, la stratégie de l’équipe autour de Marine Le Pen révèle les espaces-cibles du discours frontiste, qui se donne désormais pour objectif de « proscrire tout dépannage verbal » (p. 194) et de « se débarrasser de l’étiquette extrême droite » (p. 210) : les espaces ruraux et certains quartiers périurbains des grandes villes sont des espaces qui perçoivent les politiques actuelles (notamment celles de l’aménagement du territoire) par le prisme d’un sentiment d’injustice spatiale, c’est-à-dire par le sentiment d’être délaissés en faveur d’autres espaces. Cette stratégie spatiale révèle les mécanismes de la géographie du vote FN [1]. Pour le sociologue Joël Combin, cette stratégie révèle « un discours frontiste qui s’adapte aux évolutions électorales » :

« La ligne de fracture passe plus au sein des « France périphériques », éloignées descentres des métropoles connectées à la mondialisation, qu’entre ces dernières et les territoires qui n’en relèvent pas. En tout état de cause, cette dynamique s’inscrit dans le long terme. Elle a débuté avant que les chercheurs ne la décèlent, et a fortiori bien avant que le débat public ne s’en saisisse. En ce domaine, comme en beaucoup d’autres, l’arrivée de Marine Le Pen à la tête du Front national ne marque pas de rupture. C’est plutôt la présidente du FN qui adapte le discours du FN à une réalité électorale qui lui préexiste. Notons enfin que, lors des élections européennes de 2014 comme lors des départementales de 2015, le parti lepéniste a connu des progressions significatives dans de nombreux centres urbains. Dans un contexte de faible participation électorale, ce retour du FN dans les villes pourrait indiquer une pénétration accrue du vote FN dans le milieu des entreprises, tant chez les petits patrons que les cadres supérieurs. On peut y voir le signe d’une radicalisation d’une partie du « bloc des droites » habituellement plus enclin à voter pour l’UMP, un peu sur le modèle du vote FN des années 1984-1986.

La géographie électorale d’un parti se transforme sur le temps long. Celle du Front national est caractérisée, depuis ses premiers succès en 1984, par une grande stabilité. Les évolutions, bien réelles, qu’elle a cependant connues s’inscrivent dans la longue durée et semblent relativement peu sensibles à la conjoncture politique de court terme. Le niveau du vote FN a incontestablement atteint un nouveau palier à partir de 2011, durablement supérieur à celui observé antérieurement. Pour autant, la structure géographique de ce vote ne semble pas fondamentalement modifiée. Tout se passe comme si la pénétration du vote FN avait augmenté dans tous les groupes sociaux et dans tous les territoires, mais de manière inégale. Le storytelling de la dédiabolisation tenupar les représentants du FN tire une partie de son efficacité de son adéquation apparente avec ces évolutions. » [2].

La géographie du vote Front National Source : Prospective urbaine.

La géographie du vote Front National
Source : Prospective urbaine.

La BD-reportage de Valérie Igounet et Julien Solé s’appuie sur des documents internes, tels que la fiche Formation n°25 (sur la stratégie à adopter pour les élections municipales – thème de la formation suivie partiellement par Valérie Igounet et Julien Solé, au coeur de la bande dessinée) qui affirme les trois objectifs de cette stratégie spatiale :

  • « Il s’agit aussi d’asseoir notre enracinement local en investissant le terrain » : ici, la stratégie du Front national insiste sur l’enracinement, c’est-à-dire sur l’importance de foyers d’électeurs constitués depuis le début du parti,
  • « Il s’agit encore de réaffirmer haut et fort l’attachement du Front national à la ruralité , à l’identité locale et au développement des provinces » : ici, le discours frontiste porte des éléments de langage qui visent à cibler le sentiment d’injustice spatiale parfois ressentie dans les espaces ruraux, en tant qu’espaces de la France des marges, notamment en matière d’aménagement du territoire.
  • « Il s’agit enfin d’amorcer la reconquête des grandes villes » : l’idée de reconquête présupposerait un territoire électoral « perdu » par le Front national. Tout du moins, le parti justifie-t-il ainsi l’idée que certains quartiers urbains et périurbains sont des espaces « légitimes » dans sa géographie électorale, autrement dit des territoires frontistes qu’il faut « aider » à franchir le cap du vote par une stratégie de discours de « dédiabolisation » du parti.
Le renouveau contrasté du vote FN-RBM : plusieurs types de situation en 2012-2014 par rapport aux années 1990 Source :

Le renouveau contrasté du vote FN-RBM : plusieurs types de situation en 2012-2014 par rapport aux années 1990
Source : Alidières, Bernard, 2014, « Trois décennies de vote Front National« , Working Atlas, Institut Français de Géopolitique, p. 31.

 

Le front National vise cette « percée historique » dont parlent si souvent les médias. Mais géographes et sociologues spécialistes de la géographie du vote [1] montrent que cette représentation de l’électorat Front national ne résiste pas à l’épreuve d’une démarche diachronique. C’est bien pourquoi le discours et la stratégie frontistes visent tant à cibler des espaces où investir leurs militants et leurs cadres. C’est là que se trouve la raison d’être des « écoles du Front national » passées à la loupe dans la BD-reportage de Valérie Igounet et Julien Solé.

La perception du Front National dans les médias Source : Source : Alidières, Bernard, 2014, "Trois décennies de vote Front National", Working Atlas, Institut Français de Géopolitique, p. 30.

La perception du Front National dans les médias
Source : Source : Alidières, Bernard, 2014, « Trois décennies de vote Front National« , Working Atlas, Institut Français de Géopolitique, p. 30.

 

La BD-reportage se divise en trois parties :

  • un reportage dessiné et illustré par des documents d’archives expliquant les évolutions de la formation des cadres du parti frontiste en 3 étapes (le temps des pionniers 1972-1989, la formation frontiste 1989-1998, le campus Bleu marine 2011-2014), qui témoignent des évolutions du discours et des éléments de langage du Front national, qui cache la non-évolution (pourtant affirmée par les cadres actuels) des idées politiques du parti,
  • une bande dessinée de reportage qui place Valérie Igounet et Julien Solé dans leur immersion au coeur d’un stage de formation pour des candidats frontistes aux élections municipales,
  • des fiches synthèse sur le décalage entre l’évolution des éléments de langage et le maintien des idées.

Au final, cette BD-reportage permet de ne pas s’arrêter sur les éléments de langage et de les prendre pour des « réalités », mais de s’intéresser à la fabrique de ce discours de la dédiabolisation.

FN_Revue_Dessinee_211

 

——————————–

[1] À propos de la géographie du vote Front national : voir le journal de curation : Géographie des élections, pour retrouver de nombreuses ressources disponibles en accès libre.

Voir notamment :

[2] Gombin, Joël, 2015, « Le changement dans la continuité. Géographies électorales du Front national depuis 1992« , dans Crépon, Sylvain, Alexandre Dézé et Nonna Mayer (dir.), 2015, Les faux-semblants du Front national. Sociologie d’un parti politique, Presses de Sciences Po, Paris.


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *