La planche du 26 avril : Un printemps à Tchernobyl (Emmanuel Lepage)

Le 26 avril 1986, la centrale nucléaire Lénine située à Tchernobyl, alors dans la République socialiste soviétique d’Ukraine en URSS, est victime d’un accident sans précédent (jusqu’au 11 mars 2011 pour Fukushima au Japon). Cette catastrophe nucléaire a conduit à l’évacuation d’une zone d »un rayon de 30 km autour du réacteur dès le 27 avril 1986 où vivaient quelques 116.000 personnes. « La zone fut évacuée dans l’urgence en 30 heures et déclarée interdite. La zone d’exclusion est depuis restée largement inhabitée, même si bravant les interdits, environ 500 personnes souvent âgées, les samosjoly sont revenus y vivre, préférant ne pas quitter les villages et les cadres de vie auxquels ils étaient attachés » [1]. C’est dans cette zone d’exclusion, véritable no man’s land devenu une réserve naturelle, que s’est rendu Emmanuel Lepage pour réaliser sa bande dessinée Un printemps à Tchernobyl (Futuropolis, 2012). L’occasion, dans la rubrique « La planche du jour » de s’arrêter sur l’une des planches les plus marquantes de cette bande dessinée où Emmanuel Lepage joue avec le noir & blanc et les couleurs pour dessiner une géographie vécue, celle de sa propre confrontation à cet espace désolé où, paradoxalement, la nature contaminée reprend ses droits.

Emmanuel Lepage, 2012, Un printemps à Tchernobyl, Futuropolis, pp. 92-93.

Emmanuel Lepage, 2012, Un printemps à Tchernobyl, Futuropolis, pp. 92-93.

Présentation de la bande dessinée par Futuropolis :

« 26 avril 1986. À Tchernobyl, le coeur du réacteur de la centrale nucléaire commence à fondre. Un nuage chargé de radionucléides parcourt des milliers de kilomètres. Sans que personne ne le sache… et ne s’en protège. C’est la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle. Qui fera des dizaines de milliers de victimes. À cette époque, Emmanuel Lepage a 19 ans. Il regarde et écoute, incrédule, les informations à la télévision. 22 ans plus tard, en avril 2008, il se rend à Tchernobyl pour rendre compte, par le texte et le dessin, de la vie des survivants et de leurs enfants sur des terres hautement contaminées. Quand il décide de partir là-bas, à la demande de l’association les Dessin’acteurs, Emmanuel a le sentiment de défier la mort. Quand il se retrouve dans le train qui le mène en Ukraine, où est située l’ancienne centrale, une question taraude son esprit : que suis-je venir faire ici ? »

Présentation de la planche :

Alors qu’une grande partie de la bande dessinée est en noir et blanc dans lequel se greffent quelques couleurs souvent pâles, témoignant du regard d’Emmanuel Lepage avant son voyage à Tchernobyl sur cet espace désolé de la catastrophe, cette planche s’impose dans la lecture : pas seulement parce qu’elle couvre une double page d’un album au format assez grand (230 x 325 mm), mais aussi parce qu’elle est en couleur. Radicalement et paradoxalement, le regard d’Emmanuel Lepage a changé par le voyage : l’espace de désolation qu’il imaginait s’impose à son regard comme un espace de survie, voire même de vie. La nature contaminée a repris ses droits : « l’homme parti, le règne animal a pris sa place. Ce vaste no-man’s land de près 3000 km2 est devenu en vingt ans une réserve foisonnante de vie et regorgeant d’espèces qui y règnent en maître. Les élans, les daims, les sangliers se sont multipliés avec à leur suite des loups, ainsi que des centaines d’espèces d’oiseaux. Des lynx ou des grands-ducs que l’on n’avait plus vus depuis des décennies sont réapparus. Les empreintes d’un ours ont même été relevées, un animal qui n’avait plus foulé le sol de cette partie de l’Ukraine depuis des siècles » [1].

—————————————-

[1] « Accident de Tchernobyl« , site La radioactivité.com, s.d., en ligne : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/ZoneExclusion.htm


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *