Un livre : Mangapolis. La ville japonaise dans le manga

MangapolisRéflexions à partir de la lecture de : Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, 144 p.

Cet ouvrage, qui accompagne l’exposition itinérante éponyme présentée dans plusieurs villes depuis 2012, propose une exploration de la ville japonaise telle qu’elle est (re)présentée dans les mangas. Les contributions de Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer explorent la ville japonaise (et tout particulièrement Tokyo) comme espace-scène qui « formate » l’histoire par ses particularismes, mais aussi comme espace-personnage. La ville dans le manga n’est pas seulement un espace-support qui sert de décor à une action, à une fiction, à un récit : l’ouvrage explore la place de la représentation dans la ville dans la manière dont les personnages s’approprient leur espace proche. Le Tokyo de « l’ombre » de Ryo Saeba dans le célèbre City Hunter de Tsukasa Hōjō (plus connu sous le titre de l’animé Nicky Larson en France) n’est pas le Tokyo « ordinaire » qu’arpentent les personnages de Adachi Mitsuru, le Tokyo des périphéries éloignées de la verticalité centrale que l’on découvre autant dans Death Note de Tsugumi Ōba et Takeshi Obata, le Tokyo des élèves de primaires, collégiens ou lycéens polarisé par leur espace proche (espace domestique et espace scolaire) que l’on retrouve très présent autant dans des shōjo tels que Card Captor Sakura du studio Clamp que dans des shōnen tels que Great Teacher Onizuka (plus connu par l’abrégé GTO) de Tōru Fujisawa, ou encore le Tokyo de la catastrophe tel que dans l’incontournable Akira de Katsuhiro Ōtomo.

L’espace urbain n’est pas seulement le décor, un « fond » qui remplirait des cases : la représentation de la ville est à la fois mise au service de l’histoire, et partie prenante de l’histoire. « Alors que Tintin est installé à Moulinsart ou Spirou à Champignac, c’est souvent dans un Tôkyô plus vrai que nature que les héros japonais vivent leurs aventures, la ville jouant le rôle d’ancrage dans le réel, tant géographique que temporel. En filigrane, les mangas dressent ainsi une cartographie détaillée de l’urbanisme de l’archipel nippon, pour une véritable invitation au voyage » (présentation de l’exposition). Dès lors, comment appréhender autant de manières de représenter la ville japonaise dans le manga ? Quelques pistes autour de la lecture de Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga.

La ville japonaise, le manga et les territoires du quotidien

La question de la ville « ordinaire », de la ville comme espace de vie pour des habitants « ordinaires » est l’une des premières pistes de réflexion qui se pose à la lecture de Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga. Tout d’abord, par les subjectivités des auteurs, le manga peut offrir une lecture de l’architecture et de l’urbanisme dans les villes japonaises. La ville dessinée est tout d’abord un espace-décor dans lequel se déroule l’action. En suivant les déplacements des personnages dans la ville, le lecteur découvre ainsi des paysages tels qu’ils sont représentés par les mangakas. Les bâtiments les plus emblématiques (notamment dans la ville-capitale de Tokyo) ne sont pas les seuls qui sont représentés : la lecture des mangas confronte ainsi le lecteur à différents types d’espaces urbains et à différents paysages : aux côtés de représentation de la ville dense et ses quartiers aux fonctions et identités très marquées, le périurbain tokyoïte et les villes secondaires japonaises sont particulièrement présents dans la ville dessinée. Les zones pavillonnaires, les espaces de travail (depuis les bureaux jusqu’aux espaces industriels) et les espaces de détente et de loisir amènent le lecteur à découvrir une géographie subjective de la ville japonaise, qui l’éloigne fortement des images et parcours touristiques.

Manabe Shôhei, Ushijima, l’usurier de l’ombre, 2004.

Dans l’ouvrage Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, la question des territoires du quotidien « ordinaires » dans la ville japonaise est présente à travers plusieurs chapitres, notamment ceux de Xavier Guilbert qui décrypte l’ « anatomie de la rue japonaise » (chapitre 1), « la ville comme personnage » (chapitre 2) et « la topographie fantasmée de Tokyo » (chapitre 3), thèmes qui constituaient les trois premiers éléments du parcours de l’exposition Mangapolis. Le manga donne à voir au lecteur une diversité de paysages urbains : les différentes rues des villes japonaises entre celles de la ville-centre du très dense Tokyo (depuis les territoires de « l’ombre » dans City Hunter ou Angel Hearth, jusqu’aux territoires des jeunes adultes travaillant dans le centre-ville comme, par exemple, dans la deuxième partie de Death Note), celles du périurbain tokyoïte (tout particulièrement dans les mangas pour adolescents, shonen ou shojo, dont les célèbres Ranma 1/2Sailor MoonCard Captor SakuraBleach…) ou encore celles des villes secondaires japonaises (notamment dans les mangas de Jirō Taniguchi, tels que Quartier lointain). « La ville japonaise se découvre avant tout à hauteur de regard, à distance de toucher, à portée d’oreille… en définitive, à l’échelle humaine » (Xavier Guilbert, 2012, « Anatomie de la rue japonaise », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 14). Le manga, en offrant au lecteur de découvrir des géographies subjectives de la ville japonaise (entre espace imaginaire, espace de la nostalgie et espace de vie), est proposé dans l’ouvrage Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga comme une ressource et un témoignage sur l’habiter urbain au Japon.

Dans l’ouvrage, les textes et les planches (ou extraits de planches) de mangas sont proposés côte à côte : le manga est proposé ici comme un « décrypteur » des ambiances urbaines de la ville japonaise contemporaine. Si les auteurs laissent généralement, dans leurs chapitres, la liberté aux lecteurs de faire les liens entre les textes décryptant la ville japonaise et les planches de mangas illustrant l’ouvrage, leurs textes explorent en détail la ville japonaise contemporaine. Ainsi, dans le premier chapitre, Xavier Guilbert discute de la ligne Yamanote (et plus généralement du réseau de trains et de métros) comme d’un axe structurant l’espace (on retrouve de nombreuses scènes dans les gares ferroviaires et dans la ligne Yamanote dans les mangas, qui amènent le lecteur à percevoir l’espace des transports en commun comme un espace de mobilités majeur dans les mobilités quoidiennes), des particularités des rythmes urbains (notamment en décryptant le « règne du néon » ou la présence des distributeurs dans la ville-centre qui permettent des « achats à toute heure »), etc. Ces espaces de la ville japonaise sont particulièrement présents dans les mangas : si beaucoup d’entre eux sont représentés comme des espaces-décors, certains sont représentés comme des « espaces-personnages », tels que le défendent les auteurs de Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga.

Le deuxième chapitre explore en détail cinq oeuvres : Every Day (Kiriko Nananan), Ushijima. L’usurier de l’ombre (Shôhei Manabe), Bakuon Rêtto (Tsutomu Takahashi), The World is Mine (Hideki Arai), Beck (Harold Sakuishi). Si Xavier Guilbert a sélectionné des oeuvres qu’il explore en détail, ce chapitre évoque davantage l’ensemble des mangas, et donnant des grilles de lecture pour appréhender la ville dans le manga. Ainsi, Xavier Guilbert présente dans ce chapitre « la ville comme personnage » (Xavier Guilbert, 2012, « La ville comme personnage : regards d’auteurs », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 30), en tant qu’elle participe de l’action en donnant corps et vie à l’action et au récit. D’autres oeuvres étaient décryptées en détail dans l’exposition, à l’image de celle de Mitsuru Avachi [1]. L’originalité repose notamment sur la confrontation des oeuvres de mangakas très célèbres (la couverture de l’ouvrage et l’affiche de l’exposition donnant une grande place à Osamu Tezuka) et de mangakas moins connus du « grand public ».

Dans le chapitre 3, Xavier Guilbert explore l’identité de différents quartiers tokyoïtes, que le lecteur traverse au rythme du réseau ferré. Apparaissent des hauts-lieux de Tokyo que l’on retrouve dans de nombreux mangas, qui, à défaut de noms de rues qui perdent souvent le promeneur non habitué à ce type de découpage de l’espace urbain, deviennent des repères dans le voyage fantasmé par le biais des mangas. Le lecteur de mangas n’est pas sans ignorer les particularités de Shinjuku ou de Shibuya sans même connaître lui-même Tokyo. C’est par cette géographie sensible et subjective qu’il explore, par la lecture, certains espaces de la ville japonaise contemporaine : s’il ne s’agit pas d’une expérimentation « de terrain », il y a tout de même un espace de découverte qui se construit à la lecture des mangas.

Ville et croissance urbaine au Japon
Source : Rémi Scoccimarro, site JapGeo.

Tokyo
Source : Rémi Scoccimarro, site JapGeo.

L’espace perçu par l’exploration de la lecture est au coeur de Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga. Prenons un exemple pour explorer davantage cette interaction : le quartier-gare de Shinjuku, à l’honneur dans de nombreux mangas. Pourquoi « à l’honneur » ? Cela s’explique en grande partie par le rôle de pôle structurant des mobilités quotidiennes des Tokyoïtes : ainsi la ville dessinée montre bien le rôle des transports (et tout particulièrement celui de la Yamanote) dans les mobilités « ordinaires » des Tokyoïtes : « la Yamanote est plus que toute autre ligne qui rythme le quotidien de Tôkyô. Jugez plutôt : près de 35 kilomètres de circonférence pour un circuit d’une heure tout juste, plus de 300 trains par jour dans chaque sens ; desservant Shinjuku et Ikebukuro, les deux gares les plus fréquentées au monde (avec respectivement 3,64 millions et 2,71 millions de voyageurs quotidiens) et jouant donc un rôle essentiel de distribution au sein de l’immense réseau ferré de la capitale nipponne – sur les 29 stations de son parcours, seules deux (Shin-Obûko et Mejiro) ne proposent pas de correspondance vers d’autres lignes) » [2]. On ne s’étonnera pas, alors, de l’omniprésence des scènes où les personnages de mangas se retrouvent dans les transports en commun, tant ceux-ci rythment leur quotidien.

Death_Note_1

Deux scènes-clefs du manga Death Note autour de l'agent Raye Penber, piégé dans les transports, espace de mobilité quotidienne qui n'attire pas sa méfiance lors de sa surveillance de Light Yagami. Source : Tsugumi Ōba (scénario) et Takeshi Obata (dessin), Death Note, tome 2, Kana.

Deux scènes-clefs du manga Death Note autour de l’agent Raye Penber, piégé dans les transports, espace de mobilité quotidienne qui n’attire pas sa méfiance lors de sa surveillance de Light Yagami.
Source : Tsugumi Ōba (scénario) et Takeshi Obata (dessin), Death Note, tome 2, Kana.

Xavier Guilbert propose également dans ce chapitre de revenir sur les représentations de chaque quartier tokyoïte tel que dessiné dans les mangas : il passe ainsi au crible Shinjuku, Shibuya, Harajuku, Tokyo Tower, Diete, Tokyo Dome, Marita, Osaka, Tokyo Station, tous confrontés à des planches de mangas. La focale est surtout donnée à Shinjuku, certainement le quartier le plus représenté dans la bande dessinée japonaise, parce qu’espace de paradoxes, de mixité, de multiculturalité, où se rencontrent plusieurs ambiances urbaines. « Traversé de part en part par la ligne Yamanote, Shinjuku montre deux visages selon la sortie que l’on emprunte. A l’ouest, c’est Nishi-Shinjuku, le quartier de l’administration et de la finance qui dresse ses buildings de bureaux vers le ciel. A l’ombre de l’imposante mairie aux allures de cathédrale dessinée en 1988 par l’architecte Kenzi Tange, cette ville clinquante et moderne bourdonne d’agitation le jour, et se fait étrangement déserte la nuit. A l’est, on trouve Higashi-Shinjuku et ses grands magasins, qui satire désormais du côté de la nouvelle sortie sud, le long du luxueux complexe Takashimaya Time Square, à deux pas du grand parc Shinjuku Gyôen et ses jardins japonais, anglais et français. Vers le nord, encore un peu plus loin, de l’autre coté de l’avenue Yasukuni-dôri, s’étend la part sombre de Shinjuku, là où brillent les néons de Kabuchikô, le quartier des plaisirs et de la luxure » [3].

Plan du « quartier-gare » de Shinjuku : Tokyo par le prisme des mobilités quotidiennes Source : Natacha Aveline, 2006, « Tôkyô, métropole japonaise en mouvement perpétuel », Géoconfluences, dossier De villes en métropoles, 20 septembre 2006.

Plan du « quartier-gare » de Shinjuku : Tokyo par le prisme des mobilités quotidiennes
Source : Natacha Aveline, 2006, « Tôkyô, métropole japonaise en mouvement perpétuel », Géoconfluences, dossier De villes en métropoles, 20 septembre 2006.

 

La ville et le combat « urbain » dans City Hunter / Angel Heart Source : Tsukasa Hōjō, Angel Heart, tome 2, saison 1, p. 114.

La part d’ombre de Shinjuku dans City Hunter / Angel Heart
Source : Tsukasa Hōjō, Angel Heart, tome 2, saison 1, p. 114.

La ville japonaise, le manga et la catastrophe

Très présent dans l’ouvrage Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, la question de la représentation de la catastrophe dans la ville et/ou de la ville post-catastrophe traverse de nombreux mangas (ce lien a particulièrement été souligné et analysé suite à la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011 [4]). Si beaucoup interprètent cette forte représentation de la catastrophe (qu’elle soit naturelle, industrielle, nucléaire, etc.) par une fascination pour la catastrophe elle-même comme remise en cause de la présence et de l’action humaines, elle découle dans les faits de la combinaison de plusieurs facteurs, et notamment la forte prégnance (notamment dans les mangas traduits et mondialisés) de la science-fiction ou du fantastique dans les mangas (des genres qui recourent, par-delà les mangas ou la bande dessinée en général, très souvent à la figure de la catastrophe pour proposer des mondes futuristes post-catastrophiques) et le fait que la catastrophe est un thème de société au Japon, qui est régulièrement touché par des catastrophes naturelles (séismes, tsunamis, etc.) et qui est marqué par le traumatisme d’une catastrophe humaine (les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki des 6 et 9 août 1945).

Katsuhiro Ōtomo, Akira, 1993.

Sur la couverture du catalogue d’exposition comme de l’affiche de l’exposition, le lecteur retrouve en fond Astro Boy, et le célèbre personnage créé par l’incontournable mangaka Osamu Tezuka. Si l’univers de ce dernier est particulièrement riche de nombreux imaginaires qui projettent le lecteur dans différents types d’espaces (la savane dans Le Roi Léo, le Japon et l’Allemagne dans le contexte de l’immédiat avant-guerre, de la guerre et de l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale, ou encore l’Inde ancienne dans La vie de Bouddha, etc.) tant la production d’Osamu Tezuka est prolifique, la ville hante de nombreux mangas de cet auteur, et notamment dans Astro Boy (souvent plus connu sous le nom Astro le petit robot en France, de la traduction du titre de l’anime), l’une de ses toutes premières oeuvres (1952-1968 pour la publication au Japon) et dans Metropolis (qui n’est pas sans rappeler le film éponyme de Fritz Lang, datant de 1927, et qui a connu une adaptation en film d’animation réalisé par Katsuhiro Otomo – le créateur d’Akira – et Rintaro – réalisateur de X et de Galaxy Express 999 au cinéma et de l’anime Dai-Kaizoku Captain Harlock – plus connu en France sous le nom d’Albator – , qui a commencé sa carrière en travaillant pour Osamu Tezuka sur Astro Boy).

Xavier Guilbert interroge ainsi, pour Mangapolis, les représentations du chaos urbain dans les mangas. Les univers post-apocalyptiques sont très souvent abordés dans le manga, et souvent même le manga est réduit, dans l’imaginaire collectif, à des scènes de destruction [5]. Les risques participent du quotidien des Japonais, et, si la représentation du désastre en bande dessinée [6] n’est pas l’apanage de la bande dessinée japonaise, c’est « cela qui explique peut-être l’importance du genre post-apocalyptique, beaucoup moins développé ailleurs. Survivre, endurer, reconstruire » [7].

Cet imaginaire de la ville détruite par la catastrophe est d’autant plus présent qu’il repose sur les oeuvres de mangakas particulièrement talentueux qui ont marqué l’histoire de la bande dessinée japonaise : Ôtomo Katsuhiro qui a, ainsi, avec Akira, introduit tout un genre de mangas post-apocalyptiques en France, en proposant l’un des tous premiers mangas traduits en France (voire même le premier manga si l’on considère le succès et les ventes), mais aussi Naomi Urasawa avec 20h Century Boys, ou Keiji Nakazawa avec Gen d’Hiroshima ont ainsi proposé des mangas devenus de grands classiques où « la catastrophe est la preuve du vide pour l’homme » [8]. S’en sont suivis des mangas aussi diversifiés que GunnmSurvivantTokyo Magnitude 8.0 ou encore Spirit of the Sun. Si Tokyo n’est pas le seul espace-scène de la catastrophe dans le manga, la ville-capitale tient dans cet imaginaire un rôle central dans les mangas de science-fiction ou dans les dystopies. La ville détruite pose aussi, dans le manga, un espace-scène pour une réflexion sur la société, le pouvoir, les inégalités sociales, etc. « Comment ne pas mentionner ces dystopies radicales qui, à l’instar d’un Battle Royale (de Kôshun Tatami) ou d’Ikigami, préavis de mort (de Motorô Mase), imaginent une société régie par un processus d’élimination étatique et rationalisé. La violence se fait plus souterraine, se situant tout autant dans l’injustice profonde du système que dans les actions des personnages qu’ils contraignent, parfois, à l’impensable » [9].

La Tokyo dessinée : quelques allers-retours artistiques et urbanistiques

L’imaginaire futuriste n’est pas seulement au service de la représentation de la destruction, du désastre et du chaos urbains : la dimension utopique de Néo-Tôkyô est ainsi passée au crible de la prégnance de la culture po et des codes du manga dans l’art contemporain japonais par Adrian Favell (chapitre 9) [10], tandis que Xavier Guilbert (chapitre 7) analyse les représentations de Tokyo dans la bande dessinée « étrangère », de Love Hotel (Benoît Peeters et Frédéric Boilet, 2001) à Journal d’un fantôme (Nicolas de Crécy, 2007), en passant par Tônoharu (Lars Martinson, 2011), Tokyo Sanpo (Florent Chavouet, 2009), Japonais (Emmanuel Guibert, 2008), etc [11]. Ces deux chapitres interrogent autant le croisement des Arts que le croisement des regards. La ville dessinée est alors appréhendée par le réel, et notamment par des pratiques touristiques. « Si Néo-Tôkyô est alors un fantasme pour touriste voyeur, parfaitement adapté au consommateur étranger, elle a aussi un pied dans le réel : les touristes qui visitent Tôkyô pour la première fois n’ont aucune difficulté à le retrouver, tout comme ils peuvent retrouver facilement le vieil Edo en citant le temple Senjo-ji à Asakusa ou le théâtre Kabuki-za à Ginza » [12]. A l’instar du touriste, certains auteurs de bande dessinée franco-belge se sont immergés dans un Tokyo qu’ils ont cherché à comprendre et à retranscrire par le dessin. « Bien souvent, dans l’anonymat de cette grande ville indifférente et incompréhensible, le voyage physique se double d’un voyage intime fait d’introspection et de remise en question – l’occasion de se retrouver à moins qu’il ne s’agisse de se découvrir soi-même. […] Pour ces Marco Polo des temps modernes, l’aventure se niche alors dans les petits galères du quotidien : Daniel Wells devant affronter sa première classe dans une petite ville de campagne (Tônoharu, de Lars Martinson), Jean-Yves Brückman enfilant les petits boulots d’assistant mangaka (Tokyoland, de Benjamin Reiss) ou encore Florent Chavouet se retrouvant au poste pour une histoire de vélo volé… ces situations presque banales prennent pourtant là-bas des dimensions épiques ou tragi-comiques » [13]. La ville japonaise dessinée, dans le manga comme dans la bande dessinée « occidentale », est avant tout un espace de vie.

Extrait de Mangapolis. La ville japonaise dans le manga Adrian Favel, "Visions of Neo-Tôkyô. Culture pop dans l'art contemporain japonais", pp. 114-115.

Extrait de Mangapolis. La ville japonaise dans le manga
Adrian Favel, « Visions of Neo-Tôkyô. Culture pop dans l’art contemporain japonais », pp. 114-115.

Source : Frédéric Boilet, Dans la ruelle Amour, bande dessinée extraite du collectif Japon, Casterman, 2005.

Source : Frédéric Boilet, Dans la ruelle Amour, bande dessinée extraite du collectif Japon, Casterman, 2005.

 

Cet espace de vie fascine pour ses rues, qui occupent « une fonction déterminante dans la fabrique de l’urbanité » [14]. Pour Florent Chavouet, « l’avantage de la rue japonaise c’est qu’elle n’offre aucune cohérence de style et d’époque. Pourtant, on y trouve une typologie propre d’objets, de codes, une récurrence de dispositions, de matières, de surfaces, qui font que l’on sait qu’on se trouve dans une rue japonaise » [15]. Pour Lars Martinson, « les ruelles encombrées, les combine allumés au néon, les bars cosy et les tristes murs en béton des appartements » participent de la vie quotidienne dans la ville japonaise [16]. Parallèlement à la rue, les transports en commun reviennent, inlassablement, dans Mangapolis, témoignant de leur importance dans l’habiter japonais. « Lorsque vous demandez à un Américain quelle est la meilleure façon de découvrir les États-Unis, il se tourne vers sa voiture et vous cite les routes mythiques à emprunter pour pénétrer au coeur de son pays. Si vous formulez une demande similaire à un Japonais, il est très probable qu’il se tourne en direction de la gare et vous invite à prendre le train (densha, kisha, ressha) » [17]. Le chapitre de Claude Leblanc (chapitre 8) revient sur ces quotidiennetés urbaines telles qu’elles organisent autour des gares. A l’intérieur de Tokyo, le train traverse la ville et relie les espaces de vie aux espaces de travail, et il n’est pas rare dans suivre ces déplacements quotidiens à travers les personnages de mangas. A l’extérieur de Tokyo, le train relie les villes entre elles sur les 4 îles principales du Japon, et ramènent les personnages de mangas aux paysages de leur enfance, véritables espaces de la nostalgie. Les rues, les transports et les quartiers sont ainsi les espaces et lieux structurants de l’urbanité japonaise telle qu’elle est dessinée dans les mangas comme dans la bande dessinée non japonaise.

Source : Florent Chavouet, 2009, Tokyo Sanpo, © Philippe Picquier.

Source : Florent Chavouet, 2009, Tokyo Sanpo, © Philippe Picquier.

C’est ainsi que les imaginaires urbanistiques et bédéistiques s’entremêlent. En plus de Néo-Tokyo décrypté par Adrian Favell [11], l’ouvrage Mangapolis revient également sur le parcours de Yûichi Yokoyama [18], à la fois auteur de bandes dessinées telles que Voyage (2005) et auteur d’une fresque inaugurée « en novembre 2009, à l’occasion de l’ouverture imminente d’un magasin Nike dans le quartier branché de Harajuku » [19] par exemple. Parce que l’architecture japonaise (dont Marie-Ange Brayer donne quelques enjeux [20]) et la rue japonaise n’influencent pas seulement la ville dessinée par le manga, elles sont aussi influencées par le manga. Ce dernier s’inscrit dans la ville [21] [22], que ce soit dans le mobilier urbain, dans les véhicules des transports en commun, sous formes d’affiches publicitaires, ou encore par des statues telles que « le projet un peu fou de construire à Kobe une version « grandeur nature » du robot géant Tetsujin 28-go (créé en 1956 par Mitsuteru Yokoyama) […] devenu réalité à l’automne 2009 » [23]. Dans les territoires du quotidien, le manga s’insinue dans la ville japonaise sous des formes plus ou moins ancrés, du cosplay qui dessine un territoire de l’éphémère à la peinture de la navette de bus de Shibuya à Roppongi Hills décoré par Takashi Murakami qui dessine un territoire mobile du manga dans la ville.

 

Verticalité vs. horizontalité : quelle ville japonaise dessinée ?

Des robots géants s’inscrivent donc dans le paysage urbain, telle que la statue de Gundam de 18 m de haut à Tokyo. Le grandiose participe de l’inscription de la ville dans le manga et du manga dans la ville. C’est pourquoi, Jessie Bi (chapitre 6) aborde les « vertiginosités nippones » dans le manga [24], laissant place à la représentation de la ville verticale. L’hyper-centralité et la verticalité sont des représentations de la monumentalité dans la ville japonaise dessinée, et « hant[ent] les villes du futur dessinées par Osamu Tezuka ou par Leiji Matsumoto » [25]. Jessie Bi décrit ainsi, au prisme des mangas, Tokyo comme « ville tentaculaire devenue la plus grande du monde. très étendue, tout en ayant gardé une structure centre-périphérie dominante, sa verticalité va principalement se développer dans l’agencement de ces axes de circulation et de ces centres économico-administratifs, pour ensuite s’envisager comme habitats au gré des fluctuations des populations au sein de l’aire capitulaire, voulant se rapprocher de l’hyper-centre de celle-ci » [25]. Dans les mangas, les transports sont dessinés au prisme de la verticalité et de la surdensification de l’hyper-centre tokyoïte : « cette particularité de l’urbanisme nippon, et plus particulièrement la modernité et l’efficacité de son réseau ferroviaire, n’est pas sans lien avec le boom de la construction de gratte-ciel dans la décennie [1980] » [26]. Hypermobilité et « hyper-verticalité » semblent fonctionner de pair dans la ville japonaise dessinée. « Les idées urbanistiques qu’elles distillent prolongent et mettent en lumière le fait que les tours japonaises sont souvent de nature plurifonctionnelle. Elles ne comprennent pas que des bureaux et leurs intendances, elles peuvent accueillir à toute hauteur et sur plusieurs niveaux des musées, des jardins, des piscines, des galeries commerciales, des bars, etc. [26]. La tour et la verticalité ne sont pas seulement un espace de travail, mais aussi un espace récréatif, un espace commercial et même un espace résidentiel qui structurent l’habiter tokyoïte. « L’idée de rue, de quartier, semble pouvoir s’y prolonger verticalement, et l’on peut improviser une tournée des bars au sein de certaines tours comme on pourrait le faire dans certaines ruelles. Cet aspect ne touche pas que les centres économiques ; des tours principalement résidentielles accueillent aussi cette plurifonctionnalité comme en témoigne le récent manga Sprite (2009) de Yugo Ishikawa où, au tour début du premier volume, une lycéenne s’enchante que l’oncle d’une de ses amies vive dans un tel immeuble où tout est à disposition » [26]. La verticalité se prolonge également dans les souterrains [27] de la ville : « au-delà des infrastructures de transports et de parkings, les centres commerciaux envahissent les dessous de la ville comme nulle part ailleurs, avec une discrétion évidente par rapport à l’extraordinaire signal que peut être une ville » [26], et ces villes souterraines deviennent des espaces de jeu pour les mangakas, qui y plongent des personnages en quête de rébellion contre des ordres autoritaires, souvent dans des mondes post-apocalyptiques ou dystopiques.

Urasawa Naomi, 20th Century Boys, Panin Comics, 2022.

Urasawa Naomi, 20th Century Boys, Panin Comics, 2002.

Tezuka Osamu, Metropolis, 1949.

Tezuka Osamu, Metropolis, 1949.

Néanmoins, c’est bien davantage l’hypercentralité tokyoïte, la ville de l’hyperverticalité et de l’hypermobilité, qui sont données à voir dans cet ouvrage. Il manque peut-être un chapitre sur le périurbain comme habiter de nombreux personnages « ordinaires », si présent dans les mangas, depuis les collégiens et lycéens des shonen et des shojos qui traversent leur quartier périurbain pour se rendre de leur domicile à leur collège/lycée [28], jusqu’à L’homme qui marche ou Le Promeneur, ces célèbres personnages-passants de Jiro Taniguchi [29] qui déambulent dans la ville horizontale de la banlieue japonaise. Au final, la ville dessinée japonaise qu’interroge et nous donne à voir l’ouvrage Mangapolis est celle que se représentent les « Occidentaux », celle qu’ils imaginent à travers les mangas et qui les confortent dans leur imaginaire. Et ce « fantasme occidental de Tokyo » [30] est aujourd’hui l’objet de travaux de recherche qui enrichissent la question de la représentation de la ville par le manga [31] qui ont été certainement stimulé par cette excellente exposition (dont on espère qu’elle continuera son itinérance) et son catalogue.

————————————-

[1] Voir Xavier Guilbert, « Les villes d’Adachi« , du9, l’autre bande dessinée, mai 2012.

[2] Xavier Guilbert, 2012, « La topographie fantasme de Tôkyô », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 54-56.

[3] Xavier Guilbert, 2012, « La topographie fantasme de Tôkyô », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 58.

[4] Voir, à titre d’exemples, Etienne Augris, « Japon : Quand les mangas envisagent le pire« , blog Samarra, 13 mars 2011 ; Damien Leloup, 2011, « Le spectre de la catastrophe, omniprésent dans le manga« , Le Monde, 15 mars 2011 ; « L’imaginaire de la catastrophe dans les mangas« , blog Le Grenier à Livres, 24 mars 2011 ; Sébastien Naeco, « Manga et catastrophes naturelles« , blog Le comptoir de la BD, 14 mars 2011 ; « Les mangas ont déjà dessiné le séisme« , blog Des Bulles carrées, 14 mars 2011.

[5] À propos du manga en France, de son marché et de sa réception, voir : Xavier Guilbert, 2012, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations« , Comicalités, dossier « La bande dessinée : un « art sans mémoire » ? », 10 février 2012 ; Xavier Guilbert, 2012, « Le Manga en France« , du9, l’autre bande dessinée, juillet 2012.

[6] Voir Philippe Videlier, 2015, « Lectures du désastre« , Neuvième Art 2.0, juillet 2015.

[7] Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain. Scènes de destruction », Xavier Guilbert, 2012, « La topographie fantasme de Tôkyô », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 70.

[8] Véronique Nahoum-Grappe, 2008, « Paysage du monde d’« après ». Lecture de quelques mangas de science-fiction », Esprit, n°3-4/2008, pp. 124-138, p. 129.

[9] Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain. Scènes de destruction », Xavier Guilbert, 2012, « La topographie fantasme de Tôkyô », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 72.

[10] Adrian Favell, 2012, « Visions of Néo-Tôkyô. Culture pop dans l’art contemporain japonais », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 112-127.

[11] Xavier Guilbert, 2012, « À la lueur de l’Orient », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 90-103.

[12] Adrian Favell, 2012, « Visions of Néo-Tôkyô. Culture pop dans l’art contemporain japonais », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 114.

[13] Xavier Guilbert, 2012, « À la lueur de l’Orient », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 92.

[14] Antoine Fleury, 2004, « La rue : objet géographique ?« , Tracés, n°5, pp. 33-44, p. 33.

[15] Florent Chavouet dans : Xavier Guilbert, 2012, « À la lueur de l’Orient », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 99.

[16] Lars Martinson, dans : Xavier Guilbert, 2012, « À la lueur de l’Orient », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 101.

[17] Claude Leblanc, 2012, « Densha, mon amour », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 106.

[18] Xavier Guilbert, 2012, « Yûichi Yokoyama », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 128-133.

[19] Xavier Guilbert, 2012, « Yûichi Yokoyama, bâtisseur de monde », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 130.

[20] Marie-Ange Brayer, 2012, « L’architecture japonaise entre le dedans et le dehors », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 134-143.

[21] Xavier Guilbert, 2012, « Le manga dans la ville », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 74-79.

[22] Voir aussi : Margot Baldassi, 2013, « Villes et mangas, desseins croisés« , pop-up urbain, 23 avril 2013.

[23] Xavier Guilbert, 2012, « Le manga dans la ville », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 78.

[24] Jessie Bi, 2012, « Le manga dans la ville », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, pp. 80-89.

[25] Jessie Bi, 2012, « Le manga dans la ville », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 82.

[26] Jessie Bi, 2012, « Le manga dans la ville », dans Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, p. 86.

[27] A propos des souterrains dans la bande dessinée (principalement franco-belge), voir : Nicolas Tello, 2012, « Souterrains« , Neuvième Art 2.0, décembre 2012.

[28] A ce propos, voir : Bénédicte Tratnjek, 2014, « Série “Café géo Ville et BD” (3) : La ville dans les mangas (fin) au prisme de la géographie des âges : les territoires des collégiens et des lycéens« , carnet de recherche Sciences Dessinées, 12 mars 2014.

[29] A ce propos, voir le paragraphe « La ville de Jirô Taniguchi : promenades urbaines et nature dessinée », dans : Bénédicte Tratnjek, 2014, « La représentation de la nature dans les mangas (2) : à la rencontre de la nature dans la ville dessinée : pistes introductives (I)« , carnet de recherche Sciences Dessinées, 31 mars 2014.

[30] Camille Cosson, 2015, « La ville japonaise dessinée : le fantasme occidental de Tokyo« , pop-up urbain, 15 septembre 2015.

[31] Par exemple :

  • Camille Cosson a travaillé, pour son premier mémoire de recherche, sur les représentations de la ville dans le manga et la japanime.
  • Damien Amiaud a proposé une communication aux journées Doc’Géo en 2010 : David Amiaud, 2012, “Villes et imaginaires : aménagements et modèles urbains dans les mangas”, Cahiers ADES, n°8, pp. 31-44.
  • Le site pop-up urbain a publié de nombreux billets sur les liens ville/manga.

 

————————————-

Quelques liens supplémentaires

Autour de l’exposition et du catalogue d’exposition :

  • Xavier Guilbert, Claude Leblanc, Jessie Bi, Adrian Favell et Marie-Ange Brayer, 2012, Mangapolis. La ville japonaise contemporaine dans le manga, Le Lézard noir, 144 p.
  • La présentation de l’exposition sur le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.
  • Un texte rédigé pour l’exposition : Xavier Guilbert, 2012, « Les villes d’Adachi« , du9, l’autre bande dessinée, mai 2012.
  • Un entretien avec Xavier Guilbert (commissaire de l’exposition) sur France Info, 24 août 2012.

Sur le carnet de recherche de Sciences Dessinées :

Quelques autres ressources en ligne :


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 05/04/2016

    […] Il ne s’agit pas d’une fanfaronnade mais de la réalité d’un pays pris dans une urbanisation galopante. Crise ou pas crise, la Chine doit organiser le déplacement de centaines de millions de personnes en leur proposant des villes moins polluées que Beijing ou Shanghai. Un double défi qui ne peut être relevé qu’avec beaucoup d’intelligence. Et si la conscience du problème et les actions pour le résoudre sont plus nombreuses qu’on ne tend à le croire en Occident, les mauvais exemples ne manquent pas. Un livre : Mangapolis. La ville japonaise dans le manga – SciencesDessinées. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *