La planche du 6 avril : The Fixer, une histoire de Sarajevo (Joe Sacco)

Le 6 avril 1992, suite à la non-reconnaissance de l’indépendance de la Bosnie-Herzégovine par la Serbie aux mains de Slobodan Milošević, débute la guerre en Bosnie-Herzégovine, troisième guerre d’implosion de la République fédérale socialiste de Yougoslavie (la deuxième Yougoslavie, créée suite à la Seconde Guerre mondiale en 1945, et présidée jusqu’à sa mort en 1980 par Josip Broz, dit Tito). Cette guerre a été le thème de très nombreuses bandes dessinées, parmi lesquelles celles du reporter étatsunien Joe Sacco (à qui on attribue l’invention de la bande dessinée de reportage). Dans The Fixer (Drawn and Quarterly, Londres, 2003), Joe Sacco narre son premier reportage mené dans la ville de Sarajevo assiégée en 1995, où il rencontrera un jeune Bosnien, Neven, qui lui servira de « fixer » (c’est-à-dire un guide-interprète-chauffeur-négociateur qui facilitera les mises en contact et les déplacements du journaliste dans la ville de Sarajevo en guerre). Entre les souvenirs du parcours du journaliste lui-même et les souvenirs de guerre de Neven, le lecteur découvre quelques réalités d’une ville en guerre.

L’arrivée de Joe Sacco au célèbre Holiday Inn Hotel à côté des tours « Momo et Uzeir », hauts-lieux des paysages de destruction et des espaces médiatiques à Sarajevo Source : Joe Sacco, 2003, The Fixer, Drawn and Quarterly, Londres, planches 12-13.

L’arrivée de Joe Sacco au célèbre Holiday Inn Hotel à côté des tours « Momo et Uzeir », hauts-lieux des paysages de destruction et des espaces médiatiques à Sarajevo
Source : Joe Sacco, 2003, The Fixer, Drawn and Quarterly, Londres, planches 12-13.

 

Présentation de la planche :

La planche 12-13 de The Fixer montre l’arrivée de Joe Sacco au célèbre Holiday Inn Hotel, lieu dans lequel il rencontrera Neven (rencontre qui est le point de départ de la BD). Cet hôtel a accueilli, pendant le siège, de nombreux journalistes venus du monde entier pour capter quelques instants de cette ville en guerre. La ville de Sarajevo devient ainsi, pendant la guerre de Bosnie-Herzégovine, le géosymbole de cette guerre. La destruction de la Bibliothèque nationale et universitaire de Bosnie-Herzégovine (dite « Bibliothèque de Sarajevo ») et celle du marché de Markale (à deux reprises) marqueront des moments paroxysmiques de la violence et des nettoyages ethniques à l’oeuvre dans les territoires du quotidien. Alors qu’en 1984, accueillant les Jeux olympiques d’hiver, Sarajevo était une centralité sportive symbole de la « yougoslavité » promue par Tito, le stade olympique devient, pendant la guerre, un espace de la mort où sont, dans les espaces vacants, enterrés les nombreuses victimes de ce conflit [1]. Autre haut-lieu de cette guerre à Sarajevo : les « roses de Sarajevo ». Dans les impacts d’obus au sol qui ont fait au moins une victime, a été insérée de la peinture rouge, qui donne l’impression que ces lieux de mémoire ont la forme de roses. Peinte après la guerre, elles participent, comme le récit de Joe Sacco, à la mise en mémoire de la guerre dans la ville.

C’est donc dans une ville où les habitants « ordinaires » tentent de (sur)vivre depuis plus de 3 ans qu’entre le jeune journaliste Joe Sacco, rejoignant l’Holiday Inn Hotel, comme tant d’autres journalistes avant lui. La ville de Sarajevo symbolise, dans le prisme médiatique, toutes les violences de la guerre de Bosnie-Herzégovine. Mais c’est aussi un espace de (sur)vie où des solidarités s’inscrivent dans les territoires du quotidien. Entre violences et solidarités extrêmes, Sarajevo en guerre est un dispositif spatial contradictoire. C’est cette représentation de la ville en guerre comme un « dispositif spatial contradictoire, où s’entremêlent haines et solidarités, héroïsme et bassesses humaines, et où le règne de la débrouille devient le quotidien » [2] que montre la bande dessinée de Joe Sacco.

La bande dessinée The Fixer, comme en témoigne cette planche, ne montre pas seulement la ville en guerre comme un espace de (sur)vie pour les habitants « ordinaires » (et tout particulièrement ici pour Neven, comme pour Soba dans la bande dessinée éponyme), mais aussi comme un géosymbole médiatique (de tous les espaces bosniens, Sarajevo fut le plus médiatisé) et comme l’espace de travail de journalistes de guerre. C’est la trajectoire de Joe Sacco lui-même qui plonge le lecteur dans le parcours d’un journaliste dans Sarajevo en guerre.

Cette planche permet donc au lecteur de découvrir la première rencontre entre Joe Sacco le journaliste et la ville de Sarajevo, par le prisme du dessin de Joe Sacco l’auteur de bande dessinée. Cette auto-représentation de l’auteur dans la bande dessinée permet de comprendre combien l’espace en guerre n’est pas vécu de la même façon par les différents usagers de l’espace : pour les acteurs en armes, Sarajevo est un espace de combats ; pour les habitants « ordinaires », Sarajevo est un espace de (sur)vie ; pour les journalistes, Sarajevo est un espace de travail. Pour tous, Sarajevo est un dispositif contradictoire, à la fois espace de danger et espace de rencontres et solidarités inoubliables.

Quand Joe Sacco entre dans Sarajevo, son premier acte en tant que journaliste est de se rendre dans l’hôtel qui est devenu l’espace de vie éphémère des journalistes venus du monde entier. Pour rejoindre l’Holiday Inn Hotel, Joe Sacco traverse Sarajevo assiégée en pleine nuit. La planche montre, dans un premier temps, que les rythmes urbains sont « inversés » : la nuit produit un espace-temps refuge pour ceux qui traversent la ville. Il ne s’agit pas de réduire la nuit à un temps « sécurisé », mais de constater que l’absence de visibilité (notamment pour les snipers) permet quelques transgressions dans les pratiques spatiales qui sont formatées par la géographie du danger.

Pourtant, Joe Sacco traverse une ville qui semble déserte d’habitants. La planche le montre seul. Parce que la nuit sécurise plus ou moins les traversées selon les quartiers. L’urbanisme dessiné permet de situer cette planche dans la ville de Sarajevo : les grandes tours espacées les unes des autres par des grands axes routiers montrent un urbanisme aéré et vertical qui permet de savoir que cette scène se situe dans l’extension de la ville sous la période titiste marqué par un urbanisme de type communiste (sous les principes de l’urbanisme dit hygiéniste qui vise à aérer le tissu urbain pour des raisons (officielles) sanitaires et pour des raisons (officieuses) sécuritaires).

C’est cet urbanisme qui a favorisé les tirs des snipers dans la périphérie de l’agglomération sarajévienne, vulnérabilisant la population qui devait, pour traverser la ville, se rendre visible en passant par ces grands axes routiers dégagés et aérés. L’avenue principale menant dans la ville-centre a été ainsi surnommée « Sniper Alley ». Cette avenue apparaît dans Le Sommeil du Monstre d’Enki Bilal (mais aussi dans le film Le Pacificateur ou encre dans la chanson de Tri Yann La geste de Sarajevo, etc.), bande dessinée futuriste dans laquelle Enki Bilal croise réalité (le rôle de « Sniper Alley » dans le siège de Sarajevo) et imaginaire (le rôle de « Sniper Alley 2 » dans une guerre qui aurait à nouveau déchiré la ville en 2012) [3].

L'urbanisme et l'expansion urbaine de l'agglomération de Sarajevo Source : Tratnjek, Bénédicte, 2012, "La destruction du « vivre ensemble » à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide", Lettre de l'IRSEMM, n°5/2012, 6 juin 2012, en ligne : http://www.defense.gouv.fr/irsem/publications/lettre-de-l-irsem/les-lettres-de-l-irsem-2012-2013/2012-lettre-de-l-irsem/lettre-de-l-irsem-n-5-2012/releve-strategique/dossier-special-les-20-ans-du-siege-de-sarajevo-les-balkans-un-laboratoire-pour-la-pensee-strategique/la-destruction-du-vivre-ensemble-a-sarajevo-penser-la-guerre-par-le-prisme-de-l-urbicide

L’urbanisme et l’expansion urbaine de l’agglomération de Sarajevo
Source : Tratnjek, Bénédicte, 2012, « La destruction du « vivre ensemble » à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide« , Lettre de l’IRSEM, n°5/2012, 6 juin 2012, en ligne : http://www.defense.gouv.fr/irsem/publications/lettre-de-l-irsem/les-lettres-de-l-irsem-2012-2013/2012-lettre-de-l-irsem/lettre-de-l-irsem-n-5-2012/releve-strategique/dossier-special-les-20-ans-du-siege-de-sarajevo-les-balkans-un-laboratoire-pour-la-pensee-strategique/la-destruction-du-vivre-ensemble-a-sarajevo-penser-la-guerre-par-le-prisme-de-l-urbicide

L’aéroport par lequel est arrivé Joe Sacco, comme la très grande majorité des journalistes, est fermé à la population : seul accès vers l’extérieur de la ville non tenu par le siège, l’aéroport est sous contrôle des Nations unies qui, par accord, empêchent les Sarajéviens de quitter la ville. Cet hub a donc perdu son rôle de carrefour, et n’assure la liaison entre Sarajevo et l’extérieur plus que pour les « internationaux » tels que les journalistes. C’est ainsi que pénètre Joe Sacco dans la ville assiégée. La planche 12-13 montre cette atmosphère dans laquelle Joe Sacco, dont le dos est courbé (comme symbolisant le poids de son reportage à venir), pénètre seul, dans la nuit et l’absence de vie, et arrive devant l’imposant Holiday Inn Hotel.

Cet hôtel a été construit pour les besoins des Jeux olympiques d’hiver de 1984 à Sarajevo. Le bâtiment est donc l’un des hauts-lieux de la « yougoslavité », de cette identité territoriale commune à tous les habitants de la Yougoslavie titiste telle qu’elle était en train de se construire, par-delà les différenciations de la nationalité et de la citoyenneté. Dans cet Etat, la nationalité et la citoyenneté (qui semblent confondues en France parce qu’attribuées en même temps) sont bien distinctes : la citoyenneté la nationalité correspond à l’appartenance à un peuple (« je suis serbe, slovène, croate, albanais, etc. ») tandis que la citoyenneté correspond à l’appartenance à l’une des Républiques de la Yougoslavie titiste (« je suis de Slovénie, de Croatie, de Bosnie-Herzégovine, du Monténégro, etc.). La nationalité était déclarée par les habitants eux-mêmes (notamment au moment de faire leurs papiers d’identité) et la citoyenneté correspondait à leur espace de vie (ainsi on pouvait être Serbe de Serbie, mais aussi Serbe de Croatie, Serbe de Bosnie-Herzégovine, et à l’inverse Croate de Croatie, mais aussi Croate de Bosnie-Herzégovine, etc.). Au fur et à mesure des changements constitutionnels, Tito avait créé une nouvelle catégorie pour la nationalité : les « Yougoslaves ». Mais les personnes se déclarant appartenir à cette catégorie sont restées minoritaires, quelque soit l’échelle considérée. Parmi les espaces emblématiques de cette catégorie, Sarajevo était souvent montrée et vantée comme un géosymbole de la « yougoslavité » (bien que, dans les faits, le nombre de mariages mixtes, par exemple, ait été plus important en Voïvodine, dans le Nord de la Serbie, que dans la ville de Sarajevo elle-même) [4]. Les Jeux olympiques d’hiver de 1984 constituent donc un « événement spatial » symbolisant cette « yugoslavité » telle qu’elle était en train de se construire, la ville de Sarajevo étant le géosymbole de cette identité collective.

L’Holiday Inn Hotel, construit pour les JO d’hiver de 1984, constitue donc un lieu de cette mémoire du « vivre-ensemble » sarajévien tel qu’il était mis en scène et médiatisé pendant le méga-événement sportif. C’est pourquoi, sa réappropriation, pendant le siège de Sarajevo d’avril 1992 à février 1996 (quasiment 4 ans, ce qui fait du siège de Sarajevo le long siège du XXe siècle), comme espace résidentiel pour les journalistes internationaux venus « capter » des instants de (sur)vie et de combats dans Sarajevo en guerre, dote l’hôtel d’une autre symbolique : il est, par ce rôle, devenu aussi un haut-lieu de la guerre. Cette double planche, qui marque le tournant de la BD de Joe Sacco comme le tournant de son propre reportage dans Sarajevo assiégée en 1995 puisqu’il est le lieu de sa rencontre avec Neven, représente ainsi un espace dessiné qui témoigne du choc provoqué par ce siège. Choc pour les habitants qui n’ont pas, dans leur majorité, fui la ville les premiers jours du siège (quand cela leur était encore possible) tant ils ne pouvaient croire que leurs territoires du quotidien allaient se transformer pendant des années en espace de combats. Choc pour les journalistes, humanitaires et Casques bleus qui allaient (re)découvrir l’horreur d’une guerre urbaine. Choc pour une « opinion publique » européenne qui allait (re)découvrir que la guerre pouvait se dérouler sur le continent européen lui-même.

—————————-

Notes :

[1] A ce propos, voir Tratnjek, Bénédicte, 2012, « Les espaces et les spatialités de la mémoire (2) : Le stade olympique de Sarajevo, cospatialité de deux mémoires« , blog Géographie de la ville en guerre, 7 août 2012, en ligne : http://geographie-ville-en-guerre.blogspot.fr/2012/08/les-espaces-et-les-spatialites-de-la.html

[2] Tratnjek, Bénédicte, 2014, « Série « Café géo Ville et BD » (5) : La ville et la guerre dans la bande dessinée« , carnet de recherches Sciences Dessinées, 15 mars 2014, en ligne : http://labojrsd.hypotheses.org/1548

[3] Voir le prochain billet : Tratnjek, Bénédicte, 2015, « La planche du 6 avril (2) : Le Sommeil du Monstre (Enki Bilal)« , carnet de recherches Sciences Dessinées, 6 avril 2015, en ligne : http://labojrsd.hypotheses.org/2519

[4] On passe ici très vite sur ces éléments complexes : à ce propos, voir : Bougarel, Xavier, 1996, Bosnie. Anatomie d’un conflit, La Découverte, Paris, 174 p.


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *