Une lecture : Carnets de thèse (Tiphaine Rivière, 2015)

Carnets_de_thèse

De nombreux doctorants, masterants et jeunes docteurs connaissaient le blog-BD d’une doctorante sans financement qui travaillait, parallèlement à sa thèse, au Bureau 14 de la Sorbonne, le bureau d’inscription des thèses à la Sorbonne. L’humour de ce blog-BD confronté au vécu que beaucoup ont partagé dans le marathon de la thèse (tant administratif et scientifique que personnel) a été, pour beaucoup, d’un grand réconfort : partageant son vécu de doctorante sans financement (qui en vient à travailler au bureau de l’administration des dossiers de thèse, le Bureau 14, à la Sorbonne pour s’auto-financer), Tiphaine Rivière a décomplexé de nombreux doctorants isolés qui craignaient ne pas être assez combattifs pour survivre à cette épreuve. Aujourd’hui, Tiphaine Rivière a opté pour une autre aventure, et pas des moindres : celle de la bande dessinée. Et on partage totalement l’avis d’Eric Aeschimann pour Le Nouvel Observateur : si Tiphaine Rivière a abandonné sa thèse face à cet enfer qu’elle décrit avec mordant dans sa bande dessinée, « tant pis pour la recherche. […] La BD y a gagné un véritable auteur » [1].

Tiphaine Rivière, 2015, Carnets de thèse, Editions du Seuil, Paris, 180 p.

Carnets_de_Thèse_page8Jeanne, jeune enseignante en ZEP, reçoit un mail d’un enseignant-chercheur qu’elle semble admirer (mais le lecteur le verra vite sous un autre angle) : son projet de thèse peut exister, elle est autorisée à s’inscrire en thèse… sans financement. À elle de se trouver un petit boulot pour toucher à ce saint graal auquel elle rêve pour pouvoir se lancer dans une aventure pour laquelle son entourage (surtout familial) ne semble pas comprendre grand chose. Son enthousiasme va, au fil des pages, être tout de même mis à rude épreuve : au fur et à mesure des années, le projet de Jeanne s’enfonce dans les difficultés de la thèse, dans les quêtes de financement qui n’aboutissent pas, dans la réalité d’un auto-financement par un petit job alimentaire. Ce petit job plonge le lecteur dans d’autres dessous universitaires : Jeanne travaille aux côtés de Brigitte, la secrétaire peu zélée du département des thèses, qui ne semble pas voir d’un bon oeil sa jeune collègue. Le quotidien de Jeanne aussi est bouleversé : le rythme du doctorat met son couple à rude épreuve, et les doutes permanents de ce long marathon qu’est la thèse viennent hanter tout acte quotidien. L’incompréhension de sa famille, la concurrence des autres doctorants, les nuits blanches passées à écrire, les relations hiérarchiques de l’université, les joies et désillusions des colloques, les cernes qui n’embellissent pas le visage, etc. Tous les aspects de la thèse y passent : Tiphaine Rivière laisse le lecteur entrer dans son intimité d’ancienne doctorat. Pourtant, la bande dessinée n’est pas « anti-thèse », elle représente des aspects d’un quotidien souvent incompris par des proches plein de bonnes intentions, qui imaginent le doctorant comme un éternel étudiant, atteint d’un syndrome de « Tanguy » [2], imaginaire bien loin de la réalité de Jeanne, elle qui se réjouit de pouvoir « enseigner à des licences, donc comme un prof de fac… mais très précaire, payée à l’heure et avec un taux pourri » (p. 38). Parce que pour pouvoir rêver du saint graal (le poste de permanent après la thèse), il faut accepter des conditions salariales déplorables, revoir son niveau de vie à la baisse, alors même que la thèse à un coût (par exemple pour payer les déplacements sur les terrains, dans les archives, dans les colloques, etc.). Le quotidien est aussi d’un rythme qui pousse le doctorant à une sorte de schizophrénie : il doit passer de son petit job à la préparation de ses cours, puis entre deux activités revenir à son sujet de thèse. Le temps s’écoule vite, et la thèse en 3 ans devient vite pour Jeanne une légende urbaine. Difficile de caser des temps suffisamment longs dans cet emploi du temps de « précaire de l’enseignement et de la recherche » pour avancer véritablement sur la thèse. Et chaque fête annuelle de famille lui rappelle que le temps passe…

Si Jeanne parvient au bout de son projet, laissant à tout doctorant une note d’optimisme bien nécessaire, Tiphaine Rivière, elle, s’est totalement reconvertie, de la recherche en littérature à la bande dessinée. Si le thème de ce premier album paraît, de prime abord, n’intéresser que le petit cercle des doctorants / docteurs qui y retrouveront nécessairement des tranches de leur vie quotidienne, sa présence sur les étals les plus en vue des librairies témoigne d’un intérêt des lecteurs par-delà le seul vécu. L’auteur dessine, en creux, à travers le parcours personnel d’une doctorat, les dessous d’un système universitaire, et plus généralement les difficultés d’insertion professionnelle, y compris pour ces anciens « bons élèves » pour lesquels les parents ne se faisaient pas trop de souci dans leur enfance, mais qui se retrouvent au coeur d’un système très sélectif auquel il est difficile d’appartenir quand on n’en connaît pas les codes. C’est, au final, un thème plus universel qui est sous-jacent à toute la bande dessinée, celui du quotidien de jeunes diplômés, ex-« bons élèves », dont le parcours ne se fait pas sans chaos et sans désillusion.


[1] Eric Aeschimann, « Oui, une thèse de doctorat peut tourner au cauchemar« , Le Nouvel Observateur, 14 mars 2015, en ligne : http://bibliobs.nouvelobs.com/bd/20150313.OBS4588/oui-une-these-de-doctorat-peut-tourner-au-cauchemar.html

[2] Le film Tanguy d’Étienne Chatiliez montre ainsi un personnage qui, éternel étudiant, refuse de partir de chez ses parents à 28 ans, et joue sur son statut de doctorant pour s’ancrer dans le foyer familial. Si ce profil existe, il est loin d’être représentatif d’une très grande majorité de doctorants qui assument pleinement de travailler (par exemple, en enseignant à l’université sur des statuts précaires et peu payés, en enchaînant des petits boulots, ou encore en assurant des temps pleins dans les établissements du secondaire).


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *