La planche du 6 août : Gen d’Hiroshima

Pour la commémoration du 69e anniversaire du bombardement nucléaire de la ville d’Hiroshima au Japon le 6 août 1945, difficile de ne pas présenter l’un des mangas les plus célèbres dans le monde : Gen d’Hiroshima de Keiji Nakazawa. Gen d’Hiroshima fait partie des classiques des mangas.

« Le manga, sous la forme qu’il a prise après 1945, est imprégné de l’expérience historique unique du Japon. […] Le manga contemporain est né dans le feu d’Hiroshima, qui lui a donné ce que Saya Shiraishi a baptisé « l’Expérience originelle » : l’histoire d’un groupe de jeunes survivants orphelins, soudé par l’amitié et le refus de mourir, qui lutte dans un univers postapocalyptique et fait se lever l’aube d’un monde nouveau. Ce scénario traumatique se retrouve sous mille et une formes dans le manga et ka japanimation. Dans sa version première, telle que Keiji Nakazawa l’a mise en scène en 1972 dans Gen d’Hiroshima, de jeunes héros à l’optimisme increvable luttent avec une claire conscience pour reconstruire un monde meilleur » (Jean-Marie Bouissou, 2008, « Pourquoi le manga est-il devenu un produit culturel global ?« , Esprit, n°7/2008, pp. 42-55).

Keiji Nakazawa, Gen d'Hiroshima, 1973-1985.

Keiji Nakazawa, Gen d’Hiroshima, tome 1, 1973-1985.

 

Présentation du manga par Samarra :

« Kenji Nakazawa est né en 1939 et vit à Hiroshima, il est mangaka, c’est-à-dire auteur de manga. Il nous livre un récit autobiographique bouleversant sur son histoire et celle de sa famille avec Gen d’Hiroshima (titre original : Gen aux pieds-nus, Hadashi no Gen). Dans le Japon militariste, le père de Gen se distingue par son pacifisme de plus en plus ouvert et de moins en moins supporté par les autorités locales et le voisinage. Il est régulièrement arrêté et battu. Ce « déshonneur » rejaillit sur ses enfants qui subissent toutes sortes de brimades et poussent son ainé à s’engager dans l’armée pour prouver qu’il n’est pas un « fils de traître ». Le premier volume n’est fait que des ses malheurs qui accablent la famille Nakaoka, outre la faim et la peur des bombardements qui semblent étrangement épargner Hiroshima. Gen, 6 ans, et son petit frère Shinji, entre survie et occupations habituelles d’enfants de leur âge » (source : Etienne Augris, « Gen, enfant d’Hiroshima« , Samarra / Lire-voir-écouter, 8 décembre 2007).

 

Présentation de la planche :

Les espaces de la destruction font place à une représentation des corps des habitants d’Hiroshima qui « ont tous l’air de monstres« , déformés par les brûlures. Cette planche, tristement réaliste, est emprunte des souvenirs d’enfance de Keiji Nakazawa, qui a lui-même vu son enfance transformée par la bombe atomique qui a détruit sa ville, pour devenir celle d’un survivant.

Que ce soit par la représentation des habitations (qui occupe toute la première case qui s’étend sur les deux pages du manga) ou par la représentation des corps (qui ressemblent à des zombies errant dans la ville-catastrophe), Keiji Nakazawa dessine la catastrophe comme une destruction totale.

Seul le corps de Gen, ce petit garçon plein d’optimisme, contraste avec cette annihilation de la ville et des corps. Malgré la catastrophe et les larmes de Gen, ce dernier reste dynamique, et vient en aide à un homme, qui pourtant lui fait peur. L’enfance de Gen est représentée comme celle de la survie, voire de la vie, au milieu de la catastrophe. Le récit autobiographique montre souvent une enfance qui résiste à la catastrophe et aux brimades (dues au pacifisme du père de famille, très mal perçu par les voisins).

« Dans Gen d’Hiroshima, le degré zéro de prétention culturelle, lié au support destiné à un lectorat jeune, va de pair avec un respect quasi ethnographique des choses matérielles et des situations. La simplicité n’est pas une posture mais résulte de l’articulation entre l’étrange force qui pousse les personnages principaux à se redresser encore et encore et à faire face à l’adversité, et l’absence totale de consolation, l’impossibilité de la moindre emphase : beaucoup d’activités plus que d’action, beaucoup de rires et de clowneries, beaucoup de coups et de sanglots à gros bouillons mais, d’une certaine façon, pas de larmes. Les jeunes héros issus d’un milieu populaire sont d’une vitalité, d’une gaîté intenses, ils chantent beaucoup, et adorent leurs parents appauvris par la persécution qu’entraînent les positions pacifistes du père. En lisant le tome 1, qui concerne surtout la vie d’avant, j’avais oublié que quelque chose allait arriver. Cette chose arrive à la fin du tome 1 et le tome 2 raconte la suite. La survie n’est pas le mot de la fin. Le mot de la fin est perdu » (Véronique Nahoum-Grappe, 2008, « Paysage du monde d’« après »Lecture de quelques mangas de science-fiction« , Esprit, n°3-4/2008, pp. 128-129).

Mais cette planche contraste. Parce que la catastrophe rattrape le quotidien des personnages comme elle rattrape le lecteur. « Que l’on ne s’y trompe pas : Gen d’Hiroshima est aussi un catalogue d’images pénibles et éprouvantes. L’explosion de la bombe déclenche l’accouchement prématuré de la mère de Gen, dans les rues pullulent les grands brûlés, les gangsters exploitent les orphelins, si affamés qu’ils s’entretuent pour un bol de riz… » (Mike Conroy, 2011, La guerre dans la BD. Personnages de fiction ou véritables héros ?, Eyrolles, Paris, p. 102).

Si la catastrophe telle qu’elle produit une ville post-apocalyptique [1] est très fortement représentée dans les mangas, la représentation réaliste du bombardement nucléaire des villes d’Hiroshima et de Nagasaki est, elle, particulièrement rare. Gen d’Hiroshima fait partie des exceptions, alors même que la place du bombardement laisse plus souvent la place à l’optimisme sans faille de Gen, et que la représentation de la catastrophe elle-même tient une place relativement peu importante dans le manga (on ne peut dire que la planche présentée ici est représentative de tout le manga, bien que la catastrophe participe pleinement de l’histoire).

« On a tôt fait d’évoquer l’importance supposée du traumatisme des deux explosions nucléaires de 1945 dans l’imaginaire japonais. Pourtant, il faut reconnaître que les références explicites sont plutôt rares au sein d’une production de manga pléthorique – à tel point que le Gen d’Hiroshima de Keiji Nakazawa revient systématiquement en exemple… en compagnie d’Akira » (Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain : scènes de destruction », dans Xavier Guilbert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville contemporaine japonaise dans le manga, catalogue d’exposition, Le Lézard noir, Poitiers, p. 68).

Au final, c’est peut-être Akira de Katsuhiro Ōtomo qui symbolise le plus la manière dont l’espace de la catastrophe est représenté dans le manga : par la science-fiction. Pour la commémoration de ce 69e anniversaire, le choix de la planche du jour s’est presque, ici, imposé, tant il est rare de trouver la représentation des explosions nucléaires des 6 août (Hiroshima) et 8 août (Nagasaki) 1945. Plus encore, les auteurs de la BD de reportage Anne Frank au pays du manga [2] constatent leur choc de découvrir que le champignon nucléaire est devenu un sympathique et amusant personnage dans certains mangas.

Le "champignon" d'Hiroshima : de la photographie à Gen d'Hiroshima, la quête de réalisme Source : Abdré Gunthert, "(Ne pas) voir Hiroshima", Le carnet de recherche d'André Gunthert, 9 janvier 2013.

Le « champignon » d’Hiroshima :
de la photographie à Gen d’Hiroshima, la quête de réalisme

Source : André Gunthert, « (Ne pas) voir Hiroshima », Le carnet de recherche d’André Gunthert, 9 janvier 2013.

Little Boy (Murakami Takeshi) tel que l’ont perçu les auteurs
de la BD de reportage Anne Frank au pays du manga

Source : Anne Frank au pays du manga, prologue, planche 3.

Little Boy (Murakami Takeshi) s'affiche dans l'espace urbain Source : UCLA International Institute.

Little Boy (Murakami Takeshi) s’affiche dans l’espace urbain
Source : UCLA International Institute.

 

 


[1] A ce propos, voir notamment notre série de billet sur le manga Ethnicity 01 et notre billet sur le manga et animé Code Geass.
Voir également : Xavier Guilbert, 2012, « Chaos urbain : scènes de destruction », dans Xavier Guilbert (dir.), 2012, Mangapolis. La ville contemporaine japonaise dans le manga, catalogue d’exposition, Le Lézard noir, Poitiers, pp. 66-73.

[2] A propos de cette bande dessinée, voir notre précédent billet : « La planche du 4 août : Anne Frank au pays du manga« .

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/02/2015

    […] Lire la présentation du manga et l’analyse de la planche : La planche du 6 août : Gen d’Hiroshima | SciencesDessinées: […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *