La planche du 4 août : Anne Frank au pays du manga

annefrankLe 4 août 1944, Anne Frank (petite fille allemande exilée à Amsterdam auteur du célèbre journal intime Le journal d’Anne Frank dans lequel elle raconte sa vie sous l’occupation des Pays-Bas par l’Allemagne nazie) était arrêtée par la Gestapo. Anne Frank raconte, dans son journal intime, son quotidien à Amsterdam, cachée avec sa famille dans un appartement secret (« l’Annexe ») de l’entreprise Opekta qui appartient à Otto Frank (le père d’Anne) à partir de juillet 1942 (le journal commence quelques jours avant, le 12 juin 1942 lorsque Anne fête ses 13 ans). Son journal qui s’achève 3 jours plus tôt (le 1er août 1944) sera récupéré par son père (seul survivant de l’arrestation de la famille Frank, Anne étant morte du typhus dans le camp de concentration de Bergen-Belsen quelques semaines avant la capitulation allemande) et publié dans environ 70 langues. Il fut l’objet de nombreuses adaptations artistiques, au cinéma et au théâtre notamment. Parmi ces adaptations, Anne Frank est disponible en manga au Japon « qui adore Anne Frank mais ignore tout du nazisme » [1]. Partant de ce constat, est né une BD de reportage interactive (proposée par Alain Lewkowicz [2], Vincent Bourgeau, Samuel Pott, Marc Sainsauve et Herminien Ogawa) a été mise en ligne sur le site d’Arte en 2013 : Anne Frank au pays du manga :

« Au Japon, « le journal d’Anne Frank » reste un inusable best-seller.
A tel point que son destin tragique est même réinterprété en manga.
Que révèle ce succès sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale au sein de la société nippone ?
Un voyage en BD documentaire interactive pour comprendre ce qui, de la Shoah et d’Hiroshima, peut — ou non — constituer une expérience commune au Japon et à l’Europe.
 » [3]

La bande dessinée de reportage est découpée en un prologue et 4 chapitres (1/ Le chemin vers l’autre, 2/ Le chemin vers soi-même, 3/ Le chemin de l’enfance, 4/ Le chemin de l’oubli). C’est bien le voyage comme expérience spatiale de la rencontre qui est mis en avant pour faire découvrir la place de la mémoire de la Shoah au Japon. Elle a aussi été publiée sous format papier (Alain Lewkowicz, Vincent Bourgeau, Marc Sainsauve et Samuel Pott, 2013, Anne Frank au pays du manga, Arènes Editions / Arte, 96 p.). La bande dessinée interactive intègre de nombreux reportages vidéo et audio, et est accompagnée d’effets sonores qui participent à la « mise en voyage » du lecteur.

La commémoration du 70e anniversaire de l’arrestation d’Anne Frank est l’occasion, à travers une planche, de (re)découvrir cette BD de reportage (à partir de la version interactive disponible en ligne) qui questionne la mémoire de la Shoah telle qu’elle se forge, se véhicule et se perçoit au Japon, par le prisme d’un roman devenu un best-seller (plus de 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde) qui est approprié différemment par les lecteurs du monde entier. C’est aussi une rencontre avec l’Histoire telle qu’elle se fabrique, dans les manuels scolaires et dans la culture populaire [4], avec le « non-acceptationnisme » (chapitre 2, planche 1) autour des massacres de Nankin, avec la nostalgie autour du célèbre chasseur de la guerre du Pacifique Mitsubishi A6M, plus connu sous le nom de Zero (celui qu’a créé Jirō Horikoshi, le personnage du dernier film animé de Hayao Miyazaki, Le vent se lève),  avec les manifestations de l’extrême-droite, avec le non-enseignement de la Seconde Guerre mondiale (« On ne l’enseigne pas vraiment, parce que les avis divergent trop sur ces questions« , chapitre 2, planche 11), etc.

La rencontre l’Histoire telle qu’elle est racontée dans les lieux de mémoire au Japon produit bien plus que l’étonnement d’Alain Lewkowicz (souvent rappelé à plus de modération par le dessinateur Vincent Bourgeau et le cameraman et photographe Marc Sainsauve), mais bien un choc. La bande dessinée de reportage part à la rencontre des « mémoires douloureuses » [5], telles qu’elles sont réappropriées, manipulées, transformées, parfois dénuées de toute substance.

« C’est quoi Anne Frank sans l’Holocauste ?… » (chapitre 4, planche 5).

Anne Frank au pays du manga, chapitre 4, planche 7.

Anne Frank au pays du manga, chapitre 4, planche 7.

« La ville de Fukuyama est située à quarante cinq minutes de Hiroshima, et le Centre d’Éducation à l’Holocauste, première institution consacrée à cette thématique au Japon, y a été inauguré le 17 juin 1995. Il est dédié tout spécialement à la mémoire des 1,5 million d’enfants arrachés à leurs espoirs, leur avenir et leur vie durant la Shoah. Il expose des objets confiés à la fois par d’autres musées de l’Holocauste (États-Unis, Australie, pays européens, Israël) et par de nombreux survivants qui ont volontairement coopéré afin que le monde sache ce qu’ils avaient vécu.
Très rapidement, et contre toute attente, le bâtiment s’est avéré trop petit tant la fréquentation des lieux dépassait les prévisions. Un nouveau musée a vu le jour, à trois cents mètres du premier. La surface d’exposition s’en est trouvée multipliée par trois et l’exposition proprement dite enrichie. Essentiellement centré sur les victimes enfantines, le musée accorde une place importante à Anne Frank, adolescente au tragique destin et figure emblématique de la Shoah. Une nouvelle section concernant Otto Frank et Anne Frank, une reconstitution de l’Annexe dans laquelle Anne et sa famille se sont cachées, et de nombreux objets liés à la famille Frank enrichissent désormais l’ensemble de l’exposition« 

Source : Dominique Chevalier, 2012, Musées et musées-mémoriaux urbains consacrés à la Shoah : mémoires douloureuses et ancrages géographiques. Les cas de Berlin, Budapest, Jérusalem, Los Angeles, Montréal, New York, Paris, Washington, HDR, Université Paris I, tome 2, p. 95.

 

 

Présentation de la bande dessinée sur le site d’Arte :

« Depuis sa première publication en 1952, « le journal d’Anne Frank » est le plus lu et le plus étudié des livres étrangers au Japon. Toutes générations confondues, tout le monde connaît la petite fille d’Amsterdam et son destin tragique. Un best-seller, également disponible en manga, mais dans lequel Anne Frank est simplement perçue comme l’héroïne d’un roman à succès à la conclusion cruelle et émouvante. Au pays du soleil levant, peu nombreux sont ceux qui connaissent la Shoah. Une histoire bien trop lointaine pour les Japonais, malgré leur alliance avec le Troisième Reich. Ils ne semblent pourtant pas non plus bien connaître leur propre histoire : « La guerre, c’est horrible. Et nous en avons été les plus grandes victimes lorsque les Américains ont largué leurs bombes atomiques sur nous. », dit Makoto Otsuka, le directeur du mémorial à Anne Frank et à la Shoah, situé non loin d’Hiroshima et unique en Asie. Et c’est l’idée vague qui fait à peu près consensus au Japon.

Racontant à la première personne le voyage de ses auteurs, cette BD documentaire interactive explore les représentations du passé dans la société japonaise d’aujourd’hui. Le Japon a adopté Anne Frank, figure universelle, pour en faire un manga — une forme spécifiquement japonaise mais que le monde entier s’est désormais appropriée. Pied-de-nez, mais aussi véritable tentative de jeter un pont entre deux cultures, les auteurs racontent leur parcours d’Occidentaux au Japon en « web-manga », mêlant dessins, photographies, sons et vidéos, pour dissiper le brouillard du relativisme culturel qui nimbe généralement l’Asie lorsqu’elle est observée depuis l’Occident. »

 

Présentation de la planche :

L’équipe qui réalise le reportage sur la mémoire de la Shoah à travers le prisme du journal d’Anne Frank se rend à Kyoto pour rencontrer un spécialiste d’Anne Frank (un « Anne Frank-ologue » comme il est nommé dans la bande dessinée), et se retrouve à l’entrée d’un lieu de mémoire qui ne va cesser de les surprendre. Dans le premier chapitre, le lecteur rencontre, auprès du révérend Otsuka [2] un lieu de mémoire consacré à Anne Frank implanté dans une église. Ce lieu de mémoire est comparé, par l’équipe française, à Yad Vashem, haut-lieu de la mémoire douloureuse de la Shoah [6].

Anne Frank au pays du manga, chapitre 1, planche 6/13.

Anne Frank au pays du manga, chapitre 1, planche 6/13.

 

Le HEC (le Holocaust Education Center inauguré en 1995 à Fuluyama) est un lieu de mémoire consacré à l’histoire et la mémoire d’Anne Frank. Alors que le personnage rencontre un grand succès au Japon, les visiteurs du HEC sont nombreux à ne jamais avoir entendu parler de la Shoah. Ce professeur de mathématiques qui accompagne sa classe en visite scolaire et qui avoue avoir découvert cet aspect de la Seconde Guerre mondiale pour préparer la visite : « Hitler ça me disait bien quelque chose, mais à l’école on n’apprend que les dates et le nom des événements » (chapitre 4, planche 4). Ces passants devant le HEC et l’observent comme « une station orbitale » (chapitre 4, planche 7). Ces journalistes qui interrogent le révérend Otsuka sans savoir ce que signifie l’Holocauste :
« – J’ai accordé plus de 350 interviews.
– Quelle est la question que l’on vous pose le plus ?
– « C’est quoi l’Holocauste ? ». » (chapitre 4, planche 7).

Le bâtiment de l'Holocauste Education Center de Fukuyama.

Le bâtiment de l’Holocaust Education Center de Fukuyama.

La planche 7 du chapitre 4 insiste sur le décalage entre le lieu de mémoire, son inscription dans le paysage urbain et la non-appropriation des Japonais à cette mémoire. La planche montre le HEC en arrière-plan, où discutent le révérend Otsuka et l’équipe de la BD Anne Frank au pays du manga. Tout comme pour le Mémorial pour la paix, consacré à la mémoire à Hiroshima situé dans « un coin de rue comme un autre, qui pourrait être n’importe où, sauf qu’il est à Hiroshima » (chapitre 4, planche 9), le HEC ne s’impose pas dans le paysage comme un lieu de mémoire pour les passants. Tandis que le révérend Otsuka note que « avant, le HEC était dans le bâtiment qui ressemble à une vieille synagogue, derrière l’église. Les gens n’avaient jamais vu d’étoile de David et pensaient que c’était un centre d’art contemporain » (chapitre 4, planche 7), Vincent Bourgeau dessine, au premier plan, deux passants qui observent le nouveau HEC et commentent « Tiens, une station orbitale »  (chapitre 4, planche 7). Ce lieu de mémoire est donc rendu « invisible » dans le paysage par une architecture qui ne fait sens pour les Japonais. Parce que la mémoire n’a rien d’universel, elle est un construit social et politique. Anne Frank est un succès littéraire, et le sujet de nombreuses adaptations en mangas. Mais son histoire n’est pas associée à celle de la Shoah.

« Au Japon, depuis sa première publication en 1952, il est devenu un véritable best-seller. L’histoire tragique de la jeune fille et de sa famille a d’ailleurs été réinterprétée en manga, production très ancrée dans la société japonaise contemporaine. Pourtant, paradoxalement, si Le Journal d’Anne Frank fait partie de la culture commune nippone, le lien avec la Shoah n’est pas toujours clairement établi ; la petite fille mignonne et lisse est essentiellement perçue « comme l’héroïne d’un roman à succès à la conclusion cruelle et émouvante » [7]. Elle a été victime des nazis ; les Japonais l’ont été de la bombe atomique. D’ailleurs, à défaut de cohabiter réellement, ces deux mémoires douloureuses se côtoient en termes de distance-temps au sein d’une même préfecture : le Centre commémoratif de l’Holocauste, implanté à Fukuyama d’une part, et, d’autre part, à une demi-heure de train, le sanctuaire de la paix d’Hiroshima » [8].

Alain Lewkowicz s’interroge aussi sur la concurrence des mémoires : « La Shoah à quelques kilomètres d’Hiroshima, dialogue ou compétition des mémoires ? » (chapitre 4, planche 1). « Deux lieux de mémoire universelle dans la même préfecture… Ce n’est pas anodin, si ? » demande-t-il à Steven Leeper, un Étatsunien qui dirige le Mémorial pour la paix à Hiroshima. La concurrence entre les mémoires douloureuses dans l’espace se pose avec intensité dans la mesure où ces mémoires produisent des espaces-vitrines au coeur d’enjeux qui dépassent le seul cadre de la transmission de l’histoire et du devoir de mémoire, mais qui relèvent aussi d’enjeux économiques (touristiques notamment), politiques et sociaux. La géographie de leur implantation n’est pas neutre : le Mémorial pour la paix à Hiroshima est un lieu de mémoire implanté dans la ville-martyr elle-même. Ce n’est pas le cas pour le HEC que nous fait découvrir la bande dessinée : au même titre que de célèbres musées-mémoriaux et mémoriaux consacrés à la Shoah de par le monde, ce lieu de mémoire est implanté « hors sol ». De plus, il est implanté dans le contexte de concurrence avec d’autres mémoires douloureuses. Enfin, la figure d’Anne Frank n’est pas associée, dans l’imaginaire japonais, à la mémoire de l’Holocauste, qui reste un « trou noir » de l’Histoire.

Typologie d’implantation urbaine des musées et mémoriaux de la Shoah Source : .

Typologie d’implantation urbaine des musées et mémoriaux de la Shoah
Source : Dominique Chevalier, 2012, Musées et musées-mémoriaux urbains consacrés à la Shoah : mémoires douloureuses et ancrages géographiques. Les cas de Berlin, Budapest, Jérusalem, Los Angeles, Montréal, New York, Paris, Washington, HDR, Université Paris I, tome 2, p. 130.

Alain Lewkowicz interroge toutes les personnes qu’il rencontre sur une autre mémoire douloureuse, celle des massacres de Nankin ou les « femmes de réconfort » coréennes (prostituées de force par l’armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale » [9]. La présence de musées-mémoriaux et mémoriaux consacrés à une ou plusieurs mémoires douloureuses (comme le HEC à Fukuyama et le Mémorial pour la paix à Hiroshima) n’impose pas de faire mémoire de toutes les mémoires douloureuses. « Dans cette préfecture d’Hiroshima, deux figures enfantines féminines, deux lieux de mémoire universelle se côtoient, sans explicitement se croiser. Aucun des deux, pas plus qu’aucun autre lieu, n’évoque le massacre de Nankin qui reste un tabou dans la société japonaise » [8]. La BD de reportage invite le lecteur à découvrir le regard très critique d’Alain Lewkowicz sur le « non-acceptationnisme » japonais.
« – Est-ce qu’Anne Franck vous incite à revisiter votre histoire et à admettre la réalité des crimes comme en Asie ?
– Non. Un lieu comme le HEC nous aide simplement à réfléchir sur l’horreur de la guerre. Et puis, nous aussi nous sommes des victimes. Souvenez-vous d’Hiroshima… » (entretien avec le révérend Otsuka, chapitre 4, planche 6).

La bande dessinée de reportage se termine par la rencontre de l’équipe avec la statue d’une autre figure enfantine (évoquée dans le prologue de la bande dessinée), une petite fille japonaise victime d’une leucémie due au bombardement d’Hiroshima : Sadako Sagaki. Alors que les deux musées-mémoriaux s’ignorent relativement l’un l’autre et que « la continuité géographique des deux lieux de commémorations n’est pas manifeste » [8], on peut noter tout de même un pont entre les deux mémoires douloureuses, pour reprendre la métaphore utilisée par les auteurs de la bande dessinée Anne Frank au pays du manga qui ouvre chaque chapitre par l’image de deux petites filles (Anne Frank pour le HEC et la mémoire de la Shoah ; Sadako Sagaki pour le Mémorial pour la paix et la mémoire des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki) réunies sur un pont dans un jardin japonais. Et s’achève avec la réponse au prologue : « Sadako Sagaki et Anne Frank tombent à l’eau. Qu’est-ce qu’il reste ? Pour nous, Anne Frank. Pourquoi ?… Parce que c’est comme ça. C’est arbitraire, mais c’est comme ça. C’est ça l’histoire » (chapitre 4, planche 16). Et c’est aussi ainsi que les lieux de mémoire de la Shoah (ou de toute autre mémoire douloureuse) s’ancrent dans le paysage de manière différenciée d’un lieu à l’autre, sont appropriés ou non par les populations locales, parce que la Shoah, si elle nous apparaît comme une mémoire universelle, n’est pas perçue et vécue comme mémoire douloureuse partout dans le monde. Inversement, l’histoire de Sadako Sagaki apparaît comme celle d’une « Japonaise non identifiée » (prologue, planche 1) du point de vue « occidental ».

Anne Frank au pays du manga, prologue, planche 1.

Anne Frank au pays du manga, prologue, planche 1.

Anne Frank au pays du manga, prologue, planche 2.

Anne Frank au pays du manga, prologue, planche 2.

 

 

Des utilisations pédagogiques de la BD Anne Frank au pays du manga :

 

 


[1] Imanol Corcostegui, 2013, « Voyage au Japon, qui adore Anne Frank mais ignore tout du nazisme« , Rue89, 22 décembre 2013.

[2] Alain Lewkowicz a, dès 2010, publié un reportage sur la place d’Anne Frank dans l’imagerie populaire japonaise pour la revue XXI : Alain Lewkowicz, 2010, « Anne Frank au pays d’Hiroshima« , XXI, n°9, hiver 2010.

[3] Alain Lewkowicz, Vincent Bourgeau, Samuel Pott et Marc Sainsauve, « Présentation« , Anne Frank au pays du manga, BD interactive, Arte.

[4] A ce propos, voir l’utilisation des manuels scolaires et de la culture « de masse », notamment la bande dessinée, dans le cas de la Serbie décrite par l’ethnologue Ivan Čolović : La bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Editions Non Lieu, collection La Petite bibliothèque du Courrier des Balkans, Paris, 208 p. [traduction par Mireille Robin de : Bordel ratnika. Folklor, politisa i rat, Biblioteka XX vek, 2000].

[5] A ce propos, voir notamment :

[6] A ce propos, voir notamment : Dominique Chevalier, 2012, « Yad Vashem : un lieu entre mémoires et espoirs« , Territoire en mouvement, n°13, pp. 56-69 ; Dominique Chevalier, 2012, « Patrimoines culturels et territoires de deux hauts-lieux mémoriels : Yad Vashem (Israël) et United States Holocaust Memorial (États-Unis) », dans Laurent-Sébastien Founrier, Dominique Crozat, Catherine Bernié-Boissard et Claude Chastagner (dir.), 2012, Patrimoine et désirs d’identité, L’Harmattan, collection Conférences universitaires de Nîmes, Paris, pp. 17-32.

[7] Extrait de la présentation de la bande dessinée Anne Frank au pays du manga.

[8] Dominique Chevalier, 2013, « Anne Frank : une voix singulière, collective et mondialisée des mémoires douloureuses », intervention au colloque Conflits et minorités religieuses en Europe (XVIe siècle à nos jours), Arras, 24-25 octobre 2013, à paraître.

[9] Voir notamment la polémique autour de l’exposition Fleurs qui ne se fanent pas organisée à l’initiative du gouvernement de Corée du Sud lors du 41e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (édition 2014).

 

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *