La planche du 14 juillet : Immigrants (Etienne Davodeau)

Auteur de la couverture de la bande dessinée collective Immigrants. 13 témoignages, 13 auteurs de bande dessinée et 6 historiens (sous la direction de Chistophe Dabitch, Futuropolis, 2010) réalisée pour le Festival de Blois BD Boum, Etienne Davodeau a aussi réalisé une illustration pour cet album, qui évoque la question de l’immigration et du peuplement de la France.

Etienne Davodeau, dans Christophe Dabitch (dir.), 2010, Immigrants, Futuropolis.

Etienne Davodeau, dans Christophe Dabitch (dir.), 2010, Immigrants, Futuropolis.

 

Présentation de l’album : voir le billet « La planche du 20 juin : Immigrants«  (autour de la journée mondiale des réfugiés).

 

Pistes de réflexion sur l’illustration :

L’espace-décor de cette illustration d’Etienne Davodeau représente le drapeau français. Les trois couleurs bleu-blanc-rouge s’imposent au regard du lecteur, qui ouvre l’ouvrage collectif sur cette illustration, qu’il découvre avant les témoignages (écrits, dessinés et analysés) qui constituent le coeur de l’album. D’autres repères identitaires sont donnés à voir au lecteur : la pétanque (et la célèbre question « tu tires ou tu pointes ? » que l’on demande à un joueur hésitant sur son prochain coup), le béret, la baguette et même les charentaises au pied des deux personnages, le T.shirt débardeur « marcel » et les bretelles. Ces trois éléments réunis constituent ensemble une image d’Épinal de l’identité française. Les clichés sur ce que « sont » les Français (notamment dans l’imaginaire collectif étranger où la pétanque, la baguette et le béret « font » le Français) sont ici mis au service d’un contraste : la couleur de peau des deux personnages de l’illustration. L’un est d’origine asiatique, l’autre d’origine africaine. Pourtant, ce sont eux qui portent les clichés de l’identité française sur cette illustration.

Par celle-ci, Etienne Davodeau représente la France non seulement comme pays d’immigration, mais aussi comme pays dont le peuplement a été co-produit avec cette immigration. Ce ne sont pas des touristes qui s’habillent pour faire « local » dans un esprit de recherche d’exotisme, mais des personnages qui portent sur eux les clichés de l’identité française, parce qu’ils sont Français. En ce jour de fête nationale pour la France, cette illustration du poids de l’immigration dans le peuplement de la France, non comme un handicap, mais comme une opportunité fort éloignée du vieux poncif « nos ancêtres les Gaulois ».

« Les historiens qui évoquent ce qu’ont apporté les migrants étrangers à la France au cours des deux derniers siècles ont souvent tendance à recenser les prix Nobel et les artistes célèbres, qui, migrants eux-mêmes ou enfants de migrants, ont dignement représenté les arts, les sciences et les lettres nationales. De fait, la France peut célébrer, pour la seule littérature, le fils d’Italien Zola, le Russe Troyat, ou encore Romain Gary et même le jeune Goscinny, fils d’immigrés et créateur de l’emblème national qu’est Astérix, et puis bien sûr il y a Picasso ou Chagall, Marie Curie née Sklodowska, Charpak et bien d’autres artistes, savants ou créateurs. Parfois on ajoute à cette liste les victoires sportives que le pays doit aux enfants de l’immigration, évoquant volontiers l’histoire de l’équipe de France de football, qui fut celle du fils de Polonais Kopa avant d’être celle du descendant d’Italien Michel Platini ou de Zinedine Zidane.

Une telle présentation est sympathique, son inspiration souvent généreuse, mais elle conduit à masquer l’importance qu’a eue l’immigration au cours des deux derniers siècles et la part qu’ont prise les immigrés et leurs descendants dans la construction de la France contemporaine. Elle réduit en effet l’impact de l’immigration à la présence en France de quelques personnalités exceptionnelles, qui illustrent l’excellence française, mais n’en changent pas les formes, comme si chaque vague migratoire ne faisait qu’apporter quelques talents de plus à une France inchangée.

Mais le legs de l’immigration c’est bien plus que cela. L’immigration est en France un phénomène plus ancien, la présence étrangère est un trait permanent de l’histoire contemporaine et celle-ci ne se comprend guère sans référence à celle-là. cela se comprend si l’on n’oublie pas que les migrants étrangers sont d’abord, pour la majorité d’entre eux, des travailleurs et des travailleuses manuels » (Philippe Rygiel, 2010, « Ces migrants qui ont fait la France », dans Christophe Dabitch, 2010, Immigrants, Futuropolis, p. 23).

Or, c’est par la représentation de Français « ordinaires » issus de l’immigration, porteurs à la fois des signes de l’identité française et des signes de l’immigration, qu’Etienne Davodeau a choisi d’illustrer la première planche de l’album Immigrants. C’est dans cette perspective que cette planche a été aujourd’hui choisie pour illustrer la planche du jour en ce 14 juillet, fête nationale de la France. Par-delà la couleur de peau des personnages, c’est bien la France et l’identité française qui sont identifiables sur cette illustration. Les symboles plus que la couleur de peau pour identité.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *