La planche du 28 juin : Gavrilo Princip (Henrik Rehr)

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L'homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L’homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Le 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand était assassiné par un jeune étudiant serbe, Gavrilo Princip, à Sarajevo. Cet attentat de Sarajevo est l’une des dates-clefs qu’apprend tout collégien, puisque, par le jeu des alliances qui s’étaient montées dans les années qui précèdent cet événement, cet assassinat entraînera l’Europe dans une guerre qui deviendra progressivement la Première Guerre mondiale. L’histoire (comme discipline) retient le 28 juin 1914 comme date du déclenchement de la Première Guerre mondiale (une date que tout collégien retient pour préparer le brevet des collèges, pour réussir la partie « repères chronologiques »). Pourtant, les combats commenceront plus tard, et les collégiens n’apprennent pas le nom de Princip (ou ne le retiennent que peu), qui restent relativement inconnu dans l’Histoire. Qualifié parfois de terroriste, d’autres fois de nationaliste ou d’anarchiste, qui était réellement Gavrilo Princip, cet étudiant qui représente la montée des nationalismes dans l’Europe balkanique, trop inconnue de l’histoire de l’Europe en dehors des Balkans ?

La date du 28 juin est, depuis, devenue très symbolique dans l’histoire de l’Europe, et tout particulièrement dans l’histoire de la Yougoslavie/des territoires post-yougoslaves : le 28 juin 1389 est le « jour » de la défaite de la bataille de Kosovo Polje de la Serbie contre l’empire ottoman (dans les faits, cette bataille vit la mort du prince serbe comme du sultan ottoman, mais elle marque le début de la conquête de l’empire ottoman – date qui sera reprise par Slobodan Milosevic lors de la célébration du 600e anniversaire de cette bataille pour tenir un meeting géant réécrivant l’histoire de cette bataille à des fins nationalistes) ; le 28 juin 1919 sera signé le traité de Versailles (traité de paix entre l’Allemagne et les Alliés et création de la Société des Nations) ; le 28 juin 1948, Tito (alors président de la deuxième Yougoslavie, celle issue de la Seconde Guerre mondiale) coupera définitivement tout lien avec Staline ; le 28 juin 1992, la visite du Président français François Mitterand dans Sarajevo assiégée (visite controversée par le choix de la date, pour toutes ses symboliques justement) ; le 28 juin 2006, le Monténégro devient officiellement le 192e Etat membre des Nations unies après son indépendance ; et le 28 juin est le jour d’une Fête nationale serbe (le Vidovdan, symbole qui traverse la bande dessinée d’Henrik Rehr, notamment lorsque certains conseillers de l’archiduc François Ferdinand lui déconseilleront de maintenir sa visite à Sarajevo un tel jour). Bref, une date symbolique à toutes les échelles, depuis le collégien qui l’apprend par coeur comme date du déclenchement de la Grande Guerre (bien que de manière effective les déclarations de guerre et les combats ne commenceront que quelques semaines plus tard) à ses multiples symboliques dans les territoires post-yougoslaves.

Pour toutes ces raisons, la rubrique « La planche du jour » est aujourd’hui consacrée à une planche de la bande dessinée de Henrik Rehr : Gavrilo Princip. L’homme qui changea le siècle (Futuropolis, 2014).

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L'homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L’homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Présentation de la bande dessinée par l’éditeur :

Le 28 juin 1914, Gavrilo Princip assassinait à Sarajevo l’archiduc François Ferdinand, événement déclencheur de la Première Guerre mondiale. C’est l’histoire de cet anarchiste dont s’est emparé le trop rare dessinateur d’origine danoise, Henrik Rehr.

Si ce fameux attentat de Sarajevo a été maintes fois commenté, l’homme qui tenait l’arme du crime est resté pour la plupart un illustre inconnu. Gavrilo Princip, serbe de Bosnie-Herzégovine, 7ème enfant d’une famille de 9 enfants, d’extraction très modeste, vécut une enfance et une jeunesse marquées par la pauvreté. À la fin de son école primaire, il fut envoyé à Sarajevo où résidait son frère. Quand un certain Zerajic tenta d’assassiner le gouverneur autrichien Varesanin avant de se suicider, le jeune Gavrilo se fit la promesse de lui aussi, un jour, tuer un «chien d’autrichien» haut placé et de mettre fin à ses jours dans la foulée… Après son renvoi du collège, il se rendit à pied, faute d’argent, à Belgrade afin d’être sur place pour rejoindre l’armée serbe si la guerre éclatait dans les Balkans. Ce fut une période où il côtoya les milieux anarchistes. Quand en 1912, le Montenegro déclara la guerre à la Turquie, il fut refusé par l’armée à cause de sa tuberculose. Il en ressentit une énorme frustration et se sentit extrêmement honteux de ne pouvoir aider son pays et les peuples opprimés. En 1914, quand il fut question que l’archiduc François Ferdinand se rende à Sarajevo, Gavrilo et ses compagnons décidèrent de rejoindre l’organisation terroriste «L’unification ou la mort» et fomentèrent l’assassinat de l’archiduc. Commença pour eux un long périple semé d’embûches pour arriver à Sarajevo. Nedjo, chargé de l’acte ultime, rata son coup. Ce fut quelques heures plus tard que l’opportunité se présenta à Gavrilo d’accomplir leur dessein. Il avait à peine 20 ans. Arrêté et emprisonné, il mourut en avril 1918. Après la guerre, il fut salué comme le héros de l’état yougoslave nouvellement créé.

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L'homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L’homme qui changea le siècle, Futuropolis.

Pistes de réflexion autour de la planche :

La bande dessinée commence par des planches de l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand (héritier du trône austro-hongrois) le 28 juin 1914 à Sarajevo, et se clôt par ce même événement tel qu’il enclenche, par le jeu des alliances, une escalade de la violence entre Etats qui plongeront l’Europe dans la Grande Guerre. Mais la représentation de cet événement en début et en fin de la BD diffère. L’assassinat apparaît par ellipses en début de bande dessinée, tandis que chaque minute est détaillée en fin de bande dessinée. Au début de la bande dessinée : des cases uniques qui s’inscrivent dans des planches noircies. A la fin de la bande dessinée : des planches entières qui placent tous les personnages de cet événement entré dans l’histoire. Entre les deux, le récit proposé par Henrik Rehr permet de suivre les destins de François Ferdinand et de Gavrilo Princip qui ne se croiseront qu’en ce fameux 28 juin 1914.

Première apparition de Gavrilo Princip tirant sur l'archiduc François Ferdinand et son épouse, en début de bande dessinée.

Première apparition de Gavrilo Princip tirant sur l’archiduc François Ferdinand et son épouse, en début de bande dessinée.
Henrik Rehr, 2014, Gavrilo Princip. L’homme qui changea le siècle, Futuropolis.

La planche présentée ici montre le jeune Gavrilo Princip sortant de la boulangerie dans laquelle il s’est rendu après l’assassinat manqué par ses camarades, et où il se retrouve nez à nez avec la voiture transportant l’archiduc et son épouse. Gavrilo Princip, jeune étudiant, anarchiste et nationaliste serbe de Bosnie-Herzégovine, s’opposant à la présence austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine, prend son pistolet et tire sur le couple. Cette planche est l’une des dernières de la bande dessinée. Les regards des différents protagonistes s’y croisent : l’étonnement de Gavrilo Princip de se retrouver face à l’archiduc après l’échec de la tentative de ses compagnons quelques instants plus tôt, la rudesse de son regard qui souligne la détermination de son geste (détermination dont la bande dessinée de Henrik Rehr s’est attachée à nous montrer comment elle s’est construite entre frustrations d’un homme, humiliations d’un peuple, et rencontres d’un groupe de jeunes anarchistes et nationalistes), l’effroi dans le regard de Sophie, l’épouse de l’archiduc, la lucidité dans celui de François Ferdinand, la rudesse de la détermination de Gavrilo Princip encore.

Loin des grandes artères dans lesquelles le cortège officiel était prévu (jusqu’à la première tentative d’attentat échouée), l’événement historique se déroule dans une rue « ordinaire » de Sarajevo. La voiture de l’archiduc François Ferdinand n’est plus entourée par la foule qui acclame son passage. Des passants passent à côté de la voiture sans la remarquer. Mais pour Gavrilo Princip, que Henrik Rehr montre au milieu de la bande dessinée comme ayant besoin d’un signe (tel qu’il l’exprime, dans le dessin de Henrik Rehr, à sa petite amie Jelena), le destin se met en marche, et l’Histoire rattrape dans cette rue son histoire. Et le 28 juin rythme l’histoire personnelle de ce jeune homme : Henrik Rehr le dessine adolescent écoutant le récit de la bataille de Kosovo Polje et de la défaite serbe le 28 juin 1389. Le 28 juin 1914, Gavrilo Princip à son tour entrera dans l’Histoire.

Gavrilo Princip, l’homme qui changea le siècle ? Henrik Rehr fait dire à Princip : « Une seule personne ne peut pas faire tourner la roue de l’histoire. La guerre aurait eu lieu de toute manière. Moi… je n’ai fait qu’appuyer sur la détente !« . Pourtant, celui qui lors de son procès au tribunal de Sarajevo déclarera : « Je suis un nationaliste yougoslave et je crois à l’unification de tous les Slaves du Sud, libérés du règne autrichien« , sera repris par un discours nationaliste excluant, loin de l’idée de « yougoslavité » (au profit d’une « serbité ») qui s’inscrira dans bien d’autres 28 juin à la fin du XXe siècle, et dans de nombreuses bandes dessinées à vocation de propagande nationaliste (voir à ce propos l’excellent ouvrage de l’ethnologue serbe Ivan Čolović : Le Bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, traduit en français, éditions Non lieu, collection Petite bibliothèque du Courrier des Balkans, 2009).

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *