La planche du 20 juin : Immigrants

Davantage qu’une planche, nous vous proposons autour de la journée mondiale des réfugiés (20 juin), de (re)découvrir la couverture d’Etienne Davodeau de la bande dessinée collective Immigrants (Futuropolis / BD Boum, 2010).

BD_Immigrants

Couverture : Etienne Davodeau
Collectif, 2010, Immigrants, Futuropolis / BD Boum.

 

Présentation de l’album par l’éditeur :

« France, terre d’accueil.

Même si la réalité est souvent assez éloignée de ce grand principe, Christophe Dabitch a recueilli le témoignage de 11 immigrants, ayant trouvé asile en  France.

Ces témoignages dessinés sont éclairés par six textes d’historiens (Marianne Amar, Marie-Claude Blanc-Chaléard, Liêm-Khê Luguern, Gérard Noiriel, Philippe Rygiel, Michèle Zancarini-Fournel), spécialistes de la question, qui replacent les raisons de l’immigration dans l’histoire de notre pays.

Au XXe siècle, la France a été l’un des principaux pays d’immigration dans le monde. Cet aspect de notre histoire contemporaine a longtemps été refoulé de la mémoire collective. Aujourd’hui, le vieux stéréotype  « nos ancêtres, les Gaulois » tend à disparaître. Mais d’autres préjugés se sont installés, notamment l’idée que les immigrants d’autrefois se seraient « bien intégrés », alors que ceux d’aujourd’hui « poseraient problème ». L’histoire de l’immigration montre qu’en réalité, c’est toujours le dernier venu qui a été perçu comme le plus menaçant aux yeux des autochtones…
Cet ouvrage n’a pas pour objectif d’être représentatif des différentes réalités vécues de l’immigration. Il s’agit de porter un regard sur quelques trajectoires singulières et, grâce au travail de réflexion des historiens, d’interroger quelques thématiques liées à l’immigration.

Ils viennent de Roumanie, d’Angola, de Turquie, d’Uruguay… Pour des raisons économiques ou politiques ou de santé, leurs parents, ou eux-mêmes, ont dû quitter leur pays pour la France. Ce livre raconte leur intégration, qui passe très souvent par une phase de « racisme ordinaire ».

Dessins d’Étienne Davodeau, Christian Durieux, Benjamin Flao, Manuele Fior, Christophe Gaultier, Simon Hureau, Étienne Le Roux, Kkrist Mirror, Jeff Pourquié, Diego Dona Solar, Troub’s, Sébastien Vassant. »

 

Pistes de réflexion sur la couverture :

Cette couverture réalisée par Etienne Davodeau n’est pas sans rappeler de nombreuses photographies de presse couvrant les déplacements des réfugiés/déplacés de guerre (comme par exemple les photographies ci-dessous, mais on pourrait multiplier les exemples). Marchant dans des espaces vacants (que l’on suppose ici être un désert, mais l’espace représenté laisse surtout entrevoir l’absence d’une occupation dense de l’espace par l’homme), les six immigrants dessinés par Etienne Davodeau semblent errer. Les espaces de départ (qu’ils ont fui) et les espaces d’arrivée (ou plutôt ceux qu’ils espèrent pouvoir rejoindre) semblent loin. Les espaces de transit représentés sur cette couverture montrent le poids et la difficulté de l’errance. Le choix des couleurs ajoute au sentiment d’errance subie.

Migrants syriens à la frontière est de la Jordanie Source : Andrew Harper, HCR, février 2014.

Migrants syriens à la frontière est de la Jordanie
Source : Andrew Harper, HCR, février 2014.

Echoués dans le désert, rapport Médecins Sans Frontières, 2013.

Echoués dans le désert, rapport Médecins Sans Frontières, 2013.

Le désert comme espace de l’errance migratoire est particulièrement présent dans l’imagerie médiatique et scientifique. Cette représentation de l’espace de l’errance par le désert met en avant les pénibilités de ces migrations : la traversée se fait des territoires où les migrants ne rencontrent que peu de territoires de transit, de territoires-refuges leur permettant une « pause » dans leur parcours migratoire. L’étendue du paysage que dessine Etienne Davodeau autour des six immigrants met en avant la migration comme une épreuve.

« Dans un contexte de mobilité généralisée où les formes et les pratiques de mobilités se multiplient, structurant de manière profonde la vie quotidienne des sociétés contemporaines, il est indéniable que les aspects pénibles et éprouvants de ces vies mobiles, eux aussi, se développent et se diversifient » (Christophe Enaux, Pierre Lannoy et Sébastien Lord, 2011, « Les mobilités éprouvantes. Regards sur les pénibilités des déplacements ordinaires« , Articulo, n°7, paragraphe 1).

Dans le cas des migrations que représentent la couverture d’Etienne Davodeau, ces pénibilités des déplacements « extraordinaires » (c’est-à-dire non quotidiens) sont montrées par le contraste des couleurs (entre le paysage et les migrants), la « pauvreté » du paysage qui entourent les migrants, et les ombres de ces derniers. Pourtant, cette couverture n’est pas caricaturale : par exemple, les couleurs mettent davantage en scène les pénibilités que la violence. Là encore, c’est l’idée d’errance subie qui est représentée dans cette couverture.

 

L’imaginaire spatial du lecteur est alerté par cette couverture : les couleurs laissent planer le doute quant à l’origine des migrants. La traversée d’un espace apparemment désertique pourrait autant concerner des réfugiés syriens, maliens, afghans ou pakistanais traversant des déserts chauds (Sahara, désert de Karakoum, désert de Syrie, etc.) tout comme des réfugiés traversant des déserts froids (désert de Gobi, plateau du Colorado, etc.). Le choix des couleurs d’Etienne Davodeau devrait permettre de maintenir le doute sur l’origine des immigrants et le type d’espace qu’ils traversent. Les dégradés jaunes pour le paysage de la migration et les dégradés marrons pour les immigrants et leurs ombres maintiennent une volonté de représenter non pas des migrants, mais les migrants. Pourtant, notre imaginaire spatial est avant tout « titillé » par l’idée que cette couverture représente des migrants traversant le Sahara. Parce que la couverture d’Etienne Davodeau, si elle ne localise pas les immigrants, fait appel à notre propre représentation spatiale de la réalité migratoire. Celle-ci est fortement « formatée », en France et dans l’Ouest de l’Union européenne, par la forte médiatisation des traversées migratoires en provenance de l’Afrique. La couverture interpelle l’imaginaire spatial des lecteurs, qui s’est construit par sa rencontre avec les nombreuses photographies de presse ou encore celles présentes dans les manuels scolaires.

Déserts

Mais ces immigrants pourraient tout aussi bien traverser un autre désert, chaud ou froid (les immigrants représentés par Etienne Davodeau sont, en effet, habillés avec des manteaux qui font penser à des migrants en provenance d’Europe de l’Est, le paysage sommaire peut faire penser à un paysage désertique qui pourrait faire penser au Sahara tout comme au désert de Gobi. Au final, la couverture d’Etienne Davodeau réussit ce que la photographie ne pourrait faire : réunir toutes les situations migratoires, et donner au lecteur la possibilité d’y voir à la fois une situation migratoire qui interpelle son imaginaire spatial, mais aussi toutes les autres situations migratoires qu’il connaît moins.

Réfugiés syriens, maliens, afghans, bulgares ? Peu importe : leur exil les amènera, dans des conditions très différentes mais toutes marquées par des pénibilités concrètes, en France. A l’intérieur de l’ouvrage, le lecteur pourra découvrir 13 situations migratoires illustrées chacune par un témoignage, une bande dessinée et un texte scientifique. Dès la couverture, le lecteur est alerté : si toutes ses situations migratoires les mènent vers la France, la réalité migratoire n’est pas aussi simple que l’on pourrait le penser a priori, puisqu’il est impossible d’appliquer une seule grille de lecture, une seule localisation à la migration représentée par Etienne Davodeau.

 


Bénédicte Tratnjek

Doctorante en géographie (géographie de la ville en guerre), agrégée de géographie, Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM), Université Blaise Pascal, Laboratoire junior Sciences Dessinées, Cafés géographiques, co-responsable du séminaire Géographie des émotions (ENS-Ulm).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *